Indicateurs ESR (ESR) en oncologie

Angiome

Le cancer est aujourd'hui l'une des maladies les plus dangereuses. Pour confirmer le diagnostic, une personne doit subir de nombreux examens, dont le premier est un test sanguin. Une augmentation de l'ESR en oncologie devient l'un des critères pour ne pas être bien. Pourquoi cela se produit et que rechercher, nous vous suggérons de tirer les leçons de cet article.

Comment l'ESR est liée au cancer?

La vitesse de sédimentation érythrocytaire ou ESR (un autre nom pour ROE est la réaction de sédimentation érythrocytaire) est l'un des indicateurs les plus importants dans le sang. Ses changements vers le haut ou vers le bas peuvent indiquer divers problèmes, allant d'un rhume banal à des processus dangereux, tels que le développement de tumeurs.

Une forte augmentation de la VS et le manque d'efficacité de la thérapie anti-inflammatoire font suspecter la présence d'un cancer, mais, bien sûr, de tels diagnostics complexes ne sont pas établis sur la base d'une analyse. Le patient est envoyé pour un examen supplémentaire, y compris des tests sanguins pour les marqueurs tumoraux et la biochimie, ainsi qu'une IRM de tout le corps, à condition qu'il n'y ait aucune suggestion de l'emplacement exact de la tumeur.

Indicateurs pour hommes, femmes, femmes enceintes, femmes allaitantes, enfants, personnes âgées (tableau)

La vitesse de sédimentation des érythrocytes varie en fonction de facteurs physiologiques et de l'état de santé humaine. Chez un enfant, un homme et une femme, les critères ESR sont différents, c'est-à-dire qu'ils sont directement influencés par le sexe et l'âge.

Voyons à quoi ils ressemblent dans le tableau suivant..

ÂgeValeurs ESR de laboratoire, norme
NOUVEAU-NÉS2 à 5 mm / h
6-12 MOIS4-8 mm / h
1-18 ANS2 à 12 mm / h
FEMMES DE MOINS DE 55 ANS2 à 20 mm / h
ENCEINTE2 à 55 mm / h
ALLAITEMENTESR revient à la normale 3 semaines après l'accouchement
Hommes1 à 10 mm / h
SeniorsJusqu'à 23 mm / h

Niveau admissible de taux de VS en oncopathologie

S'il n'y a pas de phénomènes infectieux et inflammatoires dans le corps et que la VS est augmentée, le patient est référé pour un examen supplémentaire. Vous pouvez suspecter un processus oncologique par les changements suivants:

  • ESR augmente à 70 mm / h et plus;
  • dans le contexte d'une augmentation de l'ESR, l'hémoglobine diminue à 70 g / l;
  • la thérapie anti-inflammatoire ne peut pas changer ces indicateurs.

La concentration d'hémoglobine joue également un rôle dans le diagnostic du cancer. Plus sa quantité dans le sang est faible, moins il y a de globules rouges. Une situation similaire se produit lorsqu'une tumeur est localisée dans la zone de gros vaisseaux ou lorsqu'elle se désintègre avec des saignements ultérieurs. Le nombre de globules rouges diminue également avec l'intoxication du corps et les lésions malignes de la moelle osseuse.

Le taux d'ESR en oncologie dépend du stade et de la présence de métastases, mais généralement les indicateurs chez ces personnes sont plusieurs fois plus élevés que le niveau admissible.

Le niveau ESR est-il bas?

En plus de l'augmentation, dans certains cas, l'ESR peut diminuer. Des tarifs bas se trouvent dans les conditions suivantes:

  • violation de la structure des érythrocytes;
  • la croissance des leucocytes dans le sang;
  • une augmentation de la quantité de sels biliaires dans le plasma;
  • lactation.

Quelles maladies sont également caractérisées par une ESR accrue

La vitesse de sédimentation des érythrocytes est influencée par de nombreux facteurs. Par exemple, ses indicateurs peuvent augmenter avec une augmentation du fibrinogène sanguin et des globulines. Si nous parlons de la prédominance de l'albumine, l'ESR, au contraire, diminue.

Dans tous les cas, il n'y a pas lieu de paniquer, car des taux de sédimentation érythrocytaires faibles et élevés n'indiquent pas toujours la présence d'un cancer dans le corps..

Afin d'établir avec précision le diagnostic, il est important de prendre en compte des critères tels que la leucocytose, l'anémie, la thrombocytopénie, etc. Ce n'est qu'après une étude approfondie de l'analyse réalisée qu'un diagnostic préliminaire est posé, puis il est impératif de le confirmer avec un volume de recherche supplémentaire.

Ainsi, l'ESR peut augmenter avec les conditions pathologiques suivantes:

  • anémie;
  • maladies des reins et du pancréas;
  • infections, telles que la vessie;
  • allergie;
  • obésité;
  • inflammation de la glande thyroïde;
  • Brûlures au 3ème et 4ème degré;
  • empoisonnement, intoxication;
  • immunodéficience.

En outre, une sédimentation érythrocytaire accélérée est toujours notée dans les conditions suivantes:

  • prendre des médicaments qui affectent directement la coagulation ou la coagulation sanguine;
  • menstruation, grossesse;
  • régime strict, mauvaise alimentation.

Étude pour l'ESR

Les analyses pour l'étude de l'ESR sont réalisées de deux manières.

  1. Méthode de Panchenkov. Pour la recherche, le sang capillaire est prélevé sur un doigt. Une petite quantité est appliquée sur un verre spécial avec un anticoagulant qui empêche la coagulation prématurée du biomatériau, et est transférée au capillaire Panchenkov. Le résultat du test est déterminé dans les 60 minutes par la hauteur du liquide translucide et du sédiment.
  2. Méthode de Westergren. L'analyse est réalisée dans un tube à essai avec une échelle de 200 divisions avec une graduation de chaque mm. Le sang est prélevé dans une veine. Le biomatériau est mélangé à un anticoagulant. ESR est évalué en une heure.

Le décryptage des résultats doit être effectué par le médecin.

Les indicateurs ESR sont-ils différents pour les différents types et stades de cancer? ?

Les valeurs ESR dans le cancer, en règle générale, augmentent fortement. Ils seront les plus élevés en cas de leucémie et de granulome malin - lésions des ganglions lymphatiques, ainsi que dans le cas de métastases dans le corps avec toute forme de carcinome.

Avec une tumeur du côlon, les valeurs ESR sont de 60 à 70 mm / h dans le contexte d'une diminution critique de l'hémoglobine. Dans le cancer du cerveau, du sein et des poumons, ils sont également augmentés, mais avec une image modifiée des plaquettes et des leucocytes. Si nous parlons d'une lésion oncologique du tractus gastro-intestinal - l'œsophage ou l'estomac, la formule leucocytaire dans le sang ne subit pas de changements négatifs.

Dans tous les cas, une interprétation indépendante des données obtenues est irrecevable. Si au cours de la deuxième analyse (après 24 heures) des lectures élevées sont enregistrées, un dépistage à grande échelle est prescrit.

Considérez dans le tableau quels cancers peuvent survenir avec des taux de VS élevés.

SolValeurs ESRRaison possible
Hommes70-80Cancer des testicules, de la prostate, de la moelle osseuse, des poumons, de la gorge, des ganglions lymphatiques, de la peau, des intestins.
FEMMES80-100Lésion maligne des ovaires, du col de l'utérus, des glandes mammaires, des poumons.

Un niveau critique de VS (par exemple, les valeurs diffèrent de la norme des dizaines de fois) en cas de cancer chez les enfants, les adultes et les patients âgés indique un stade avancé de la maladie et la présence de métastases dans des organes éloignés.

Préparation aux analyses

Le don de sang pour l'ESR n'est pas plus difficile que d'autres tests de laboratoire. Mais pour que les résultats soient précis, il est important de se préparer à l'avance à la procédure prévue. Pour ce faire, à la veille de l'analyse, vous devez suivre quelques recommandations..

  1. Vous devez vous rendre au laboratoire à jeun avant 11 heures. Après le réveil, ne buvez pas de thé, de café ou d'autres boissons, car ils provoquent un vasospasme et des problèmes de collecte de biomatériaux. Il est permis d'utiliser uniquement un verre d'eau propre à jeun. Vous devez également arrêter de fumer.
  2. 24 heures avant l'étude, il est conseillé de retirer du régime les aliments gras, l'alcool et les médicaments qui affectent négativement la coagulation.
  3. Il est préférable de toujours passer les tests au même endroit. Seule cette approche nous permettra de suivre plus précisément leur dynamique et d'obtenir des données fiables..
  4. Le sang pour l'ESR n'est pas étudié après la radiographie et l'irradiation - les indicateurs seront erronés. Ce type de recherche nécessite au moins un mois de pause dans les diagnostics de laboratoire..

En cas d'écarts par rapport à la norme, à la fois vers le haut et vers le bas, un deuxième diagnostic est prescrit, car le facteur humain ne peut pas être exclu - préparation incorrecte du test.

Erreur d'analyse

Parfois, les résultats de la recherche contiennent de faux indicateurs ESR. La principale raison de cette réaction est l'erreur technique de l'assistant de laboratoire. Pour exclure de tels incidents, il est important de ne passer des tests que dans les établissements médicaux pour lesquels il existe des critiques positives et la plupart des patients leur font confiance..

Comment contrôler le niveau d'ESR?

Pendant le traitement du cancer, l'ESR est mesurée mensuellement. Après la chirurgie, la chimiothérapie et l'irradiation, sa valeur sanguine devrait diminuer progressivement. Le contrôle est particulièrement important en cas de lésion des poumons et des intestins, car il existe une possibilité de transition de la tumeur vers un stade latent.

Si l'ESR non seulement ne diminue pas, mais augmente également, nous parlons de l'inefficacité du traitement, de la présence de métastases dans des organes éloignés ou d'une rechute de la maladie.

Où les tests peuvent-ils être effectués?

Un test sanguin pour l'ESR est effectué dans chaque ville de n'importe quelle région de la Russie. Le diagnostic est généralement effectué dans le laboratoire de l'établissement médical où le patient est observé, mais vous pouvez également utiliser les services d'entreprises privées spécialisées sur une base payante..

Où puis-je me faire tester pour l'ESR à Moscou?

  • Centre médical "Bioss", autoroute Horoshevskoe, 12. Prix 325 roubles.
  • Clinique de médecine réparatrice "Eleos", perspective Oktyabrsky, 24. Coût 250 roubles.
  • Clinique "Santé humaine", boulevard Osenny, 12. Prix 150 roubles.

Où pouvez-vous faire un test sanguin pour l'ESR à Saint-Pétersbourg?

  • Clinique "Médecin de famille", st. Académicien Pavlova, 5. Coût 250 roubles.
  • Centre médical "Ambulance", st. Ryleeva, 3. Prix 150 roubles.
  • Clinique "Blagodatnaya", st. Yuri Gagarin, 1. Coût 200 roubles.

Combien de temps attendre le résultat?

En règle générale, le temps d'analyse pour déterminer l'ESR est de 1 jour. Dans les laboratoires privés, si vous le souhaitez, vous pouvez accélérer cette procédure - le résultat sera prêt dans 2 heures.

La VS est un critère important dans le diagnostic du cancer, cependant, il est erroné de se concentrer uniquement sur elle dans le diagnostic. Les raisons de l'augmentation de l'ESR peuvent être différentes, un examen approfondi est donc nécessaire.

Merci d'avoir pris le temps de répondre au sondage. L'opinion de chacun est importante pour nous.

ESR après chimie

Questions connexes et recommandées

12 réponses

Recherche du site

Et si j'ai une question similaire mais différente?

Si vous n'avez pas trouvé les informations dont vous avez besoin parmi les réponses à cette question, ou si votre problème est légèrement différent de celui présenté, essayez de poser une question supplémentaire au médecin sur la même page si elle est liée à la question principale. Vous pouvez également poser une nouvelle question, et après un certain temps, nos médecins y répondront. C'est gratuit. Vous pouvez également rechercher des informations pertinentes dans des questions similaires sur cette page ou via la page de recherche du site. Nous vous serons très reconnaissants si vous nous recommandez à vos amis sur les réseaux sociaux..

Medportal 03online.com effectue des consultations médicales en mode de correspondance avec les médecins du site. Ici, vous obtenez des réponses de vrais praticiens dans leur domaine. En ce moment sur le site, vous pouvez obtenir des conseils dans 50 domaines: allergologue, anesthésiste-réanimateur, vénéréologue, gastro-entérologue, hématologue, génétique, gynécologue, homéopathe, dermatologue, gynécologue pédiatrique, neurologue pédiatrique, urologue pédiatrique, chirurgien endocrinien pédiatrique, chirurgien endocrinien pédiatrique, spécialiste des maladies infectieuses, cardiologue, cosmétologue, orthophoniste, ORL, mammologue, avocat médical, narcologue, neuropathologiste, neurochirurgien, néphrologue, nutritionniste, oncologue, oncourologue, traumatologue orthopédique, ophtalmologiste, pédiatre, chirurgien plasticien, rhumatologue, psychologue, rhumatologue, radiologue, sexologue-andrologue, dentiste, trichologue, urologue, pharmacien, phytothérapeute, phlébologue, chirurgien, endocrinologue.

Nous répondons à 96,64% des questions.

Soe en oncologie, numération globulaire normale, relation avec le cancer

La vitesse de sédimentation des érythrocytes (VS) est appelée critères de laboratoire non spécifiques. L'indicateur ESR est déterminé par le degré d'agglutination des érythrocytes - c'est la capacité des cellules à se coller et à précipiter. La VS en oncologie est l'un des tests obligatoires, car elle se caractérise par un degré élevé de sensibilité et réagit à tout processus pathologique dans le corps. Cependant, l'inconvénient de la technique est la faible spécificité du critère, elle est donc utilisée dans le cadre d'une enquête approfondie.

Y a-t-il une relation entre le niveau de soja et le cancer

La prévalence du cancer augmente régulièrement chaque année. Selon les statistiques, plus de 5,5 millions de patients reçoivent un diagnostic de cancer chaque année. Il y avait une corrélation entre l'âge et la fréquence de survenue: un patient sur deux avec oncopathologie, en règle générale, a plus de 60 ans.

À l'heure actuelle, l'étiologie des oncopathologies, ainsi que les méthodes de traitement, restent un problème non résolu. Dans le même temps, la mortalité par oncologie occupe la 3e position dans la liste des principales causes de décès. Cela permet de classer le cancer comme l'une des maladies les plus dangereuses, nécessitant le diagnostic le plus précoce possible et une thérapie adéquate..

La difficulté du diagnostic précoce de l'oncopathologie réside dans l'éventuelle évolution asymptomatique à long terme de la maladie. Souvent, les premiers signes cliniques apparaissent déjà à 2-3 stades, ce qui complique le traitement et aggrave le pronostic.

Un test sanguin pour les marqueurs tumoraux n'est pas une mesure préventive obligatoire dans l'examen de routine des patients, car l'identification de ce critère est une procédure coûteuse. À son tour, la détermination de l'indicateur ESR est une analyse obligatoire qui est effectuée pour toutes les personnes qui passent un test sanguin général dans des cliniques publiques et privées. Tout écart du critère considéré par rapport à la norme est un signal du développement d'un processus pathologique dans le corps humain..

Important: compte tenu de la faible spécificité, la vitesse de sédimentation érythrocytaire n'est pas un critère suffisant pour poser un diagnostic final.

Un examen complet d'un patient comprend des méthodes diagnostiques de laboratoire et instrumentales. Sur la base de la totalité des résultats de toutes les études, le médecin traitant établit un diagnostic final. Cette règle est particulièrement importante dans le diagnostic différentiel du cancer..

ESR en oncologie

L'indicateur ESR en oncologie atteint des valeurs critiques. Les taux les plus élevés sont observés avec le myélome multiple (leucémie lymphocytaire chronique) et le granulome malin (néoplasme malin des ganglions lymphatiques), ainsi qu'avec la propagation des métastases à partir du foyer primaire.

Les patients posent souvent la question suivante: pourquoi la VS augmente-t-elle dans le sang en oncologie? Il a été constaté que l'agrégation accrue des érythrocytes est facilitée par une modification de la composition chimique du sang. Ainsi, dans le cancer, il y a une augmentation du niveau de protéines mutantes produites par des cellules cancéreuses anormales. Et dans le contexte du processus inflammatoire dans le corps humain, la concentration de protéines spécifiques de la phase aiguë augmente. Ainsi, il y a une accélération de la vitesse de sédimentation des érythrocytes en raison d'une quantité excessive de composants structurels du sang.

Comment l'indicateur ESR dans le sang est-il déterminé?

Il existe 3 méthodes pour déterminer le critère considéré:

  • selon Panchenkov - la technique est mise en œuvre à l'aide de capillaires spéciaux pour 100 divisions et de citrate de Na (anticoagulant), ce qui empêche la coagulation du sang à l'étude. Après avoir mélangé le sang capillaire sur un verre concave spécial avec un anticoagulant, il est collecté jusqu'à la marque de contrôle sur le capillaire. Ensuite, ils sont placés en position verticale sur un trépied pendant 1 heure. La valeur ESR est enregistrée en fonction de la hauteur de la colonne translucide de sérum sanguin au-dessus des cellules déposées. L'inconvénient de la méthode est la subjectivité dans l'évaluation, l'erreur des divisions mesurées sur le capillaire, la valeur maximale est de 100 mm / h;
  • selon Westergren (in vitro) - une norme internationale. Le test est effectué dans des tubes à essai pour 200 divisions, le biomatériau est du sang veineux, qui immédiatement après la prise est mélangé avec un anticoagulant. Ensuite, les tubes Westergren sont placés dans un rack. Le résultat est pris en compte après 1 heure, unités. mesures - mm / h. L'avantage est la plus grande sensibilité de la technique, par rapport au test de Panchenkov (l'indicateur maximum est augmenté à 200 mm / h);
  • microméthode est implémentée sur un instrument-analyseur spécial TEST1 avec un maximum de 200 mm / h.

Dans n'importe quel hôpital public, il est possible de déterminer la valeur ESR gratuitement; dans les cliniques privées, le prix commence à 150 roubles. Les résultats de l'analyse doivent indiquer la méthode appliquée.

Valeurs normales

Important: la valeur des valeurs de référence (normales) doit être sélectionnée en tenant compte du sexe et de l'âge du patient.

La gradation des valeurs normales est présentée dans le tableau.

SolÂgeTaux ESR, mm / h
Tout0-1 mois2-5
1 à 6 mois5-15
1 à 10 ans1 à 10
10-15 ans2-15
Masculin15 - 50 ans2-15
Plus de 50 ans2-20
Femme15 - 50 ans2-15
Plus de 50 ans2-20

Il est à noter que chez la femme, la vitesse de sédimentation érythrocytaire peut être plus élevée que chez l'homme. Ce fait est dû à la faible teneur en globules rouges, et donc à la vitesse plus élevée de leur sédimentation..

Tableau des indicateurs ESR en oncologie pour les hommes et les femmes

L'auto-interprétation des résultats de l'autodiagnostic est inadmissible. Seul le médecin traitant doit déchiffrer toutes les données reçues. Si, après une analyse répétée (après 1 jour), des valeurs constamment élevées sont enregistrées, alors un examen de dépistage à grande échelle du patient est prescrit pour établir un diagnostic précis..

SolValeur ESR, mm / hRaison possible
Masculin70-80Cancer des testicules, de la moelle osseuse, des poumons, des ganglions lymphatiques
Femme80-100Cancer des ovaires, du col de l'utérus, des glandes mammaires, des ganglions lymphatiques, du tissu osseux, des poumons

Le niveau critique de VS (excès décuplé) en oncologie chez l'homme et la femme indique un stade tardif de la maladie et la propagation des métastases aux organes voisins.

Important: le niveau de VS pendant la chimiothérapie et après l'ablation chirurgicale du néoplasme malin doit revenir à des valeurs normales.

L'absence de dynamique positive indique une rechute de la maladie ou le début de processus métastatiques. Au stade de la thérapie, un suivi mensuel de la valeur considérée est effectué afin d'identifier précocement l'inefficacité des tactiques de traitement choisies..

Une ESR accrue indique-t-elle toujours un cancer?

La réponse à cette question des patients est définitivement non. Raisons possibles du dépassement des valeurs ESR de référence en plus de l'oncologie:

  • un processus infectieux aigu dans le corps du patient, le plus souvent de nature bactérienne;
  • inflammation chronique;
  • maladies qui réduisent considérablement la force du système immunitaire (VIH, hépatite chronique);
  • maladies auto-immunes;
  • anémie - avec une baisse des taux d'hémoglobine;
  • pathologies du tissu conjonctif (lupus, vascularite, arthrite);
  • violation des processus de coagulation sanguine;
  • nécrose des tissus organiques due à un apport sanguin insuffisant;
  • blessure mécanique;
  • intoxication du corps;
  • Brûlures de 3 à 4 degrés;
  • dystrophie amyloïde, caractérisée par une accumulation excessive d'amyloïde.

Cependant, dépasser la limite supérieure de la norme n'indique pas toujours une maladie. Certains médicaments (salicylates), la menstruation et la grossesse peuvent également augmenter l'agglutination des globules rouges. Il est nécessaire d'effectuer des mesures de contrôle après le retrait du médicament, au moins 3 jours plus tard.

Comment bien se préparer à l'étude?

La précision des résultats obtenus dépend directement de la préparation correcte du patient pour le don de sang. Liste des recommandations:

  • faire un don de sang strictement à jeun, le dernier repas au moins 8 heures avant la procédure;
  • une exclusion stricte des boissons alcoolisées pendant 1 jour est obligatoire;
  • annuler tout médicament en 1 jour en accord avec le médecin, si cela est impossible - avertir le laboratoire des médicaments pris;
  • il est permis de boire de l'eau propre non sucrée sans gaz;
  • 30 minutes avant l'échantillonnage du biomatériau pour exclure le stress physique et émotionnel, et il est également interdit de fumer.

Résumer

  • la valeur de l'ESR dans le cancer des ovaires, du tissu osseux, des ganglions lymphatiques et d'autres organes s'écarte considérablement de la norme. Plus le stade de la maladie est grave, plus les indicateurs sont élevés;
  • un test pour déterminer la vitesse de sédimentation des érythrocytes est le moins spécifique, car des écarts par rapport à la norme peuvent provoquer divers processus physiologiques dans le corps humain et des pathologies, y compris des maladies oncologiques;
  • dans de rares cas, une personne en bonne santé a une concentration constamment élevée d'ESR;
  • trouver la valeur en question dans la norme n'exclut pas le risque de développer une oncopathologie chez le patient. En cas de suspicion de cancer, il est nécessaire de subir un laboratoire complet (un panel de 20 marqueurs tumoraux, un test sanguin et urinaire général) et un examen instrumental (IRM, TDM, échographie). Le diagnostic final est déterminé par la totalité de toutes les données disponibles dans l'histoire du patient.
  • A propos de l'auteur
  • Publications récentes

Spécialiste diplômée, elle a obtenu en 2014 un diplôme en microbiologie de l'institution budgétaire fédérale de l'enseignement supérieur de l'Université d'État d'Orenbourg. Diplômé de l'étude de troisième cycle à l'Université agraire d'État d'Orenbourg.

En 2015. à l'Institut de Symbiose Cellulaire et Intracellulaire de la Branche de l'Oural de l'Académie des Sciences de Russie a réussi un programme de formation avancée dans le cadre du programme professionnel supplémentaire "Bactériologie".

Lauréat du concours panrusse du meilleur travail scientifique dans la nomination "Sciences biologiques" 2017.

Sang après chimiothérapie

Tout le contenu iLive est examiné par des experts médicaux pour s'assurer qu'il est aussi précis et factuel que possible.

Nous avons des directives strictes pour la sélection des sources d'informations et nous ne relions que des sites Web réputés, des institutions de recherche universitaires et, si possible, des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens interactifs vers ces études.

Si vous pensez que l'un de nos contenus est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Les cellules saines normales du corps humain se divisent assez lentement, de sorte qu'elles ne sont pas si sensibles à l'oppression par les cytostatiques - médicaments pour la chimiothérapie.

Mais cela ne s'applique pas aux cellules de la moelle osseuse, qui ont une fonction hématopoïétique. Ils se divisent aussi rapidement que les cellules malignes, ils sont donc détruits par la thérapie en raison du taux de division rapide.

La chimiothérapie a des effets secondaires graves sur le système hématopoïétique humain. Le sang du patient après la chimiothérapie est considérablement plus pauvre dans sa composition. Cette condition du patient est appelée myélosuppression ou pancytopénie - une forte diminution du sang de tous ses éléments en raison d'une violation de la fonction de l'hématopoïèse. Cela concerne le taux de leucocytes, plaquettes, érythrocytes, etc. dans le plasma sanguin.

Par le biais du flux sanguin, les médicaments de chimiothérapie se propagent dans tout le corps et à leurs points de terminaison - foyers de tumeurs malignes - ont un effet destructeur sur les cellules cancéreuses. Mais les éléments sanguins eux-mêmes sont exposés au même effet, qui sont endommagés..

ESR après chimiothérapie

La VS est un indicateur de la vitesse de sédimentation des érythrocytes dans le sang, qui peut être déterminée en effectuant un test sanguin général. Lors du décodage des données sur l'état sanguin du patient, le dernier chiffre indiquera le niveau ESR.

L'analyse est effectuée comme suit: une substance est ajoutée au sang qui l'empêche de coaguler, et le tube est laissé en position verticale pendant une heure. La force de gravité favorise la sédimentation des globules rouges au fond du tube. Après cela, la hauteur du plasma sanguin de couleur jaune transparent est mesurée, qui s'est formée en une heure - il ne contient plus d'érythrocytes.

Après la chimiothérapie, l'ESR du patient est augmentée, car le nombre d'érythrocytes dans le sang est réduit, ce qui est dû à des dommages au système hématopoïétique du patient et à une anémie prononcée.

Lymphocytes après chimiothérapie

Les lymphocytes sont l'un des groupes leucocytaires et servent à reconnaître les agents nocifs pour l'organisme et à les neutraliser. Ils sont produits dans la moelle osseuse humaine et fonctionnent activement dans les tissus lymphoïdes..

L'état du patient après la chimiothérapie est caractérisé par ce qu'on appelle la lymphopénie, qui se traduit par une diminution des lymphocytes dans le sang. Lorsque la dose de chimiothérapie est augmentée, le nombre de lymphocytes dans le sang diminue considérablement. Dans le même temps, l'immunité du patient se détériore également, ce qui le rend non protégé contre les maladies infectieuses..

Leucocytes après chimiothérapie

Les leucocytes sont des globules blancs, qui comprennent des cellules d'apparence et de fonction différentes - lymphocytes, monocytes, neutrophiles, éosinophiles, basophiles. Tout d'abord, dans le corps humain, les leucocytes représentent une fonction protectrice contre les agents pathogènes d'origine externe ou interne. Par conséquent, le travail des leucocytes est directement lié au niveau d'immunité humaine et à l'état des capacités de protection de son corps..

Le taux de leucocytes dans le sang après la chimiothérapie est fortement réduit. Cette condition est dangereuse pour le corps humain dans son ensemble, car l'immunité du patient diminue et la personne devient sensible même aux infections les plus simples et aux micro-organismes nocifs. La résistance corporelle du patient est considérablement réduite, ce qui peut provoquer une forte détérioration de la santé.

Par conséquent, une augmentation du taux de leucocytes dans le sang est une mesure nécessaire après la chimiothérapie..

Plaquettes après chimiothérapie

Après un cours de chimiothérapie, une forte diminution du nombre de plaquettes est observée dans le sang du patient, ce qui est appelé thrombocytopénie. Un tel état du sang après un traitement est dangereux pour la santé du patient, car les plaquettes affectent la coagulation du sang..

L'utilisation de médicaments dérivés de la dactinomycine, de la mutamivine et de la nitrosourée en chimiothérapie affecte très fortement les plaquettes.

Une diminution du nombre de plaquettes dans le sang se manifeste par l'apparition d'ecchymoses sur la peau, des saignements des muqueuses du nez, des gencives et du tube digestif.

Le traitement de la thrombopénie est choisi en fonction de la gravité de la maladie. Le degré faible et moyen de la maladie ne nécessite pas de traitement spécial. Mais le degré sévère de la maladie, potentiellement mortel, nécessite le recours à une transfusion plaquettaire. Si le taux de plaquettes dans le sang est bas, le prochain traitement de chimiothérapie peut être retardé ou la dose de médicaments peut être réduite.

Pour augmenter le taux de plaquettes dans le sang, vous devez recourir à certaines mesures:

  1. L'étamsylate ou la dicinone sont des médicaments qui augmentent la coagulation sanguine sans affecter la numération plaquettaire. Ils sont disponibles en comprimés et en solutions injectables..
  2. Derinat est un médicament créé à base d'acides nucléiques de saumon, disponible en gouttes ou en injections.
  3. Le méthyluracile est un médicament qui améliore le trophisme dans les tissus du corps humain et aide à accélérer les processus de régénération.
  4. Prednisolone - un médicament qui est utilisé simultanément avec la chimiothérapie.
  5. Sodecor est un médicament créé à partir d'un mélange d'infusions à base de plantes. Il est utilisé dans le traitement des maladies respiratoires. En même temps, c'est vraiment le médicament le plus efficace pour augmenter les taux de plaquettes. Littéralement, «sous nos yeux» - en trois à quatre jours d'utilisation du médicament, la numération plaquettaire revient à la normale.
  6. Il est nécessaire de prendre des vitamines B, de la vitamine C, des préparations de calcium, de magnésium et de zinc, de la lysine.
  7. L'utilisation de produits à base d'acide nucléique dans les aliments - caviar rouge, fruits à coque (noisettes, noix et pignons de pin, amandes), graines, légumineuses, graines de sésame et de lin, graines de céréales germées, plants frais de légumineuses, baies et fruits à petits grains - fraises, fraises des bois, figues, mûres, framboises, kiwi. Tous les légumes verts en grande quantité sont également utiles, ainsi que les épices - coriandre, clous de girofle, safran.

Hémoglobine après chimiothérapie

Les conséquences de la chimiothérapie sont l'inhibition de l'hématopoïèse, c'est-à-dire la fonction de l'hématopoïèse, qui s'applique également à la production de globules rouges. Le patient présente une érythrocytopénie, qui se manifeste par un faible nombre de globules rouges dans le sang, ainsi qu'une baisse du taux d'hémoglobine, à la suite de laquelle une anémie se développe.

Le niveau d'hémoglobine dans le sang devient critique, en particulier après des cycles répétés de chimiothérapie, ainsi qu'avec une combinaison de chimiothérapie et de radiothérapie.

Une augmentation des taux d'hémoglobine après avoir subi une chimiothérapie signifie une augmentation des chances de guérison des patients. Étant donné que le taux d'hémoglobine dans le sang affecte directement la survie des patients cancéreux.

Anémie après chimiothérapie

L'anémie est une forte diminution du nombre de globules rouges dans le sang - érythrocytes, ainsi que l'hémoglobine - une protéine que l'on trouve dans les globules rouges. Tous les patients cancéreux ont une anémie légère ou modérée après avoir subi une chimiothérapie. Certains patients souffrent d'anémie sévère.

Comme mentionné ci-dessus, la cause de l'anémie est l'inhibition du fonctionnement des organes hématopoïétiques, des lésions des cellules sanguines, ce qui affecte négativement la formule sanguine et sa composition..

Les symptômes de l'anémie sont:

  • l'apparition de pâleur de la peau et de cernes sous les yeux;
  • l'apparition de faiblesse dans tout le corps et une fatigue accrue;
  • essoufflement;
  • la présence d'un rythme cardiaque fort ou de ses interruptions - tachycardie.

L'anémie chez les patients cancéreux après chimiothérapie peut durer des années, nécessitant un traitement efficace. L'anémie légère à modérée ne nécessite pas de thérapie intensive - il suffit de changer le régime alimentaire et de prendre des médicaments qui améliorent la composition sanguine. Avec un degré d'anémie sévère, il est nécessaire de recourir à une transfusion sanguine ou érythrocytaire, ainsi qu'à d'autres mesures. Ceci a été décrit en détail dans les sections sur l'augmentation du taux de globules rouges et d'hémoglobine..

ALT après chimiothérapie

ALT - alanine aminotransférase est une protéine spéciale (enzyme) qui se trouve à l'intérieur des cellules du corps humain, impliquée dans l'échange d'acides aminés qui composent les protéines. L'ALAT se trouve dans les cellules de certains organes: dans le foie, les reins, les muscles, le cœur (dans le myocarde - muscle cardiaque) et le pancréas.

L'AST - aspartate aminotransférase - est une protéine spéciale (enzyme) qui se trouve également à l'intérieur des cellules de certains organes - foie, cœur (dans le myocarde), muscles, fibres nerveuses; les poumons, les reins et le pancréas en contiennent moins.

Des taux élevés d'ALAT et d'AST dans le sang indiquent la présence de lésions modérées à élevées de l'organe contenant cette protéine. Après avoir terminé un cycle de chimiothérapie, une augmentation de la quantité d'enzymes hépatiques - ALAT et AST - dans le sérum sanguin est observée. Ces changements dans les résultats des tests de laboratoire signifient tout d'abord des lésions hépatiques toxiques..

Les médicaments de chimiothérapie ont un effet déprimant non seulement sur la moelle osseuse, mais également sur d'autres organes de l'hématopoïèse - la rate, etc. Et plus la dose de médicaments est élevée, plus les résultats des dommages aux organes internes sont visibles et plus la fonction de l'hématopoïèse est inhibée..

Comment augmenter les leucocytes après la chimiothérapie?

Les patients cancéreux se demandent souvent: comment augmenter les leucocytes après une chimiothérapie?

Il existe plusieurs méthodes courantes, notamment:

  1. Prendre les médicaments Granatsit et Neupogen, qui sont des médicaments à fort effet; Préparation de leucogène, qui a un niveau d'effet moyen; médicaments Imunofala et Polyoxidonium, qui ont un effet d'épargne sur le corps. Des préparations de facteurs de croissance granulocytaires - Filgrastim et Lenograstim - qui aident à stimuler la production de leucocytes dans la moelle osseuse sont également présentées. Dans le même temps, il convient de rappeler que seul un médecin peut prescrire le traitement approprié..
  2. Modifications du régime alimentaire nécessitant l'inclusion de bouillons de poulet et de bœuf, de moules, de poisson cuit et cuit au four, de légumes - betteraves, carottes, citrouilles, courgettes dans l'alimentation du patient.
  3. L'utilisation de poisson rouge et de caviar est recommandée, ainsi que de petites quantités de vin rouge naturel. Tous les fruits, légumes et baies rouges sont utiles.
  4. Il est utile de manger du sarrasin avec du kéfir pour le petit-déjeuner, préparé comme suit. Le soir, la quantité requise de céréales est versée avec de l'eau, le matin du kéfir y est ajouté et le plat peut être mangé.
  5. Le miel a des qualités utiles, il doit être consommé deux fois par jour avant les repas à raison de quarante à soixante grammes par jour..
  6. Il est bon d'utiliser de la chicorée germée et des lentilles - une cuillère à soupe deux fois par jour.
  7. La teinture de noix aidera également à augmenter le nombre de globules blancs. Les noix pelées sont placées dans un bocal en verre et recouvertes d'eau. Après cela, le mélange est infusé à la lumière, mais pas à la lumière directe du soleil, pendant deux semaines, puis transféré dans un endroit sombre. Vous devez prendre la teinture trois fois par jour, une cuillère à soupe pendant au moins un mois.
  8. À partir des boissons, il est recommandé de prendre une décoction d'orge, préparée à partir d'un verre et demi de céréales bouillies dans deux litres d'eau. Le liquide est porté à ébullition puis mijoté jusqu'à ce qu'il soit réduit de moitié. Le bouillon se boit une demi-heure avant les repas trois fois par jour, cinquante millilitres. Vous pouvez y ajouter un peu de miel ou de sel de mer pour le bénéfice et le goût..
  9. Le bouillon d'avoine est également bon à cette fin. Une petite casserole est à moitié remplie avec le grain lavé, puis versée avec du lait au sommet du récipient et portée à ébullition. Ensuite, le bouillon est cuit dans un bain de vapeur pendant vingt minutes. Pris en petites quantités plusieurs fois par jour.
  10. Cinq cuillères à soupe d'églantier sont écrasées et remplies d'eau à raison d'un litre. La boisson est portée à ébullition et cuite à feu doux pendant encore dix minutes. Après quoi, le bouillon est enveloppé et infusé pendant huit heures. Pris tout au long de la journée sous forme de thé.
  11. Le patient doit consommer une grande quantité de liquide, qui contient de nombreuses vitamines. Jus fraîchement préparé, boisson aux fruits, compote, thé vert sont recommandés.

Comment augmenter l'hémoglobine après une chimiothérapie?

Les patients après un cours de chimiothérapie sont intrigués par la question: comment augmenter l'hémoglobine après une chimiothérapie?

Vous pouvez augmenter votre taux d'hémoglobine des manières suivantes:

  1. Un certain régime, qui doit être convenu avec le médecin traitant. Le régime alimentaire du patient doit inclure des substances qui normalisent la composition du sang, à savoir: le fer, l'acide folique, la vitamine B12, etc. Il convient de garder à l'esprit que la teneur en excès de ces composants dans les aliments peut entraîner une multiplication accélérée des cellules malignes. Par conséquent, le régime alimentaire d'un patient cancéreux doit être équilibré et les éléments ci-dessus sont prescrits par le médecin traitant sous forme de médicaments..
  2. Si le taux d'hémoglobine est tombé en dessous de 80 g / l, un spécialiste vous prescrira une procédure de transfusion de globules rouges.
  3. Une forte baisse des taux d'hémoglobine peut être évitée en transfusant du sang total ou des globules rouges avant la chimiothérapie. Une mesure similaire est également nécessaire immédiatement après la fin du traitement. Mais il faut garder à l'esprit que de fréquentes transfusions de sang (ou de ses composants) entraînent une sensibilisation du corps du patient, qui se manifeste ensuite par l'apparition de réactions allergiques après la procédure de transfusion sanguine transférée..
  4. Augmente efficacement le niveau d'hémoglobine érythropoïétine. Ces médicaments stimulent le développement des globules rouges, ce qui affecte l'accélération de la production d'hémoglobine (à condition que l'organisme dispose de toutes les substances nécessaires à cela). À l'aide d'érythropoïétines, l'effet est exercé directement sur la moelle osseuse de manière sélective. Les résultats de l'action des médicaments deviennent perceptibles quelque temps après le début de leur utilisation, il est donc conseillé de les prescrire immédiatement après la détection de l'anémie. Ces médicaments sont chers, parmi lesquels Eprex et Neorekormon sont considérés comme abordables pour nos patients.
  5. Vous pouvez utiliser un mélange spécial "savoureux", qui est préparé comme suit. Les noix, les abricots secs, les raisins secs, les pruneaux, les figues et le citron sont pris à parts égales. Tout est soigneusement broyé dans un mélangeur et rempli de miel. Ce «médicament» est pris une cuillère à soupe trois fois par jour. Le mélange est conservé dans un bocal en verre avec un couvercle au réfrigérateur.
  6. Manger des légumes verts, en particulier du persil, de l'ail, du bœuf bouilli et du foie, est bon pour les niveaux d'hémoglobine.
  7. Les jus frais sont bons pour la grenade, la betterave, le jus de radis.
  8. Il est nécessaire d'utiliser un mélange de jus de fruits frais: betterave-carotte (cent grammes de chaque jus); jus de pomme (un demi-verre), jus de betterave (quart de tasse), jus de carotte (quart de tasse) - prendre deux fois par jour à jeun. Un mélange d'un verre de jus de pomme, de jus de canneberge maison et d'un quart de verre de jus de betterave soulève également bien l'hémoglobine..

Test sanguin après chimiothérapie

Le test sanguin après la chimiothérapie inquiète beaucoup le patient, mais ce n'est pas le fait du prélèvement sanguin qui fait peur au patient - il se fait toujours de la même manière selon le standard du laboratoire, s'inquiète du résultat possible qui détermine la vie du patient pour les deux prochaines semaines et les perspectives du prochain cours de chimiothérapie.

Les femmes tolèrent la chimiothérapie avec des complications plus prononcées sur le sang, le corps masculin réagit moins à la toxicité de la thérapie, pour laquelle aucune explication n'a encore été trouvée, et traditionnellement, elles "commutaient la flèche" vers les hormones sexuelles.

  • Sang après chimiothérapie
  • Comment augmenter les leucocytes après la chimiothérapie?
  • Comment augmenter l'hémoglobine après une chimiothérapie?
  • À quelle fréquence devriez-vous avoir un test sanguin?
  • Comment se préparer à un test sanguin après une chimiothérapie?
  • Contre-indications à la chimiothérapie

Sang après chimiothérapie

L'utilisation de la plupart des cytostatiques affecte négativement l'hématopoïèse du patient, certains médicaments tuent plus de cellules sanguines, certains, comme les vinca-alcaloïdes, ne changent presque pas l'analyse. Pour chaque médicament anticancéreux, un pourcentage de la probabilité d'une chute sévère des leucocytes est déterminé, mais l'utilisation de combinaisons de médicaments, de plus, à plusieurs reprises sur plusieurs semaines, rejette toutes les prédictions pour un résultat positif - subir une chimiothérapie sans perte d'hématopoïèse.

Toutes les germes de sang ne sont pas endommagées par les cytostatiques de la même manière, les leucocytes, qui ne sont pas préparés par la nature pour une longue vie, en souffrent le plus - leur durée de vie est d'un peu moins de deux semaines, et ne résistent donc pas aux vicissitudes du traitement anticancéreux.

Les plaquettes vivent un peu moins, mais un niveau acceptable est maintenu par un grand nombre - il y a 30 à 40 fois plus de leucocytes. Thrombocytopénie - une diminution du nombre de plaquettes en dessous de 150000 se développe avec l'utilisation d'un petit nombre de cytostatiques, par exemple le thiophosphamide, commence souvent par une leucopénie, mais la normalisation du nombre de plaquettes est retardée de plusieurs semaines après la fin du cycle de chimiothérapie. Numération plaquettaire critique 32 à 34 000, lorsque le risque de saignement augmente considérablement.

Globule rouge - un érythrocyte devrait vivre près de 120 jours, seulement après 3-4 mois, une jeune cellule sera libérée de la moelle osseuse, elle est donc plus résistante à la chimiothérapie et 2-4 millions d'entre elles circulent dans tout le corps. Anémie - une diminution de l'hémoglobine et du nombre d'érythrocytes est caractéristique d'un très petit nombre de cytostatiques, en règle générale, plusieurs cycles de chimiothérapie avec des dérivés du platine y mènent. Les conséquences de l'anémie sont mortelles - non seulement la qualité se détériore, mais l'espérance de vie diminue et la sensibilité aux changements de traitement médicamenteux, et en cas d'anémie profonde, la chimiothérapie est contre-indiquée même pour sauver des vies. La particularité de l'anémie post-chimiothérapeutique dans la teneur normale en fer, c'est-à-dire qu'elle n'est pas carencée en fer, je suis associée à une reproduction insuffisante de la population de globules rouges.

La résistance de la membrane érythrocytaire aux influences externes, y compris la chimiothérapie, détermine la vitesse de leur précipitation, qui est vérifiée par la réaction de sédimentation érythrocytaire dans un tube à essai en 60 minutes - ESR. La VS augmente avec les défauts des globules rouges, la chimiothérapie peut déformer l'érythrocyte, mais c'est la reproduction des cellules sanguines dans la moelle osseuse qui souffre le plus des cytostatiques. Dans la plupart des cas, la VS après chimiothérapie ne change pas beaucoup par rapport à l'indicateur initial et souvent en parallèle avec la teneur en hémoglobine dans l'érythrocyte. Contrairement à la croyance populaire, l'ESR réagit peu à l'évolution du cancer, mais change activement avec l'inflammation ou l'infection, accompagnant souvent une tumeur maligne commune. Une VS élevée est souvent associée à une anémie.

Les leucocytes, composés de cinq fractions: neutrophiles, éosinophiles, lymphocytes, monocytes et basophiles, réagissent le plus activement à la chimiothérapie. Les plus sensibles aux cytostatiques sont les neutrophiles, dans le test sanguin, ils sont désignés comme des leucocytes coupés et segmentés. Normalement, il devrait y avoir au moins 1500 neutrophiles, c'est-à-dire qu'au moins la moitié de tous les leucocytes, ils sont responsables de la résistance du système immunitaire à l'inflammation et à l'infection.

La diminution de la fraction de lymphocytes, représentée par les principaux défenseurs immunitaires des lymphocytes T et des cellules de mémoire immunitaire, les lymphocytes B, après une chimiothérapie n'est souvent pas évidente et pas aussi frappante que celle des neutrophiles. Une lymphopénie sévère est caractéristique des troubles immunitaires sévères, y compris le VIH / SIDA. Après la chimiothérapie, les patients notent une légère augmentation de l'incidence des infections respiratoires virales, mais aucune étude n'a été réalisée sur le problème, on ne sait pas dans quelle mesure l'impression personnelle correspond à la réalité. On suppose qu'avec une chimiothérapie réussie d'une tumeur maligne, les indicateurs d'immunité ne font que s'améliorer..

Transaminases sanguines - L'ALT et l'AST ne reflètent pas l'effet des médicaments anticancéreux sur les fractions cellulaires du sang, mais l'effet néfaste des cytostatiques et des médicaments immuno-oncologiques sur le tissu hépatique. Les médicaments chimiothérapeutiques entraînent une hépatite toxique et les médicaments immunitaires anticancéreux entraînent une hépatite auto-immune. L'hépatite peut être asymptomatique et se manifester uniquement par une modification du taux de transaminases, et en fonction de la gravité des lésions hépatiques, l'ALT peut tripler et même plus de 20 fois dépasser la limite supérieure de la norme.

Comment augmenter les leucocytes après la chimiothérapie?

Les leucocytes, à savoir les neutrophiles, après une chimiothérapie peuvent diminuer à un niveau critique, ce qui entraîne des infections sévères. Une forme particulière de réaction inflammatoire généralisée après une chimiothérapie est la neutropénie fébrile, lorsque rien d'autre qu'une température élevée et un état grave n'est trouvé chez un patient: il n'y a pas de signes objectifs de septicémie, de pneumonie et d'inflammation d'autres organes. Dans un test sanguin, aucune microflore pathologique n'est trouvée - tout est stérile, seuls les neutrophiles sont inférieurs à la normale et le pourcentage peut rester.

La neutropénie est divisée par degrés comme suit:

  • le nombre absolu de cellules de un mille et demi à mille, ce qui n'exclut pas le développement d'une neutropénie fébrile après chimiothérapie, c'est-à-dire une seule augmentation de température de plus de 38,5 ℃ ou deux fois en un jour de plus de 38 ℃
  • degré moyen de mille à 500 cellules;
  • neutropénie sévère ou agranulocytose, c'est-à-dire absence de granulocytes - baisse du taux de neutrophiles en dessous de 500.

La stimulation de la leucopoïèse n'est nécessaire que pour la neutropénie fébrile, une diminution asymptomatique de la fraction leucocytaire ne nécessite une correction que chez les patients fragilisés par de multiples maladies chroniques.

Les seuls médicaments efficaces sont les facteurs de stimulation des colonies (LCR), il en existe plusieurs types, principalement destinés à stimuler les globules blancs. Les médicaments activent une augmentation du taux de natalité et du taux de maturation des neutrophiles dans la moelle osseuse, avec l'utilisation initiale du LCR dans un test sanguin, le résultat est visible après quelques heures.

Aucun autre médicament, à l'exception du LCR, n'affecte la reproduction des leucocytes, mais ne contribue qu'à l'élimination rapide des leucocytes déposés de la moelle osseuse, épuisant les ressources de l'hématopoïèse. Le nombre de représentants du sang blanc n'est pas affecté par la nutrition du patient et les procédures.

L'utilisation de stimulants hématopoïétiques s'accompagne non seulement de réactions secondaires désagréables, mais épuise également avec le temps les réserves de la moelle osseuse, c'est pourquoi des indications strictes ont été déterminées pour le LCR. Le LCR n'est jamais associé à la chimiothérapie, le médicament est administré le lendemain après cytostatique.

Comment augmenter l'hémoglobine après une chimiothérapie?

En règle générale, l'anémie se développe après des cycles répétés de chimiothérapie et, dans la plupart des cas, ne nécessite pas de mesures urgentes sous forme de transfusion de globules rouges, comme cela est nécessaire en cas de saignement abondant..

Selon la gravité de l'anémie:

  • doux - l'hémoglobine au niveau de 100-119 grammes par litre, en règle générale, n'a presque aucun effet sur le bien-être si le patient a un processus de cancer pas très courant;
  • le degré moyen avec l'hémoglobine 80-99 g / l, le manque d'oxygène transporté dans les tissus se manifeste par une diminution des capacités fonctionnelles du corps, un essoufflement pendant l'exercice et une faiblesse avec une fatigue rapide est possible;
  • une anémie sévère survient lorsque le taux d'hémoglobine baisse de 80 grammes par litre de sang, principalement l'état de santé en souffre, mais des troubles objectifs de la part des organes du système cardiovasculaire sont possibles.

Le taux d'hémoglobine est augmenté par des injections d'érythropoïétines et le traitement est instauré dans les cas graves. Une augmentation de l'hémoglobine est notée après plusieurs mois de traitement chez seulement 60 à 70% des patients, les érythropoïétines sont particulièrement efficaces dans l'anémie dans le contexte d'une chimiothérapie avec des dérivés du platine.

Le traitement de l'anémie est à long terme - plusieurs mois et souvent dans le contexte d'injections de préparations de fer. On ne sait pas sans ambiguïté si les stimulants de l'érythropoïèse améliorent la qualité de vie, mais l'utilisation de l'érythropoïétine est également associée à des effets secondaires, en particulier désagréables et dangereux - augmentation de la coagulation sanguine avec la formation de caillots sanguins. En raison de la probabilité de thrombose, le stimulant est contre-indiqué chez les patients ayant une activité motrice limitée et des antécédents de thrombose, il n'est pas associé au LCR et à certains cytostatiques.

À quelle fréquence devriez-vous avoir un test sanguin?

Des tests sanguins - généraux avec un nombre de leucocytes et de plaquettes, ainsi qu'un examen biochimique détaillé, doivent être effectués avant chaque cycle de chimiothérapie. Avec un cycle long avec des injections hebdomadaires de médicaments, le niveau de neutrophiles doit être vérifié la veille de l'administration, car le niveau de leucocytes commence à diminuer 7 à 10 jours après la première injection d'un cytostatique.

Le moment du test sanguin de contrôle après la chimiothérapie est guidé par l'état initial et la combinaison de cytostatiques utilisés, c'est-à-dire toujours individuellement, mais au plus tard 5 à 7 jours après la fin de la chimiothérapie. Un contrôle supplémentaire dépend de la profondeur de la neutropénie, la surveillance quotidienne des indicateurs n'est pas exclue. Si le nombre de leucocytes est normalisé, le test suivant est planifié avant de commencer la chimiothérapie.

Comment se préparer à un test sanguin après une chimiothérapie?

Pour une plus grande fiabilité des indicateurs, tout test sanguin est effectué à jeun et de préférence le matin après une pause de 8 heures pour manger. Avant l'analyse, vous devez vous abstenir de fumer pendant quelques heures. Les autres restrictions sont déterminées par le chimiothérapeute traitant.

Dans un test sanguin, tous les indicateurs qui s'écartent de la norme sont importants, car chacun reflète des changements pathologiques dans le corps. Des erreurs dans la fiabilité des indicateurs sont possibles, mais il faut garder à l'esprit que les changements du nombre de cellules sanguines sont non seulement quotidiens, mais aussi horaires, la moelle osseuse n'a pas de pauses déjeuner et de week-end, elle fonctionne toutes les secondes, donnant naissance à de nouvelles cellules et les faisant croître pour être libérées dans la circulation sanguine..

Les fluctuations des paramètres biochimiques sont plus stables, car elles reflètent l'état des organes et des systèmes d'organes entiers, de sorte que l'étude est effectuée tous les mois, s'il n'y a aucune raison de regarder plus souvent.

Contre-indications à la chimiothérapie

Le traitement anticancéreux est de nature toxique - la chimiothérapie tue toutes les cellules, tous les tissus normaux ne sont pas capables de résister aux cytostatiques.

Dans chaque cas clinique, le moment de l'administration d'un médicament chimiothérapeutique et sa dose sont déterminés individuellement, en fonction de nombreux critères. Formellement, la chimiothérapie ne peut pas être commencée lorsque le nombre de leucocytes est inférieur à la norme standard, mais avec des neutrophiles supérieurs à 1500, il n'est pas toujours nécessaire de réduire une dose unique du médicament de chimiothérapie. Et avec un taux de neutrophiles plus faible, il est possible de poursuivre le traitement, mais avec un suivi attentif et régulier des indicateurs et en présence de LCR dans la réserve.

La limite inférieure du début de la chimiothérapie pour les plaquettes est supérieure à 100000, pour l'hémoglobine est supérieure à 90 g / l, individuellement, ces limites peuvent être réduites avec une modification de la dose du cytostatique administré et des intervalles entre les injections. Bien sûr, un degré moyen de déclin, et encore plus grave, est une contre-indication à la chimiothérapie, mais temporaire - jusqu'à la guérison.

Bien entendu, la véracité des indicateurs, en particulier dans le processus de traitement anticancéreux, dépend de l'équipement de laboratoire disponible et de la qualité des réactifs, la rapidité de l'étude joue un rôle important. Dans notre clinique, toute recherche correspond au niveau d'avis d'expert, sinon nos employés ne peuvent tout simplement pas travailler..