Cancer du poumon de stade 1

Carcinome

Le cancer du poumon est un cancer courant avec une réputation de pathologie avec un mauvais pronostic. La maladie peut survenir à tout âge, mais les personnes âgées sont plus susceptibles d'y être prédisposées. Nous vous proposons de découvrir comment évolue le cancer du poumon de stade 1 et s'il existe une chance de guérir cette maladie.

Code de la maladie CIM-10: C34 Lésion maligne des poumons et des bronches.

Les causes

Le mécanisme pathologique de la dégénérescence des cellules saines n'est pas entièrement compris aujourd'hui. Cependant, les scientifiques modernes ont été en mesure d'identifier des substances et des facteurs qui peuvent accélérer les changements atypiques et les mutations dans les structures tissulaires normales. Ce sont les raisons présumées du développement de l'oncologie pulmonaire, conditionnellement, elles sont divisées en deux groupes.

Des raisons qui ne dépendent pas de la personne:

  • Hérédité défavorable pour les oncopathologies - au moins 3 cas de cancer du poumon (ou lésion maligne d'un autre organe) dans une histoire familiale.
  • Plus de 50 ans.
  • Maladies du système respiratoire - bronchite et pneumonie fréquentes, infection tuberculeuse, modifications cicatricielles des tissus organiques.
  • Pathologies endocriniennes.

Raisons qu'une personne peut contrôler:

  • Le tabagisme excessif est le principal facteur provoquant le développement du cancer du poumon. La combustion du tabac libère au moins 4000 substances cancérigènes qui se déposent sur la muqueuse bronchique et détruisent les cellules saines. Le sang enrichi en composants de la fumée de cigarette se propage dans tout le corps, atteignant les reins, le foie et le cerveau. Avec une histoire de tabagisme de plus de 10 ans, la probabilité de développer un cancer du poumon augmente de 25 fois.
  • La fumée secondaire. Même si une personne ne fume pas, elle peut devenir victime de fumeurs actifs vivant avec elle dans la même maison, dans l'escalier, etc. Environ 80% de la fumée de tabac qui pénètre dans l'espace va aux personnes qui l'entourent pendant le tabagisme passif.
  • Activités professionnelles - travail avec des produits chimiques dangereux comme le caoutchouc, l'amiante et l'arsenic, les mines (radon, uranium), etc..
  • Condition environnementale insatisfaisante - observée principalement dans les grandes villes industrielles en raison de la pollution systématique de l'air par les gaz d'échappement des voitures, etc..

Symptômes

Les premiers signes de cancer du poumon à un stade précoce peuvent ne pas apparaître et, par conséquent, le processus malin peut être manqué au tout début du développement chez les hommes et les femmes. Pour éviter que cela ne se produise, il est important que les personnes à risque de contracter la maladie fassent plus attention à leur propre santé et se soumettent chaque année à des examens préventifs par un spécialiste..

Mais il existe des exceptions lorsqu'un foyer tumoral est détecté à temps. Cela se produit généralement à condition qu'il commence à se développer dans une certaine partie de l'organe, à savoir dans sa partie centrale.

Un néoplasme croissant endommage la membrane muqueuse de la bronche, interférant avec son fonctionnement normal. Peu à peu, les cellules malignes se propagent au tissu pleural et aux terminaisons nerveuses, ce qui provoque des douleurs. Au premier stade du cancer du poumon, il n'y a pas de métastases, mais si à ce stade le traitement de la maladie n'est pas commencé, une visite ultérieure chez le médecin peut entraîner la mort du patient.

Si une croissance tumorale est observée dans les tissus périphériques de l'organe, la maladie est le plus souvent asymptomatique. Peu à peu, la taille du foyer malin augmente, il atteint les bronches, la plèvre et les terminaisons nerveuses, ce qui provoque de graves conséquences.

Avec toute localisation d'une tumeur cancéreuse, les manifestations suivantes peuvent devenir les premiers signes d'un processus oncologique dans le tissu pulmonaire:

  • dyspnée;
  • toux;
  • augmentation de la température corporelle;
  • faiblesse, fatigue;
  • manque d'appétit et perte de poids.

Classification du système TNM international

Considérez dans le tableau suivant à quoi ressemble le classement TNM pour le cancer du poumon de stade 1.

SymbolesQue signifient-ils
T1À la plus grande mesure, le foyer de la tumeur ne dépasse pas 3 cm.Il n'y a aucun signe d'invasion de la bronche lobaire (la bronche principale n'est pas impliquée dans le processus malin).
T1aLa tumeur ne dépasse pas 2 cm.
T1bNéoplasme 2–3 cm.
N0Il n'y a aucun signe de métastase aux ganglions lymphatiques régionaux.
M0Les métastases à distance ne sont pas trouvées.

Le cancer du poumon de stade I est divisé en deux degrés de gravité - 1A et 1B. Selon la classification TNM, ils diffèrent par la taille de la formation de la tumeur et les données pronostiques..

Classification générale

Il existe quatre types histologiques de cancer du poumon:

  • squameux;
  • grande cellule;
  • petite cellule;
  • adénocarcinome.

Les tumeurs à petites cellules surviennent dans 10 à 15% des cas cliniques, le reste des tumeurs sont regroupées en un seul groupe - NMLR (cancer du poumon non à petites cellules).

Les caractéristiques histologiques des néoplasmes malins dans ce cas sont plutôt arbitraires, car l'évolution et le pronostic de la maladie peuvent différer considérablement, même pour les tumeurs de la même origine. Selon les observations des oncologues, le carcinome épidermoïde se développe le plus lentement. Les adénocarcinomes et les tumeurs à grandes cellules sont caractérisés par une évolution rapide et des métastases étendues. Le carcinome à petites cellules est reconnu comme le plus agressif - il se distingue par une courte histoire, une évolution latente et rapide, une propagation précoce des métastases et un mauvais pronostic de survie.

Il existe une classification anatomique du cancer du poumon, qui dépend de la localisation du processus tumoral:

  • Cancer central. Les bronches segmentaires, lobaires et principales sont affectées.
  • Périphérique. Les bronches, bronchioles et alvéoles plus petites subissent des changements malins.
  • Mixte ou massif. La maladie implique n'importe quel tissu pulmonaire dans le processus oncologique.

La défaite de deux poumons à la fois

Un processus malin peut se développer dans un ou les deux poumons à la fois. On peut parler de lésions primaires multiples ou de carcinome bilatéral, alors que la première option est deux fois plus fréquente que la seconde. Dans la plupart des cas, les deux poumons sont simultanément affectés chez les fumeurs ayant de nombreuses années d'expérience..

Pour clarifier l'emplacement du processus malin, une IRM et une biopsie sont effectuées. Jusqu'à aujourd'hui, les oncologues sont confrontés aux difficultés de choisir une stratégie de traitement du cancer bilatéral du poumon. L'urgence de procéder à des opérations sur les deux organes affectés dans le respect du radicalisme économique - interventions chirurgicales de préservation des organes aux premiers stades de la maladie (I - II) a été déterminée. Cela crée les conditions d'une préservation maximale du tissu pulmonaire et d'un traitement conservateur supplémentaire..

Diagnostique

Pour sauver la vie d'une personne et éliminer le risque de complications possibles, il est important de procéder à un examen approfondi. En règle générale, cela commence par la fluorographie du sternum - un événement annuel obligatoire avec lequel vous pouvez détecter des changements pathologiques dans les tissus des voies respiratoires.

Suite à la fluorographie, une radiographie des poumons est réalisée. Les oncologues estiment qu'il est important de prendre des photos en projections frontales et latérales afin d'obtenir les informations les plus détaillées sur l'état du patient. Au stade suivant, une bronchoscopie est prescrite. Cette méthode invasive permet la visualisation des zones touchées de l'organe et la biopsie pour l'analyse histologique des tissus de la tumeur détectée..

L'analyse des expectorations a une valeur diagnostique. Pour la recherche, du mucus est prélevé, qui pénètre dans l'environnement externe lorsque le patient tousse. La détection des éléments malins et des cellules non standard permet de suspecter un cancer du poumon.

La tomodensitométrie aide à compléter le tableau général de l'examen. En règle générale, il est utilisé dans des cas cliniques complexes. Pour confirmer le cancer du poumon, cette méthode utilise une coupe à vis ou en spirale.

Traitement

La méthode de traitement (chirurgicale, radiologique, chimiothérapie, etc.) est choisie par des spécialistes en tenant compte du stade du processus oncologique, du type histologique et de la localisation de la tumeur, et des caractéristiques de l'histoire du patient. La plus efficace est la méthode radicale, c'est-à-dire opération. Dans ce cas, avec un cancer du poumon de stade 1, environ 75% des patients peuvent passer le seuil de survie de contrôle à 5 ans..

Méthodes chirurgicales:

  • Lobectomie - ablation d'un lobe du poumon.
  • Bilobectomie - résection de deux lobes du poumon (applicable uniquement à l'organe droit).
  • Pulmonectomie - ablation complète du poumon.
  • Opérations combinées - en plus de la concentration tumorale dans le poumon affecté, les organes adjacents impliqués dans le processus oncologique sont soumis à une résection.

Au stade 1 de la maladie, en règle générale, une lobectomie est effectuée. Il est contre-indiqué d'opérer un patient s'il présente les conditions suivantes:

  • insuffisance des fonctions du cœur et des vaisseaux sanguins, organes du système respiratoire;
  • pathologies décompensées des organes internes, par exemple, diabète sucré;
  • plus de 70 ans.

Avec l'avènement de nouveaux médicaments cytostatiques sur le marché pharmaceutique, la chimiothérapie est devenue une méthode de traitement plus efficace. À un stade précoce de la maladie, les formes à petites cellules de cancer du poumon répondent bien à la polychimiothérapie. Les tactiques d'action conservatrice sont sélectionnées en tenant compte de la sensibilité de la tumeur. Le traitement est effectué en cycles périodiques (au moins 6-8) avec un intervalle de 3-4 semaines, l'effet positif attendu se forme pendant plusieurs années.

Le cancer du poumon non à petites cellules est moins sensible à la chimiothérapie - une dynamique positive n'est observée que chez 10 à 30% des patients. Dans le cas de toute forme de NMLR, des préparations de platine sont utilisées. Les meilleurs résultats sont obtenus avec une combinaison de chimiothérapie et de radiothérapie, à la fois avec une exposition simultanée au corps et avec.

La radiothérapie au stade initial du cancer du poumon est basée sur l'utilisation d'accélérateurs linéaires et d'appareils gamma (bétatrons). L'effet suppose la mort de toutes les cellules de la tumeur initialement formée. Dans le NMLR, la radiothérapie est utilisée comme méthode de traitement radicale si le patient refuse la chirurgie ou présente des contre-indications. Chez 40% des patients, la radiothérapie peut réduire considérablement la surface du néoplasme dans le poumon sans chirurgie..

Processus de récupération après traitement

La réadaptation des patients qui ont subi une intervention chirurgicale pour enlever une tumeur pulmonaire commence déjà dans la période postopératoire. Le patient se voit prescrire une gymnastique de rattrapage, axée sur la stabilisation de la respiration externe et l'amélioration du bien-être général. Il est basé sur l'apprentissage de la respiration diaphragmatique du patient. Un drainage postural et un assainissement de l'arbre bronchique peuvent être effectués, une psychothérapie et un traitement médicamenteux correctif sont recommandés, y compris l'inhalation de broncho- et mucolytiques, etc..

En raison de l'opération et des troubles anatomiques qui en résultent dans les poumons, ainsi que de la douleur qui l'accompagne, les patients épargnent le sternum autant que possible pendant la respiration, ce qui provoque une complication telle qu'une ventilation insuffisante de l'organe. À cet égard, à partir du 5ème jour de la période postopératoire, le patient se voit prescrire des exercices de physiothérapie visant à redresser le poumon soumis à une intervention chirurgicale, à normaliser la mobilité du diaphragme et les fonctions des membres supérieurs et de la colonne vertébrale..

Après avoir été libéré de l'hôpital pour le reste de sa vie, il est recommandé au patient d'effectuer les éléments de base des exercices de physiothérapie seul à la maison ou à l'air frais. Cela aidera à maintenir le drainage des poumons et à améliorer la circulation sanguine dans leurs tissus, à améliorer l'efficacité du traitement conservateur. La récupération et la compensation stable des troubles après un traitement radical chez les patients atteints d'un cancer du poumon de stade 1 précédent surviennent en 3-6 mois.

Rechute

Après le traitement d'un cancer du poumon de stade I, le risque de développer un processus néoplasique récurrent est de 30 à 50%. Pour réduire ce risque, des thérapies adjuvantes, telles que la chimiothérapie, sont généralement utilisées.

Types de récidive de la maladie:

  • Local. Une nouvelle tumeur se développe près de la tumeur d'origine.
  • Régional. Un processus malin répété affecte les ganglions lymphatiques.
  • Éloigné. La rechute se produit dans un endroit éloigné du foyer oncologique principal, le plus souvent dans le cerveau, les tissus osseux, le foie et les glandes surrénales. Si un cancer récidivant est retrouvé dans une partie éloignée du corps, il s'agit d'un carcinome de stade IV, ou d'une forme métastatique de la maladie.

L'évolution et le traitement de la maladie chez les enfants, les femmes enceintes et allaitantes, les personnes âgées

ENFANTS. Les manifestations cliniques et le fait du développement de lésions pulmonaires malignes dans l'enfance et l'adolescence ne sont pas rares. Dans la plupart des cas, le processus pathologique est associé à une prédisposition héréditaire aux maladies oncologiques et à l'influence négative de facteurs environnementaux externes. Lors du diagnostic du cancer du poumon chez un enfant, il est important de sélectionner et d'effectuer un traitement le plus rapidement possible, ce n'est que dans cette situation que nous pouvons compter sur une issue favorable. Mais les tactiques de la thérapie anticancéreuse sont souvent compliquées par le fait que de nombreux médicaments ne peuvent pas être prescrits aux enfants..

Pour savoir combien de temps l'enfant vivra et quelles sont ses chances de guérison, une approche individuelle de l'oncologue est nécessaire. Cela permettra d'obtenir des résultats positifs de la thérapie sans complications importantes et conséquences critiques. En outre, il est important de prêter attention aux mesures préventives visant à prévenir le cancer du poumon chez les enfants, à partir du stade néonatal..

ENCEINTE. Les premiers symptômes de cancer du tissu pulmonaire chez la femme enceinte peuvent être absents, de sorte que pendant un certain temps, une femme peut ne pas être au courant du développement de l'oncologie. Un diagnostic précis est possible lorsqu'un examen complet est effectué, y compris des tests sanguins, des radiographies des poumons, une biopsie d'une zone suspecte de l'organe et une IRM.

Les tactiques de traitement de l'oncopathologie sont sélectionnées individuellement. Si la maladie est détectée au cours du premier trimestre, en règle générale, les médecins proposent un avortement afin de ne pas exposer le fœtus en développement aux effets toxiques des médicaments et du traitement anticancéreux utilisés. Dans la seconde moitié de la grossesse, le traitement peut être retardé jusqu'à la naissance du bébé. Il est également proposé de pratiquer une intervention chirurgicale sans chimiothérapie et radiothérapie concomitantes..

La patiente, étant en position, ne doit pas traiter la maladie seule. Il ne peut être question d'aucune médecine traditionnelle. Le cancer pendant la grossesse est dangereux en raison de son développement rapide et de ses métastases précoces, il est donc important de confier complètement votre santé à un spécialiste.

ALLAITEMENT. L'allaitement maternel et le traitement du cancer sont des choses incompatibles. Le fait est que les substances toxiques provenant de médicaments qu'une femme est obligée de prendre dans le cadre du traitement anticancéreux du cancer du poumon peuvent pénétrer dans le corps du bébé avec le lait maternel. À cet égard, si une jeune mère reçoit un diagnostic d'oncopathologie, il est recommandé d'interrompre la lactation et de transférer l'enfant vers une alimentation artificielle, après avoir consulté un pédiatre..

Sinon, les tactiques de traitement et le pronostic chez une femme n'auront pas de différences spécifiques par rapport aux autres groupes de patients..

ÂGÉ. Le risque de cancer du poumon chez les personnes de plus de 60 ans est 60 fois plus élevé que chez les patients plus jeunes. Le pic de l'incidence de la pathologie est observé chez les gros fumeurs et les citadins.

Selon les statistiques, le diagnostic des patients âgés est posé avec un retard important, car les manifestations cliniques sont généralement rares ou similaires aux signes de la BPCO, et la toux au fil des ans devient un symptôme si courant que les patients sont rarement référés pour un examen radiologique de routine et que la maladie est simplement négligée..

Dans la vieillesse, le traitement est également sélectionné en tenant compte de la situation clinique existante. Une intervention chirurgicale précoce est indiquée pour tous les patients, mais il est important de faire attention au fait que la mortalité en période postopératoire augmente à 20% contre 8% chez les personnes de moins de 50 ans.De plus, il existe souvent des contre-indications à la chirurgie radicale, par exemple, graves troubles somatiques chroniques.

S'il y a des contre-indications à la chirurgie, les patients se voient prescrire une radiothérapie et une chimiothérapie, ainsi qu'un traitement symptomatique, y compris une antibiothérapie, une anesthésie, des agents expectorants et mucolytiques, etc..

Traitement du cancer du poumon de stade 1 en Russie et à l'étranger

Nous vous invitons à découvrir comment le cancer du poumon à un stade précoce est traité dans différents pays.

Traitement en Russie

Chaque année en Russie, environ 60 000 personnes, principalement des hommes, meurent d'un cancer du poumon. Cette maladie est l'un des plus agressifs parmi les autres types d'oncopathologies.Par conséquent, un traitement anticancéreux complexe est toujours utilisé, y compris les méthodes suivantes:

  • chirurgical;
  • rayon;
  • chimiothérapie;
  • immunologique.

Visuellement, les méthodes répertoriées ressemblent à un ensemble standard de mesures thérapeutiques utilisées depuis longtemps en oncologie, y compris les méthodes domestiques. Mais il y a encore des différences, puisqu'aujourd'hui toutes les méthodes énumérées sont réalisées selon les technologies modernes et les développements des scientifiques, elles sont devenues plus efficaces et moins traumatisantes..

Dans les cliniques oncologiques russes, des méthodes de lutte contre le cancer du poumon utilisées à l'étranger sont utilisées. Avant l'opération, le patient se voit prescrire une polychimiothérapie, ce qui permet d'arrêter la progression du processus malin et de réduire la quantité d'intervention chirurgicale. Ensuite, une opération de différentes tailles est réalisée, principalement une lobectomie.

Après une résection radicale de la tumeur, le cours de chimiothérapie est répété et la radiothérapie est sélectionnée. L'irradiation est réalisée à l'aide d'équipements modernes et économes pour les tissus sains. S'il existe des contre-indications à la chirurgie dans les grands centres oncologiques russes, des méthodes d'assistance radiochirurgicale peuvent être utilisées pour éliminer un néoplasme malin en plusieurs séances, par exemple, "Gamma Knife".

Je voudrais souligner le travail de la clinique de Sofia. En plus du protocole de traitement standard, les spécialistes du centre ont la possibilité d'appliquer une thérapie ciblée ou ciblée, la biothérapie, au cancer du poumon. Après l'achèvement de la phase principale du traitement, les médecins du centre proposent de suivre un cycle complet de mesures de rééducation visant à restaurer la fonction respiratoire et à stabiliser les défenses de l'organisme..

Aujourd'hui, tout résident de Russie peut recevoir un traitement moderne et efficace du stade initial du cancer du poumon à Moscou, Saint-Pétersbourg et dans d'autres villes du pays. Le coût de la thérapie anticancéreuse dans les cliniques privées et publiques sera beaucoup plus bas qu'à l'étranger. En moyenne, le diagnostic et le traitement du cancer du poumon de stade 1 est de 180 à 220 000 roubles.

Quelles institutions médicales puis-je contacter?

  • Clinique oncologique Sofia, Moscou. Fonctionne selon les protocoles modernes d'Israël, des États-Unis, de l'Allemagne et de la Suisse. Les services de la clinique sont offerts par un personnel hautement qualifié, il y a les derniers équipements, des conditions confortables pour le séjour des patients sont organisées.
  • Clinique oncologique De Vita, Saint-Pétersbourg. Offre le traitement du cancer du poumon à tout stade de la maladie et la réadaptation des patients à des prix abordables.

Pensez aux examens des cliniques répertoriées.

Traitement en Allemagne

Le cancer du poumon est un problème mondial. Les spécialistes allemands proposent de le combattre à l'aide d'approches cliniques modernes qui vous permettent d'obtenir le maximum d'effet de la thérapie anticancéreuse réalisée avec un minimum de risques de complications et de conséquences pour la vie du patient..

Le traitement du cancer du poumon à un stade précoce en Allemagne commence par l'ablation chirurgicale de la lésion maligne détectée. Le volume de l'intervention chirurgicale est déterminé par le stade et la taille de la formation de la tumeur. À la 1ère étape du processus oncologique, des méthodes peu traumatiques sont effectuées:

  • endoscopique;
  • cryodestruction;
  • échographie focalisée.

Selon les indications, une lobectomie est réalisée - excision du lobe du poumon avec des ganglions lymphatiques régionaux, moins souvent une pneumectomie (ablation de tout le poumon en cas d'oncopathologies agressives). L'opération est complétée par des méthodes telles que la radiothérapie et la chimiothérapie, la biothérapie.

Pour restaurer la perméabilité des bronches dans la période postopératoire, un stent est prescrit ou l'utilisation d'un cadre tubulaire dans l'organe.

Les agents cytostatiques et les radio-isotopes sont utilisés exclusivement de manière sélective - par administration à travers les artères menant au foyer de la tumeur, ou par voie endobronchique, à travers une sonde. La radiothérapie modale utilisant des dispositifs basés sur des accélérateurs linéaires innovants se caractérise par un bon effet..

Les scientifiques allemands introduisent constamment des méthodes telles que l'immunothérapie, la thérapie ciblée, l'utilisation du génie génétique et des anticorps monoclonaux dans la pratique du traitement du cancer du poumon. Toutes ces approches sont disponibles aujourd'hui, elles garantissent de fortes chances de guérison pour le patient et une espérance de vie maximale sans rechute..

Le coût du traitement du cancer du poumon en Allemagne nécessite des coûts importants, car la thérapie anticancéreuse repose sur les derniers développements techniques et les médicaments coûteux. Considérez les prix approximatifs du traitement dans le tableau suivant.

Nom du service médicalCoût, EUR
Consultation avec un oncologue600
Diagnostics complets5000
Chirurgie de préservation d'organesÀ partir de 30 000
Chimiothérapie3000 - 5000
Radiothérapie9 000 - 14 000
ImmunothérapieÀ partir de 12000

Quelles cliniques puis-je contacter?

  • Clinique de pneumologie de l'Université d'Aix-la-Chapelle, Aix-la-Chapelle. Le centre médical est spécialisé dans le diagnostic et le traitement de tout le spectre des maladies bénignes et malignes des bronches et des poumons. La clinique dispose d'une liste complète d'équipements modernes et applique en pratique des techniques innovantes qui nous permettent d'espérer un résultat positif même aux derniers stades du processus oncologique..
  • Clinique de chirurgie thoracique Maria Hilf, Mönchengladbach. La clinique effectue des interventions mini-invasives et chirurgicales sur les poumons, l'excision des métastases pulmonaires. Le centre est équipé des équipements technologiques de dernière génération.

Pensez aux examens des cliniques répertoriées.

Traitement du cancer du poumon de stade 1 en Israël

Le cancer du poumon en Israël est traité à l'aide des dernières technologies. Des institutions spécialisées ont été créées pour les patients atteints de cette maladie à différents stades de la progression de la maladie. Les avantages du traitement en eux:

  • une approche intégrée, tenant compte des avis des médecins de diverses spécialités;
  • sélection d'un schéma thérapeutique en fonction des caractéristiques de la tumeur et de l'implication des tissus adjacents dans le processus malin;
  • une combinaison de diverses méthodes de thérapie anticancéreuse;
  • l'utilisation d'interventions chirurgicales endoscopiques peu traumatiques et préservant les organes.

Les recommandations pour le choix des tactiques de traitement dépendent de la capacité d'une personne à résister à l'impact proposé et du stade de la maladie en question. Il existe plusieurs options de soins oncologiques que les médecins israéliens proposent pour un cancer pulmonaire de stade I diagnostiqué:

  • intervention chirurgicale;
  • chimiothérapie;
  • radiothérapie;
  • soins palliatifs.

Si nous parlons d'un néoplasme localisé ou du stade 1 du processus cancéreux, les spécialistes israéliens pratiquent l'ablation chirurgicale de la tumeur en utilisant la méthode VATS. Il s'agit d'une chirurgie thoracique vidéo, qui implique l'excision de la zone touchée de l'organe par des incisions minimales dans la poitrine sous le contrôle d'une caméra vidéo. L'opération dure environ 2 heures. Le taux de mortalité des patients pendant la procédure ne dépasse pas 1%, la fréquence des complications postopératoires peut atteindre 3%.

Après la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie sont utilisées. La radiothérapie est réalisée en interne à l'aide d'un bronchoscope, c'est-à-dire que la source de rayonnement est introduite directement dans la zone touchée dans le tissu pulmonaire sous anesthésie locale. À un stade précoce de la maladie, 2-3 de ces procédures sont suffisantes.

Le coût du traitement du cancer du poumon en Israël est contrôlé au niveau de l'État. Nous suggérons de considérer les prix approximatifs dans le tableau suivant.

Nom du service médicalCoût, $
Consultation avec un oncologue pulmonaire550
Ablation par radiofréquence12 000
Radiothérapie2000
Chimiothérapie3000
Ablation d'une tumeur dans le poumon, chirurgie de préservation des organesÀ partir de 25000

Quelles cliniques puis-je contacter?

  • Clinique Assuta, Tel Aviv. Le principal centre médical pour le traitement du cancer en Israël. Il abrite un service de pneumologie moderne accrédité JCI. La réception est assurée par des médecins russophones.
  • Hospitalisez-les. Chaim Sheba, Ramat Gan. La clinique est populaire auprès des résidents de différents pays, car elle applique dans la pratique les derniers développements des scientifiques en matière de maladies oncologiques. Parmi les équipements uniques du centre figurent l'accélérateur linéaire Novalis et le système stroboscopique respiratoire..

Pensez aux examens des cliniques répertoriées.

Complications

Les principales complications après le traitement d'un cancer du poumon à un stade précoce sont:

  • le développement de saignements massifs pendant la chirurgie;
  • récidive d'une tumeur cancéreuse;
  • lymphostase dans la poitrine;
  • insuffisance pulmonaire et cardiaque chronique.

À la suite de lésions tumorales des bronches, de modifications infectieuses et inflammatoires des poumons, d'une bronchite et d'une pneumonie peuvent également se développer. L'obstruction de la lumière bronchique n'est pas exclue, ce qui conduit à l'effondrement d'un segment ou du lobe entier de l'organe dans son ensemble et au développement d'un abcès dans la partie touchée.

Lorsqu'il s'agit d'un cancer périphérique situé dans le lobe supérieur du poumon (droit ou gauche), le patient ressent une douleur intense dans les doigts et l'avant-bras. Si non traité, plus tard, une atrophie des muscles du bras du côté de la lésion et une irritation du nerf sympathique sont observées, ce qui entraîne un rétrécissement de la pupille et une diminution de la fissure palpébrale.

Avec les complications énumérées, vous devez de toute urgence demander l'aide d'un spécialiste.

Obtenir un handicap

La durée du traitement du cancer du poumon à un stade précoce est de 110 jours. Après le traitement antitumoral, la récupération à 100% ne se produit pas.Par conséquent, en fonction de l'état du patient, le groupe d'incapacité 2 ou 3 est attribué. La procédure de détermination prend dans la plupart des cas 2 mois..

Une référence pour subir un examen médical et social est prescrite par le médecin traitant. Le patient recueille lui-même la liste des documents requis et les fournit au domicile du bureau de l'UIT. Après avoir déposé une demande, le patient devra se présenter à une heure strictement fixée et subir un examen médical, sur la base duquel une personne peut être reconnue comme handicapée.

Pronostic (combien de temps ils vivent après la chirurgie)

Avec un diagnostic rapide, le cancer pulmonaire de stade 1 se prête à un traitement anticancéreux dans la plupart des cas cliniques. Le pronostic de guérison dépend de l'histoire, de l'âge et de l'état général du patient, du type histologique de la tumeur, de la réaction du néoplasme à l'effet conservateur..

Un traitement complexe aide non seulement à éliminer le foyer tumoral, mais également à prévenir les complications et le développement de métastases. La survie au stade initial est relativement élevée, mais si aucun traitement n'est effectué, la maladie continue de progresser et après 2 ans, 90% des patients meurent.

Dans le carcinome à petites cellules, le pronostic favorable est dû à la sensibilité des cellules à la chimioradiothérapie. Des conclusions sur la durée de vie avec un cancer du poumon de stade 1 après une chirurgie et un traitement conservateur peuvent être tirées du tableau suivant (pronostic de survie à 5 ans).

ÉtapesCarcinome à petites cellulesCancer non à petites cellulesLocalisation centrale de la tumeurLocalisation tumorale périphérique
1A40%65%70%60%
1B20%45%55%40%

Régime

Dans le système de traitement de l'oncologie pulmonaire, la nutrition n'appartient pas à des méthodes de thérapie indépendantes, mais elle joue un rôle auxiliaire important: elle fournit un soutien énergétique complet au corps, corrige les processus métaboliques et minimise les effets indésirables de la radiothérapie et de la chimiothérapie.

Il n'existe pas de régime spécialement conçu pour le diagnostic du cancer du poumon. Nous parlons d'un régime qui doit prendre en compte le stade de la maladie oncologique, la gravité des troubles métaboliques (par exemple, l'anémie ferriprive) et les méthodes de traitement utilisées à un stade particulier de la maladie (chirurgie, chimiothérapie ou radiothérapie).

Le régime alimentaire pour le cancer pulmonaire précoce repose sur les principes d'une bonne nutrition. Il doit répondre aux exigences suivantes:

  • Apport adéquat de nutriments, micro et macro-éléments dans le corps.
  • La prédominance des produits laitiers végétaux dans le menu et la restriction des aliments gras, frits, fumés et épicés, ainsi que de la confiserie et des saucisses, du sucre et des produits avec un pourcentage élevé de charges chimiques.
  • Minimiser le sel et les aliments salés.
  • Saturation du corps avec des aliments enrichis en composants anticancéreux, que l'on trouve en abondance dans les herbes du jardin, les fruits et légumes, les baies et les jus frais à base de ceux-ci.
  • Apport supplémentaire de vitamines A et B, C, D, PP, acide folique.

À un stade précoce de la maladie, la teneur en calories de l'alimentation quotidienne devrait être d'environ 3000 calories, alors qu'il est recommandé de prendre un repas fractionné - jusqu'à 5 fois par jour et l'utilisation de liquide gratuit à raison de 2 litres par jour. Pendant la thérapie de chimioradiothérapie, le contenu calorique du régime doit être augmenté à 4500 calories, la fréquence des repas jusqu'à 7 fois par jour avec des collations supplémentaires et l'utilisation de liquide gratuit jusqu'à 3 litres par jour.

La prévention

Avec le cancer du poumon, les mesures préventives doivent être à long terme et exclure totalement l'influence des facteurs négatifs sur le corps, tels que le tabagisme, l'abus d'alcool et la consommation de drogues.

Il est important de faire attention au renforcement du système immunitaire à l'aide de complexes de vitamines et de minéraux. Une partie importante de la prévention devrait être une alimentation basée sur les principes d'une alimentation saine, comprenant des quantités suffisantes de graisses naturelles, de protéines et de glucides..

Le premier stade du cancer du poumon nécessite un diagnostic et un traitement soigneusement organisés. Cela permettra non seulement d'exclure la progression de la maladie et le développement de ses complications, mais également de parvenir à la guérison d'une personne..

Merci d'avoir pris le temps de répondre au sondage. L'opinion de chacun est importante pour nous.

Cancer des poumons

Le cancer du poumon est une maladie accompagnée du développement d'une tumeur maligne dans les poumons.

Cancer du poumon, dont les symptômes peuvent être absents pendant une longue période, se produit pour la plupart en raison du tabagisme, et sa détection, précisément en raison de l'absence de symptômes, sans méthodes préventives de recherche de la zone en question, se produit souvent déjà à des stades graves du processus.

Pour correspondre aux statistiques mondiales et russes sur les maladies oncologiques: 12 pour cent des patients russes atteints de pathologies oncologiques souffrent d'un cancer du poumon. Parmi les décès dus à des tumeurs malignes, le cancer du poumon en Russie représente 15% des cas. La situation, selon les experts, est proche de critique. Vous devez également souligner le fait que le cancer du poumon est davantage une pathologie masculine. Parmi tous les néoplasmes malins chez les hommes, le cancer du poumon représente un cas sur quatre, tandis que chez les femmes seulement un sur douze.

Causes et facteurs de risque

Le tabagisme est considéré comme le facteur principal et fiable du développement du cancer du poumon. Ces dernières années, de très nombreuses recherches ont été menées dans ce sens. Il n'y a plus lieu de douter - environ 88% des cas sont d'une manière ou d'une autre associés au tabagisme.

Quel est le secret? Dans l'effet cancérigène du tabagisme, qui est dû à la présence d'hydrocarbures aromatiques polycycliques (produits de combustion du tabac) dans la fumée. De plus, la fumée de tabac contient des agents cancérigènes supplémentaires, notamment des dérivés de la nicotine tels que les nitrosamines.

Le tabagisme augmente le risque de cancer du poumon 12 fois chez les femmes et 22 fois chez les hommes, selon des données récemment publiées par l'OMS..

Il est impossible de ne pas mentionner le tabagisme passif. Des scientifiques américains ont constaté que les personnes en contact fréquent avec un fumeur développent un cancer 32% plus souvent. Une relation directe a également été trouvée entre la survenue d'un cancer du poumon et une augmentation du nombre de cigarettes fumées par jour (2 paquets = 25 fois un risque accru) et la durée du tabagisme. Une relation inverse est observée avec la qualité du tabac.

Cependant, non seulement la fumée de tabac est cancérigène. Aujourd'hui, il a été prouvé que des substances telles que l'arsenic, le béryllium, l'amiante, les hydrocarbures, le chrome et le nickel sont également capables de provoquer la croissance des cellules tumorales. N'oubliez pas les radiations. Ce sont les cancérogènes les plus courants, en fait, il y en a beaucoup plus... Et beaucoup d'entre eux n'ont pas encore été complètement étudiés.

Ainsi, les 4 facteurs les plus importants peuvent être identifiés:

  • Fumeur;
  • Prédisposition génétique;
  • Facteurs environnementaux et conditions de travail;
  • Maladie pulmonaire chronique.

Types de cancer

  1. Cancer du poumon à petites cellules - survient dans 20% des cas, a une évolution agressive. Elle se caractérise par une progression rapide et des métastases, une dissémination précoce (propagation) des métastases aux ganglions lymphatiques du médiastin.
  2. Cancer du poumon non à petites cellules:
    • Adénocarcinome - observé dans 50% des cas, se propage à partir du tissu glandulaire des bronches, plus souvent aux stades initiaux, il se déroule sans symptômes. Caractérisé par une production abondante de crachats.
    • Le carcinome épidermoïde survient dans 20 à 30% des cas, se forme à partir de cellules plates dans l'épithélium des petites et grandes bronches, à la racine des poumons, se développe et métastase lentement.
    • Le cancer indifférencié est caractérisé par une atypicité élevée des cellules cancéreuses.
  3. Autres types de cancer:
    • les carcinoïdes bronchiques sont formés à partir de cellules productrices d'hormones (asymptomatiques, difficiles à diagnostiquer, à croissance lente).
    • tumeurs des tissus environnants (vaisseaux, muscles lisses, cellules immunitaires, etc.).
    • métastases de tumeurs localisées dans d'autres organes.

Cancer du poumon à petites cellules

Reçu ce nom en raison de la forme des cellules, il est également appelé cancer du poumon neuroendocrinien. Désigne les formes les plus agressives de cancer du poumon. Elle survient principalement chez les hommes fumeurs de plus de 40 ans. Le taux de détection de cette maladie ne dépasse pas 25% de tous les types histologiques de cancer.

Caractéristiques biologiques du carcinome à petites cellules:

  • petite taille (seulement deux fois plus grande qu'un lymphocyte - cellules sanguines);
  • malignité;
  • croissance rapide, doublement actif du volume dans les 30 jours, pour comparaison avec d'autres formes de cancer - plus de 100 jours;
  • sensibilité des récepteurs des cellules cancéreuses à la chimiothérapie et à la radiothérapie.

Il existe plusieurs types de cancer à petites cellules:

  • flocons d'avoine;
  • intermédiaire;
  • combiné.

Les néoplasmes à petites cellules sont capables de produire certaines hormones (ACTH, antidiurétique, somatotrope).

Les symptômes cliniques du cancer à petites cellules ne diffèrent pas fondamentalement des autres formes de cancer du poumon, à l'exception du fait que la pathogenèse se développe rapidement et que les manifestations visibles par le chercheur sont rares..

Cancer du poumon non à petites cellules

Ce groupe de maladies oncologiques diffère des formes à petites cellules par ses caractéristiques histologiques. Manifesté cliniquement:

  • fatigue accrue;
  • syndrome pulmonaire (essoufflement, toux, hémoptysie);
  • perte de poids progressive.

Comprend environ 80% de tous les patients atteints de maladies malignes.

Il existe trois principales formes histologiques de carcinome non à petites cellules:

  • squameux;
  • grande cellule;
  • adénocarcinome.

La maladie est caractérisée par une évolution subclinique de la pathogenèse jusqu'au stade 2-3. Par exemple, environ 30% des patients reconnaissent leur diagnostic à 3 étapes, environ 40% - à 4 étapes.

La maladie est caractérisée par une évolution rapide des derniers stades. Dans les cinq ans, seuls 15 à 17% des patients restent en vie.

Les premiers signes du cancer du poumon

Il est très important d'identifier la maladie aux premiers stades du développement de la tumeur, alors que le plus souvent, l'évolution au début de la maladie est asymptomatique ou peu symptomatique..

Les symptômes du cancer du poumon ne sont pas spécifiques, ils peuvent se manifester dans de nombreuses autres maladies, mais un complexe de symptômes peut être une raison pour contacter un médecin pour un examen plus approfondi de la présence d'un cancer.

Selon l'étendue de la lésion, sa forme, sa localisation et son stade, les premiers signes de cancer du poumon peuvent varier. Cependant, il existe un certain nombre de symptômes courants en présence desquels il peut être suspecté:

  1. Toux. Sec, fréquent, piratage, paroxystique, tardif - humide avec écoulement abondant d'expectorations épaisses (muqueuses ou purulentes).
  2. Dyspnée. Il se manifeste par un effort physique insignifiant: plus la tumeur est endommagée, plus l'essoufflement se manifeste. Essoufflement possible en raison du type d'obstruction bronchique, accompagné d'une respiration sifflante bruyante.
  3. Hémoptysie. Il est rare et se manifeste par l'apparition de stries ou de caillots sanguins dans les expectorations, il peut y avoir une libération abondante d'expectorations mousseuses ou gélatineuses, dans de rares cas, des saignements abondants, pouvant entraîner la mort rapide du patient.
  4. Douleur. La douleur peut être différente: d'intermittente à aiguë paroxystique et constante. La douleur peut irradier vers l'épaule, le cou, l'abdomen. En outre, la douleur peut augmenter avec la respiration profonde, la toux. La douleur n'est pas soulagée par des analgésiques non narcotiques. Par l'intensité de la douleur, on peut juger du degré de lésion des poumons et d'autres organes de la poitrine.
  5. Augmentation de la température. Un symptôme courant du cancer. Il peut s'agir d'un symptôme temporaire (comme avec les ARVI) ou récurrent (parfois les patients ne font pas attention à ce symptôme).
  6. Symptômes généraux. Diminution de l'appétit, perte de poids, fatigue, troubles du système nerveux et autres.

Symptômes du cancer du poumon

Les manifestations cliniques du cancer du poumon dépendent de manière significative de la localisation du nœud tumoral primaire..

Cancer du poumon central

Une tumeur provenant de la membrane muqueuse d'une grosse bronche se manifeste assez tôt. Avec sa croissance, il irrite la membrane muqueuse de la bronche, provoque une violation de la perméabilité bronchique et une ventilation d'un segment, d'un lobe ou du poumon entier sous forme d'hypoventilation et d'atélectasie. À l'avenir, en faisant germer les troncs nerveux et la plèvre, la tumeur provoque un syndrome douloureux et une violation de l'innervation du nerf correspondant (phrénique, récurrent ou vague), ainsi qu'une image de l'implication de la plèvre dans le processus tumoral. La métastase associée conduit à l'apparition de symptômes secondaires des organes et systèmes affectés.

Lorsque la tumeur se développe dans les bronches, une toux apparaît, d'abord sèche, puis avec de légers crachats, parfois mêlés de sang. Il y a hypoventilation du segment pulmonaire puis son atélectasie. Le flegme devient purulent, accompagné d'une augmentation de la température corporelle, d'un malaise général, d'un essoufflement. La pneumonie cancéreuse se joint, qui est relativement facile à guérir, mais qui se reproduit souvent. La pneumonie cancéreuse peut être associée à une pleurésie cancéreuse, accompagnée de douleur..

Si la tumeur envahit le nerf récurrent, un enrouement est ajouté en raison de la paralysie des muscles vocaux. Les dommages au nerf phrénique provoquent une paralysie du diaphragme. La germination du péricarde se manifeste par une douleur dans la région du cœur.

La défaite de la tumeur ou de ses métastases de la veine cave supérieure provoque une violation de l'écoulement du sang et de la lymphe de la moitié supérieure du tronc, des membres supérieurs, de la tête et du cou. Le visage du patient devient bouffi, avec une teinte cyanosée, les veines dans le cou, les bras, la poitrine gonflée.

Cancer du poumon périphérique

Au stade initial, une tumeur périphérique est asymptomatique en raison de l'absence de terminaisons douloureuses dans le tissu pulmonaire. À l'avenir, le nœud tumoral augmente, les bronches, la plèvre et les organes voisins se développent; par la suite, une désintégration et des saignements peuvent survenir au centre de la tumeur.

Avec le cancer du poumon, les symptômes locaux suivants peuvent être observés: toux, écoulement de sang avec crachats, enrouement, syndrome de compression par une tumeur de la veine cave supérieure et déplacement du médiastin, symptômes d'invasion tumorale des organes voisins. Le tableau clinique particulièrement caractéristique, en raison de la localisation, est l'apex du cancer du poumon avec le syndrome de Pancost.

Avec la pleurésie cancéreuse, un syndrome de compression du poumon avec exsudat se joint.

Les symptômes courants comprennent une détérioration générale de l'état du corps, caractéristique du développement de tumeurs malignes: intoxication, essoufflement, faiblesse, perte de poids et fièvre. Pour le cancer du poumon, les troubles du métabolisme du calcium, la dermatite et la déformation des doigts comme les «baguettes» sont également ajoutés.

Aux stades avancés, les symptômes de lésions métastatiques des organes vitaux se rejoignent, ainsi que les processus de désintégration de la tumeur et du tissu pulmonaire, l'obstruction bronchique, l'atélectasie et l'hémorragie pulmonaire sévère qui rejoignent la croissance tumorale.

Étapes

Face au cancer du poumon, beaucoup ne savent pas comment mettre en scène la maladie. En oncologie, lors de l'évaluation de la nature et du degré de la maladie du cancer du poumon, 4 stades de développement de la maladie sont classés.

Cependant, la durée de chaque étape est très individuelle pour chaque patient. Cela dépend de la taille du néoplasme et de la présence de métastases, ainsi que du taux de la maladie..

  • Stade 1 - la tumeur mesure moins de 3 cm et est située dans les limites du segment pulmonaire ou d'une bronche. Il n'y a pas de métastases. Les symptômes sont difficiles à voir ou pas du tout.
  • 2 - tumeur jusqu'à 6 cm, située dans les limites du segment du poumon ou de la bronche. Métastases uniques dans les ganglions lymphatiques individuels. Les symptômes sont plus prononcés, une hémoptysie, une douleur, une faiblesse, une perte d'appétit apparaît.
  • 3 - la tumeur dépasse 6 cm, pénètre dans d'autres parties du poumon ou des bronches voisines. De nombreuses métastases. Du sang dans les expectorations mucopurulentes, un essoufflement s'ajoute aux symptômes.

Comment se manifeste le dernier stade 4 du cancer du poumon??

À ce stade du cancer du poumon, la tumeur métastase vers d'autres organes. La survie sur cinq ans est de 1% pour les cancers à petites cellules et de 2 à 15% pour les cancers non à petites cellules

Le patient développe les symptômes suivants:

  • Douleur constante lors de la respiration, avec laquelle il est difficile de vivre.
  • Douleur thoracique
  • Diminution du poids corporel et de l'appétit
  • Le sang coagule lentement, souvent des fractures (métastases osseuses).
  • Apparition de crises de toux sévères, souvent accompagnées de crachats, parfois de sang et de pus.
  • L'apparition d'une douleur intense dans la poitrine, qui parle directement de lésions des tissus voisins, car il n'y a pas de récepteurs de la douleur dans les poumons.
  • Les symptômes du cancer comprennent également une respiration lourde et un essoufflement, si les ganglions lymphatiques cervicaux sont touchés, vous ressentez des difficultés à parler.

Pour le cancer du poumon à petites cellules, qui se développe rapidement et affecte le corps en peu de temps, seuls 2 stades de développement sont caractéristiques:

  • stade limité, lorsque les cellules cancéreuses sont localisées dans un poumon et les tissus situés à proximité immédiate.
  • un stade étendu ou étendu, lorsque la tumeur métastase dans une zone en dehors du poumon et vers des organes distants.

Diagnostique

Le cancer du poumon est diagnostiqué en plusieurs étapes. Si des changements pathologiques sont détectés sur la fluorographie ou la radiographie pulmonaire (mise au point, compactage, diminution du volume pulmonaire, augmentation du schéma pulmonaire, etc.), les images sont prescrites dans des projections supplémentaires avec un grossissement multiple dans différentes phases du cycle respiratoire.

Le patient subit une tomodensitométrie pour clarifier la présence de métastases et l'état des ganglions lymphatiques.

La bronchoscopie est une méthode d'investigation efficace, mais pas pour tous les types de tumeurs. Donc, c'est absolument inutile pour détecter un cancer périphérique..

Si nécessaire, un examen bronchologique endoscopique est réalisé, et en cas de cancer périphérique, le diagnostic peut être clarifié à l'aide d'une biopsie ciblée transthoracique (à travers la poitrine) sous contrôle radiographique.

Si toutes ces méthodes ne permettent pas de poser un diagnostic, elles ont recours à la thoracotomie (ouvrir la poitrine). Dans ce cas, un examen histologique urgent est effectué et, si nécessaire, le foyer de croissance tumorale est immédiatement retiré. Ainsi, la procédure de diagnostic entre immédiatement dans le traitement chirurgical de la maladie..

Traitement

Les traitements standard du cancer du poumon sont:

  • ablation chirurgicale de la tumeur;
  • chimiothérapie - administration intraveineuse de produits chimiques qui suppriment la croissance des cellules tumorales.
  • radiothérapie - exposition à des cellules modifiées avec des types de rayonnement durs.

Utilisez ce qui précède comme méthode unique ou en combinaison. Certaines formes, comme le carcinome à petites cellules, ne répondent pas à la chirurgie mais sont sensibles à la chimiothérapie.

Chimiothérapie

Les tactiques de chimiothérapie de masse sont déterminées par la forme de la maladie et le stade de la carcinogenèse.

Les cytostatiques courants sont des médicaments pharmacologiques capables de supprimer la croissance des cellules cancéreuses: cisplatine, étoposide, cyclophosphamide, doxorubicine, vincristine, Nimustin, paclitaxel, carboplatine, irinotécan, gemcitabine. Ces médicaments sont utilisés avant la chirurgie pour réduire la taille de la tumeur. Dans certains cas, la méthode a un bon effet curatif. Les effets secondaires après l'utilisation de cytostatiques sont réversibles.

Introduit relativement récemment dans la pratique:

  • traitements hormonaux;
  • méthodes immunologiques (cytocinétiques) de lutte contre le cancer du poumon.

Leur utilisation limitée est due à la complexité de la correction hormonale de certaines formes de cancer. L'immunothérapie et la thérapie ciblée ne combattent pas efficacement le cancer dans un corps dont l'immunité est détruite.

Conséquences de la chimiothérapie

Les effets secondaires peuvent inclure des nausées, des vomissements ou de la diarrhée et une perte de cheveux. En outre, tous les troubles accompagnent les plaies sur la muqueuse buccale, il y a une sensation de fatigue accrue. En outre, la fonction hématopoïétique de la moelle osseuse souffre, les leucocytes et l'hémoglobine diminuent, divers types d'infections peuvent se joindre.

Il existe des médicaments qui minimisent les effets secondaires, ils peuvent tout prévenir, y compris les nausées. Avant d'utiliser des médicaments de chimiothérapie, il est préférable de refroidir les racines des cheveux, cet effet a plus que des effets bénéfiques sur eux. Une fois les médicaments annulés, les cheveux repoussent et poussent à un rythme encore plus rapide qu'auparavant..

En tant que thérapie adjuvante dans le traitement du cancer du poumon TSA, qui est un médicament d'origine naturelle. Seulement maintenant, avant d'utiliser ce médicament, une consultation spécialisée ne sera pas superflue, car, comme tout autre médicament, il a ses propres contre-indications. ASD 2 lui-même pour le traitement du cancer du poumon est utilisé en interne, mais une utilisation locale est également possible.

Traitements prometteurs du cancer du poumon

Radiothérapie

  • Exposition contrôlée aux radiations visuelles des cellules cancéreuses, ou technologie (IGRT). Il consiste à irradier la cellule endommagée, à sa correction instantanée après une exposition suffisante et à transférer la charge sur la zone adjacente du tissu endommagé.
  • Exposition aux rayonnements par contact ou technologie de curiethérapie. Il consiste en l'administration de substances spéciales aux tissus tumoraux qui améliorent l'effet de ciblage sur les cellules endommagées.
  • Technologie de couteau intelligente. Le principe réside dans l'action idéalement précise du cyber-couteau sur l'accumulation de cellules endommagées.

Chimiothérapie moderne

  • Marquage des cellules cancéreuses (technologie PDT) avec des substances qui augmentent la sensibilité à l'exposition externe au laser et éliminent les dommages aux tissus sains.

Le principal inconvénient des nouvelles technologies est qu'elles affectent la pathogenèse développée, mais n'empêchent pas les mutations pathologiques.

Opération

Le traitement chirurgical du cancer du poumon peut être la dernière goutte pour un homme qui se noie. Mais il est possible de retirer la tumeur par chirurgie, généralement aux stades 1 et 2 avec NSCLC.

En outre, la chirurgie pulmonaire du cancer est réalisée en fonction des facteurs pronostiques de la maladie, qui prennent en compte le stade de la maladie, conformément à la classification internationale TNM, en fonction de la structure cellulaire de la tumeur et du degré de sa transformation maligne, de la pathologie concomitante et des indicateurs des organes et systèmes vitaux sont pris en compte. Une question naturelle peut se poser de savoir si le cancer du poumon est traité par chirurgie? Il peut être répondu sans équivoque, oui, uniquement en combinaison avec d'autres méthodes qui se complètent.

Il convient de noter que si la tumeur peut être complètement retirée avec l'emplacement anatomique de la tumeur, l'opération n'est pas toujours possible en raison de la santé du patient. En CPPC, la chirurgie est moins courante que dans le CPNPC, car les tumeurs à petites cellules sont rarement localisées dans la même zone.

Le choix de la chirurgie dépend de la taille et de l'emplacement de la tumeur.

Il existe plusieurs types d'intervention chirurgicale, les chirurgiens ouvrent la poitrine et effectuent:

  • résection en coin du poumon (une partie d'un lobe du poumon est retirée);
  • lobectomie - ablation d'un lobe du poumon;
  • pneumectomie - ablation complète du poumon;
  • lymphadénectomie - ablation des ganglions lymphatiques.

L'ablation d'un poumon atteint d'un cancer est une procédure plutôt compliquée et respectueuse et les conséquences peuvent être les plus imprévisibles. Lors de la chirurgie, il est nécessaire de recourir à une anesthésie générale, à une hospitalisation du patient et à une observation dynamique pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Après la chirurgie, des problèmes respiratoires, un essoufflement et une faiblesse peuvent survenir. Les risques de chirurgie comprennent des complications telles que des saignements, des infections et des complications de l'anesthésie générale.

Si une personne souffre d'une forme respectable de cancer du poumon non à petites cellules, il s'agit généralement du stade 1 à 3, auquel cas le scalpel du chirurgien est la méthode de choix. Il est seulement important de prendre en compte toutes les contre-indications à la chirurgie..

La prévention

La prévention du cancer du poumon comprend les lignes directrices suivantes:

  • Cesser de mauvaises habitudes, principalement de fumer;
  • Respect d'un mode de vie sain: bonne nutrition riche en vitamines et activité physique quotidienne, promenades au grand air.
  • Traitez en temps opportun les maladies bronchiques afin qu'il n'y ait pas de transition vers une forme chronique.
  • Aérer la chambre, nettoyage humide quotidien de l'appartement;
  • Le contact avec des produits chimiques nocifs et des métaux lourds doit être réduit au minimum. Pendant le travail, veillez à utiliser des équipements de protection: respirateurs, masques.

Si vous présentez des symptômes décrits dans cet article, assurez-vous de consulter un médecin pour un diagnostic précis..

Prévisions pour la vie

Dans le cas d'un cancer du poumon non traité, 87% des patients décèdent dans les 2 ans à compter de la date du diagnostic.

Lors de l'utilisation de la méthode chirurgicale, il est possible d'atteindre un taux de survie de 30% des patients en 5 ans. La détection précoce d'une tumeur augmente les chances de guérison: au stade T1N0M0, elle atteint 80%. La réalisation conjointe d'un traitement chirurgical, radiologique et médicamenteux peut augmenter le taux de survie à 5 ans de 40% supplémentaires.

La présence de métastases aggrave considérablement le pronostic.

Igor

salut! Peut-être que quelqu'un connaît un bon oncologue pulma. Depuis plus d'un an, je suis traité pour rhume, bronchite, pneumonie - du diagnostic au diagnostic - depuis l'été dernier, atélectasie du lobe inférieur du poumon droit, augmentation progressive des «brins» minces entourés de très petits foyers. Des douleurs intenses sont déjà apparues, mais elles me mettent quand même sous «pneumonie cryptogénique auto-organisée». Je veux vraiment obtenir le bon diagnostic. Il n'est peut-être pas trop tard pour prolonger ou au moins rendre la vie plus facile.