Sarcome des os et des tissus mous du sein - symptômes, diagnostic, traitement

Lipome

Le site fournit des informations générales à titre informatif uniquement. Le diagnostic et le traitement des maladies doivent être effectués sous la supervision d'un spécialiste. Tous les médicaments ont des contre-indications. Une consultation spécialisée est requise!

Sarcome des côtes et du sternum

Les tumeurs malignes des côtes et du sternum sont assez répandues par rapport aux autres néoplasmes. Leur diagnostic et leur traitement en temps opportun sont d'une importance particulière, en raison de la fonction importante de la paroi thoracique dans le processus respiratoire..

Le tableau clinique général du sarcome du sternum ou des côtes aux premiers stades de la maladie n'est pas toujours clairement exprimé. Elle se limite à des douleurs sourdes intermittentes qui peuvent parfois se propager aux zones environnantes..

Avec la progression de la pathologie, l'intensité de la douleur dans la zone de localisation de la tumeur commence à augmenter progressivement. De plus, une augmentation de la douleur la nuit est caractéristique. Une telle douleur n'est pratiquement pas affectée par l'action des médicaments anesthésiques. Un léger gonflement apparaît, ce qui provoque une gêne lors de la sensation. Ces manifestations, en fonction des caractéristiques individuelles du patient, peuvent rester stables pendant plusieurs mois ou avoir tendance à augmenter rapidement..

Si le système nerveux autonome est impliqué dans le processus pathologique, des symptômes neurologiques peuvent être observés chez ces patients:

  • anxiété croissante;
  • irritabilité;
  • excitabilité accrue;
  • peur.

Dans le contexte d'une douleur incessante dans la poitrine, le patient développe une anémie générale, des conditions fébriles se développent soudainement avec une augmentation de la température corporelle, souvent jusqu'à 39-40 o C.La peau sur la zone du processus tumoral est rouge et chaude au toucher.

Les sarcomes du sternum et des côtes peuvent survenir à partir de différents types de tissus:

  • les ostéosarcomes, qui sont des tumeurs directement du tissu osseux;
  • les chondrosarcomes provenant des composants cartilagineux des côtes et du sternum;
  • fibrosarcomes - tumeurs de l'appareil tendon-ligamentaire de la poitrine;
  • réticulosarcomes se développant à partir de composants vasculaires.

Ostéosarcome

L'ostéosarcome est l'une des tumeurs osseuses malignes primitives les plus courantes. Ce type de néoplasme a une malignité très élevée. Cette définition signifie que, provenant directement des éléments structuraux de l'os, la tumeur se caractérise par une progression très rapide et une tendance à métastaser précocement vers d'autres organes..

Par localisation, ces tumeurs sont divisées en:
1. Monossal - ceux qui n'affectent qu'une seule côte.
2. Poliossal - qui en cours de croissance s'étendent à plusieurs côtes ou capturent en plus le sternum.

Il est assez difficile de déterminer la survenue d'un ostéosarcome des côtes ou du sternum. Une douleur sourde inexprimée apparaît dans la poitrine, qui s'accompagne parfois d'augmentations à court terme de la température corporelle. La douleur lors des mouvements respiratoires n'a pas encore d'intensité significative. Parfois, le patient peut associer cette douleur à des blessures passées à la poitrine et aux côtes..

Avec l'augmentation de la taille de la tumeur et la propagation du processus pathologique à un nombre croissant de structures et de tissus voisins, la douleur augmente progressivement. Suite à l'augmentation de la douleur, des symptômes visibles d'ostéosarcome commencent à apparaître. La tumeur augmente de taille et si sa croissance est dirigée vers la surface du sein, un gonflement apparaît sur la paroi thoracique. La peau sur le sarcome devient plus fine, brillante et acquiert un motif vasculaire. Restriction de la mobilité des côtes pendant les mouvements respiratoires, syndrome douloureux pendant la respiration et, par conséquent, une contracture douloureuse peut survenir.

La poursuite de la progression du sarcome des côtes et du sternum est caractérisée par l'apparition d'un pâturage prononcé des tissus mous environnants et d'une douleur vive lors de la sensation de gonflement. Le patient se plaint d'une douleur nocturne intense, qui n'est pas soulagée par les analgésiques. Le néoplasme se développe rapidement dans les organes et tissus voisins, perturbant leurs fonctions, leur nutrition et la circulation sanguine. Ces tumeurs métastasent précocement, pénétrant dans les poumons, le cerveau et d'autres organes avec le flux sanguin.

Chondrosarcome

Le chondrosarcome du sternum et des côtes est souvent une tumeur secondaire, c'est-à-dire qu'il se développe à partir de processus pathologiques existants, tels que:

  • l'ostéochondromatose;
  • chondromes bénins à long terme;
  • échondromes;
  • enchondromes;
  • ostéochondromes solitaires;
  • Maladie d'Olier (dyschondroplasie);
  • Maladie de Paget (ostéodystrophie déformante).

Le principal symptôme du tableau clinique du chondrosarcome du sternum et des côtes est la douleur. Leur localisation dépend de l'emplacement de la tumeur et, au début, elle peut ressembler à une douleur d'une poitrine meurtrie ou au phénomène de névralgie intercostale. Les sensations de douleur augmentent à mesure que la taille de la tumeur augmente, mais aux premiers stades, elles n'ont pas une intensité prononcée.

En outre, les signes de chondrosarcome du sternum et des côtes sont:

  • gonflement au site de croissance tumorale;
  • difficulté à respirer dans la paroi thoracique;
  • douleur lors de la flexion et de la rotation du corps;
  • œdème local des tissus mous et changements cutanés sur le site de la tumeur.

Fibrosarcome

Le fibrosarcome est une tumeur maligne assez courante qui provient de l'appareil du tissu conjonctif de la paroi thoracique. Il se développe à partir des couches de tissu conjonctif des muscles intercostaux, de leurs tendons et de leur fascia.

Les manifestations cliniques du fibrosarcome ne sont pas spécifiques. À un stade précoce du développement de la maladie, une telle tumeur ressemble à un nœud sous-cutané dense de couleur brun bleuâtre. La peau qui la recouvre est initialement peu modifiée et n'est impliquée dans le processus qu'avec l'ulcération de la tumeur elle-même. Dans près de la moitié des cas, il y a une douleur au site de la lésion..

Le développement du fibrosarcome est caractérisé par:

  • l'augmentation rapide de la taille de la tumeur;
  • son ulcération précoce;
  • métastases précoces aux organes environnants;
  • récidive fréquente.

Réticulosarcome

Sarcome des tissus mous de la poitrine

Sarcome des poumons et des bronches

Le sarcome primitif des poumons est une tumeur maligne de nature conjonctive. La source de son développement est le plus souvent le tissu conjonctif des septa entre les alvéoles et les parois bronchiques. Cependant, comme le tissu conjonctif des poumons est largement représenté dans différentes structures anatomiques, chacune pouvant être à l'origine d'une tumeur, ce groupe de néoplasmes se caractérise par une grande hétérogénéité. Parmi eux se trouvent:

  • les neurosarcomes;
  • les fibrosarcomes;
  • angiosarcomes;
  • les chondrosarcomes;
  • léiomyosarcome;
  • rhabdomyosarcome;
  • les liposarcs;
  • les carcinosarcomes;
  • lymphosarcomes, etc..

Une telle variété de types de tumeurs donne des raisons d'affirmer qu'une maladie distincte appelée «sarcome des poumons» n'existe pas, et cette définition est plutôt un terme collectif.

Dans la plupart des cas, un tel néoplasme dans les poumons ressemble à un nœud tumoral massif, qui peut occuper une partie du poumon et parfois tout le poumon. Ce nœud tumoral peut être délimité par la capsule du tissu pulmonaire environnant, mais le plus souvent il se développe dans les cellules environnantes et dans les grosses bronches. Lors de l'examen au microscope, on peut voir que le sarcome primaire des poumons est pénétré par un grand nombre de petits capillaires sanguins. Cela signifie qu'une telle tumeur est sujette à des métastases rapides vers d'autres organes et tissus..

Dans une forme distincte de sarcome pulmonaire, le sarcome polypoïde du tronc de l'artère pulmonaire est isolé. Cette tumeur provient des valves de l'artère pulmonaire ou de sa paroi. Il ressemble à une formation polypoïde, étroitement associée aux valves de l'artère pulmonaire. En grandissant, il peut pénétrer dans l'aorte, le tissu musculaire cardiaque et les organes médiastinaux, tout en métastasant vers les poumons et les ganglions lymphatiques.

Le tableau clinique du sarcome des bronches et des poumons ne présente pratiquement pas de signes particuliers. Cela dépend en grande partie de la taille, de la nature et du taux de croissance de la tumeur..

Le premier stade du sarcome pulmonaire est généralement asymptomatique et est le plus souvent détecté par hasard. Au fur et à mesure que la pathologie progresse, des manifestations cliniques apparaissent en raison de la pression mécanique de la tumeur en croissance. À ce stade, le sarcome commence souvent à se développer dans les organes adjacents:

  • œsophage;
  • trachée;
  • paroi thoracique;
  • gros vaisseaux sanguins;
  • tissu médiastinal;
  • sac coeur, etc..

Cela se manifeste par des symptômes cliniques tels que:
  • trouble de la déglutition;
  • syndrome de compression de la veine cave supérieure;
  • pleurésie hémorragique;
  • péricardite hémorragique, etc..

Souvent, dans le tableau clinique de la maladie, ce ne sont pas les symptômes de lésions des tissus pulmonaires qui apparaissent, mais le syndrome dit paranéoplasique. Il comprend:
  • lésions articulaires et osseuses qui ressemblent à un épaississement progressif des os des membres;
  • inflammation du périoste;
  • lésions des voies nerveuses;
  • périostose ossifiante systémique, accompagnée de douleurs articulaires atroces.

La médecine moderne estime que l'intoxication tumorale, les troubles du système endocrinien et certains autres facteurs jouent un rôle important dans l'origine de ces symptômes..

Sarcome du sein

Le sarcome du sein est une tumeur du tissu conjonctif qui survient à presque n'importe quel âge. Comme pour les tumeurs pulmonaires, parmi les néoplasmes mammaires, en fonction de la source de leur apparition, il existe:

  • les fibrosarcomes;
  • liposarcome;
  • les neurosarcomes;
  • les chondrosarcomes;
  • angiosarcomes;
  • léiomyosarcome;
  • rhabdosarcome;
  • histiocytomes fibreux malins, etc..

Le tableau clinique du sarcome du sein dépend tout d'abord de sa taille et non des caractéristiques histologiques de la tumeur. La glande mammaire affectée augmente de volume et cette augmentation est unilatérale. Il y a une perte de symétrie et un gonflement du tissu sur le site de localisation de la tumeur.

Le sarcome du sein se caractérise par une croissance rapide, atteignant parfois des proportions gigantesques en quelques mois seulement. Dans de tels cas, la peau sur la tumeur devient plus fine et une expansion prononcée des veines saphènes peut être observée dessus. De plus, il y a une rougeur de la peau et leur ulcération. Lors de la palpation, un ganglion tumoral avec un contour clair et gros tubéreux est déterminé, qui a une consistance inhomogène. Une rétraction du mamelon est également parfois notée. Le plus souvent, les sarcomes du sein métastasent aux poumons et aux os par voie hématogène (à travers les vaisseaux sanguins).

L'un des sarcomes du sein les plus courants est le fibrosarcome. Il pousse souvent gros, mais, en règle générale, s'ulcère rarement. Les liposarcomes sont caractérisés par une progression rapide, une croissance rapide et une tendance à l'ulcération. De plus, avec cette forme, des dommages aux deux glandes mammaires sont possibles. Le rhabdomyosarcome croît également rapidement en taille et envahit les tissus environnants. C'est très malin. Le plus souvent, les femmes de moins de 25 ans y sont exposées. L'angiosarcome est une tumeur élastique à croissance rapide qui n'a pas de contours nets. Elle se caractérise par une récidive fréquente et persistante. Les chondrosarcomes des glandes mammaires sont diagnostiqués très rarement, et principalement chez la femme après 55 ans. Ce type de tumeur est caractérisé par une tumeur maligne prononcée..

Sarcome du cœur

Les tumeurs cardiaques sont une maladie rare. La faible fréquence de ces pathologies s'explique par un bon apport sanguin au cœur, ainsi que par la rapidité du métabolisme dans le muscle cardiaque. De tous les néoplasmes malins primaires du cœur, les sarcomes sont les plus courants. Ils surviennent à tout âge et avec la même fréquence chez les hommes et les femmes..

Il existe plusieurs types de sarcomes cardiaques:
1. Angiosarcome. C'est le type le plus courant et peut survenir n'importe où dans le cœur, mais il affecte le plus souvent l'oreillette droite. L'angiosarcome est une formation dense grumeleuse qui finit par se développer dans les tissus environnants. Très souvent, une telle tumeur contient des foyers d'hémorragie et de nécrose. Les angiosarcomes du cœur sont caractérisés par la formation de plusieurs cavités de formes et de tailles différentes, qui sont remplies de sang et communiquent entre elles.

2. Rhabdomyosarcome. Cette tumeur provient des composants du tissu conjonctif du tissu musculaire cardiaque. Le rhabdomyosarcome ressemble à un nœud blanc ou rose pâle situé dans l'épaisseur du myocarde, qui a une consistance molle.
3. Fibrosarcome. Ce néoplasme malin dans le cœur est un nœud dense et bien délimité de teinte blanche ou blanc grisâtre, et est souvent étroitement collé au tissu environnant.

Le plus souvent, les sarcomes se développent dans le cœur droit. Dans la plupart des cas, ils se développent également dans la cavité péricardique. De plus, ils provoquent un blocage de la veine cave et des cavités cardiaques. Le sarcome cardiaque peut provoquer un chevauchement des ventricules et des ouvertures valvulaires, ou comprimer et envahir les vaisseaux coronaires, les grosses veines et les artères. Ces néoplasmes sont caractérisés par une croissance rapide, affectant toutes les couches de la paroi cardiaque et des organes voisins. Également rapidement et de manière extensive, le sarcome cardiaque se métastase au médiastin, aux poumons, aux ganglions lymphatiques trachéobronchiques et rétropéritonéaux, au cerveau et aux glandes surrénales..

Le tableau clinique du sarcome cardiaque, tout d'abord, dépendra de l'emplacement exact de la tumeur et du degré d'obstruction des cavités cardiaques. Les signes cardiaques typiques sont:

  • insuffisance cardiaque inexpliquée, en augmentation rapide;
  • une augmentation de la taille du cœur;
  • évanouissement;
  • épanchement hémorragique (avec du sang) dans la poche cardiaque;
  • tamponnade cardiaque;
  • douleur thoracique;
  • troubles du rythme cardiaque;
  • troubles de la conduction dans le cœur;
  • obstruction de la veine cave.

L'une des manifestations les plus dangereuses du sarcome cardiaque est le syndrome de mort subite. Les tumeurs qui ne se propagent pas dans les cavités cardiaques peuvent être asymptomatiques pendant un certain temps ou se manifester uniquement par des arythmies et des troubles de la conduction. En raison du fait que le côté droit du cœur est le plus souvent affecté par des tumeurs, des symptômes d'insuffisance ventriculaire droite sont observés avec un sarcome. Ils sont causés par une obstruction de l'oreillette droite et du ventricule droit ainsi que de la valve pulmonaire ou de la valve tricuspide. Une diminution de la lumière de la veine cave supérieure entraîne un gonflement du visage et des membres supérieurs, et une obstruction de la veine cave inférieure entraîne une stagnation du sang dans les organes internes.

En plus des symptômes cardiaques décrits ci-dessus, un patient atteint de sarcome cardiaque peut présenter:

  • augmentation prolongée mais faible de la température corporelle;
  • perte de poids progressive;
  • faiblesse croissante;
  • douleur dans les articulations;
  • engourdissement des doigts et des orteils;
  • diverses éruptions cutanées sur la peau du tronc et des membres.

Des signes d'insuffisance cardiaque chronique se forment progressivement sous forme de perte de poids des doigts, et de leur épaississement aux extrémités (syndrome du pilon), ainsi que des changements de forme des ongles comme les «lunettes de montre».

Le développement d'un néoplasme malin dans le cœur peut être suspecté par les symptômes suivants:

  • douleur à l'intérieur de la poitrine, qui est un symptôme fréquent et précoce des lésions tumorales;
  • la présence d'un épanchement sanguin dans la cavité de la poche cardiaque (hémopéricarde) en l'absence de tout traumatisme passé;
  • développement du syndrome de la veine cave supérieure.

Sarcome péricardique

Le péricarde, ou bourse péricarde, est la coque externe du cœur en tissu conjonctif. Il est séparé des couches internes du cœur par un espace - la cavité péricardique, qui est remplie de liquide séreux.

Lorsqu'une tumeur se développe directement à partir du tissu péricardique ou qu'un sarcome se propage à l'espace péricardique à partir d'autres zones, un épanchement hémorragique (avec du sang) se forme dans sa cavité, à la suite duquel une tamponnade cardiaque peut se développer. Cette condition pathologique est caractérisée par l'impossibilité de contractions cardiaques adéquates en raison de la compression des cavités cardiaques. C'est une maladie potentiellement mortelle qui nécessite un traitement immédiat, et ses symptômes sont très similaires à ceux de l'insuffisance cardiaque aiguë..

Sarcome oesophagien

Le sarcome de l'œsophage est une tumeur maligne du tissu conjonctif qui affecte souvent le sexe fort. Il s'agit d'une maladie relativement rare et plus souvent secondaire - c'est-à-dire qu'elle se propage à l'œsophage à partir des organes adjacents de la poitrine (par exemple, avec un sarcome des ganglions lymphatiques médiastinaux).

Dans la plupart des cas, le sarcome de l'œsophage ressemble à un ou plusieurs polypes qui se développent dans la lumière du tube œsophagien. Ces tumeurs se trouvent principalement dans le tiers moyen de l'œsophage, sur sa paroi antérieure.

Les sarcomes œsophagiens sont très diversifiés dans leur structure:

  • léiomyosarcome;
  • rhabdomyosarcome;
  • fibrosarcome;
  • chondrosarcome;
  • liposarcome;
  • angiosarcome;
  • lymphosarcome;
  • réticulosarcome, etc..

Le plus souvent, le léiomyosarcome survient dans l'œsophage, qui est localisé principalement au milieu ou, moins souvent, dans son tiers inférieur. Les tumeurs peuvent se développer à travers toute la paroi de l'œsophage, ainsi que continuer à se développer au-delà de ses limites, pénétrant dans les tissus du médiastin et des organes environnants.

Le tableau clinique du sarcome de l'œsophage comprend des troubles de la déglutition, ainsi que des douleurs aux stades ultérieurs de la maladie. La douleur est localisée derrière le sternum et peut irradier vers la colonne vertébrale ou vers la zone située entre les omoplates. De plus, presque toujours, le processus tumoral dans l'œsophage est associé à une œsophagite - une lésion inflammatoire de sa paroi.

Les autres manifestations de cette maladie sont la faiblesse, la perte de poids progressive et l'anémie. Pour le sarcome de l'œsophage, il existe un décalage entre la sévérité de l'épuisement du patient et des douleurs intenses d'une part, et des troubles de la déglutition plutôt modérés d'autre part. Avec la décomposition d'une tumeur qui s'est développée dans les voies respiratoires voisines, un passage fistuleux se forme entre l'œsophage et la trachée, ou l'œsophage et la bronche. Dans ce cas, la nourriture peut être jetée dans l'arbre trachéobronchique, ce qui provoque une obstruction des voies respiratoires. Les sarcomes œsophagiens sont caractérisés par des métastases précoces au système musculo-squelettique, en particulier à l'os du crâne.

Principes généraux du diagnostic

Le diagnostic des néoplasmes thoraciques comprend un grand nombre de méthodes différentes, dont l'utilisation dépend, tout d'abord, de l'emplacement de la tumeur. Les techniques courantes pour presque tous les sarcomes thoraciques sont l'examen aux rayons X, ainsi que l'utilisation de l'imagerie par résonance magnétique et de la tomodensitométrie. Cela aide à déterminer avec précision la localisation du processus tumoral et à identifier la présence de métastases dans les organes et tissus environnants..

Si la tumeur est située dans des organes creux (par exemple, dans l'œsophage ou les bronches), des examens endoscopiques peuvent être effectués. Lors de cet examen, un morceau de tissu tumoral est généralement prélevé pour confirmer le diagnostic au microscope. Dans les sarcomes du sein, la mammographie joue un rôle diagnostique important..

Principes généraux du traitement du sarcome du sein

Auteur: Pashkov M.K. Coordonnateur de projet de contenu.

Cancer des côtes

Les côtes sont des os arqués connectés à la colonne vertébrale et au sternum, et remplissent une fonction dans le corps humain comme la protection des organes vitaux d'une personne contre les influences extérieures..

Le cancer des côtes est une tumeur maligne rare mais grave, affectant principalement les enfants et les hommes. Les femmes sont moins susceptibles de tomber malades. Le cancer des côtes est dangereux car l'emplacement de ces os contribue à la propagation rapide des métastases aux organes voisins - le cœur et les poumons. Et l'absence de symptômes dans les premiers stades réduit les chances de détection précoce de la maladie et de succès du traitement..

La cage thoracique se compose de 24 côtes reliées par le sternum à l'avant et la colonne vertébrale. Tout le monde peut développer une formation maligne. Bien que le cancer des côtes soit une maladie rare et, selon les statistiques, ne dépasse pas 10% du nombre total de maladies du tissu osseux, il devient un véritable défi pour le patient lui-même. Tout d'abord, la présence d'une tumeur se fait déjà sentir dans les derniers stades. Et deuxièmement, même avec un traitement réussi, il n'y a aucune garantie qu'une rechute ne se produira pas..

Symptômes

Le premier stade de l'inflammation est caractérisé par l'absence de symptômes. La manifestation de la maladie survient dès 2-3 stades du développement des cellules cancéreuses. Ce fait complique le diagnostic rapide, ce qui contribue à la propagation rapide de l'éducation dans les organes en raison du manque de traitement aux premiers stades du développement de la maladie..

Le premier signe de la présence d'une tumeur maligne est une douleur dans la région de la poitrine. L'augmentation de la douleur est directement liée à la croissance de la tumeur. La douleur devient palpable à mesure que le néoplasme se développe et s'exprime plus souvent le soir et la nuit. La nuit, le patient devient douloureux à respirer. Les derniers stades de la maladie sont caractérisés par une douleur intense, que même les médicaments puissants ne peuvent éliminer..

Température

Simultanément à l'apparition de la douleur, le patient développe une augmentation de température à court terme. Mais comme la douleur est sourde et l'élévation de température à court terme, beaucoup n'associent pas ces deux symptômes ensemble..

Croissance

Lorsqu'une tumeur se développe à l'extérieur, la palpation révèle un os, une croissance lâche ou dure dans la région des côtes, recouverte d'une peau fine. Souvent, la peau sur le site de la tumeur acquiert un motif vasculaire, commence à briller.

État général du corps

Peu à peu, l'état général du patient s'aggrave. Le manque d'appétit entraîne une perte de poids. Une fatigue rapide s'accompagne d'une diminution de la capacité de travail. Une diminution de l'hémoglobine entraîne une anémie.

Symptômes neurologiques

La propagation des métastases au système nerveux autonome s'accompagne de troubles nerveux. Dépressions nerveuses, irritabilité, anxiété, sentiments constants de peur, dépression deviennent plus fréquents.

Les symptômes dépendent du type de tumeur et de l'implication d'un organe particulier dans la maladie.

Types de maladies

Le cancer des côtes a un certain nombre de variétés. La classification de la maladie dépend du type de tissu affecté par l'inflammation.

Ostéosarcome

Le néoplasme affecte le tissu osseux. C'est dangereux car la maladie ne se manifeste pas à un stade précoce. Il n'y a aucun symptôme. Une douleur sourde apparaît lorsque le néoplasme commence à se développer. La croissance et l'émergence de nouvelles cellules cancéreuses se caractérisent par une douleur accrue, y compris pendant la respiration, ainsi qu'une augmentation périodique de la température corporelle. L'ostéosarcome peut se développer à la fois vers l'extérieur et vers l'intérieur. L'ostéosarcome externe est facile à détecter par palpation. Une personne ne peut en apprendre davantage sur la présence d'une tumeur interne qu'après l'apparition d'une douleur avec une augmentation du néoplasme.

Chondrosarcome

Le néoplasme affecte le tissu cartilagineux des os. Ce type de sarcome est caractérisé par un gonflement, un œdème au site de formation des cellules cancéreuses. Les signes de la présence d'un chondrosarcome sont faciles à détecter, car ils apparaissent déjà aux stades intermédiaires de l'ostéosarcome, lorsque la maladie sous-jacente est déjà surveillée.

Fibrosarcome

Ce type de cancer affecte les ligaments et les tendons de la poitrine. Les signes externes de la maladie se manifestent sous la forme d'un gonflement brun bleuâtre. Il diffère des autres types de cancer des côtes par des sensations douloureuses lors de la palpation. Le fibrosarcome se développe rapidement, formant des métastases.

Réticulosarcome

Un type rare de maladie. Le développement de la maladie commence par les vaisseaux sanguins et forme rapidement des métastases.

Facteurs de risque

L'oncologie est une maladie qui n'épargne personne. L'âge et le sexe sont les mêmes. Le cancer des côtes est plus sensible aux hommes et aux enfants de moins de 15 ans..

Causes d'occurrence

Raisons de l'apparition d'un néoplasme:

  • Maladie des os. Par exemple, la maladie de Paget ou la dysplasie fibreuse.
  • Substances cancérigènes. Une fois dans le corps humain, ces éléments chimiques sont capables de provoquer des modifications irréversibles de l'ADN qui contribuent à la formation de cellules cancéreuses..
  • Hérédité. La médecine n'a pas prouvé la dépendance directe de l'apparition de cellules cancéreuses chez l'homme en raison du fait que les plus proches parents ont un cancer. Mais les statistiques montrent que si l'un des parents reçoit un diagnostic de cancer des côtes, en règle générale, le risque de maladie chez les enfants de ces parents est assez élevé..
  • Radiation. Malheureusement, le traitement nécessaire d'un foyer de la maladie peut en provoquer un nouveau. La radiothérapie, autrefois utilisée pour bloquer les cellules cancéreuses, interfère souvent avec le développement d'un autre cancer même des années après la radiothérapie.
  • Anomalies du code génétique. Les scientifiques ont prouvé un lien direct entre les anomalies de certains chromosomes et un risque accru de développer des tumeurs malignes chez l'homme. Mais pour quelles raisons la pathologie se produit dans les chromosomes, les scientifiques n'ont pas encore identifié. On suppose que ces perturbations de la génétique se produisent même au cours du développement prénatal. Un enfant devient une victime innocente d'une terrible maladie dès sa formation.
  • Diminution de l'immunité. L'apparition des cellules cancéreuses dans le corps peut être affectée par la présence d'autres maladies associées à une diminution de l'immunité. Par exemple, le sida ou la syphilis.
  • Âge. Les scientifiques ont découvert que l'apparition du cancer chez les enfants est directement liée à leur croissance active pendant l'adolescence.

Diagnostic du cancer des côtes

Il est difficile de diagnostiquer un néoplasme malin dans les os, car les premiers symptômes n'apparaissent pas immédiatement. Et la douleur thoracique récurrente est souvent perçue comme une douleur après une blessure ou une névralgie.

Les principales méthodes de diagnostic de la présence d'une tumeur:

  • radiographie;
  • CT scan;
  • tomographie par émission de positrons;
  • biopsie.

Examen aux rayons X

Fournit une description précise de la tumeur. La radiographie montre la taille, la structure, la propagation du néoplasme. Cependant, un type particulier de cancer se présente différemment sur les rayons X. Une radiographie est prescrite aux premiers stades du diagnostic.

Tomodensitométrie

La deuxième étape de l'étude est la tomodensitométrie. Aide à identifier la densité d'éducation, le degré de prévalence et les métastases des tumeurs malignes.

Balayage des radionucléides

Le diagnostic de la SEP permet d'identifier le nombre de lésions, leur propagation et les lésions métastatiques des os touchés par la tumeur.

Biopsie

Une étape finale importante de l'étude avant de prescrire un traitement. Une biopsie aide à déterminer le type de croissance. Après cela, le médecin prescrit un traitement en fonction de la totalité des résultats..

Traitement

Le traitement du cancer des os du thorax comprend l'ablation de la tumeur par chirurgie et une chimiothérapie et une radiothérapie supplémentaires. Une chimiothérapie postopératoire répétée est obligatoire si une inflammation est détectée aux stades tardifs, une localisation tumorale importante et une métastase volumétrique des organes voisins. La thérapie répétée vise à réduire la taille du foyer et à arrêter la formation.

Le traitement chirurgical est considéré comme une priorité pour éviter une éventuelle propagation ultérieure du néoplasme. Les chirurgiens doivent rarement faire face à ce type de tumeur maligne. De telles opérations ne sont effectuées que par des médecins expérimentés. Un os affecté et, si nécessaire, plusieurs côtes ainsi que le sternum peuvent être retirés.

Le cancer des côtes est une tumeur maligne qui affecte le cadre thoracique. Après avoir retiré les côtes et le sternum affectés, une intervention chirurgicale est effectuée pour restaurer la poitrine. Après l'opération, les pièces retirées sont examinées. Si les bords de la résection ne sont pas touchés par les cellules cancéreuses, cela signifie que l'opération a donné un résultat positif et que l'inflammation est complètement éliminée.

La radiothérapie n'est prescrite qu'en présence d'un stade avancé du cancer pour soulager l'état général du patient, car elle n'est pas efficace pour tous les types de tumeurs. L'irradiation est prescrite si le sarcome d'Ewing est présent.

Les prévisions

Avec un cancer des côtes, il existe une forte probabilité d'apparition de nouveaux foyers de néoplasme. Selon les statistiques, 30 à 40% des personnes opérées sont susceptibles de récidiver des rechutes. La situation est compliquée par les symptômes qui apparaissent déjà aux stades avancés du cancer. Le succès du traitement de cette maladie ne garantit pas l'absence de rechute..

Les métastases accompagnent souvent les tumeurs osseuses malignes, ce qui aggrave la situation. Les statistiques montrent que la récidive de l'inflammation est souvent mortelle..

Que peut signifier un gonflement de l'hypochondre

Trouver une bosse dans l'hypochondre droit incite les patients à réfléchir à la santé. La première étape consiste à analyser quelles actions récentes auraient pu causer cette condition. Cependant, le plus souvent, les raisons sont cachées très profondément dans le corps et nécessitent une visite chez le médecin pour déterminer un diagnostic précis..

Raisons de la formation d'un sceau

Si le phoque est palpable dans l'hypochondre droit à droite, cela peut être dû à des maladies des organes suivants:

  • La vésicule biliaire. Un gonflement et une induration indiquent le développement d'une cholécystite, d'une maladie des calculs biliaires. Les parasites sont parfois diagnostiqués. Dans ce cas, l'organe peut être agrandi.
  • Pancréas. Une induration importante indique une pancréatite aiguë ou un cancer avancé.
  • Foie. Détecter l'hépatose, l'hépatite, la cirrhose, la congestion sanguine aiguë due à une insuffisance cardiaque, contre laquelle la membrane de l'organe est tendue.
  • Intestins. Des tumeurs, des flatulences sévères, une obstruction intestinale, une entérocolite et d'autres maladies peuvent indiquer un gonflement sous les côtes.
  • Diaphragme. Certains patients ont un durcissement dû à une hernie, une tumeur ou une diaphragmatite.

Dans chacun de ces cas, l'induration s'accompagne d'une douleur palpable ou coupante..

Les phoques de nature différente dans l'hypocondre ne résultent pas toujours d'une tumeur de l'organe lui-même. Très souvent, des symptômes similaires sont observés avec un œdème des tissus mous qui l'entourent..

Douleur sous les côtes sur le côté droit du dos

Si un néoplasme ou une grosseur apparaît dans le dos à droite, cela indique une maladie rénale - pyélonéphrite aiguë ou chronique. D'autres pathologies sont beaucoup moins fréquentes. Au cours de l'évolution aiguë de la maladie, le syndrome douloureux est terne, douloureux, se manifeste le plus souvent juste en dessous du côté droit et donne au bas du dos. La douleur s'intensifie si vous tapez sur la côte inférieure par derrière. Dans une évolution chronique, la douleur est douloureuse et s'aggrave par temps frais ou humide..

La bosse à droite sous les côtes peut être le résultat d'un traumatisme (choc, chute), à ​​la suite duquel les vaisseaux se sont rompus et un hématome s'est formé. Les symptômes s'aggravent avec la pression, en courant ou en mouvement, en buvant trop de liquides.

Une douleur douloureuse à droite, plus proche de la colonne vertébrale, indique une ostéochondrose. La bosse dans ce cas signale une inflammation des tissus mous. Des douleurs aiguës, accompagnées d'hématomes et d'une forte formation de gonflement, peuvent être situées à l'avant et à l'arrière. La tension de la peau et des fibres musculaires, y compris sans hématome, devient une conséquence de:

  • inflammation de l'appendicite;
  • rupture du foie, des reins, de la vésicule biliaire;
  • fracture des côtes;
  • prolapsus des reins.

De petites bosses accompagnées de douleurs aiguës indiquent des coliques hépatiques, des kystes rénaux altérés, une cholécystite aiguë ou une pancréatite.

Douleur sourde à droite ou à gauche

Un signe similaire avec la formation d'un sceau ou d'une masse indique un processus inflammatoire aigu:

  • pyélonéphrite aiguë;
  • inflammation de l'un des poumons;
  • inflammation aiguë du pancréas;
  • pancréatite ou cancer en phase terminale;
  • maladies des appendices utérins;
  • pathologie de la rate;
  • troubles intestinaux.

Les douleurs aiguës qui surviennent soudainement et passent tout aussi rapidement, alternant avec des symptômes de tiraillements désagréables et de coups de couteau d'un côté, indiquent des causes psychosomatiques. Pour leur traitement, la consultation d'un psychothérapeute, psychiatre, neuropathologiste est requise.

Signes d'une hernie intervertébrale

La bosse dans ce cas est dans le dos, trouvée lors de la palpation. Il devient difficile pour le patient de respirer, la douleur devient sourde. Les symptômes irradient vers le dos, le bas du dos, les membres supérieurs et inférieurs. Le tournage se produit souvent.

Dans les derniers stades, lorsque la hernie quitte l'anneau, elle devient visible sans palpation. Dans ce cas, le joint est souple, il peut être ajusté à l'endroit d'où il sort. Le traitement d'une telle pathologie est toujours effectué chirurgicalement et n'a pas d'alternative..

Sceller les méthodes de diagnostic

La principale manière d'étudier une tumeur dans l'hypochondre droit ou gauche est le diagnostic par un thérapeute ou un chirurgien. Après la palpation, le médecin sera en mesure d'éliminer avec précision certaines maladies et prescrira également des tests supplémentaires et un examen instrumental. Le moyen le plus efficace d'obtenir un diagnostic précis est de consulter 2 ou 3 spécialistes.

Procédures possibles que le patient doit subir:

  • Échographie de la cavité abdominale pour déterminer l'état des organes, y compris les intestins;
  • La tomodensitométrie est nécessaire pour visualiser les vaisseaux et les tissus de l'intestin, d'autres organes, parfois une procédure avec contraste est utilisée;
  • une coloscopie est prescrite si une pathologie intestinale est suspectée;
  • pour l'examen de l'estomac, des diagnostics endoscopiques sont prescrits;
  • nommer en outre la livraison de tests de laboratoire;
  • lorsque des processus tumoraux sont détectés, une biopsie du matériel est nécessaire.

Sur la base des analyses reçues, le médecin établit un diagnostic. Il est impossible de déchiffrer les résultats par vous-même.

Méthodes de traitement

Compte tenu de la longue liste de raisons pour lesquelles un renflement apparaît dans l'hypochondre droit, il est impossible de décrire brièvement la seule méthode pour traiter cette condition. Tout dépend de la pathologie détectée.

Le traitement du néoplasme ne doit pas être effectué indépendamment à la maison. Vous ne pouvez pas réchauffer la zone touchée si le symptôme est associé à une inflammation du foie. Aucun traitement à domicile ne vous aidera à vous débarrasser d'une tumeur bénigne ou maligne..

La préservation de la pathologie à la suite d'une fracture des côtes après une blessure n'est pas moins dangereuse. Une fracture non traitée ne guérit pas bien et conduit à l'avenir au développement d'un syndrome de douleur chronique. Toutes les restrictions sont également valables pour les maladies des organes internes, ainsi que pour les conditions telles que la hernie. Dans les cas graves, les médecins peuvent recommander une intervention chirurgicale (hernie, tumeur).

Si la pathologie est causée par un spasme musculaire dans un contexte de stress prolongé, le traitement commence par l'élimination des signes de stress mental et émotionnel. Parfois, les spasmes musculaires sont causés par un effort physique accru. Dans ce cas, un repos opportun, la prise d'antispasmodiques ou de relaxants musculaires (de préférence après avoir consulté un médecin) vous aideront..

Une croissance, une petite ou grande tumeur, une induration sous-cutanée dans la zone sous la côte gauche ou droite, à la fois en avant et en arrière, est une raison pour un diagnostic détaillé par un médecin. Certaines maladies ne peuvent se manifester qu'avec ce symptôme, mais indiquent des processus oncologiques, des hernies dangereuses et une hypertrophie des organes internes.

Gonflement des côtes du côté gauche

Et voici ce que le professeur Pak a donné de précieux conseils sur la restauration des articulations douloureuses:

  1. Pourquoi un gonflement des côtes se produit-il??
  2. Types de tumeurs par type de tissu
  3. Ostéosarcome
  4. Chondrosarcome
  5. Fibrosarcome
  6. Réticulosarcome
  7. Traitement de l'inflammation pancréatique

Pourquoi un gonflement des côtes se produit-il??

Les maladies du tractus gastro-intestinal sont omniprésentes. Selon les statistiques, une personne sur deux souffre de problèmes avec le système digestif..

Le plus souvent, nous parlons de maladies de l'estomac. Les deux pathologies de cet organe et de nombreuses autres maladies peuvent donner des symptômes caractéristiques (douleur sous la côte gauche).

Il y a aussi d'autres raisons. Que devez-vous savoir sur cette manifestation désagréable? Considérons plus en détail.

La cause fiable du développement de lésions cancéreuses des côtes, comme la plupart des autres types de cas oncologiques de la classe des tumeurs osseuses, reste incertaine aujourd'hui. Traditionnellement, les médecins associent la formation de tissus malins à des mutations génétiques au niveau cellulaire, bien que certains scientifiques suggèrent que le processus cancéreux présente certaines caractéristiques de formation parasitaire. Les principaux facteurs provoquant la pathologie du tissu osseux sont considérés comme des lésions traumatiques et une exposition aux rayonnements ionisants.

Types de tumeurs par type de tissu

Le cancer des côtes peut survenir à partir de plusieurs types de tissus:

  • ostéosarcome (tumeur du tissu osseux);
  • chondrosarcome (tumeur localisée dans les composants cartilagineux des côtes);
  • fibrosacrome (tumeur de l'appareil tendon-ligamentaire de la poitrine);
  • réticulosarcome (une tumeur qui se développe à partir de composants vasculaires).

Ostéosarcome

Augmentation de la température dans l'ostéosarcome

Dans les premiers stades, les symptômes de ce type de sarcome des côtes n'apparaissent en aucun cas. Dans le même temps, des sensations de douleur sourdes dans la poitrine et de légères augmentations à court terme de la température corporelle peuvent apparaître. De nombreux patients associent la douleur à un traumatisme passé. Le cancer est diagnostiqué beaucoup plus tard.

Au fur et à mesure que la tumeur se développe, le cancer se manifeste par la propagation du processus pathologique aux tissus et structures voisins, de sorte que les sensations de douleur deviennent plus prononcées. Parallèlement à l'augmentation de la douleur, des symptômes visibles apparaîtront: la tumeur des côtes augmentera de taille, si elle se développe vers la surface de la poitrine, la peau sur le site de localisation commencera à s'amincir, à briller, acquérant un motif vasculaire. La mobilité des côtes est souvent limitée pendant la respiration.

Chondrosarcome

En règle générale, le chondrosarcome des côtes se manifeste souvent comme une tumeur secondaire, il commence donc à se développer à partir de processus pathologiques qui se produisent déjà dans le corps humain:

  • échondromes;
  • enchondromes;
  • l'ostéochondromatose;
  • chondromes bénins à long terme;
  • ostéochondromes solitaires;
  • Maladies de Paget et Olier.

Le principal symptôme du chondrosarcome des côtes est la douleur. Ils constituent le moyen le plus simple de reconnaître le cancer des côtes (car le patient et le médecin soupçonnent déjà que le cancer peut commencer à se développer en présence des processus pathologiques mentionnés ci-dessus). Au début, la douleur est légère, comme celle d'une ecchymose, mais à mesure que le gonflement se développe, son intensité augmente.

Fibrosarcome

Le cancer sous cette forme est cliniquement très non spécifique. Aux premiers stades de la maladie, la tumeur est déjà visible de l'extérieur - elle se présente sous la forme d'un nodule sous-cutané dense de teinte brun bleuâtre. La peau est pratiquement inchangée. Une douleur au site de la lésion est presque toujours observée. Avec le développement du cancer, il y a une augmentation rapide de la taille de la tumeur, une ulcération, des métastases précoces dans les systèmes et organes voisins, un taux élevé de rechutes, ainsi que certains symptômes non spécifiques.

Réticulosarcome

Le cancer de ce type est extrêmement rare, de sorte que ses symptômes ne sont pas familiers, même aux principaux cancérologues. Les symptômes de la maladie se caractérisent principalement par un très grand nombre de capillaires. C'est la principale raison pour laquelle le cancer commence rapidement et avec une extrême facilité à se métastaser dans les systèmes et organes voisins avec le flux sanguin, car la maladie se développe très rapidement et activement..

Les sensations de douleur peuvent différer par leur intensité, leur heure d'apparition, leur dépendance à l'activité physique, leur respiration ou leur apport alimentaire. Certains types de syndrome douloureux indiquent une exacerbation des processus chroniques dans le corps et nécessitent un traitement adéquat. Une douleur aiguë dans l'hypochondre gauche avec un degré élevé d'intensité se développe dans des conditions d'urgence. Ces patients doivent être immédiatement emmenés à l'hôpital pour une intervention chirurgicale et une réanimation..

En termes d'intensité, le syndrome douloureux est:

  • aiguë - douleur intense constante qui provoque des expériences émotionnelles profondes, mal soulagées par les analgésiques;

Au centre de l'apparition de sensations douloureuses sont:

  • viscéral - surviennent à la suite de processus inflammatoires, de traumatismes et de saignements des organes internes;

En cas de douleur intolérable aiguë, il est nécessaire d'appeler une ambulance. Dans le cas du syndrome de douleur chronique, il est recommandé de consulter un médecin en temps opportun pour diagnostiquer la maladie et traiter.

Traitement de l'inflammation pancréatique

Le traitement de la douleur sous la côte gauche dépend directement de la gravité des symptômes

Les conditions aiguës nécessitant des soins d'urgence sont arrêtées sur place, puis la thérapie est effectuée dans des conditions stationnaires.

Il convient de noter que les patients ayant des antécédents de maladies chroniques doivent connaître les moyens et les méthodes de soulagement des symptômes de douleur aiguë, c'est-à-dire avoir les médicaments d'urgence nécessaires avec eux, cela est particulièrement vrai pour les maladies cardiaques, les ulcères d'estomac, les intestins.

De plus, le traitement symptomatique doit être la prérogative du médecin, l'automédication ne fait parfois qu'aggraver la gravité du processus et peut entraîner de graves complications, pouvant aller jusqu'au décès. Toute douleur du côté gauche est une indication directe d'un renvoi rapide à un médecin et d'une aide professionnelle adéquate..

• Pancréatite en phase aiguë avec évolution sévère.

• Ulcère d'estomac perforé.

• Violation de l'intégrité des organes en cas de blessure ou en raison de l'influence d'autres facteurs.

• Tumeurs du tractus gastro-intestinal.

Dans d'autres cas, si ça fait mal sous la côte gauche devant, traitement médicamenteux.

• Médicaments antispasmodiques. Ils sont utilisés pour soulager la douleur en soulageant les spasmes des muscles lisses du tractus gastro-intestinal. Cela comprend: No-shpa, Drotaverin, Duspatalin, etc..

• Anti-inflammatoire. Ils sont utilisés avec beaucoup de soin, car beaucoup ont un effet toxique sur le tractus gastro-intestinal..

• Analgésiques. Prescrit pour soulager la douleur. Les analgésiques doivent être choisis avec soin.

Les analgésiques et antispasmodiques peuvent être utilisés à votre discrétion sur une base temporaire: il existe un risque élevé de «maculage» du tableau clinique avec une utilisation prolongée. Vous ne pouvez les prendre que 1 à 3 jours avant de vous rendre chez le médecin.

• Heptoprotecteurs - pour protéger le foie.

• Médicaments diurétiques (diurétiques pour les problèmes rénaux).

Les médicaments ne sont prescrits que par un médecin et uniquement sur la base des résultats des mesures de diagnostic. Ainsi, la réponse à la question de savoir quoi faire si ça fait mal sous la côte gauche devant, se suggère.

Si l'ostéome de la côte augmente de taille ou si de plus en plus de douleur survient, il vaut la peine de consulter un chirurgien sur le traitement de cette maladie. Un patient avec une tumeur bénigne est observé pendant un certain temps pour contrôler le développement de la maladie et établir un tableau clinique et radiologique.

Le traitement de l'ostéome des côtes consiste en l'ablation chirurgicale du nid du foyer avec une zone d'os et de périoste sains. Le grattage de l'os affecté n'est pas recommandé dans ce cas, car il peut entraîner des rechutes.

Après une intervention chirurgicale de haute qualité, la douleur devrait complètement disparaître. Si la douleur persiste le lendemain de l'opération, la tumeur n'est pas complètement enlevée et une opération plus radicale sera nécessaire à l'avenir. L'ablation radicale de la tumeur ne se reproduit jamais.

Dans le cas où l'ostéome est asymptomatique et que la tumeur est petite et n'entraîne pas de déficience fonctionnelle, les médecins recommandent de limiter le traitement à une observation systématique.

Pour prévenir la formation d'ostéome après une blessure ou une fracture des côtes, le médecin peut prescrire des médicaments:

  • médicaments anti-inflammatoires à effet analgésique;
  • préparations contenant de la chondroïtine pour la fusion osseuse de haute qualité;
  • préparations de calcium;
  • monopréparations de vitamine D;
  • agents externes pour accélérer la formation de callosités.

Des photos de l'ostéome du fémur peuvent être vues ici.

Comprend la prise de médicaments cytostatiques. De tels agents ont un effet systémique sur tout le corps et sont ainsi capables de neutraliser les métastases tumorales dans des systèmes distants. Les maladies cancéreuses sous l'influence de médicaments chimiothérapeutiques peuvent se stabiliser et même diminuer de taille. La durée du traitement est déterminée individuellement pour chaque patient et est d'environ six mois.

De plus, en cas de douleur intense, les patients cancéreux se voient prescrire des analgésiques pour l'oncologie.

À l'hôpital, une thérapie par perfusion est effectuée, des médicaments sont prescrits pour réduire la douleur et d'autres manifestations de la pancréatite. Des fonds sont introduits pour réduire la production de jus pancréatique. Ils décomposent également les enzymes de la glande, en raison de l'accumulation de douleur.

Groupes de médicaments avec lesquels le traitement d'une crise de pancréatite est effectué dans un hôpital:

  • anti-douleurs;
  • antiémétique;
  • antimicrobien;
  • antispasmodiques;
  • antiacides.

La chirurgie est nécessaire lorsque le tissu du pancréas est détruit. Si les calculs biliaires deviennent la cause de crises de douleur aiguë, dans de tels cas, le médecin recommande de retirer la vessie.

Le régime alimentaire et la prise de préparations enzymatiques font partie de la vie quotidienne des patients atteints de pancréatite chronique. La lipase, l'amylase, la protéase contiennent de nombreux médicaments: Pancreatin, Creon, Panzinorm, Micrasim, Pancreatipase, Ermital, Mezim forte. Grâce aux médicaments, les aliments sont mieux traités et absorbés dans le tube digestif. Le poids corporel du patient est normalisé, son état de santé s'améliore. Dans la pancréatite aiguë, les préparations enzymatiques ne doivent pas être prises.

Vous pouvez réduire l'inconfort avec des médicaments. En cas d'exacerbation de la pancréatite chronique, No-Shpa et Duspatolin sont pris simultanément. En cas de douleur au cœur, un comprimé de nitroglycérine aidera, qui se dissout sous la langue.

Les médicaments agissent plus rapidement sous forme de solutions, qui sont administrées par voie sous-cutanée ou intramusculaire. Les injections intraveineuses sont dangereuses à faire par vous-même à la maison. Aide à soulager les douleurs abdominales, y compris la pancréatite, l'injection sous-cutanée de 5 ml de Baralgin et 2 ml de No-Shpa.

S'il n'est pas possible de faire une injection, mais qu'il existe des médicaments sous forme solide, ils sont pris. Les comprimés de Baralgin ou de Spazmalgon sont mâchés et lavés avec ½ verre d'eau.

Assurez-vous de faire attention à la combinaison de la douleur avec des symptômes tels que des vomissements et une forte fièvre. Vous devez appeler un médecin et ne pas vous fier à l'automédication. Il existe tout un groupe de pathologies pour lesquelles une intervention chirurgicale est indiquée. Il s'agit d'appendicite, de rupture de la rate, de perforation d'un ulcère de l'estomac, de cholécystite aiguë.

Dans un premier temps, il est recommandé de consulter un médecin de famille, un médecin généraliste, un pédiatre si un enfant est malade. Ou appelez une ambulance. Si nécessaire, le patient sera examiné par des spécialistes, un diagnostic complet sera effectué.

Croissance sur la côte

chers médecins bon après-midi!
il y a quelques mois retrouvé sur la côte droite devant! tout en bas où les fausses côtes sont la formation osseuse ou la croissance sur le cartilage. (photo où elle est jointe).
Je suis mince et je peux sentir mes côtes et donc j'ai pu détecter. Je ne sais pas combien de temps c'était, peut-être que c'était toute ma vie. jamais touché mes côtes avant.
ça ne dépasse pas et si on regarde le ventre comme ça, on ne voit rien. comme s'il faisait quelques mm de plus que le même endroit sur le bord gauche si vous le touchez
était au rendez-vous du chirurgien, a fait une échographie - cet endroit - rien n'a été révélé. le médecin a dit qu'il s'agissait d'une asymétrie et que la côte droite dépasse simplement plus que la gauche. J'ai insisté pour une radiographie. nous n’avons rien trouvé aux rayons X non plus
Veuillez consulter les images radiographiques, elles sont également jointes. est-ce que tout va bien, y a-t-il quelque chose qui ne va pas avec les côtes?
J'ai le sentiment que ce sont les côtes postérieures qui sont visibles sur la radiographie, et non l'endroit où il me semble qu'il y a une excroissance ou je n'y vois pas quelque chose?
il me semble encore que dans cet endroit ça démange et gémit parfois, je panique.
Qu'est ce que ça pourrait être? L'échographie et les rayons X de ce que j'ai appliqué sont-ils suffisants pour exclure la pathologie? À quel médecin dois-je m'adresser pour ce problème? orthopédiste, traumatologue, oncologue?
s'il y a des tumeurs osseuses malignes à cet endroit?
J'ai vraiment peur((((
Merci!!

Sur le service AskDoctor, une consultation traumatologue en ligne est disponible sur tout problème qui vous concerne. Les experts médicaux fournissent des consultations 24h / 24 et gratuitement. Posez votre question et obtenez une réponse immédiatement!

Article Précédent

Test sanguin pour l'oncologie

Article Suivant

Tumeur rénale