L'omission de la cause du ciel

Ostéome

Le palais est classé comme faisant partie de la cavité buccale et fait référence au système digestif, il s'agit d'un ensemble d'os et de tissus de deux formations - palais dur et palais mou. En anatomie, les deux parties sont combinées sous le nom latin commun palatum, en russe - le palais.

Anatomie

La partie avant s'appelle le palais dur, elle occupe les deux tiers du volume total, la partie arrière - le palais mou forme le tiers restant.

La couleur du palais mou est rouge avec une teinte rose, la couleur du palais dur est rose, pâle.

Le palais dur est une formation osseuse; il sépare les deux cavités du crâne - nasale et orale. Pour la cavité buccale, le palais dur est le toit et pour la cavité nasale, c'est la base. Les processus palatins des mâchoires supérieures forment sa partie antérieure et les plaques situées horizontalement des os palatins forment la partie postérieure. Le plus courant est une forme bombée prononcée. La courbure change avec l'âge. Dans la petite enfance, le dôme est presque plat; à l'âge adulte, sa pente devient plus grande, dans la vieillesse, le virage diminue à nouveau.

La membrane muqueuse contient du glycogène en grande quantité, elle n'est donc pas sujette à la kératinisation, comme l'indique la couleur rose du tissu. Cependant, là où la surface est soumise au plus grand frottement avec les aliments, les couches superficielles de l'épithélium sont à différents stades de kératinisation..

La membrane muqueuse remplit une fonction protectrice, elle empêche la pénétration de micro-organismes dans les tissus. Les récepteurs situés dans la membrane muqueuse perçoivent la température, la douleur, les stimuli tactiles, participent à la formation des sensations gustatives.

Les plis transversaux rudimentaires du palais dur sont situés dans son tiers antérieur, ils sont mieux exprimés chez les enfants et sont pratiquement lissés par la vieillesse.

Des deux côtés de la ligne médiane, plus près du bord postérieur du palais dur, il y a des fossettes palatines. Les dentistes utilisent ces indentations pour définir les limites de la prothèse amovible..

Les injections pour l'anesthésie locale sont effectuées dans le tissu entourant les nerfs nasopalatin, qui se jettent dans les canaux incisifs. L'emplacement des canaux est la fosse incisale du palais dur.

Le palais mou ressemble à un pli de membrane muqueuse qui sépare le pharynx de la bouche. Au repos, il pend librement presque verticalement et, en cours de consommation, il monte régulièrement en fonction des efforts de déglutition et bloque la partie supérieure du pharynx. Le pli se compose principalement de ligaments tendineux et musculaires. La plaque fibreuse est fixée à l'avant du palais dur, elle est recouverte d'une membrane muqueuse des deux côtés.

La petite langue du palais mou ne permet pas à la masse alimentaire ou au liquide de pénétrer dans les canaux nasaux, en plus, elle participe à la formation de sons, par exemple le son de p. La langue du palais est située au-dessus de la racine de la langue, a ses propres fibres musculaires.

Les deux arcs qui forment le prolongement des extrémités du rideau palatin portent leurs noms en fonction de l'organe auquel ils sont plus proches - le pharynx et le lingual.

Muscles du palais mou

  • muscle luette, il soulève et raccourcit la luette;
  • muscle palatin, abaisse le palais et rétrécit le pharynx;
  • le muscle palatine-pharyngien soulève le larynx, le pharynx et la langue, rétrécit l'espace de déglutition, tire le palais mou vers l'arrière du pharynx;
  • le muscle élévateur est impliqué dans le soulèvement du rideau palatin et la séparation de la bouche et de la cavité nasale;
  • le muscle qui s'étire étire l'aponévrose palatine et le palais mou.

En raison de l'action des muscles, lors de la déglutition, le palais inférieur obstrue les ouvertures postérieures du nez et toute la partie supérieure du reste du pharynx.

Les fonctions

La tâche principale du palais est de répartir les flux d'air dans la cavité buccale et le nasopharynx lors d'une conversation. Le palais empêche les aliments de pénétrer dans la cavité nasale en mangeant. Les récepteurs qui s'y trouvent sont fonctionnellement connectés au larynx. Cette connexion détermine la hauteur et le timbre de la voix d'une personne. De plus, la ventilation de l'oreille moyenne et la respiration normale dépendent de l'état du palais..

Maladies

La douleur dans la région du palais est provoquée principalement par des processus inflammatoires.

Causes de l'inflammation

  • Dommages mécaniques. Les blessures peuvent résulter de coupures sur les bords tranchants des dents fendues, de prothèses mal positionnées ou de la mastication d'aliments solides.
  • La carie dentaire, la pulpite ou l'ostéomyélite provoque des douleurs causées par les aliments froids ou chauds ou par la mastication.
  • L'incision des gencives, l'ablation du nerf dentaire entraînent parfois une perturbation de l'articulation temporo-mandibulaire, ce qui provoque des douleurs.
  • Inflammation de l'amygdale ou du nerf trijumeau.
  • Stomatite due à des lésions muqueuses.

Si les causes décrites ci-dessus ne sont pas corrigées en temps opportun, les processus inflammatoires progresseront, ce qui ne fera qu'aggraver la situation..

Traitement

Il est possible d'éliminer les conséquences des dommages mécaniques de la membrane muqueuse du palais en rinçant la cavité buccale, des compositions recommandées, par exemple, des décoctions d'herbes diverses, une solution à base d'iode et de sel, la propolis fonctionne bien. Pendant le traitement, vous devez vous abstenir de manger des aliments solides, il existe une possibilité de dommages répétés à la zone à problème. Les médecins prescrivent dans de tels cas l'utilisation de médicaments ciblés.

Le traitement des amygdales n'implique pas d'action indépendante. Assurez-vous de consulter un médecin et suivez ses instructions..

La stomatite ordinaire est une conséquence du non-respect de l'hygiène bucco-dentaire.Par conséquent, le traitement de sa forme douce consiste en le respect d'un régime alimentaire, en excluant les aliments trop froids et chauds du régime et en un rinçage régulier avec des agents antiseptiques..

Les formes sévères de stomatite: aphteuse, ulcéreuse, herpétique sont caractérisées par des lésions massives des zones de la membrane muqueuse. Dans de tels cas, l'aide de dentistes et de thérapeutes est nécessaire..

Les caries et les pulpes ne peuvent pas être guéries seules. Plus tôt le patient se tournera vers la clinique dentaire pour obtenir de l'aide, plus le traitement réussira, moins il y aura de risques de complications graves.

La structure et la fonction du palais mou et dur. Cancer du palais

Anatomiquement, le palais humain est divisé en dur (partie de la cavité buccale) et mou (partie de l'oropharynx). Le cancer du palais mou représente environ 2% de toutes les tumeurs malignes de la tête et du cou (lorsqu'il s'agit de néoplasmes malins de la muqueuse).

La moitié de tous les cancers du palais dur sont des carcinomes épidermoïdes. Les cancers à cellules non squameuses, y compris les cancers des petites glandes salivaires, le sarcome et le mélanome, sont fréquents dans le deuxième tiers du palais dur. Cela est démontré par les données des examens histologiques et l'incidence générale des tumeurs malignes dans la zone spécifiée..

Au palais mou, 80% des tumeurs malignes sont des carcinomes épidermoïdes. Les 20% restants sont d'autres types de tumeurs malignes.

La localisation géographique est d'une grande importance car, par exemple, en Inde, les cancers buccaux et buccaux surviennent dans 50% des cas. Cela est dû à l'habitude de la population locale de mâcher de la noix de bétel - chaux éteinte et tabac. Une personne qui mâche de la noix de bétel peut garder cette masse à mâcher dans sa bouche pendant des années.De plus, l'hygiène bucco-dentaire en Inde est loin d'être au premier rang des pays du monde..

  • carcinome épidermoïde - 53%;
  • carcinome adénoïde kystique - 15%;
  • carcinome mucoépidermoïde - 10%;
  • adénocarcinome - 4%;
  • carcinome anaplasique - 4%
  • un autre type de néoplasme malin - 14%.

La structure et la fonction du palais dur et mou

Le palais sépare la cavité buccale de la cavité nasale et des sinus maxillaires. Le palais anatomiquement mou fait partie de l'oropharynx. Il se compose d'une membrane muqueuse avec des fibres musculaires, de petits vaisseaux sanguins, de petites glandes salivaires et des vaisseaux lymphatiques. La membrane muqueuse du palais est un épithélium squameux dense à plusieurs rangées. Cependant, la sous-muqueuse possède de nombreuses petites glandes salivaires, en particulier dans le palais dur..

La couverture périostée du palais dur devient un obstacle relatif à la propagation du cancer à l'os palatin. La nutrition neurovasculaire du palais est assurée par les ouvertures palatines situées en dedans des troisièmes molaires.

Le palais fonctionnellement mou sert à séparer l'oropharynx du nasopharynx pendant la déglutition et la parole. Le palais mou s'approche de l'arrière de la gorge lors de la déglutition pour éviter la régurgitation et permettre à l'air de s'échapper par le nez.

Facteurs de risque de développer un cancer du palais

Malgré la régularité évidente entre l'usage du tabac et des produits du tabac et de l'alcool, et la survenue d'un cancer de la cavité buccale et des organes de la cavité buccale, le mécanisme de formation du cancer du palais dur ou mou sous l'influence de ces facteurs n'est pas encore tout à fait clair..

Le mécanisme du «retour de fumer» est le seul facteur spécifique qui a un effet intense sur les néoplasmes malins du palais dur. Lorsque vous fumez à nouveau, l'extrémité allumée de la cigarette est placée dans la bouche, de sorte qu'une grande quantité de chaleur est libérée, créant ainsi un environnement extrêmement négatif à l'intérieur de la bouche. Cette méthode de fumage est particulièrement courante en Inde, tout comme la mastication déjà mentionnée de la noix de bétel (un mélange de tabac et de chaux éteinte).

D'autres facteurs qui augmentent le risque de développer un cancer du palais comprennent le port de prothèses inappropriées, une mauvaise hygiène bucco-dentaire, une irritation mécanique constante des muqueuses (blessures, coupures, l'utilisation de liquides corrodant les muqueuses, aliments exotiques et inhabituels), ainsi que l'utilisation de liquides pour rince-bouche (avec des ingrédients dangereux).

Diagnostic et symptômes du cancer du palais (mou, dur, luette)

Le cancer du palais est généralement le plus important parmi les autres cancers de la bouche, car cette zone est la plus impliquée dans la parole et l'alimentation, tout comme la langue. Les tumeurs malignes aux premiers stades sont souvent détectées par les dentistes. Le mélanome est une masse lisse noire, brune ou gris brunâtre sur la membrane muqueuse. Le sarcome de Kaposi ressemble généralement à des lésions bleuâtres. Souvent, ce type de tumeurs malignes est enregistré chez les patients infectés par le VIH. Parfois, des néoplasmes tumoraux surviennent à la jonction du palais dur et du palais mou, le diagnostic dans ce cas est posé sur la base d'une lésion territorialement plus grande sur l'un des côtés.

La plupart des néoplasmes malins prennent la forme d'ulcères. Dans les premiers stades de développement, les ulcères sont généralement indolores et ne saignent pas, mais deviennent plus tard douloureux.

Les principaux symptômes consécutifs à la formation d'une tumeur maligne ou précédant son apparition:

  • saignement (les bords de l'ulcère saignent généralement ou subissent une nécrose);
  • mauvaise haleine (peut apparaître longtemps avant l'apparition d'un néoplasme);
  • perte de dents, relâchement des dents, saignement des gencives;
  • ramollissement des gencives, parodontite;
  • changement de discours;
  • difficulté à avaler de la nourriture, de la salive, de l'eau;
  • trismus de la mâchoire (incapacité à les ouvrir);
  • sensation de boule dans la gorge;
  • gonflement du cou, de la bouche;
  • douleur qui ne disparaît pas après avoir pris des analgésiques.

Les ganglions lymphatiques sont également vulnérables à ce type de cancer. Environ 30% des patients ont des métastases dans les ganglions lymphatiques lors de l'examen initial. Les ganglions sous-maxillaires et les ganglions lymphatiques jugulaires supérieurs sont les plus touchés. Si le gonflement affecte le palais mou, les ganglions lymphatiques pharyngés peuvent également être affectés. Le carcinome du palais mou est défini comme un cancer de l'oropharynx par l'American Joint Cancer Committee.

Dans le carcinome épidermoïde, dans 70% des cas, les tumeurs s'étendent au-delà d'une seule partie du palais dur ou mou. Sans traitement ni ablation chirurgicale, ils peuvent atteindre une taille de plus de 5 cm.Si la tumeur occupe tout le palais mou ou la luette, la parole du patient est altérée et le processus de déglutition est grandement affecté. Habituellement, dans de tels cas, les patients perdent considérablement de poids en raison de l'incapacité de manger normalement. L'hypesthésie palatine indique que le nerf trijumeau et le ganglion palatin basal sont endommagés et que la fosse ptérygopalatine est dilatée.

L'absence de réflexe cornéen est un indicateur de lésion du foramen ovale ou de la fissure orbitaire. Un engourdissement dentaire peut indiquer une invasion périneurale. Dans certains cas, il existe un trouble des muscles à mâcher. Des symptômes de trismus, de malocclusion et de douleur indiquent une invasion du muscle ptérygoïdien. Parfois, le gonflement peut se propager au tissu gingival. Les sinus maxillaires et l'os de la mâchoire supérieure souffrent également..

Seul un examen détaillé permettra d'évaluer le degré de développement de la tumeur et le stade du cancer..

Traitement et prévention du cancer du palais

Le traitement du cancer du palais avancé est une tâche très difficile. Parfois, au stade 3-4, la tumeur est reconnue comme inopérable en raison de l'étendue de la lésion et se propage dans la cavité des os ou d'autres parties de la tête et du cou.

Les contre-indications à la correction chirurgicale des tumeurs malignes du palais sont basées sur les comorbidités du patient et sa capacité à subir une intervention chirurgicale. Le patient est le plus à risque pendant l'anesthésie. De plus, les tumeurs peuvent être considérées comme inopérables en raison de leur taille ou de l'étendue des lésions tissulaires. Les tumeurs qui pénètrent par voie intracrânienne sont considérées comme inaccessibles si elles sont associées au parenchyme cérébral. Dans ces rares cas, la radiothérapie est le meilleur traitement..

Pour obtenir une image complète du développement de la tumeur, un examen est effectué sous anesthésie. Il aide à déterminer la présence de lésions synchrones et métachrones, en particulier chez les patients fumeurs. La panendoscopie, ainsi que la bronchoscopie, l'œsophagoscopie et la laryngopharyngoscopie, sont particulièrement fréquentes chez les patients atteints de tumeurs cancéreuses du palais mou. Lorsqu'elles sont associées à une radiographie pulmonaire et à une œsophagographie, ces procédures aident à évaluer pleinement l'état de la tumeur et à fournir un pronostic précis. Une expertise sous anesthésie générale est nécessaire pour les patients présentant de petites lésions tumorales. Les patients atteints de tumeurs volumineuses n'ont généralement pas besoin d'anesthésie pour l'examen.

Le traitement dans chaque cas dépend de l'emplacement de la tumeur, du stade et du type de cancer. Pour éliminer les tumeurs du palais dur, la résection chirurgicale est principalement utilisée, parfois un rayonnement mégavolt. Les petites lésions du palais mou sont traitées par radiothérapie. La dose totale de radiothérapie est de 60 à 70 Gy. Plus la tumeur est proche de l'os, plus l'utilisation de la radiothérapie est indésirable. Pronostic de survie après chirurgie: taux de survie à cinq ans - 75% des patients atteints de tumeurs de stade 1 et 50% de taux de survie pour les tumeurs de stade 2.

Dans la plupart des cas, les défauts esthétiques après chirurgie sont éliminés par granulation et tension secondaire, parfois des prothèses (plaques) acryliques sont installées. La radiothérapie postopératoire est préférée car la radiothérapie avant la chirurgie augmente le risque de complications.

Mesures de prévention du cancer du palais:

  • arrêter de fumer, mâcher du tabac, boire de l'alcool;
  • hygiène bucco-dentaire régulière;
  • examen préventif annuel par le dentiste;
  • l'utilisation de légumes et de fruits crus, de jus de fruits frais;
  • mâcher de la nourriture grossière;
  • une alimentation complète et équilibrée;
  • l'utilisation de dentifrices de qualité;
  • activité, exposition à l'air, mouvement;
  • régime anti-cancer.

Basé sur les matériaux:
1. Nader Sadeghi, MD, FRCSC
2. Khalid Al-Sebeih, MD, FRCSC, FACS
3. Fondation THANC
4. Cedars-Sinai

Gonflement du palais mou et de la luette: causes, traitement

Un œdème muqueux peut apparaître dans diverses parties de la cavité buccale. Vous pouvez également observer le gonflement émergent de la luette du palais mou. Les principaux symptômes: gonflement de la langue et son tombant à la racine de la langue, gonflement du palais mou; douleur dans le palais mou.

Normalement, une personne ne sent pas son palais mou avec une langue, cependant, avec le développement de certaines pathologies dans cette zone, un œdème inflammatoire, une rougeur, une douleur peuvent se développer.

La langue du palais mou (luette latine) est un processus en forme de cône du palais mou qui peut être facilement vu à l'arrière de la bouche en regardant dans le miroir.

L'œdème du palais mou et de la luette (uvulite) est une inflammation aiguë de la luette avec apparition soudaine, douleur à la déglutition, sensation de corps étranger flottant dans le pharynx et difficulté à respirer. Parfois, un œdème du palais mou et de la luette survient la nuit, tandis que le patient se réveille de la sensation d'un corps étranger dans la gorge; les tentatives de l'éliminer par une exhalation expectorante forte augmentent la douleur et le gonflement du palais mou. Mais le plus souvent, un gonflement du palais mou et de la luette se produit pendant le repas avec un éternuement ou une toux soudain. L'œdème du palais mou et de la luette survient également chez les personnes qui ont déjà subi une amygdalite et une adénotomie.

Avec la pharyngoscopie, la luette semble être fortement élargie, œdémateuse, de couleur rouge vif ou bleuâtre, suspendue à la racine de la langue; en atteignant ce dernier, il provoque un réflexe nauséeux. La pointe de la luette peut être recouverte d'un faux film ou ulcérée.

Avec une augmentation de l'œdème ou sa propagation aux amygdales, à la membrane muqueuse du pharynx, la trachée - et l'état se détériore fortement - un besoin urgent de consulter un médecin ORL.

Causes de l'œdème du palais mou et de la luette

La cause de l'œdème du palais mou et de la luette est associée à une violation de l'intégrité du plexus veineux, situé dans la luette, en particulier en raison d'une rupture du vaisseau dans la luette et d'une infection par une microflore conditionnellement pathogène de la cavité buccale de l'hématome résultant (luette apoplexie).

Cela pourrait être le résultat:

  • traumatisme de la luette avec de la nourriture, ainsi que lors d'un éternuement ou d'une toux brusque, rire prolongé
  • sous l'influence du froid ou d'autres raisons, sous l'influence desquelles un hématome peut survenir
  • blessure ou écrasement par un corps étranger ou un instrument
  • maladies sexuellement transmissibles (syphilis primaire - caractérisée par l'apparition de chancre sur les amygdales, sur le palais mou et les arcades palatines; stomatite gonorrhée - affectant le palais mou, suture palatine, surfaces latérales du fornix palatin, dos de la langue)
  • un symptôme caractéristique de la diphtérie est un œdème vitré du palais mou et en particulier de la luette.
  • la consommation d'alcool la veille et la déshydratation associée (déshydratation) des muqueuses
  • fumer du tabac en excès de la dose habituelle, fumer de la marijuana, des épices
  • ronflement (la langue peut être blessée en vibrant dans le courant d'air)
  • angio-œdème héréditaire - une maladie héréditaire très rare
  • prendre certains médicaments, par exemple les soi-disant inhibiteurs de l'ECA (captopril, lisinopril, énalopril, etc.)

Les conséquences de la pharyngite, de l'amygdalite et de l'amygdalite sont souvent la cause de l'œdème du palais mou. Par conséquent, pour une récupération fiable, il est nécessaire d'éliminer la cause de son apparition, c'est-à-dire que son traitement doit être complet.

Traitement de l'œdème du palais mou et de la luette

Le gonflement du palais mou et de la luette, l'amygdalite catarrhale et folliculaire sont également traités.

Il est toujours possible de se dispenser de l'utilisation d'antiseptiques locaux (chlorhexidine 0,05%, miramistine, povidone-iode, hexétidine, etc.) sous forme d'irrigation ou de rinçage.

Dans certains cas, une antibiothérapie est nécessaire. Étant donné que les principaux agents pathogènes sont les bactéries Staphylococcus aureus, Streptococcus pyogenes, streptocoques des groupes C, F, G, Streptococcus viridans, des antibiotiques du groupe des macrolides sont utilisés.

Par exemple, l'azithromycine (sumamed, chimiomycine, etc.), la clarithromycine (klacid, clubax, etc.) et la josamycine (wilprafen) ont un large spectre d'action. La posologie des médicaments est standard - 500 mg 2 fois par jour. La durée du traitement est de 6 à 14 jours. Les médicaments sont mieux utilisés en association avec le métronidazole - 500 mg 2 fois par jour pendant 7 jours.

Agents désensibilisants pour réduire l'œdème muqueux: Suprastin 0,015-0,03 g 2-3 fois par jour ou loratadine (Claritin, Clarotadine) 10 mg (1 comprimé) une fois par jour.

En cas de gonflement sévère du palais mou, il est conseillé d'utiliser la prednisolone - en comprimés de 25 à 50 mg / jour (en 2-3 doses) pendant au plus 2 jours.

Si l'enflure est si forte qu'il est difficile de respirer et d'avaler, appelez une ambulance ou rendez-vous à l'hôpital le plus proche où se trouve un service ORL. Une intervention chirurgicale peut être nécessaire - ouverture de l'abcès paratonsillaire.

Dans le traitement de l'œdème du palais mou et de la luette, l'attention principale est accordée à l'hygiène bucco-dentaire, à la création du microclimat nécessaire dans la pièce. Aération trois fois par jour, le nettoyage humide de la chambre est obligatoire. Assurer la propreté, l'humidité correcte (50-70%) et la température (16-18 ° C) de l'air intérieur. La vaisselle utilisée par le patient doit être individuelle. Boire beaucoup de liquides et un régime alimentaire est également utilisé, dans lequel les produits qui irritent et affectent la membrane muqueuse de la bouche doivent être exclus..

Méthodes alternatives de traitement de l'œdème du palais mou

Parmi les méthodes traditionnelles de traitement de l'œdème, il convient de noter le rinçage avec une infusion d'herbes et de baies: infusion d'ail, décoction de viorne, teinture de framboise, teinture de millepertuis, teinture de sauge et de thym et infusion de cosses d'oignon.

Infusion d'ail

Écrasez 100 g d'ail jusqu'à bouillie (de préférence dans un presse-ail) et ajoutez 150 ml d'eau bouillie tiède. Le mélange doit être infusé pendant cinq à six heures à température ambiante. Rincer avec une infusion 5 à 6 fois par jour après avoir mangé et bu.

Décoction de baies de viorne

Faites bouillir 50 grammes de fruits secs de viorne dans un litre d'eau pendant vingt minutes. S'il y a des baies fraîches, prenez 100 grammes de baies fraîches.

Teinture de framboise

Ajouter un verre d'eau bouillante à deux cuillères à soupe de tiges et de feuilles de framboise et laisser reposer quarante minutes. Vous pouvez ajouter quelques framboises sèches.

Teinture Hypericum

Cent cinquante grammes de millepertuis sont versés dans 700 g de vodka et insistés pendant une semaine. Consommé en interne, quarante gouttes par verre d'eau.

Bouillon de sauge

À quinze grammes de sauge sèche et de thym, ajoutez un verre d'eau bouillie et insistez pendant une demi-heure.

Infusion d'oignon

Mélangez deux cuillères à café de cosses d'oignon séchées avec 0,7 litre d'eau, faites bouillir, laissez reposer jusqu'à quatre heures, puis filtrez et gargarisez-vous.

MedGlav.com

Annuaire médical des maladies

Bouche non coagulée. Causes, types et traitement de la fente palatine.

NON-CONTAMINATION DU PALAIS.


NON-CONTAMINATION DU PALAIS - sous-développement congénital des processus palatins qui forment le palais dur.


Étiologie.

La raison du retard de développement du palais est inconnue. On sait seulement qu'elle dépend des troubles de la croissance à la fin du deuxième mois de la vie fœtale. La taille du défaut dans le palais peut varier en fonction du degré de déficience développementale.

Distinguer:

  • Noninfection du palais mou et de sa luette,
  • Palais mou et parties du palais dur,
  • Non-fermeture complète de tout le palais, lorsqu'un grand espace au milieu du palais dur relie la cavité buccale à la cavité nasale (cette forme de sous-développement était autrefois appelée «fente palatine»).
  • Parfois, une fente palatine est associée à une fente labiale, la soi-disant fente labiale.

La communication de la cavité buccale avec la cavité nasale à travers une fente sur le palais entraîne une violation de l'acte de déglutition (la nourriture pénètre dans la cavité nasale lors de la déglutition) et de la parole (nasale, indistincte).
Les enfants dont le palais n'est pas infecté sont sensibles aux maladies respiratoires (bronchite, pneumonie), car ils ont une mauvaise respiration nasale, ce qui contribue à la pénétration de l'infection dans les voies respiratoires.
Certains enfants nés avec un palais non coagulé ne tètent pas bien et ne tètent pas. Pour que le bébé tète, insérez la tétine plus profondément dans la bouche ou utilisez un coussin pour allonger la tétine. Lors de l'allaitement, le bébé est placé sur le côté pour l'aider à mieux téter. Seulement avec de très grands espaces dans le palais, l'enfant ne peut pas téter du tout. Dans ces cas, l'alimentation est effectuée à partir d'une cuillère ou d'une longue tétine avec une grande ouverture, qui est insérée profondément dans la bouche de l'enfant couché sur le côté..

Le traitement radical n'est qu'opératoire. Il consiste à suturer la fente du palais en déplaçant ses tissus.
L'opération est réalisée à partir de 5 ans.

Après l'opération, pour restaurer une parole correcte, l'enfant doit être formé par un spécialiste - orthophoniste.
La parole peut être complètement restaurée. Il est parfois conseillé aux jeunes enfants de porter une plaque (obturateur) avant la chirurgie, ce qui ferme l'espace et élimine partiellement temporairement la communication entre la cavité nasale et buccale.

Troubles neurologiques du pharynx. Les causes. Symptômes Diagnostique. Traitement

Tout le contenu iLive est examiné par des experts médicaux pour s'assurer qu'il est aussi précis et factuel que possible.

Nous avons des directives strictes pour la sélection des sources d'informations et nous ne relions que des sites Web réputés, des institutions de recherche universitaires et, si possible, des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens interactifs vers ces études.

Si vous pensez que l'un de nos contenus est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Au cœur du bon fonctionnement du pharynx se trouvent les processus nerveux les plus complexes mutuellement cohérents, dont la moindre violation conduit à une désorganisation des fonctions alimentaires et des voies respiratoires à ce niveau. Etant au «carrefour» des voies respiratoire et alimentaire, richement alimenté en vaisseaux sanguins et lymphatiques, innervé par les nerfs crâniens V, IX, X et XI et fibres sympathiques, abondant en glandes muqueuses et en tissu lymphadénoïde, le pharynx est l'un des organes les plus sensibles à divers facteurs pathogènes. Parmi les nombreuses maladies auxquelles le pharynx est sensible, ses troubles neurologiques ne sont pas rares, survenant à la fois avec des lésions inflammatoires et traumatiques de ses nerfs périphériques, et avec de nombreuses maladies de la tige et des centres sus-jacents qui assurent la régulation intégrale des fonctions physiologiques (réflexes et volontaires) et trophiques du pharynx.

Les troubles neurogènes du pharynx ne peuvent être considérés isolément des troubles similaires de l'œsophage et du larynx, car ces formations anatomiques sont un système fonctionnel unique qui reçoit une régulation nerveuse des centres et des nerfs communs.

Classification des dysfonctionnements pharyngés neurogènes

Dysphagie, syndrome d'aphagie:

  • dysphagie neurogène;
  • dysphagie douloureuse;
  • dysphagie mécanique (cette forme est incluse dans la classification afin de refléter tous les types de troubles de la déglutition).

Syndrome de trouble sensible:

  • paresthésie du pharynx;
  • hyperesthésie du pharynx;
  • névralgie glossopharyngée.

Syndromes de réactions motrices involontaires du pharynx:

  • spasme tonique du pharynx;
  • spasme clonique du pharynx;
  • myoclonie pharyngée.

Ces concepts désignent des complexes de symptômes, basés sur des troubles de la déglutition et des fonctions alimentaires du pharynx et de l'œsophage. Selon le concept de F. Magendi, l'acte de déglutition est divisé en 3 phases - oral volontaire, pharyngien involontaire rapide et œsophagien involontaire lent. La déglutition et les processus alimentaires ne peuvent normalement pas être interrompus arbitrairement dans les deuxième et troisième phases, cependant, ils peuvent être perturbés dans l'une des phases indiquées par divers processus pathologiques - inflammatoires, traumatiques (y compris les corps étrangers du pharynx), tumeur, neurogène, y compris les lésions pyramidales, extrapyramidales et bulbaires structures. Des difficultés à avaler (dysphagie) ou son impossibilité totale (aphagie) peuvent survenir dans la plupart des maladies de la cavité buccale, du pharynx et de l'œsophage, dans certains cas et dans les maladies du larynx.

La dysphagie neurogène (motrice) est observée dans divers processus du cerveau (vascularite, néoplasmes, maladies purulentes, infectieuses et parasitaires). Dans ce cas, les formations supranucléaires centrales et les structures nerveuses périphériques sont affectées, assurant le transfert des influences régulatrices du centre vers les organes exécutifs de l'acte de déglutition (noyaux des paires IX et X de nerfs crâniens et de leurs racines - nerfs). Avec la dysphagie neurogène, non seulement la composante motrice de l'acte de déglutition peut en souffrir, mais également son contrôle sensoriel, qui est perturbé pendant l'hypesthésie ou l'anesthésie du pharynx et du laryngopharynx. Cela conduit à une violation de la fonction obturatrice du pharynx et du larynx et à la pénétration de nourriture et de corps étrangers dans les voies respiratoires. La névrite diphtérique des nerfs pharyngés se manifeste le plus souvent par une parésie du palais mou, qui se manifeste par une altération de la déglutition, en particulier des aliments liquides qui pénètrent dans le nasopharynx et la cavité nasale lors de l'acte de déglutition.

La paralysie du palais mou peut être unilatérale et bilatérale. Avec la paralysie unilatérale, les troubles fonctionnels sont insignifiants, mais des troubles visibles sont clairement révélés, en particulier lors de la prononciation du son «A», dans lequel seule la moitié saine du voile du palais se contracte. A l'état calme, la luette est rejetée dans le sens sain par la poussée des muscles qui ont conservé leur fonction (m. Azygos); ce phénomène augmente fortement lors de la phonation. Dans les lésions centrales, la paralysie unilatérale du palais mou est rarement isolée, dans la plupart des cas elle s'accompagne d'une paralysie alternée, en particulier l'hémiplégie laryngée du même nom et rarement la paralysie des autres nerfs crâniens.

Souvent, une paralysie unilatérale du palais mou se produit avec des lésions centrales, se manifestant au stade initial de l'AVC hémorragique ou du ramollissement du cerveau. Cependant, la cause la plus fréquente d'hémiplégie du palais mou est la lésion du nerf glossopharyngé avec l'herpès zoster, qui vient juste après l'herpès zoster n. facialis et y est souvent associé. Avec cette maladie virale, une paralysie unilatérale du palais mou survient après des éruptions herpétiques sur le palais mou et dure environ 5 jours, puis disparaît sans laisser de trace.

La paralysie bilatérale du palais mou se manifeste par une nasalité ouverte, un reflux nasal d'aliments liquides, en particulier lorsque le corps est droit, l'incapacité de téter, ce qui est particulièrement préjudiciable à la nutrition des nourrissons. Avec la mésopharyngoscopie, le voile du palais semble lentement suspendu à la racine de la langue, flottant pendant les mouvements respiratoires, restant immobile lors de la prononciation des sons «A» et «E». Lorsque la tête est inclinée vers l'arrière, le voile du palais s'écarte passivement, sous l'influence de la gravité, vers la paroi postérieure du pharynx, lorsque la tête est inclinée vers l'avant, vers la cavité buccale. Tous les types de sensibilité pour la paralysie du palais mou sont absents.

La cause de la paralysie bilatérale du palais mou dans la plupart des cas est la toxine diphtérique, qui a une neurotrophicité élevée (polynévrite diphtérique), moins souvent ces paralysies se produisent avec le botulisme, la rage et la tétanie en raison d'une altération du métabolisme du calcium. La paralysie diphtérique du palais mou survient généralement avec un traitement insuffisant de cette maladie ou avec une diphtérie pharyngée non reconnue. En règle générale, ces paralysies apparaissent du 8ème jour à 1 mois après la maladie. Le syndrome de dysphagie augmente fortement avec les dommages aux fibres nerveuses innervant le constricteur inférieur du pharynx. Souvent, après diphtérie pharyngée, on observe une paralysie combinée du palais mou et du muscle ciliaire de l'œil, ce qui permet d'établir un diagnostic rétrospectif de diphtérie, confondue avec une pharyngite vulgaire ou un mal de gorge. Le traitement de la paralysie diphtérique du palais mou est effectué avec du sérum anti-diphtérique pendant 10 à 15 jours, des préparations de strychnine, des vitamines B, etc..

La paralysie centrale du voile du palais causée par des lésions du tronc cérébral est associée à une paralysie alternée (paralysie bulbaire). Les causes de ces lésions peuvent être la syphilis, l'apoplexie cérébrale, la syringobulbie, les tumeurs du tronc cérébral, etc..

Une paralysie du palais mou peut survenir lors d'une crise hystérique, qui se manifeste généralement par d'autres symptômes de névrose hystérique. Habituellement, avec une telle paralysie, la voix devient nasale, mais il n'y a pas de reflux nasal du liquide avalé. Les manifestations de la névrose hystérique sont extrêmement diverses et peuvent simuler extérieurement diverses maladies, mais le plus souvent elles imitent des maladies neurologiques et mentales. Les symptômes neurologiques comprennent une paralysie de gravité et de prévalence diverses, des coupures, une diminution de la sensibilité à la douleur et de la coordination des mouvements, une hyperkinésie, des tremblements des membres et des contractions des muscles faciaux, divers troubles de la parole, des spasmes du pharynx et de l'œsophage. La particularité des troubles neurologiques de la névrose hystérique est qu'ils ne sont pas accompagnés d'autres troubles communs aux troubles neurologiques d'origine organique. Ainsi, en cas de paralysie hystérique ou de spasmes du pharynx ou du larynx, il n'y a pas de modification des réflexes, de troubles trophiques, de dysfonctionnements des organes pelviens, de réactions vestibulaires motrices spontanées (nystagmus spontané, manque de symptôme, etc.). Les troubles sensoriels de l'hystérie ne correspondent pas aux zones d'innervation anatomique, mais se limitent aux zones de «bas», «gants», «chaussettes».

La parésie et la paralysie dans l'hystérie couvrent les groupes musculaires impliqués dans l'exécution de certains actes moteurs délibérés arbitraires, par exemple la mastication, la déglutition, la succion, la fermeture des yeux, les mouvements des muscles internes du larynx. Ainsi, la glossoplégie hystérique, qui survient sous l'influence d'émotions négatives chez les personnes souffrant de neurasthénie, entraîne une violation des mouvements actifs de la langue, sa participation aux actes de mastication et de déglutition. Dans ce cas, un mouvement lent arbitraire de la langue est possible, mais le patient ne peut pas sortir sa langue de la bouche. La diminution de la sensibilité de la membrane muqueuse de la langue, du pharynx et de l'entrée du larynx qui en résulte aggrave la dysphagie, conduisant souvent à l'aphagie.

Le diagnostic de la dysphagie fonctionnelle de la genèse hystéroïde ne pose pas de difficultés en raison de la nature rémittente (répétitive) et de la disparition rapide après la prise de sédatifs et de tranquillisants. Avec une véritable dysphagie de genèse organique, le diagnostic repose sur les signes d'une maladie causale (sous-jacente). Ces maladies peuvent inclure des processus inflammatoires banaux avec des symptômes vifs, des processus spécifiques, des néoplasmes, des dommages, des anomalies du développement.

La paralysie pharyngée est caractérisée par une déglutition altérée, en particulier des aliments denses. Ils ne surviennent pas isolément, mais sont associés à une paralysie du palais mou et de l'œsophage et, dans certains cas, à une paralysie des muscles laryngés qui élargissent la glotte. Dans ces cas, la sonde gastrique est toujours adjacente à la sonde de trachéotomie pour l'alimentation. Les causes d'une telle paralysie sont le plus souvent la névrite diphtérique du glossopharynx et d'autres nerfs impliqués dans l'innervation du pharynx, du larynx et de l'œsophage, ainsi que des formes sévères de typhus, d'encéphalite d'étiologies diverses, de poliomyélite bulbaire, de tétanie, d'intoxication aux barbituriques et aux médicaments. Les troubles fonctionnels s'expliquent par la paralysie des constricteurs du pharynx et des muscles qui le soulèvent et du larynx lors de l'acte de déglutition, qui est déterminé par la palpation du larynx et lors de la mésopharyngoscopie (l'examen du pharynx au cours du pharynx peut être réalisé à condition que le sujet devant le pharynx serre un autre objet entre les molaires qui permet l'endoscopie). Cette technique est nécessaire en raison du fait qu'une personne ne peut pas prendre une gorgée si sa mâchoire n'est pas serrée..

La paralysie pharyngée peut être unilatérale en cas de lésion unilatérale du nerf glossopharyngien et des fibres motrices du nerf vague. Ce type d'hémiplégie pharyngée est généralement associé à une paralysie unilatérale du palais mou, mais n'implique pas le larynx. Cette image peut être observée soit avec une circulation cérébrale insuffisante, soit après une infection virale. Avec l'herpès zoster, la paralysie pharyngée unilatérale est généralement associée à la même paralysie du palais mou et des muscles faciaux de même étiologie. Une hypoesthésie de la muqueuse pharyngée est également notée du côté affecté. La paralysie du nerf glossopharyngé se manifeste par l'accumulation de salive dans les sinus piriformes.

L'examen aux rayons X avec contraste révèle une asynchronie des mouvements de l'épiglotte et des compresseurs du pharynx lors de la déglutition et l'accumulation d'agent de contraste dans la fosse de l'épiglotte et en particulier dans le sinus piriforme du côté atteint.

L'apparition d'une paralysie laryngopharyngée bulbaire s'explique par la similitude de leur appareil d'innervation, la proximité des noyaux du nerf glossopharyngien et du nerf vague et les fibres efférentes de ces noyaux. Ces troubles seront décrits plus en détail dans la section sur les troubles fonctionnels neurogènes du larynx..

Une dysphagie douloureuse survient lors de processus inflammatoires dans la cavité buccale, le pharynx, l'œsophage, le larynx et dans les tissus entourant ces organes, avec des corps étrangers du pharynx et de l'œsophage, des plaies de ces organes, des complications inflammatoires, des granulomes infectieux en désintégration (sauf syphilis), des tumeurs, etc. Les plus douloureux les ulcères tuberculeux, les tumeurs malignes en désintégration sont moins douloureuses et les lésions syphilitiques des parois du tube digestif sont les moins douloureuses. Dysphagie douloureuse dans les processus inflammatoires de la cavité buccale, l'espace paramandibulaire s'accompagne souvent d'une contracture de l'articulation temporo-mandibulaire ou d'un trismus réflexe. Un peu moins souvent, la dysphagie douloureuse a un caractère neurogène, par exemple avec la névralgie des nerfs trijumeau, glossopharyngien et laryngé supérieur, ainsi qu'avec diverses névroses hystériques, se manifestant par une prosopalgie, une paralysie, une parésie et une hyperkinésie dans le complexe mastication et déglutition-alimentaire.

Paralysie du palais mou

La paralysie du palais mou est une faiblesse et / ou une atrophie des muscles de la langue, du larynx et du palais mou. Dans cette condition, la langue devient molle, il y a des problèmes pour avaler, parler, manger des aliments liquides et solides. Cette maladie est traitée uniquement dans une clinique ORL sous la supervision d'un médecin ORL.

Les causes et l'évolution de la maladie. Les causes de la paralysie du palais mou peuvent être un traumatisme (y compris médical postopératoire), l'apparition de tumeurs qui compriment les nerfs, des hématomes, des anévrismes, une pathologie thyroïdienne et le résultat de leur traitement, une névrite, etc. Avec le développement de la paralysie du palais mou, la langue devient molle et inactive, le processus de déglutition est perturbé, la parole devient difficile et devient nasale, des aliments liquides peuvent s'écouler dans le nasopharynx. Dans ce cas, il peut y avoir un enrouement et une déficience auditive, l'apparition d'essoufflement et de difficultés respiratoires.

Copains! Un traitement opportun et correct garantira un rétablissement rapide!

La paralysie peut être unilatérale et bilatérale. La paralysie unilatérale est caractérisée par un affaissement du palais mou d'un côté, la luette devient molle et s'écarte vers la moitié saine. La paralysie bilatérale implique les deux côtés et se caractérise par une augmentation des symptômes.

Diagnostic et traitement. Le diagnostic est posé sur la base du tableau clinique et de l'examen du patient. En cas de paralysie du palais mou, le patient ne peut pas gonfler les joues. Le traitement dépend de la gravité et de la durée de la maladie. Pour commencer, éliminez la cause qui a causé la paralysie du palais mou. Par exemple, la paralysie inflammatoire est traitée avec des médicaments qui aident à lutter contre la laryngite. Peut-être le rendez-vous du repos (silence) pour restaurer les fonctions ou un ensemble de mesures pour augmenter le tonus du larynx. La paralysie traumatique peut être traitée avec des produits résorbables qui soulagent le gonflement. Si la paralysie est persistante, une intervention chirurgicale peut être indiquée. Dans tous les cas, le rendez-vous du traitement et toutes les procédures doivent être effectués par un médecin ORL..

Symptômes et traitement à domicile uvulite, causes de gonflement et gonflement de la luette dans la gorge

L'inconfort et la douleur lors de la déglutition sont attribués par la plupart des gens aux symptômes du rhume. Cependant, les processus inflammatoires dans la gorge peuvent affecter non seulement le larynx, mais également la petite luette. Souvent, lors d'une visite chez un médecin, un patient reçoit un diagnostic d'uvulite. Qu'est-ce que cela signifie, quels symptômes sont accompagnés de pathologie? Comment traiter une luette enflammée?

Structure anatomique et fonction de la petite luette

La langue s'appelle le palatin et est un processus conique, fait partie du palais mou. Situé dans la cavité buccale au-dessus de la racine de la langue. La luette est constituée de tissu conjonctif et musculaire, imprégné d'un grand nombre de vaisseaux sanguins, la surface est recouverte d'une membrane muqueuse.

Dans un état normal, la luette est petite. Sa couleur correspond à la couleur des tissus environnants. Le tournage remplit les fonctions suivantes:

  • favorise la formation de divers sons de la parole,
  • distribue de la nourriture et de l'air dans le larynx,
  • protège le pharynx des courants d'air froid,
  • régule les réflexes de bâillonnement et de toux,
  • empêche les corps étrangers de pénétrer profondément dans les voies respiratoires,
  • réduit la propagation des virus et des bactéries.

Qu'est-ce qu'on appelle uvulite?

L'uvulite est une pathologie inflammatoire du processus palatin. Le nom de la maladie vient du nom latin de la petite luette - "luette". La maladie débute le plus souvent de manière inattendue, est aiguë et s'accompagne d'un gonflement du palais mou. Avec un traitement intempestif, cela devient chronique.

Avec l'inflammation de la luette, la taille et la couleur du processus conique changent, la gorge fait mal et un inconfort dans la gorge apparaît. Avec une augmentation significative, le réflexe nauséeux commence à fonctionner.

Variétés et symptômes de l'uvulite

Les causes de la pathologie sont différentes. En fonction des facteurs de provocation, les types d'uvulite suivants sont distingués:

  • Infectieux. Dommages au palais mou par des bactéries et des virus.
  • Médicament. Ce type de pathologie est une conséquence d'effets indésirables après la prise de médicaments.
  • Allergique. L'inflammation de la luette peut se manifester par une réaction allergique.
  • Traumatique. Cette catégorie comprend l'inflammation résultant d'effets mécaniques, chimiques et thermiques sur le palais et le processus palatin. La pathologie est souvent compliquée par une lésion infectieuse.

Malgré les diverses causes de la maladie, tous les types d'uvulite présentent des symptômes communs. L'inflammation chronique peut ne pas apparaître pendant une longue période. Le stade aigu de l'uvulite est caractérisé par les symptômes suivants:

  • gonflement et élargissement de la luette,
  • changement de couleur du rose au rouge et bordeaux,
  • sensation de boule dans la gorge,
  • augmentation de la température corporelle,
  • somnolence,
  • mal de crâne,
  • chatouillements et maux de gorge, aggravés par les éternuements et la déglutition,
  • respiration difficile,
  • gonflement et rougeur du palais,
  • douleur dans les muscles,
  • défauts de parole,
  • inconfort dans la bouche (comme si la langue était agrandie ou enflée) (plus dans l'article: pour quelles raisons la langue gonfle-t-elle parfois?),
  • salivation abondante (nous recommandons de lire: causes de salivation abondante chez l'homme),
  • toux et congestion nasale,
  • plaque sur la gorge et le processus palatin,
  • ulcération,
  • bâillonnement (en raison du fait que la luette est enflammée et pend très bas).

LIRE AUSSI: pour quelles raisons il y a une salivation abondante pendant le sommeil chez l'adulte?

Avec un type de maladie allergique, le patient développe une éruption cutanée, un larmoiement, une rougeur des yeux, des éternuements. Sur la photo ci-dessus, vous pouvez voir à quoi ressemble le gonflement de la luette avec une lésion infectieuse.

Les principales causes de la pathologie

L'uvulite se développe le plus souvent chez les personnes ayant une immunité affaiblie et de mauvaises habitudes - alcool, tabagisme, etc. L'abus d'alcool conduit à la dessiccation de la membrane muqueuse et, par conséquent, au développement d'un processus inflammatoire.

Les facteurs pouvant causer des maladies comprennent:

  • rhumes et maladies infectieuses fréquents,
  • pathologies chroniques du nasopharynx,
  • chirurgie de la gorge,
  • ronfler.

Les raisons de l'apparition de l'uvulite chez les enfants et les adultes sont les mêmes:

  • inhalation de fumées toxiques,
  • violation de la technique d'élimination des amygdales,
  • dommages à la surface de la languette supérieure avec un objet pointu,
  • manger de la nourriture chaude,
  • inflammation purulente du nasopharynx et de la cavité buccale,
  • pharyngite, sinusite, amygdalite, rhinite aiguë,
  • processus carieux,
  • néoplasmes bénins et malins du palais et de la petite luette,
  • utilisation à long terme de médicaments puissants,
  • exposition aux allergènes.

Quel médecin et quand contacter?

Le processus inflammatoire est souvent un symptôme concomitant du rhume et des maladies infectieuses, il peut donc être arrêté pendant le traitement de la pathologie sous-jacente. Si les symptômes de l'uvulite ne sont pas prononcés, il n'y a pas de problèmes de respiration et d'alimentation, le gonflement de la petite langue n'est pas perceptible, la maladie ne nécessite pas de traitement supplémentaire.

L'uvulite s'aggrave fortement, par conséquent, lorsque les premiers symptômes alarmants apparaissent, vous devriez consulter un spécialiste. Un oto-rhino-laryngologiste est impliqué dans le traitement. L'aide d'un médecin est nécessaire dans les situations suivantes:

  • la maladie s'aggrave,
  • la respiration est difficile en raison du fait que le processus est très enflé,
  • la température corporelle est passée à 39 degrés,
  • vomissements abondants dus à l'allongement de la luette,
  • l'appendice enflé empêche la nourriture d'être avalée,
  • l'âge du patient est inférieur à 5 ans,
  • une plaque purulente est visible sur la langue.

Diagnostic de l'uvulite

Lors de la première visite du patient, le médecin mène une enquête pour identifier les symptômes qui l'accompagnent et les raisons pour lesquelles le processus est enflé. La pharyngoscopie (une méthode clinique pour examiner l'état du pharynx) est obligatoire. Dans la plupart des cas, le diagnostic est posé sur la base des symptômes identifiés lors de l'examen initial. Pour clarifier le diagnostic lors de la deuxième visite, le spécialiste peut prescrire des tests de laboratoire:

  • Analyses générales de sang et d'urine. Le diagnostic vous permet d'évaluer l'état général du corps et d'identifier la cause première de la pathologie.
  • Biochimie du sang. Permet de connaître le fonctionnement des organes internes, d'identifier les facteurs qui provoquent une inflammation de l'appendice.
  • Immunogrammes et tests d'allergie. Ils sont effectués si la nature allergique de la maladie est suspectée. Aide à identifier l'allergène afin d'exclure davantage tout contact avec lui.
  • Frottis de microflore et culture bactériologique. Faites avec les symptômes graves d'une maladie bactérienne. L'analyse vous permet d'identifier le type de micro-organismes pathogènes et de choisir le bon médicament antibactérien.
  • Radiographie, examen histologique, tomodensitométrie. Avec une langue élargie, ces méthodes d'examen sont rarement effectuées. Des procédures sont prescrites si le médecin soupçonne une tumeur dans le larynx.

Traitement avec des médicaments et des remèdes populaires

Le schéma thérapeutique est choisi en fonction de la cause de l'uvulite. Le traitement vise à éliminer la pathologie primaire et à arrêter l'inflammation. L'accent est mis sur le soulagement des poches, car la maladie interfère avec la respiration normale et met la vie du patient en danger. Le traitement de l'uvulite repose sur une thérapie complexe et comprend l'utilisation des médicaments indiqués dans le tableau ci-dessous.

Groupe de médicamentsDirection d'action pour l'uvuliteNomRestrictions d'âgeContre-indications
AntihistaminiquesÉlimination de l'œdème, élimination des manifestations allergiquesClaritinà partir de 2 ans- allaitement maternel,

Diazolinà la discrétion du médecin traitant- travaux nécessitant une attention accrue.
AntiviralÉlimination de l'infection viraleArbidolà partir de 2 ans- haute sensibilité aux composants du médicament,

Interféronle traitement des enfants de moins d'un an se déroule sous la surveillance constante de spécialistes- pathologies cardiovasculaires,

- troubles du travail du système nerveux central,

- lésions hépatiques sévères,

- saignement dans les intestins,

- nouveau-nés nés prématurément.

Les antibiotiquesTraitement de la pathologie de nature bactérienneFlemoxin Solutab- pathologie hépatique,

- allergie aux composants,

- fonction rénale altérée,

- premier trimestre de grossesse.

Azithromycineà partir de 12 ans- maladies du foie et des reins,

- haute sensibilité aux principes actifs,

HormonaleSoulagement de l'œdème sévère qui interfère avec la respirationDexaméthasoneenfants pendant la croissance active- pathologies du tractus gastro-intestinal, accompagnées d'une violation de l'intégrité de la membrane muqueuse,

- lésions virales, fongiques et bactériennes,

- maladies cardiovasculaires au stade de l'exacerbation,

- maladie grave du foie et des reins.

Prednisoloneà la discrétion du médecin- allergie aux composants,

DiurétiquesÉlimination des pochesFurosémideà partir de 3 ans- maladie du rein,

- pathologie du système cardiovasculaire,

- maladies qui provoquent une violation de l'équilibre eau-sel,

- réactions allergiques aux composants.

Hypothiazide-- faible débit urinaire,

- violation de l'équilibre eau-sel,

AntiseptiquesÉliminer les infections de la bouche et du larynxHexoralà partir de 3 ans- intolérance individuelle aux composants.

INTÉRESSANT: caractéristiques de la structure de la cavité buccale En cas de douleur intense, des sprays anesthésiques sont prescrits aux patients. Pour réduire la température corporelle, il est recommandé de prendre des médicaments à base de paracétamol ou d'ibuprofène.

Les recettes de médecine traditionnelle sont largement utilisées comme aides à la maison. En fonction du cours de thérapie choisi, les remèdes populaires suivants sont utilisés:

  • Rince. La procédure élimine l'œdème et l'inflammation de la luette. Pour préparer des solutions, des solutions salines, une décoction de camomille, de la teinture de propolis sont utilisées. Dans le traitement d'une brûlure chimique de la membrane muqueuse (alcaline), une solution faiblement acide est utilisée pour le traitement des dommages acides - une solution alcaline. Les traitements aux huiles essentielles soulagent les brûlures thermiques.
  • Inhalation. Utilisé pour les rhumes et les muqueuses sèches. Pour les inhalations, des infusions d'herbes médicinales et de solution de soude sont utilisées.
  • Décoctions fortifiantes. Pour accélérer la récupération et la restauration du système immunitaire, des décoctions sont utilisées à base de diverses herbes et baies (viorne, camomille, groseilles, gingembre).

Mesures préventives

L'uvulite fait référence aux maladies qui se prêtent facilement à un traitement aux premiers stades. Cependant, une pathologie négligée constitue une menace pour la vie du patient. Les mesures de prévention suivantes aident à prévenir l'inflammation de la luette:

  • traitement opportun des maladies dentaires,
  • soins bucco-dentaires appropriés,
  • traitement du rhume et des maladies infectieuses (y compris chroniques),
  • vaccination des enfants selon le calendrier de vaccination,
  • rejet des mauvaises habitudes,
  • respect des principes d'une bonne nutrition,
  • référence à des spécialistes si la luette est enflée.