Gonflement du visage

Myome

Une tumeur au visage est un néoplasme pathologique qui survient à la suite d'une lésion des tissus mous ou d'une perturbation du fonctionnement des organes et des systèmes internes. Le plus souvent, un tel néoplasme n'est pas dangereux pour la santé..

Contenu
  1. Bénin
    1. Lipome (wen)
    2. L'athérome
    3. Hémangiome
    4. Exostose
    5. Xanthélasma
  2. Malin
    1. Basalioma
    2. Carcinome squameux
    3. Sarcome

En raison du manque de traitement en temps opportun, le phoque peut provoquer le développement d'une maladie plus grave, y compris une maladie mortelle. Une bosse sur le visage peut être bénigne ou maligne.

Bénin

Ce sont des phoques qui ne mettent pas la vie en danger. Cependant, sous l'influence de certains facteurs, certains types de cônes sont susceptibles de se transformer en néoplasmes oncologiques..

Les tumeurs du visage sont classées en plusieurs types.

Lipome (wen)

C'est une tumeur bénigne qui se forme à partir du tissu adipeux. Le lieu de localisation est presque n'importe quelle partie du corps, y compris le visage, où se trouve du tissu adipeux sous-cutané.

La maladie peut être indiquée par une tumeur à l'oreille chez une personne, sous le menton et dans d'autres zones..

Le joint est doux, mobile et petit au toucher. Le néoplasme ne fait pas mal.

Sur ce sujet
    • Couverture de la peau

Méthodes de traitement de l'athérome sans chirurgie

  • Natalia Gennadievna Butsyk
  • 9 décembre 2019.

Le lipome ne dégénère presque jamais en une forme maligne. Le principal danger est un wen enflammé. La condition est accompagnée de rougeurs et de douleurs..

Le lipome est unique et multiple. De plus, une telle tumeur est capable de se développer.

Parmi les principales raisons de l'apparition figurent la prédisposition héréditaire et les troubles métaboliques.

L'athérome

Il s'agit d'une formation causée par le blocage des glandes sébacées. La bosse s'élève au-dessus de la surface de la peau. La teinte est la même que celle d'un épiderme sain, les contours sont nets. Il n'y a pas de douleur à la palpation. L'apparition de l'athérome est indiquée par une bosse sous les pommettes, sur la joue près de l'oreille et d'autres parties du visage.

Si le processus pathologique s'accompagne d'une suppuration, un gonflement des tissus mous, une douleur apparaît et la température corporelle augmente. Dans le contexte de l'inflammation, le néoplasme peut s'ouvrir de lui-même, à la suite de quoi le contenu de pus et de graisse sera libéré.

Sans traitement rapide, l'athérome peut dégénérer en une tumeur maligne (liposarcome). Pour se débarrasser du sceau, seule une intervention chirurgicale est prescrite.

Hémangiome

C'est l'une des lésions bénignes les plus fréquemment diagnostiquées pouvant toucher le visage. Souvent, une tumeur est détectée dans l'enfance de 3 à 10 ans. De plus, les adultes qui ont atteint l'âge de 50 ans sont sensibles à la maladie..

La bosse a une origine vasculaire. Lors de la croissance, les muqueuses sont souvent impliquées dans le processus..

L'hémangiome est dans la plupart des cas congénital. Sa formation active est notée immédiatement après la naissance de l'enfant. L'accumulation se développe rapidement, à la suite de quoi toute la région maxillo-faciale peut être déformée. L'évolution de la maladie s'accompagne de nombreuses conséquences..

L'hémangiome est classé en:

  • caverneux;
  • capillaire plat;
  • ramifié;
  • mixte;
  • combiné.

Les facteurs de provocation pour lesquels un néoplasme peut survenir n'ont pas été entièrement compris..

Exostose

Parfois, l'apparition de cônes n'est pas notée à partir de tissu mou, mais à partir de tissu osseux. Par exemple, de telles tumeurs apparaissent sur le front. La bosse appartient aux types les plus rares et est diagnostiquée par hasard lors de l'examen d'un autre problème..

Sur ce sujet
    • Couverture de la peau

Pourquoi le wen démange-t-il

  • Olga Vladimirovna Khazova
  • 5 décembre 2019.

Parfois, la croissance osseuse sur le front peut être si grande qu'elle est visible à l'œil nu.

Une telle éducation ne constitue pas une menace sérieuse, car elle se développe lentement et ne se transforme pas en cancer. Seule une méthode chirurgicale est utilisée pour le retrait.

Xanthélasma

Extérieurement, il ressemble plus à une plaque plate jaunâtre. Une telle bosse se forme souvent sous l'œil, dans le contexte du développement d'une hypercholestérolémie, d'un diabète sucré ou de troubles du métabolisme lipidique.

Un tel néoplasme ne se résout pas tout seul. Aux premiers signes de l'apparition d'un sceau, vous devez immédiatement demander une aide qualifiée.

Malin

Les tumeurs sont agressives et se développent rapidement. Le processus oncologique implique rapidement les tissus et organes voisins. Le pronostic dans la plupart des cas est défavorable.

Il existe les variétés suivantes.

Basalioma

Ce type de néoplasme est caractérisé par une croissance lente et l'absence de métastases. La maladie est diagnostiquée dans 75 à 80% de tous les cas de tumeurs du visage. Il peut évoluer sur plusieurs années. Le plus souvent, les tumeurs sont localisées dans la lèvre supérieure, les ailes nasales, les plis nasogéniens, les coins inférieurs et supérieurs des yeux et sur les paupières.

Au départ, les phoques sont petits. Ils ne font pas mal à la palpation. Au fur et à mesure que la pathologie progresse, une ulcération de la surface de la peau et la formation de croûtes sont notées. Dans la plupart des cas, les carcinomes basocellulaires se forment comme des nœuds uniques..

Carcinome squameux

Une caractéristique distinctive de cette forme est la croissance infiltrante rapide et la propagation des métastases aux ganglions lymphatiques régionaux. La tumeur peut être infiltrante, infiltrante-ulcéreuse et papillaire.

Dans le premier type, aux premiers stades de la maladie, la surface du nœud est recouverte d'une peau qui n'est pas différente de la santé. Au fil du temps, il affecte les tissus voisins et les ulcères. L'ulcère a un fond profond avec des bords denses, rempli de contenu nécrotique.

Sarcome

Il s'agit d'un néoplasme de nuances lilas, violettes ou violettes, aux bords flous. Au fur et à mesure de sa croissance, des nœuds arrondis denses commencent à apparaître à la surface, atteignant jusqu'à 20 mm de diamètre.

Plus souvent, le sarcome est diagnostiqué chez les patients infectés par le VIH.

Un gonflement du visage peut être bénin ou malin. Afin d'établir avec précision l'étiologie de son origine, ainsi que pour déterminer le type, dès les premiers symptômes, vous devez immédiatement demander l'avis d'un spécialiste.

Tumeurs cutanées malignes

Tumeurs cutanées malignes - néoplasmes de localisation externe d'origine épithéliale, mélanocytaire, lymphocytaire et vasculaire. Ils se développent plus souvent à un âge avancé. Manifesté sous forme de plaques, nodules et phoques à croissance exophytique et endophytique. Avec la progression, ils s'ulcèrent souvent. Les tissus sous-jacents peuvent se développer, métastaser en ganglions lymphatiques et organes distants. Le diagnostic est établi sur la base des plaintes, des données d'examen et des résultats d'études complémentaires. Traitement - ablation chirurgicale, chimiothérapie, radiothérapie.

  • Épithéliome basocellulaire
  • Carcinome épidermoïde de la peau
  • Mélanome
  • le sarcome de Kaposi
  • Lymphomes cutanés
  • Prix ​​des traitements

informations générales

Le terme «tumeurs cutanées malignes» comprend les néoplasmes cutanés provenant de l'épiderme (carcinome basocellulaire et épidermoïde), des mélanocytes (mélanome), de l'endothélium vasculaire (sarcome) et des lymphocytes (lymphome). Selon diverses sources, elles représentent 13 à 25% du nombre total de maladies oncologiques. Classé troisième en termes de prévalence après le cancer du poumon et le cancer de l'estomac. La probabilité de développement augmente avec le vieillissement, l'âge moyen des patients en Russie selon les données de 2004 est de 68 ans. Les tumeurs cutanées malignes sont plus susceptibles de se produire sur les zones exposées du corps. Les blondes à la peau claire souffrent plus souvent que les brunes. Le degré d'agressivité peut varier et dépend du type morphologique du néoplasme. Le diagnostic et le traitement de cette pathologie sont effectués par des spécialistes dans le domaine de l'oncologie et de la dermatologie..

Causes de développement et classification des tumeurs cutanées malignes

Les raisons du développement de tumeurs cutanées malignes ne sont pas complètement comprises. Parmi les principaux facteurs de risque, les experts indiquent traditionnellement vivre dans les régions du sud, âge, peau claire, dommages mécaniques, insolation prolongée et effets météorologiques défavorables (vent, basse température, humidité de l'air élevée). Parallèlement, au cours des dernières décennies, il y a eu une augmentation du nombre de tumeurs cutanées malignes chez les citadins de la voie du milieu qui ne travaillent pas en plein air..

Les chercheurs associent ce fait à la détérioration de la situation écologique, à une augmentation des niveaux de rayonnement, à la présence d'un grand nombre de cancérogènes dans les aliments et les produits ménagers, à la mode des coups de soleil et à la prévalence des troubles immunitaires. Outre les facteurs énumérés, la présence de maladies cutanées précancéreuses est importante, notamment le kératome sénile, la corne cutanée, le naevus pigmenté limite, l'érythroplasie et la maladie de Bowen..

Certains des cancers de la peau les plus courants comprennent:

  • Épithéliome basocellulaire (basaliome).
  • Carcinome épidermoïde de la peau (épithéliome épidermoïde).
  • Mélanome.
  • le sarcome de Kaposi.
  • Lymphomes cutanés

Épithéliome basocellulaire

Le basaliome est une tumeur cutanée maligne avec une croissance locale agressive et une très faible tendance aux métastases à distance. C'est la forme la plus courante de cancer de la peau. Dans 80% des cas, il se forme au niveau du visage et de la tête. Elle peut survenir sur une peau inchangée ou devenir le résultat d'une transformation maligne d'un processus précancéreux. Caractérisé par une évolution lente et une forte tendance à la rechute. Plus souvent diagnostiqué chez les personnes âgées.

Au départ, un petit nodule plat ou saillant indolore, de couleur chair ou rosâtre, apparaît à la surface de la peau. Parfois, une tumeur maligne de la peau a l'apparence d'une érosion rougeâtre déprimée, ressemblant à une égratignure. L'épithéliome basocellulaire se développe sur plusieurs années, atteignant une taille de 1 à 2 centimètres. Au fur et à mesure que le néoplasme se développe, une zone humide apparaît d'abord, puis un petit foyer de carie, recouvert d'une croûte.

Une plaie ou une érosion qui saigne facilement est située sous la croûte, entourée d'un rouleau étroit et dense de couleur rosâtre, brunâtre ou chair. Le rouleau se compose de nombreux petits nœuds. Par la suite, l'ulcère augmente et s'approfondit. Des cicatrices partielles sont parfois révélées. Avec une croissance endophyte agressive, la mobilité d'une tumeur cutanée maligne diminue. L'approfondissement de l'ulcère est un signe de croissance infiltrante et de destruction des tissus sous-jacents.

Il existe plusieurs types de basaliomes. L'épithéliome basocellulaire superficiel est généralement localisé dans la région du tronc. C'est une surface érysémateuse atrophique, recouverte d'une croûte et entourée d'un mince rouleau dense. Le basaliome cicatriciel plat, en règle générale, est situé dans la région temporale, caractérisé par la présence d'une zone d'atrophie et de cicatrices avec une crête légère. La tumeur cutanée maligne nodulaire peut être multiple, localisée sur le cuir chevelu, la peau des paupières et le front. Représente de petits nodules recouverts de croûtes. Il s'ulcère rapidement et détruit les tissus sous-jacents. Le basaliome de type sclérodermie ressemble à la sclérodermie. Sujette à récidive.

Une tumeur cutanée maligne est diagnostiquée sur la base d'un examen externe et de données d'examen histologique. Le traitement est une ablation chirurgicale ou non chirurgicale. Excision, cryodestruction, électrocoagulation, irradiation, etc. Après l'excision d'une tumeur cutanée maligne, il est conseillé aux patients d'éviter la lumière directe du soleil. Une rechute survient chez 40% des patients dans les 10 ans.

Carcinome épidermoïde de la peau

Le carcinome épidermoïde de la peau est une tumeur maligne de la peau qui se développe à partir de la couche épineuse de l'épiderme. Il est détecté 10 fois moins souvent que le carcinome basocellulaire, les hommes souffrent deux fois plus souvent que les femmes. Les personnes à la peau claire vivant dans les latitudes méridionales sont plus sensibles à la maladie. Le risque de développer une tumeur cutanée maligne augmente avec l'utilisation prolongée d'immunosuppresseurs. L'âge moyen des patients est de 50 à 60 ans. Il se forme généralement sur la peau exposée, sur la lèvre inférieure et dans le périnée. Il peut se développer dans le contexte d'une kératose sénile ou se produire sur le site de blessures traumatiques: cicatrices après des blessures, brûlures, processus purulents, escarres ou ulcères trophiques.

Contrairement au basaliome, cette tumeur maligne de la peau se déroule comme un cancer typique de n'importe quel endroit. L'épithéliome épidermoïde progresse rapidement, les métastases aux ganglions lymphatiques régionaux et aux organes distants. Dans les premiers stades, il s'agit d'un seul nodule sphérique. Par la suite, avec une croissance exophytique, il devient irrégulier et augmente en taille. Avec une croissance endophyte (forme infiltrante ulcéreuse), il est situé dans l'épaisseur de la peau, forme un ulcère douloureux en forme de cratère avec des bords denses et piqués.

Toutes les tumeurs cutanées malignes à croissance exophytique et endophyte envahissent rapidement les tissus sous-jacents et deviennent immobiles. La destruction des muscles, des vaisseaux sanguins, des nerfs, du cartilage et des os est possible. La probabilité de métastases précoces est particulièrement élevée dans les tumeurs cutanées malignes qui sont apparues dans la zone des cicatrices post-brûlées, des oreillettes, de la lèvre inférieure, des mains et des organes génitaux externes. Les patients se plaignent de douleurs locales intenses et d'une aggravation de l'état général. Faiblesse, fatigue accrue, perte d'appétit, perte de poids, hyperthermie et signes d'intoxication générale apparaissent.

Sans traitement, la mort survient 2 à 3 ans après l'apparition d'une tumeur cutanée maligne. La cause du décès est l'épuisement, les complications infectieuses ou le saignement des vaisseaux endommagés. Le diagnostic est basé sur les symptômes et les résultats histologiques. Le traitement est rapide. Pour les métastases aux ganglions lymphatiques, une radiothérapie supplémentaire est utilisée, pour les métastases à distance, une chimiothérapie est prescrite.

Mélanome

Le mélanome est la tumeur cutanée la plus maligne. Découle des mélanocytes. Il peut se développer sur une peau inchangée ou dans la zone d'un naevus pigmenté. Les personnes à la peau claire souffrent plus souvent. Chez les patients à peau foncée, la croissance est rare, généralement sur la plante des pieds et les paumes. L'âge moyen pour le développement d'une tumeur cutanée maligne est de 20 à 45 ans. Les facteurs de risque comprennent une insolation excessive, plusieurs naevus, un naevus pigmenté congénital et un naevus dysplasique. Chez les patients qui ont des parents atteints de mélanome, la probabilité de la maladie augmente 8 fois, chez les patients qui ont déjà subi une intervention chirurgicale pour enlever le mélanome - 9 fois.

Une tumeur maligne de la peau est une tache plate ou un nodule saillant de couleur noire ou brun foncé. La couleur du néoplasme peut être uniforme ou hétérogène, parfois les zones pigmentées alternent avec des foyers de couleur chair. Les mélanomes sans mélanine sont très rares. Au fur et à mesure que la tumeur progresse, sa taille augmente rapidement ou commence à faire saillie de plus en plus au-dessus de la surface, devient rugueuse. Le pelage est possible. Le néoplasme est facilement endommagé et saigne. Peut se dérouler sans sensations locales désagréables ou être accompagné de démangeaisons et de brûlures.

Une tumeur maligne de la peau métastase rapidement vers les ganglions lymphatiques régionaux et les organes distants. Donne des métastases à la peau sous forme de néoplasmes pigmentés et non pigmentés, d'abord localisés non loin de la tumeur primaire, puis dispersés dans tout le corps. Le diagnostic est posé sur la base des symptômes, du test radiophosphoré, de la thermographie et des données cytologiques. La présence d'un mélanome peut être indiquée par des signes visuels tels que l'asymétrie, la décoloration, les contours inégaux et une augmentation du diamètre du naevus de plus de 5 mm.

La biopsie de cette tumeur cutanée maligne est catégoriquement contre-indiquée. Si un mélanome est suspecté, des frottis sont prélevés pour un examen cytologique, un examen externe approfondi est effectué, les ganglions lymphatiques sont palpés et une attention particulière est accordée aux signes de métastases possibles aux organes internes. Les patients avec suspicion de tumeurs cutanées malignes sont référés pour une radiographie pulmonaire, une IRM et un scanner des organes internes, une scintigraphie hépatique et d'autres études. Traitement chirurgical. Dans la période postopératoire, la chimiothérapie et l'immunochimothérapie sont utilisées. Le pronostic est défavorable.

le sarcome de Kaposi

Le sarcome de Kaposi est une tumeur cutanée maligne qui se développe à partir des cellules de la paroi interne des vaisseaux lymphatiques et sanguins. Se produit généralement en présence de troubles immunitaires (chez les personnes âgées, les patients VIH, les patients prenant des immunosuppresseurs). Les facteurs de risque possibles comprennent les virus oncogènes, les traumatismes et la prédisposition héréditaire. La forme africaine endémique se trouve généralement chez les jeunes, caractérisée par des métastases précoces.

La forme classique d'une tumeur cutanée maligne est plus fréquemment diagnostiquée chez les hommes plus âgés. Elle se manifeste par la formation de multiples nœuds et plaques violets ou brun bleuâtre sur les membres inférieurs. Depuis de nombreuses années, il existe une lésion locale qui se propage progressivement, qui avec le temps se complique d'œdème et d'éléphantiasis des membres. Par la suite, une dissémination avec lésion des ganglions lymphatiques, des organes internes, de la peau du visage et du tronc est possible.

Une forme immunodépendante d'une tumeur cutanée maligne se développe chez les patients qui ont reçu des immunosuppresseurs après une transplantation d'organe. La forme épidémique est détectée chez les patients atteints du SIDA, elle se caractérise par un développement rapide rapide et des métastases précoces. La tactique de traitement d'une tumeur cutanée maligne dépend de la prévalence et de la forme de la maladie. Dans la forme classique avec lésion locale des membres, l'excision des néoplasmes est réalisée. Pour la généralisation, la radiothérapie et la chimiothérapie sont prescrites. Le pronostic dépend de la forme de la maladie.

Lymphomes cutanés

Les lymphomes cutanés sont un groupe de tumeurs cutanées malignes qui se développent à partir des lymphocytes T et B. Les causes n'ont pas été établies. Certains virus, l'exposition à des produits chimiques, l'augmentation des niveaux de rayonnement et une exposition excessive au soleil sont considérés comme des facteurs de risque possibles. La prédisposition héréditaire n'est pas exclue. Les néoplasmes peuvent être primaires (les cellules malignes affectent principalement la peau) ou secondaires (une tumeur se forme dans l'organe lymphoïde puis se dissémine dans la peau).

Les tumeurs cutanées malignes se manifestent par des démangeaisons, des éruptions cutanées, des modifications de la formule sanguine et une augmentation des ganglions lymphatiques régionaux. Avec la progression du processus, des dommages aux organes internes sont possibles. Le diagnostic est établi sur la base de données d'examen, de tests sanguins, d'échographie et de tomodensitométrie des organes internes, de ponction sternale, de biopsie des ganglions lymphatiques et d'autres études. Le plan de traitement d'une tumeur cutanée maligne est élaboré en tenant compte du type de lymphome et de l'étendue du processus. Une ablation chirurgicale est effectuée, une thérapie avec des immunostimulants et des glucocorticostéroïdes est effectuée, une radiothérapie et une chimiothérapie sont prescrites. Le pronostic dépend du type de lymphome.

Types de néoplasmes cutanés

  • 1 Que sont les néoplasmes et ce qu'ils sont
  • 2 néoplasmes bénins
  • 3 néoplasmes malins de la peau
  • 4 Néoplasmes précancéreux de la peau
  • 5 Élimination et prévention de l'apparition de lésions cutanées

Taupes, verrues, wen. Qui aurait pensé que ces défauts cosmétiques totalement inoffensifs sont à égalité avec des pathologies oncologiques beaucoup plus désagréables?.

De nombreux types de néoplasmes sur la peau sont à la fois totalement sans danger pour la santé et capables de nuire aux tissus environnants et même de constituer une menace pour la vie humaine. Ces derniers comprennent principalement des tumeurs cutanées malignes, moins souvent - conditions précancéreuses limites.

Comment et pourquoi apparaissent-ils? Dans quels cas peuvent-ils être enlevés dans le cabinet de l'esthéticienne et quand devriez-vous consulter un médecin pour un traitement complet? TecRussia.ru étudie la question avec une passion particulière:

↑ Que sont les néoplasmes et ce qu'ils sont

Par leur structure, tous les néoplasmes cutanés (on les appelle aussi «tumeurs» ou «néoplasies») sont le résultat d'une prolifération incontrôlée de cellules qui n'ont pas encore atteint leur maturité, et ont donc perdu la capacité de remplir pleinement leurs fonctions. Selon le tableau clinique, ils sont généralement divisés en 3 types:

    Bénin
    (athérome, hémangiome, lymphangiome, lipome, papillome, grain de beauté, naevus, fibrome, neurofibrome)

Ils ne constituent pas une menace pour la vie humaine, mais avec un mauvais placement ou de grandes tailles, ils peuvent causer des perturbations dans le travail d'autres systèmes et / ou organes de notre corps. Sous des influences extérieures, ils peuvent parfois se transformer en néoplasmes malins.

Malin
(basaliome, mélanome, sarcome, liposarcome)

Ils se développent rapidement et agressivement, pénétrant les tissus et organes environnants, souvent avec la formation de métastases. Le pronostic de ces maladies est souvent défavorable, compte tenu de la difficulté de leur guérison et de la tendance aux rechutes fréquentes, et dans certains cas un processus métastatique actif est fatal si les organes vitaux sont irréversiblement endommagés.

Affections cutanées à la limite ou précancéreuses
(kératome sénile, xérodermie pigmentée, corne cutanée, dermatose de Bowen)

Formations dont les tissus, sous l'influence de causes héréditaires ou actuelles, ont changé, ayant reçu le potentiel de dégénérer en tumeurs malignes.

↑ néoplasmes bénins

Les cellules de ces formations conservent partiellement leurs fonctions d'origine et ont un taux de croissance lent. Parfois, ils appuient sur les tissus voisins, mais ne les pénètrent jamais. En termes de structure, ces néoplasmes sont similaires aux tissus dont ils sont issus. En règle générale, ils répondent bien aux traitements chirurgicaux et autres appareils, donnent rarement des rechutes.

  • L'athérome

Tumeur de la glande sébacée, formée après son blocage. Le plus souvent, il se produit sur le cuir chevelu, le cou, le dos, dans la région de l'aine, c'est-à-dire dans des endroits à forte concentration de glandes sébacées. Ressemble à une formation dense avec des contours clairs, élastique et mobile à la palpation, ne provoque pas d'inconfort.

Avec la suppuration, des rougeurs et un gonflement des tissus, des douleurs et une augmentation de la température corporelle apparaissent. Un athérome enflammé peut percer tout seul, libérant un contenu purulent-sébacé. Ce kyste épithélial a tendance à se transformer en une forme maligne - liposarcome. L'athérome est retiré uniquement par excision chirurgicale.

Photo 1,2 - athérome sur le visage et le dos:
Photo 3.4 - Hémangiome de la peau chez le nouveau-né: sur le corps et sur le visage:
  • Hémangiome

Formation de tumeurs vasculaires bénignes. Il peut être simple capillaire (à la surface de la peau), caverneux (dans les couches profondes de la peau), combiné (combinant les deux formes précédentes) et mixte (affectant non seulement les vaisseaux sanguins, mais aussi les tissus environnants, principalement le tissu conjonctif).

L'hémangiome capillaire peut atteindre de grandes tailles, sa couleur varie du rouge au noir bleuâtre, se développe principalement sur les côtés. La variété caverneuse est une formation nodulaire sous-cutanée limitée recouverte d'une peau cyanosée ou régulière. Le plus souvent, ces tumeurs apparaissent chez les nouveau-nés, littéralement dans les premiers jours de la vie, et sont situées dans la région de la tête et du cou.

Si le geangiome est situé sur une zone complexe du corps (par exemple, sur le visage dans la zone de l'orbite) ou occupe une grande surface, il est éliminé par la méthode de rayonnement. D'autres traitements sont la sclérothérapie, la cryothérapie, les médicaments hormonaux. Lorsque la tumeur est profonde et que le traitement conservateur est inefficace, une excision chirurgicale est nécessaire, y compris les couches sous-jacentes de la peau.

  • Lymphangiome

Une formation bénigne des parois des vaisseaux lymphatiques qui se produit chez les enfants même au stade du développement intra-utérin. La plupart de ces tumeurs sont détectées avant 3 ans. Il s'agit d'une cavité à parois minces dont la taille varie de 1 mm à 5 cm ou plus (lymphangiome kystique, constitué de plusieurs kystes isolés ou communicants).

Il augmente très lentement, mais dans certains cas, il y a une croissance brusque à une taille significative - dans ce cas, une ablation chirurgicale est nécessaire. En outre, les lymphangiomes situés à proximité immédiate de la trachée, du larynx ou d'autres organes vitaux sont nécessairement prélevés..

Photo 5.6 - Lymphangiome kystique sur le corps et dans la bouche, près de la langue:
Photo 7.8 - lipome (wen) sur le dos et sur le visage:
  • Lipome

Tumeur de la couche graisseuse (souvent appelée «tissu adipeux»), située dans la couche sous-cutanée de tissu conjonctif lâche. Il peut pénétrer profondément dans le corps jusqu'au périoste, s'infiltrant entre les faisceaux vasculaires et les muscles. On le trouve le plus souvent dans les zones où la couche graisseuse est la plus fine - la surface externe des cuisses et des épaules, la ceinture scapulaire et le haut du dos. Ressemble à une masse molle, mobile et indolore à la palpation.

Le lipome se développe assez lentement et est généralement sans danger pour le corps, bien que dans de rares cas, il puisse dégénérer en un liposarcome malin. Dans le même temps, si le wen grandit et commence à appuyer sur le tissu environnant, une ablation chirurgicale est indiquée. Il vaut mieux ne pas attendre ce moment, car plus la tumeur est grosse, plus la cicatrice postopératoire sera visible. Mais les petites tumeurs graisseuses sont facilement éliminées au laser, aux ondes radio ou aux méthodes de ponction-aspiration, après quoi il n'y a pratiquement aucune trace sur la peau..

  • Papillomes et verrues

Formations sous forme de nodule ou de papille, qui sont de nature virale. Ils sont causés par diverses souches du virus du papillome humain (HPV), généralement dans le contexte d'une diminution de l'immunité, du stress et des troubles autonomes. Extérieurement, ils sont très diversifiés, le plus souvent ils ressemblent à des excroissances de formes et de tailles variées, de couleur allant du brun clair au brun foncé et au gris.

Certains types de verrues peuvent dégénérer en cancer, mais la plupart d'entre elles sont relativement sans danger pour la santé. Le traitement complexe comprend la nomination de médicaments antiviraux et immunomodulateurs, ainsi que l'élimination des excroissances elles-mêmes, presque toutes les méthodes conviennent à cela: traitement avec des acides réactifs, injections d'interféron, cryodestruction à l'azote liquide, électrocoagulation, exposition radio ou laser, excision chirurgicale.

Photo 9.10 - verrues simples (voir photos de tous types de verrues):
Photo 11.12 - grains de beauté sur le cou et sur le corps (voir photos de tous types de grains de beauté):
  • Taupes et naevus

Tumeurs cutanées bénignes, congénitales ou acquises. Ils sont une accumulation de cellules débordant de pigment de mélanine. Ils peuvent avoir différentes tailles, formes, couleurs et textures de surface (pour plus de détails, voir l'article "Types de grains de beauté").

Certains d'entre eux ont un potentiel élevé de transformation en une forme maligne - le mélanome. Par exemple, un naevus borderline pigmenté, un nodule plat, brun foncé ou gris avec une surface sèche et inégale. Ces formations doivent être supprimées, et uniquement par chirurgie (pour plus de détails, voir l'article "Taupes malignes").

Les grains de beauté et les naevus dangereux pour la mélanomone ne nécessitent pas de traitement, mais les experts recommandent de se débarrasser de ceux qui sont constamment blessés ou se trouvent dans des zones ouvertes du corps et sont souvent exposés aux rayons du soleil afin d'éviter les complications. Ici, la méthode n'est plus aussi critique: en plus d'un scalpel, une taupe peut être enlevée avec un laser, une cryodestruction ou des ondes radio..

  • Fibrome (dermatofibrome)

Formations dans le tissu conjonctif, qui se trouvent le plus souvent chez les femmes à un âge jeune et mature. Ils ont une petite taille (jusqu'à 3 cm), ressemblent à un nœud profondément soudé, faisant saillie sphérique au-dessus de la surface de la peau, la couleur va du gris au brun, parfois bleu-noir, la surface est lisse, moins souvent verruqueuse. Il se développe lentement, mais il existe une possibilité de complications oncologiques: dans de rares cas, le fibrome peut dégénérer en fibrosarcome malin.

Photo 13,14 - Fibrome sur les doigts et les orteils:
Photo 15.16 - Neurofibrome et neurofibromatose à peau unique:
  • Neurofibrome

Une tumeur qui se développe à partir des cellules de la gaine nerveuse. Le plus souvent situé dans la peau et les tissus sous-cutanés. C'est un tubercule dense mesurant de 0,1 à 2-3 cm, recouvert d'un épiderme dépigmenté ou très pigmenté. Les neurofibromes multiples sont causés par des causes héréditaires ou génétiques et sont considérés comme une maladie distincte - la neurofibromatose.

Cette tumeur se transforme rarement en une tumeur maligne, mais elle est en soi assez dangereuse - elle peut causer une douleur constante et provoquer de graves troubles fonctionnels dans le corps, elle nécessite donc un traitement, au moins pharmacologique (rétinoïdes). Dans les cas difficiles, une excision chirurgicale ou une radiothérapie est indiquée.

↑ néoplasmes malins de la peau

Les formations de ce type se développent rapidement, pénètrent dans les tissus environnants et forment souvent des métastases même dans des organes éloignés du foyer en raison du transfert de cellules pathologiques à travers les systèmes circulatoire et lymphatique. Dans ces tumeurs, le contrôle du corps sur la division cellulaire est complètement perdu et les cellules elles-mêmes perdent la capacité de remplir leurs fonctions spécifiques. Les néoplasmes malins sont assez difficiles à traiter, ils se caractérisent par des rechutes fréquentes de la maladie même après une ablation chirurgicale.

Les principaux signes de la dégénérescence d'une tumeur bénigne ou d'un état limite stable de la peau en formation maligne sont:

  • pigmentation changeant de couleur ou de saturation;
  • augmentation nette et rapide de la taille;
  • propagation de la tumeur aux tissus adjacents;
  • saignement, expression, etc..

Les métastases de néoplasmes malins peuvent se manifester dans tous les organes et tissus, mais le plus souvent, les poumons, le foie, le cerveau et les os deviennent la cible de lésions. Au stade de la métastase, le pronostic du traitement est souvent négatif voire fatal.

  • Mélanome

L'un des types de cancer les plus courants. Dans la plupart des cas, il est le résultat de la malignité des grains de beauté et des naevus après un traumatisme grave ou une exposition excessive à la lumière ultraviolette. Donne des métastases à presque tous les organes, en commençant par les ganglions lymphatiques régionaux, se reproduit souvent. Il est traité chirurgicalement, en association avec une chimiothérapie et une radiothérapie.

Photo 17, 18 - Voici à quoi peut ressembler le mélanome:
Photo 19,20 - carcinome basocellulaire du visage:
  • Basalioma

Un type dangereux de carcinome épidermoïde de la peau, formé à partir de cellules basales atypiques de l'épiderme. Au premier stade, il ressemble à un nodule blanc avec une croûte sèche à la surface, avec le temps, il grossit et commence à s'ulcérer, puis se transforme en un ulcère profond ou un nœud de champignon dépassant de la surface de la peau. Il se développe sur les zones du corps exposées aux rayons ultraviolets, aux températures élevées et aux substances cancérigènes. Il est traité avec des méthodes standard - excision chirurgicale, radiothérapie, chimiothérapie, cryo ou thérapie au laser.

  • Sarcome de Kaposi, angiosarcome, sarcomatose hémorragique

Tumeurs malignes multiples dans le derme. Ils ont l'apparence de taches violettes, violettes ou lilas sans limites claires, des nœuds arrondis progressivement denses jusqu'à 2 cm de diamètre d'une couleur brun bleuâtre apparaissent sur eux, avec une tendance à s'unir et à s'ulcérer. Le plus souvent, ce type de sarcome affecte les personnes infectées par le VIH, se déroulant sous une forme agressive, conduisant rapidement à la mort..

Photo 21,22 - Sarcome de Kaposi sur la jambe:
Photo 23.24 - Liposarcome dans la région de la hanche et de l'épaule:
Photo 25.26 - Fibrosarcome des tissus mous:
  • Liposarcome

Tumeur maligne du tissu adipeux. Se produisent le plus souvent chez les hommes, les personnes âgées de 50 ans et plus. Dans la plupart des cas, il se développe dans le contexte de formations bénignes - lipomes et athéromes. Le liposarcome se développe généralement lentement et rarement des métastases. Lorsqu'il est localisé dans la graisse sous-cutanée, un seul nœud arrondi avec des contours irréguliers et une densité inégale est palpé comme une unité assez grande (jusqu'à 20 cm), ferme ou élastique au toucher. Un traitement chirurgical est utilisé, une chimiothérapie associée à une radiothérapie.

  • Fibrosarcome

Il se développe dans les tissus mous, principalement les tissus conjonctifs, le plus souvent dans les membres inférieurs. Avec une localisation superficielle, il peut nettement dépasser au-dessus de la peau, a une couleur bleu-brun foncé. Avec un emplacement plus profond, il est visuellement invisible. Distinguer le fibrosarcome différencié et mal différencié, le premier est considéré comme moins dangereux - il se développe relativement lentement et ne donne pas de métastases, mais les deux types donnent un pourcentage élevé de rechutes après le retrait.

↑ Néoplasmes précancéreux de la peau

Ce groupe comprend les conditions pathologiques des cellules qui sont plus ou moins susceptibles de se terminer par une dégénérescence en formations malignes..

  • Maladie de Bowen (cancer intraépidermique)

Formation dans l'épiderme sans envahir les tissus environnants. S'il n'est pas correctement traité, il se transforme en cancer cutané invasif avec croissance et métastase. Le plus souvent observé chez les personnes âgées, localisé sur la tête, les paumes, les organes génitaux. Certaines dermatoses chroniques, kystes kératinisés, traumatismes cutanés avec cicatrices, radiations, effets ultraviolets et cancérigènes conduisent à l'apparition de la maladie de Bowen..

Au stade initial, il ressemble à une tache brun rougeâtre de 2 mm à 5 cm sans bordures égales, puis il se transforme en une plaque imposante avec des bords surélevés et une surface squameuse. Après avoir enlevé les écailles, une surface non saignante et suintante s'ouvre. L'ulcération est la preuve de la transition de la maladie de Bowen vers une forme maligne..

Photo 27,28 - Maladie de Bowen:
Photo 29.30 - Xeroderma pigmentosa:
  • Xérodermie pigmentée

Une tumeur qui se développe lorsque la peau est excessivement sensible à la lumière ultraviolette, lorsque les taches de vieillesse deviennent des excroissances verruqueuses. Cette maladie est rare et héréditaire. Dans les premiers stades, le traitement est réduit à la prise de médicaments qui réduisent la sensibilité aux rayons UV sous la supervision d'un dispensaire par un dermatologue ou un oncologue. Au stade de la formation des excroissances - leur ablation chirurgicale est recommandée.

  • Kératome sénile (kératose sénile)

Il ressemble à une éruption cutanée atteignant 1 cm de diamètre, allant du jaune au brun foncé. Au fur et à mesure qu'il se développe, des croûtes et des écailles sèches se forment sur les taches, lorsqu'elles se décollent, un léger saignement se produit. La formation de sceaux dans le néoplasme indique la transition de l'état limite vers une tumeur maligne.

Photo 31.32 - Kératome sénile (séborrhéique):
Photo 33,34 - Corne cutanée sur le visage:
  • Corne cutanée (sénile)

Une formation en forme de cône ressemblant à une corne jaunâtre ou brune, c'est pourquoi elle tire son nom. Typique pour les personnes âgées, il se produit principalement sur les zones ouvertes de la peau qui sont régulièrement exposées à des frottements ou à une compression, est formée à partir des cellules de la couche épineuse de la peau. Il se développe comme une formation indépendante, conséquence de tumeurs bénignes (le plus souvent, verrues) ou du stade initial du carcinome épidermoïde. Supprimé chirurgicalement.

↑ Élimination et prévention de l'apparition de néoplasmes cutanés

Les experts conviennent qu'il est nécessaire de se débarrasser de tous les néoplasmes, qu'ils soient bénins ou malins. Les seules exceptions sont totalement inoffensives et inappropriées pour le retrait, par exemple, une dispersion de petites taupes sur tout le corps.

La meilleure façon de dire adieu à la tumeur pour toujours est l'excision chirurgicale. Il n'a qu'un seul inconvénient: des cicatrices postopératoires inesthétiques. Cependant, ce côté du problème n'est pertinent que si nous parlons d'un néoplasme sûr qui est retiré à des fins esthétiques. Dans ce cas, les méthodes modernes de "sauvegarde" aideront, tout d'abord, le laser (voir, par exemple, l'article "Retirer les grains de beauté avec un laser").

Avec une intervention rapide, le pronostic des tumeurs bénignes et des conditions précancéreuses limites est positif - une guérison complète, à l'exclusion des rechutes et de la malignité des formations. Si la formation était à l'origine maligne, le pronostic peut ne pas être aussi favorable, le traitement nécessitera des efforts importants, mais il ne sera complètement inefficace que si des métastases se forment dans les organes vitaux..

En ce qui concerne la prévention, il n'existe aujourd'hui aucune mesure uniforme convenue par les médecins contre l'apparition ou la malignité des néoplasmes. Parmi les principales recommandations:

  • faites régulièrement attention à l'état de votre peau et, au moindre soupçon de formation de tumeurs et de formations similaires, contactez un dermatologue ou un oncologue;
  • éliminer les grains de beauté, les verrues et autres formations suspectes uniquement après avoir consulté un spécialiste qui confirmera leur bonne qualité;
  • éviter une exposition excessive aux ultraviolets de la peau, utiliser constamment des produits spéciaux avec des filtres, en particulier pour les personnes sujettes à la formation de grains de beauté, de taches de vieillesse;
  • éviter tout contact cutané avec des substances cancérigènes et chimiquement actives;
  • pour réduire la consommation d'aliments pouvant provoquer l'apparition de cancer - notamment les viandes fumées, les graisses animales, les saucisses et autres produits carnés contenant une grande quantité de stabilisants alimentaires.

Néoplasmes sur la peau du visage, des bras, du cou, des fesses, des pieds, de la tête. Types, causes, suppression du laser

Néoplasmes cutanés - processus pathologique de croissance du nombre de cellules cutanées ou augmentation de leur taille, dont le résultat est la formation d'une croissance (tumeur) sur la peau. Ils peuvent être de différents types, formes et structures, n'affecter que l'épiderme ou se développer plus profondément dans les tissus et les organes..

Les néoplasmes cutanés peuvent être inoffensifs ou indiquer la présence de pathologies graves, différer par leur apparence et leur couleur, leur période de croissance et la présence de métastases.

En médecine, on distingue les types de néoplasmes suivants:

1. Par le principe d'occurrence:

  • congénitales - fixées au niveau génétique et présentes chez une personne dès la naissance (grains de beauté et verrues de formes et de types variés);
  • acquis - surgissent dans le processus de la vie, quel que soit l'âge.

2. Par voie de manifestation:

  • primaire - apparaissent pour la première fois sur une peau non endommagée auparavant;
  • secondaire - germer et métastaser dans les couches plus profondes du derme à partir de foyers existants.

3. Sur une base quantitative:

  • Célibataire;
  • plusieurs.

4. Selon le tableau clinique (la classification la plus courante, qui permet de relier les tumeurs à des néoplasmes sûrs ou nocifs):

  • malignes - les tumeurs progressives localisées non seulement dans la zone touchée, mais également sur les organes ou les tissus les plus proches, sont souvent accompagnées de métastases;
  • bénins - ne constituent pas une menace pour la vie, mais dans certains cas, ils peuvent interférer avec le fonctionnement normal du corps et dans des conditions défavorables - se développent en tumeurs cancéreuses;
  • précancéreux (limite) - néoplasmes précédant le développement de tumeurs malignes.

La dernière des classifications a un regroupement plus détaillé par maladies.

Type de néoplasmeClassificationCaractéristique
BéninVerrues, papillomesNéoplasmes nodulaires d'origine virale, le plus souvent sous forme d'excroissances de différentes nuances.
Nevi, taupesNéoplasmes congénitaux ou acquis pigmentés à la mélanine.
LipomeNéoplasmes sous-cutanés de la couche graisseuse. Avoir l'apparence d'une bosse douce et indolore.
LymphangiomeLes néoplasmes dans les vaisseaux lymphatiques se produisent au stade du développement intra-utérin. Ils ressemblent à des cavités de 1 à 5 cm (et parfois plus). Se manifeste le plus souvent chez les enfants de moins de 1 an.
L'athéromeNéoplasme dans la région des glandes sébacées en raison de leur blocage. Il se caractérise par une structure dense. Avec la suppuration, un gonflement se produit, accompagné de sensations douloureuses et d'une augmentation de la température corporelle.
FibromeIl affecte les tissus conjonctifs et se manifeste chez les femmes d'âges différents. A l'apparence de nodules saillants de nuances grises, bleuâtres, brunes ou noires. Les lésions atteignent une taille de 3 cm.
NeurofibromeNéoplasme dans les terminaisons nerveuses du tissu sous-cutané. Sont des tubercules denses et pigmentés jusqu'à 3 cm.
HémangiomeIl est localisé dans les vaisseaux et se développe dans les tissus environnants. Se produit le plus souvent dans la tête, le cou, les organes génitaux. Il peut y en avoir plusieurs types:

  • capillaire - uniquement à la surface de la peau;
  • caverneux - formé dans les couches profondes de la peau;
  • combiné - combine les types précédents.
MalinLiposarcomeTumeur du tissu adipeux, se développant le plus souvent sous une forme maligne à partir d'un athérome ou d'un lipome. Il ressemble à un seul nœud solide (jusqu'à 20 cm), le principal groupe à risque est celui des hommes de plus de 50 ans.
Angiosarcome (sarcome de Kaposi)Carcinome épidermoïde de la peau. Il a l'apparence de multiples taches de teintes violettes et d'une forme floue, qui finissent par devenir des ulcères. Les personnes infectées par le VIH font partie du principal groupe à risque.
BasaliomaCancer de la peau à cellules squameuses qui se développe dans les cellules basales de l'épiderme. C'est une croissance nodulaire avec une croûte, qui se transforme finalement en un ulcère ou une croissance de champignon sur une jambe mince. Apparaît le plus souvent sur les zones ouvertes du corps exposées aux rayons ultraviolets.
Carcinome épidermoïde (carcinome épidermoïde de la peau)Tumeurs denses solitaires qui métastasent agressivement vers les ganglions lymphatiques. Au fil du temps, ils peuvent se couvrir d'écailles ou d'ulcères. Se pose principalement sur le visage, les oreilles, le cou, les bras.
FibrosarcomeLa tumeur affecte les tissus mous et, avec une localisation superficielle, est un tubercule bleu-brun. Affecte le plus souvent les membres.
MélanomeIl se développe à partir de naevus ou de taupes, métastase à tous les organes.
PrécancéreuxKératose sénilePetites taches de nuances jaunes ou brunes. Ils peuvent se décoller et saigner lorsque les écailles se détachent..
Maladie de BowenIl ressemble à une tache rougeâtre qui, avec le temps, s'élève légèrement au-dessus de la peau et commence à se décoller. Principalement trouvé chez les personnes âgées.
Corne cutanéeLa croissance est jaune ou brune, de plus en plus longue et ressemblant à une corne. Se manifeste le plus souvent chez les personnes âgées.
Xérodermie pigmentéeLa prolifération des taches de vieillesse, une forme héréditaire de la maladie.

Les néoplasmes cutanés peuvent avoir différentes formes, être denses, élastiques ou souples, avoir une surface squameuse ou suintante, une ulcération.

Il existe des formes de cancer de la peau:

  • superficiel - la formation de nodules sur la peau avec une nuance allant du blanc au gris jaunâtre, qui se transforment en plaques inégalement délimitées avec une dépression à l'intérieur;
  • papillaire - tumeur métastatique en croissance active avec une surface grumeleuse et plusieurs papilles dessus;
  • infiltrant - est un ulcère-cratère avec des bords surélevés, recouvert de croûtes.

Étapes et diplômes

Les néoplasmes cutanés, dont les types sont liés aux tumeurs malignes, ont certains stades de développement et le degré de leur progression dépend de la maladie spécifique.

  • Stade 0 (précancéreux) - la nucléation des cellules cancéreuses en petit nombre sans manifestation de symptômes externes.
  • Stade I (initial) - l'apparition d'une excroissance ou de taches sur la peau avec préservation des dimensions (pas plus de 2 cm de diamètre), détérioration de la santé (faiblesse, somnolence, fièvre).
  • Stade II - croissance tumorale, accompagnée de signes de gonflement, de rougeur, de démangeaisons, de sensations douloureuses. L'apparition d'autres foyers de lésions sur la peau est possible avec plusieurs formes de néoplasmes.
  • Stade III - la taille de la tumeur augmente (à partir de 5 cm ou plus), elle se développe vers l'intérieur, affectant les tissus, les muscles, les terminaisons nerveuses, les vaisseaux sanguins. Elle se caractérise par l'apparition de métastases régionales, une inflammation des ganglions lymphatiques, un affaiblissement du système immunitaire et une aggravation de la maladie.
  • Stade IV - l'apparition de nouvelles métastases, la croissance des néoplasmes et l'émergence de tumeurs secondaires. S'accompagne d'une perte générale de force, d'une perte de poids, de fièvre et de troubles du sommeil.

L'OMS a également développé une classification internationale unifiée des stades des néoplasmes malins TNM, où:

  • T - tumeur primaire avec des valeurs de Tx, T0, T1, T2, T3, T4;
  • N - présence de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux N0, N1, N2, N3;
  • M - tumeurs secondaires et métastases dans les organes distants M0, M1.

La valeur «x» implique l'impossibilité d'évaluer l'état de la zone sélectionnée, et les nombres 0 ou 1 - l'absence ou la présence de cet indicateur, respectivement. Les nombres 2, 3 et 4 caractérisent le stade de développement de la tumeur, la taille et la profondeur de sa pénétration..

Symptômes

La formation de néoplasmes aux premiers stades peut être asymptomatique, n'affectant que les couches internes de l'épithélium, et seulement avec le temps, les premiers signes de manifestation peuvent apparaître sur la peau.

Le développement de tumeurs s'accompagne de symptômes:

  • l'apparition d'une tache non passante à long terme, d'un nodule ou d'un gonflement de toute teinte;
  • longue plaie cicatrisante sur la peau;
  • l'apparition et la croissance de grains de beauté aux bords inégaux;
  • irritation et démangeaisons dans la zone touchée;
  • la présence d'écoulement purulent ou sanglant dans les zones enflammées;
  • croissance et décoloration des naevus existants;
  • l'apparition d'ulcères-cratères aux limites inégales;
  • l'apparition de signes de malaise et une augmentation de la température corporelle.

De plus, les symptômes des tumeurs malignes et bénignes présentent des différences significatives..

Les néoplasmes bénins sont caractérisés par:

  • différence extérieurement insignifiante entre la tumeur et la peau;
  • la présence de limites claires;
  • croissance lente;
  • absence de symptômes concomitants (signes de malaise, fièvre, douleur);
  • absence de métastases.

Pour les tumeurs malignes, les symptômes sont absolument opposés, ils s'accompagnent d'une croissance agressive des cellules affectées, d'une invasion dans d'autres organes et tissus et, dans de nombreux cas, de métastases.

Raisons de l'apparition

Les néoplasmes sur la peau, dont les types et la structure ont leurs propres caractéristiques distinctives, peuvent survenir pour un certain nombre de raisons inhérentes à toutes les formes:

  • diverses blessures mécaniques de la peau (brûlures, blessures, coupures);
  • exposition prolongée aux rayons ultraviolets, aux rayons X;

cancer de piel

  • exposition aux radiations;
  • hérédité;
  • mauvaises habitudes;
  • la présence de maladies graves;
  • troubles du système immunitaire;
  • immunodéficience acquise;
  • la présence de maladies chroniques de la peau;
  • mauvaise écologie;
  • alimentation déséquilibrée (malbouffe, manque de vitamines);
  • prendre des médicaments puissants (testostérone, immunosuppresseurs);
  • la présence d'infections virales (papillomavirus);
  • la présence de maladies précancéreuses;
  • exposition à des substances chimiques et toxiques (arsenic, produits pétroliers, résines diverses).
  • Pour chaque type de maladie, il existe des facteurs provoquants qui contribuent à son développement:

    • verrues, papillomes - infection par le papillomavirus humain;
    • taupes, naevus - mouvement des cellules pigmentaires dans les couches sous-cutanées, diverses infections, malformations embryonnaires;
    • lipome - troubles métaboliques et hormonaux, maladie du foie, maladie rénale, diabète sucré;
    • lymphangiome - pathologies du développement embryonnaire, mutations chromosomiques, intoxication intra-utérine;
    • athérome - troubles hormonaux, conditions environnementales défavorables, épaississement de l'épiderme;
    • fibrome - perturbations hormonales, traumatisme cutané, hérédité;
    • neurofibrome - hérédité;
    • hémangiome - pathologie vasculaire qui survient au cours du développement intra-utérin;
    • liposarcome - prise de médicaments hormonaux, contact prolongé avec l'amiante;
    • angiosarcome - infection par le VIH ou le virus herpès simplex de type 8;
    • basaliome - exposition fréquente au soleil et contact avec des substances toxiques;
    • carcinome épidermoïde - exposition aux rayons ultraviolets;
    • fibrosarcome - expositions répétées pendant les rayons X ou la chimiothérapie;
    • mélanome - une mutation des cellules d'ADN;
    • kératose sénile - rayonnement ultraviolet;
    • Maladie de Bowen - exposition aux radiations, aux rayons ultraviolets, aux produits chimiques;
    • corne cutanée - blessures cutanées, infections diverses;
    • xérodermie pigmentée - hérédité.

    Diagnostique

    Si vous trouvez des points suspects et des bosses sur la peau de votre corps, vous devez contacter un établissement médical pour un diagnostic différentiel. Sa tâche principale est de relier le néoplasme à une forme bénigne ou maligne..

    La méthode de diagnostic de la maladie comprend:

    • collection d'anamnèse;
    • test sanguin général et biochimique, analyse d'urine;

    Diagnostic différentiel des néoplasmes cutanés

  • test d'immunosorbant lié;
  • dermatoscopie - examen externe des tumeurs cutanées à l'aide d'appareils de grossissement spéciaux;
  • Diagnostic par PCR - détection des maladies héréditaires et infectieuses au niveau moléculaire (à partir de 1300 roubles);
  • biopsie - examen histologique des cellules de la zone touchée de la peau, qui sont prises avec un scalpel;
  • examen cytologique - examen des écailles ou de l'exsudat d'un ulcère à l'aide d'un microscope;
  • numériser la structure de la peau avec un siascope spécial, avec la sortie d'une image agrandie sur un écran d'ordinateur;
  • Échographie des ganglions lymphatiques et des organes abdominaux afin de détecter les tumeurs secondaires (à partir de 1000 roubles);
  • radiographie et mammographie (en fonction de la localisation de la zone touchée);
  • IRM, CT - le plus efficace pour l'étude des derniers stades des tumeurs malignes (à partir de 900 roubles).
  • Vous pouvez passer des tests de base et subir un examen initial par examen visuel, dermatoscopie, radiographie et mammographie gratuitement dans le cadre de la police d'assurance médicale obligatoire à la clinique du lieu d'inscription ou de séjour. Vous pouvez également prélever gratuitement des échantillons pour la recherche histologique ou cytologique à la clinique d'oncologie de l'État..

    Le contenu d'information d'une méthode ou d'une autre dépendra du stade et du type de la maladie. Et pour établir son appartenance à des tumeurs malignes ou bénignes, un examen histologique des cellules aidera (interdit si un mélanome est suspecté).

    Quand voir un médecin

    Les néoplasmes cutanés, dont les types ne peuvent être établis que par un spécialiste expérimenté, nécessitent une attention médicale immédiate si les symptômes suivants sont présents:

    • l'apparition de gonflement, de démangeaisons et de douleur dans la zone du néoplasme;
    • l'apparition d'autres lésions;
    • l'apparition d'ulcères et de plaies hémorragiques dans la zone touchée;
    • croissance ou décoloration d'une tumeur.

    Mélanome aux premiers stades. Panneaux

    Le plus souvent, ils se tournent vers un dermatologue pour obtenir de l'aide. D'autres spécialistes sont également impliqués dans le traitement des néoplasmes cutanés, auxquels le médecin peut se référer après le diagnostic initial:

    • vénéréologue;
    • chirurgien;
    • oncologiste;
    • oncologue-dermatologue;
    • gynécologue.

    La prévention

    Les mesures préventives visent à minimiser les risques de néoplasmes, mais elles ne peuvent empêcher leur formation. Ces mesures doivent être suivies attentivement par les personnes à risque (prédisposition génétique, vieillesse, conditions de travail néfastes):

    • régime équilibré;
    • rejet des mauvaises habitudes;
    • exclusion d'une exposition prolongée au soleil (surtout à l'heure du déjeuner), utilisation de crèmes solaires;
    • minimisation du contact avec les toxines, les produits chimiques;
    • auto-examen régulier du corps pour de nouveaux grains de beauté, taches de vieillesse et excroissances;
    • élimination des néoplasmes suspects.

    Méthodes de traitement

    Les néoplasmes cutanés, dont les types nécessitent un traitement, sont le plus souvent sujets à l'élimination par diverses méthodes. Il convient de rappeler que toute forme de tumeur bénigne ou limite peut évoluer vers une tumeur maligne avec le temps. Ce processus de transition est appelé malignité..

    Afin de détecter les changements en temps opportun, vous devez surveiller régulièrement l'état des tumeurs bénignes, consulter un médecin et diagnostiquer l'échographie, la tomodensitométrie, l'IRM.

    Le traitement des néoplasmes malins implique l'utilisation de toutes les méthodes possibles d'inhibition de la croissance tumorale et d'élimination des cellules affectées avec capture partielle de tissu sain. Le choix de la méthode dépend du type de tumeur, de sa taille, de son opérabilité, du stade de la maladie, des caractéristiques physiques, de la santé et de l'âge du patient..

    Excision chirurgicale

    Elle est réalisée en présence de néoplasmes volumineux ou en cas de doute sur leur bonne qualité. Les cellules affectées et une partie des tissus sains environnants sont retirés avec un scalpel, après quoi une suture est appliquée sur la plaie.

    Cette procédure minimise le risque de rechute. La suture chirurgicale nécessite des soins particuliers.

    Suppression laser

    Une méthode moderne et universelle pour éliminer les néoplasmes, utilisée pour tous les types de tumeurs. Il s'agit d'une procédure assez rapide et sans effusion de sang qui ne nécessite pas d'anesthésie générale ni d'hospitalisation.

    Il utilise les méthodes de suppression suivantes:

    • excision au laser;
    • coagulation (cautérisation) avec un laser;
    • évaporation.

    En raison du fait que le laser agit ponctuellement, sans endommager les tissus environnants, il est souvent utilisé pour éliminer les néoplasmes sur le visage afin de minimiser les cicatrices.

    La procédure d'élimination au laser nécessite une photosensibilisation préalable - une augmentation de la sensibilité des cellules cancéreuses au faisceau laser. Le sensibilisateur est injecté par voie intraveineuse et s'accumule dans les tumeurs sans s'attarder dans les cellules saines.

    Électrocoagulation, thermocoagulation

    Les méthodes sont similaires les unes aux autres et ne sont utilisées que pour éliminer certaines tumeurs bénignes - grains de beauté, naevus, papillomes et verrues, ainsi que d'autres défauts de la peau (acné, varicosités).

    La procédure est effectuée à l'aide d'un appareil spécial avec une boucle qui délivre des impulsions de courant à haute fréquence, qui est capable de pénétrer les couches de l'épiderme et de contrôler la profondeur d'exposition.

    Lors de la thermocoagulation, la boucle est chauffée par un courant qui, en contact direct avec la peau, brûle le tissu affecté.

    La procédure est souvent utilisée dans les manipulations cosmétiques, elle est sans effusion de sang, indolore et rapide, mais inefficace dans les tumeurs malignes.

    Cryodistruction

    Il s'agit de congeler le tissu affecté avec de l'azote liquide. Dans ce cas, les cellules tumorales sont détruites sous l'influence des basses températures. La méthode est utilisée pour éliminer uniquement les néoplasmes bénins qui dépassent légèrement ou ne dépassent pas la peau (verrues, taches de vieillesse).

    La cryodestruction vous permet d'éviter les cicatrices rugueuses, mais elle n'est pas en mesure d'éliminer les tumeurs profondément pénétrantes et, dans certains cas, nécessite une deuxième intervention. Il existe également un risque de brûlure des tissus adjacents, il est donc rarement applicable sur le visage..

    Radiochirurgie

    La technique est basée sur l'élimination de foyers tumoraux bénins uniques ou multiples de petite taille à l'aide d'ondes de radiofréquence. La procédure d'excision est réalisée avec une électrode radiofréquence spéciale, sans surchauffe de la peau et sans saignement.

    La radiochirurgie est l'une des méthodes les plus douces et les plus coûteuses. Utilisé pour éliminer les grains de beauté, les papillomes. Ses principaux avantages sont l'absence de cicatrices, l'absence de douleur et une guérison rapide..

    Chimiothérapie

    La chimiothérapie vise à tuer ou à inhiber la croissance des cellules néoplasiques malignes en introduisant dans le corps des médicaments et des produits chimiques toxiques pour les cellules cancéreuses.

    Il peut être utilisé à la fois indépendamment et comme méthode supplémentaire avant la chirurgie (s'il n'est pas possible d'éliminer complètement les tissus tumoraux avec son aide) ou après (pour éliminer complètement les cellules infectées).

    Cette méthode a un certain nombre d'effets secondaires résultant de l'introduction de médicaments puissants:

    • vomissements, nausées;
    • diminution de l'appétit;
    • anémie;
    • déficience cognitive du cerveau;
    • perturbation des selles;
    • chute de cheveux.

    Radiothérapie (radiothérapie)

    La méthode de radiothérapie est utilisée pour éliminer le cancer de la peau en exposant le néoplasme à une forte dose de rayonnement ionisant (rayons alpha, bêta, gamma, rayons X). La procédure est réalisée à l'aide d'un accélérateur linéaire qui vous permet de réguler le flux de particules et la dose de rayonnement.

    Les rayons sortants affectent l'ADN, le modifiant en détruisant les cellules en progression active. Le plus souvent, cette méthode de traitement est applicable aux tumeurs inopérables ou excessivement volumineuses et implique une série de procédures dont la durée est déterminée par le médecin (généralement de 2 à 4 semaines).

    L'utilisation de la radiothérapie est justifiée dans la prévention des métastases des tumeurs existantes et l'ablation postopératoire des cellules tumorales restantes.

    Les symptômes secondaires pendant la procédure sont les mêmes que pendant la chimiothérapie.

    Complications possibles

    Le fait de ne pas consulter un médecin en présence de néoplasmes suspects sur la peau peut entraîner de graves complications:

    • transition d'une seule tumeur à plusieurs;
    • germination dans les tissus et les organes;
    • l'apparition de métastases;
    • pression sur d'autres organes due à une prolifération excessive;
    • lésion permanente des tumeurs situées dans les lieux de friction (aisselles, aine);
    • rechutes - l'apparition de nouvelles tumeurs après le traitement et la rémission;
    • la transition d'une tumeur maligne de stades susceptibles de traitement (I et II), à des stades incurables ou mal traitables;
    • épuisement du corps;
    • affaiblissement de l'immunité;
    • violation de la coagulation du sang, saignement;
    • changements physiologiques (perte de cheveux due à la chimiothérapie, perte de poids);
    • infériorité anatomique (ablation partielle d'organes, amputation de membres, ablation des glandes mammaires);
    • violation de l'activité sexuelle;
    • infertilité;
    • issue fatale.

    L'apparition de néoplasmes sur la peau ou un changement du type de ceux existants est une raison sérieuse de consulter un médecin, car une telle tumeur, quel que soit son type, nécessite une surveillance médicale. Il est presque impossible d'empêcher la formation de cellules cancéreuses, mais vous pouvez minimiser le risque de leur apparition et guérir la maladie avec une référence rapide à un spécialiste..

    Auteur: Anna Lalochkina

    Vidéo sur les néoplasmes cutanés

    Néoplasmes bénins et malins de la peau: