Cancer du rein avec métastases

Myome

Les maladies oncologiques sont l'une des directions sérieuses du développement de maladies dans le corps humain. Si, aux premiers stades, il est possible de guérir le cancer, mais à une date ultérieure, les médecins aident uniquement à maintenir l'état du patient et à soulager les syndromes douloureux.

Cette maladie mortelle touche dans la plupart des cas les personnes âgées, mais le moment de sa manifestation est décalé, et de plus en plus de personnes de la catégorie professionnelle sont exposées à des tumeurs malignes. Par conséquent, les médecins vous recommandent toujours de subir des examens préventifs, de surveiller attentivement votre santé, de réduire les mauvaises habitudes et, si possible, de réduire l'impact de l'environnement ou des industries professionnelles dangereuses..

Le cancer est une maladie à évolution rapide. L'oncologie commence par la multiplication chaotique de cellules mutantes, qui forment ensuite une tumeur. Le cancer du rein est une tumeur qui affecte un organe, dont l'effet destructeur modifie la structure du rein et sa fonctionnalité. L'organe endommagé ne peut plus filtrer l'urine, la libérant des impuretés et des substances nocives. Toutes ces substances restent dans le corps, ce qui affecte directement le bien-être général du patient..

Le groupe à risque comprend les citoyens qui mènent une vie sexuelle chaotique et sont également porteurs du VIH, du sida, de l'hépatite B, de la syphilis et de la tuberculose. Ces maladies affaiblissent le système immunitaire, c'est pourquoi la manifestation d'un cancer est possible en tant que manifestation indirecte de ces lésions. En outre, une attention particulière à la santé doit être accordée à ceux qui ont eu des maladies similaires dans leur famille, ainsi que le patient lui-même a des maladies rénales (pyélonéphrite, polykystique, néphrose, etc.). La surveillance sanitaire devra s'adresser à ceux qui vivent dans un environnement écologiquement défavorable ou travaillent dans une production à nocivité accrue (rayonnement, travaux avec des produits chimiques, etc.).

Stades de la maladie

Les lésions cancéreuses sont divisées en 4 stades. Tout stade implique l'étendue de la lésion et la complexité de l'évolution de la maladie. Par conséquent, plus la scène est petite, plus il est facile d'aider le patient et de trouver un moyen de guérir..

Examinons plus en détail les stades des tumeurs cancéreuses:

  • Étape 1. La taille de la lésion ne dépasse pas 6,9 cm de diamètre, la zone de la lésion ne s'étend pas au-delà de l'organe. Aucune métastase n'a été trouvée, les ganglions lymphatiques n'ont pas été touchés.
  • Étape 2. La tumeur atteint 7,1 cm et se développe activement. Des dommages aux tissus voisins et aux formations neurovasculaires sont possibles. Les ganglions lymphatiques augmentent de taille et provoquent des douleurs dans la région de l'aine. Des foyers uniques de métastases apparaissent.
  • Étape 3. Les cellules cancéreuses se sont propagées sur 10 cm, affectant la glande surrénale, le tissu adipeux et les tissus conjonctifs. Les ganglions lymphatiques sont dilatés, des métastases sont trouvées dans les organes voisins.
  • Étape 4. Le deuxième nom de cette étape est terminal. Le corps ne peut pas faire face à la charge, il y a une perte de poids rapide. La tumeur métastase vers les organes voisins: vers les ganglions lymphatiques, les organes distants (foie, cerveau, poumons) sont affectés.

Variétés de cancer

La classification des lésions cancéreuses vous permet de déterminer le schéma thérapeutique exact. Les néoplasmes sont divisés par structure en:

  • Papillaire - les papilles des deux reins sont affectées.
  • Cellule claire (hypernéphrome) - les cellules cancéreuses modifient l'épithélium, un élargissement multiple conduit à une teinte jaunâtre.
  • Chromophobe - un type rare de cancer avec une évolution lente de la maladie, les métastases ne se manifestent pratiquement pas.
  • Dommages aux conduits de Bellini - dommages intensifs au système tubulaire des reins avec un mauvais pronostic pour le patient.
  • Sans classification - toutes les autres lésions malignes qui ne rentrent pas dans les types ci-dessus.

Il vaut la peine de diviser les excroissances cancéreuses en fonction du lieu de luxation: droite, gauche ou symétrique - en cas de lésion des deux organes.

Métastase

Les métastases sont un symptôme secondaire d'une maladie manifeste. Si les premières cellules affectent un certain organe, des métastases, se propageant dans tout le corps, se manifestent même dans des parties éloignées du corps à partir de la luxation primaire de la zone touchée. Les cellules cancéreuses se propagent de plusieurs manières:

  • Contact - les métastases affectent les organes situés près de la lésion initiale;
  • Hématogène - propagation par le système circulatoire humain;
  • Lymphogène - le système lymphatique est impliqué.

Ce mouvement dépend de la forme de la maladie. Les éléments suivants peuvent être affectés par le mouvement des cellules cancéreuses: glandes surrénales, poumons, tractus gastro-intestinal, foie, système squelettique, système lymphatique et cellules cérébrales.

Les métastases sont divisées en types:

  • En fonction de la source primaire de formation de la tumeur: l'apparition du cancer se situe à la base du rein (les vaisseaux et les tubules qui forment l'urine sont endommagés), formés à partir des couches internes du bassin, des cellules progénitrices sont impliquées (la tumeur dite de Wilms). Ce dernier est extrêmement fréquent chez les jeunes patients..
  • Présence de tissus d'organes: cellules rénales, adénocarcinome, tissu conjonctif rénal, muscle pelvien, tissu adipeux ou tissu vasculaire du rein. Cellule rénale, un cancer courant chez les patients adultes atteints de cancer.

Glandes surrénales

Les organes les plus proches des reins sont les glandes surrénales. Lorsque les cellules cancéreuses se multiplient, ces organes sont les plus à risque. Le système surrénalien travaille sur la production d'hormones: adrénaline, norépinéphrine, corticostéroïdes, qui régulent toute la fonctionnalité d'un organisme vivant.

Avec la propagation et les dommages de la tumeur dans la glande surrénale, le patient présente des symptômes alarmants:

  • Hypertension artérielle. Ce facteur est influencé par la libération d'une quantité accrue d'adrénaline produite par ces organes. Le spasme vasculaire augmente le tonus des artères et des veines et une stagnation du sang apparaît. Tous ces signes entraînent une augmentation des indicateurs de pression artérielle, ainsi que l'apparition de bruit dans les organes auditifs, des douleurs à la tête, des nausées et des vomissements..
  • Une défaillance du rythme cardiaque provoque des crampes musculaires, des modifications de l'équilibre eau-sel. Les carences en K, Mg et Ca conduisent à des muscles tendus qui restent toniques. Le manque d'ions entraîne une arythmie et une douleur inattendue dans les bras et les jambes.
  • La faiblesse et la fatigue dues à l'hypertension artérielle entraînent une action retardée du patient, le corps a besoin de plus de temps pour récupérer.

Poumons

Le système pulmonaire est activement alimenté en circulation sanguine, empêtré dans un réseau de capillaires et de vaisseaux sanguins. Cette propriété fait des poumons une cible claire pour les dommages causés par les métastases cancéreuses se déplaçant dans le système circulatoire. Le danger réside dans le fait que les symptômes indiquant la présence d'une maladie sont souvent confondus avec une infection bactérienne ou virale. Un diagnostic incorrect entraîne une perte de temps et un mauvais traitement..

Signes de propagation des métastases aux poumons:

  • Intoxication. Pendant cette période, le corps se fatigue plus, surtout le soir. Le patient ne se sent pas bien, subit une légère augmentation de la température, ce qui indique un processus inflammatoire, diminue l'appétit.
  • L'apparition de toux et de respiration sifflante. Au début, la toux est sèche, sans mucosités. Un sifflement ou un gargouillis peut être entendu clairement lors de l'écoute. La toux est de nature prolongée et dure jusqu'à 15 minutes. Une toux persistante est interrompue par un inhalateur. Dans la deuxième phase, il acquiert un volume croissant d'expectorations mélangées à du mucus ou du sang. Le sang indique des cellules cancéreuses de stade 4 chez le patient.
  • Douleur dans le sternum à l'inspiration, ainsi qu'au moment de situations stressantes ou d'efforts physiques. Le plus souvent à ce stade, des lésions de la plèvre sont déjà survenues.

Il est également possible de déterminer si le poumon est affecté, éventuellement lors de l'examen initial par un oncologue, ou si une manifestation similaire s'est produite après la néphrectomie..

L'enchevêtrement des cellules cancéreuses du poumon est un phénomène fréquent non seulement dans le cancer du rein. Les statistiques indiquent que dans 60% des maladies oncologiques enregistrées, les métastases affectent cet organe particulier.

Dans un premier temps, la lutte contre la maladie a été menée en supprimant les zones endommagées. Mais de plus en plus souvent, les médecins utilisent une thérapie ciblée avec des opérations effectuées, ce qui augmente l'espérance de vie du patient..

Estomac

Les manifestations du cancer par tous les signes indiquent des problèmes gastro-intestinaux, ce qui conduit souvent à un diagnostic incorrect: signes de brûlures d'estomac, empoisonnement, ulcère gastroduodénal ou exacerbation de la gastrite sous forme chronique.

Les métastases dans l'estomac présentent des symptômes:

  • Après avoir mangé, une douleur douloureuse apparaît, accompagnée de ballonnements et de lourdeur dans l'estomac. L'utilisation de boissons alcoolisées ou de boissons fortement gazeuses à table conduit à une aggravation de l'état du patient.
  • Un patient atteint de cancer a souvent des nausées et le vomi contient des débris alimentaires non digérés. Il n'y a aucun soulagement après avoir bâillonné. Plus l'organe est affecté par les métastases, plus le passage du coma alimentaire se rétrécit. Des éructations apparaissent.
  • Changement de selles inexpliqué: la constipation est remplacée par des selles molles. Les selles contiennent des aliments non digérés en raison de l'incapacité de digérer les aliments par les enzymes gastriques.

Foie, cerveau ou os

Ces organes ne sont pas si souvent affectés par la tumeur, mais il existe toujours en médecine des cas similaires de propagation de tumeurs malignes. La défaite de ces organes se produit lentement en raison de leur structure..

Par exemple, lorsque des cellules mutées pénètrent dans le foie, les symptômes sont les suivants:

  • Vomissements de masses bilieuses, laissant un goût amer.
  • La peau du corps devient jaune, ainsi que les muqueuses..
  • La manifestation d'un symptôme de douleur à droite sous les côtes.
  • L'urine devient de couleur foncée et les matières fécales, au contraire, deviennent plus claires.

Signes de dommages à l'appareil osseux:

  • diminution de la dynamique motrice;
  • douleur dans les membres à la palpation;
  • probabilité élevée de dommages aux os et aux articulations: luxations, entorses, fractures peu exposées;
  • douleur à l'activité physique;
  • clics lors du déplacement, douleur osseuse.

Lésions cérébrales envahissantes:

  • un changement dans les préférences gustatives au point de dégoût;
  • photophobie et dualité de l'image de l'œil, dans certains endroits, des problèmes apparaissent dans l'image visible;
  • déficience auditive;
  • hallucinations;
  • irritation, apathie, dépression, perte de mémoire;
  • désorientation dans le temps, le quotidien, l'espace géographique;
  • paralysie, perte de sensation;
  • diminution de la vision;
  • maux de tête, migraines, accompagnés de nausées.

Colonne vertébrale

Les lésions de la colonne vertébrale se produisent lorsqu'une cellule affectée pénètre dans l'organe par la circulation sanguine. Le plus souvent, la localisation de la maladie se situe dans le plexus veineux épidural. Une telle lésion provoque une douleur intense chez le patient à l'emplacement. À mesure que la maladie progresse, des complications sont possibles:

  • tétraplégie;
  • paraplégie;
  • tétraparésie.

Dans la colonne vertébrale, la tumeur est localisée dans les sections indiquées:

  • bas du dos;
  • sternum;
  • sacrum.

L'atteinte du bas du dos est plus courante. Les dommages à la colonne cervicale sont un événement rare pour les cellules se développant dans la colonne vertébrale.

Pour identifier la maladie, il est nécessaire de réaliser des mesures diagnostiques: correction des plaintes du patient, palpation, analyse ALP, pour le niveau de calcium, radiographie, tomodensitométrie ou IRM de la colonne vertébrale.

La manifestation de la maladie s'accompagne des plaintes des patients suivantes:

  • faiblesse musculaire;
  • troubles névrotiques;
  • diminution de l'appétit et, par conséquent, du poids;
  • nausées Vomissements,
  • arythmie, hypotension.
  • fractures de la colonne vertébrale et paralysie.

Pour le cancer de la colonne vertébrale, le médecin prescrit un traitement symptomatique. L'intervention chirurgicale dans ce cas sera inefficace. Les méthodes de chimiothérapie et de radiothérapie sont également applicables.

Le déroulement et le choix des tactiques de traitement

Une fois le diagnostic posé, le traitement commence, visant à récupérer ou à maintenir son état, en fonction de la gravité des lésions. En règle générale, les patients sont envoyés dans un établissement de traitement, où ils reçoivent des soins et une surveillance constants. Grâce à l'hospitalisation, il est plus facile pour le patient d'assurer une diminution de l'activité physique, une alimentation correcte, une diminution du stress psychologique.

Les médecins essaient de réduire le syndrome de la douleur, d'augmenter l'espérance de vie du patient et de rétablir l'équilibre eau-sel. Des interventions possibles sous forme de ventilation artificielle, de prévention de la mortalité et de la récidive de la maladie sont effectuées.

Traitement médical

Les médecins utilisent l'hospitalisation comme une opportunité d'utiliser des médicaments administrés par voie intraveineuse pour soulager l'état du patient. Les groupes de médicaments énumérés sont principalement utilisés pour le traitement des reins atteints:

  • Les cytostatiques (Torisel, Vincristine, Bevacizumab) sont utilisés pour réduire les cellules affectées errantes dans tout le corps, empêchant une plus grande infection et combattant les volumes existants de la zone touchée
  • Analgésiques (tramadol, morphine, lidocaïne) - réduisant la douleur chez le patient.
  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (Nise, Ibuprofène, Nurofène) - visant à réduire le gonflement des tissus mous du corps.

Parallèlement à un tel régime de traitement, le patient se verra proposer des médicaments visant à maintenir le système immunitaire. Le groupe comprend les médicaments:

  • Cytokines (Avastin, Alpha-interféron) - soutiennent et stimulent l'immunité du patient.
  • Inhibiteurs des points de contrôle immunitaires (Keytruda, Opdivo) - créent une barrière pour protéger les cellules saines du cancer.

Comme avec tous les médicaments, ces médicaments présentent des inconvénients sous forme d'effets secondaires. Tous les formulaires médicaux sont prescrits exclusivement par un médecin, avec un contrôle supplémentaire de la réception.

Chirurgie

L'intervention chirurgicale est l'une des composantes du traitement. Les chirurgiens enlèvent les zones endommagées par le cancer en saisissant les tissus mous. Après la chirurgie, les médecins renforcent ce type d'intervention avec une autre thérapie pour détruire les cellules laissées après la chirurgie. Et aussi une thérapie supplémentaire bloque les cellules et empêche la récurrence de la maladie.

Cependant, tous les patients ne vont pas à la table du chirurgien. Il existe une catégorie de citoyens pour lesquels l'opération est contre-indiquée:

  • l'âge du patient dépasse 80 ans;
  • le dernier stade de la maladie ou l'état général grave du patient;
  • contre-indications à l'utilisation de stupéfiants;
  • autres maladies sous forme aiguë active.

L'opération se déroule par étapes: la surface de la région lombaire est traitée avec une solution d'iode ou d'alcool pour obtenir une surface stérile de la peau. Le lieu de traitement est recouvert de serviettes. Avec un scalpel, le médecin fait une incision dans la peau, la couche graisseuse, le tissu musculaire est écarté. Le rein est ramené à la surface, le pédicule vasculaire est clampé pour minimiser les saignements. Le tissu endommagé est retiré et envoyé pour un examen histologique. Le site de prélèvement est suturé en introduisant un drainage dans la cavité pour drainer l'excès de liquide (liquide lymphatique, sang ou pus). L'opération dure à partir de deux heures, mais ne dépasse pas 5 heures de thérapie.

L'ablation d'un rein est un test sérieux pour le corps, car l'organe survivant devra supporter une double charge. Malgré ce fait, le mode de vie d'une personne reste inchangé. Un organe sain élimine l'excès de liquide, les toxines et combat les scories. Une augmentation de la taille des reins est souvent observée. Si l'organe ne peut pas faire face à la charge accrue, le patient se voit attribuer une invalidité et un régime de traitement de soutien est prescrit. En outre, le médecin prescrit de nettoyer le corps à l'aide d'un "rein artificiel", c'est-à-dire hémodialyse.

Pour réduire le risque de complications, il est nécessaire de respecter strictement le régime alimentaire prescrit par le médecin, d'éviter l'hypothermie ou un échauffement excessif du corps, d'éviter les situations stressantes si possible, d'observer le régime quotidien et d'abandonner les mauvaises habitudes. La règle devrait également inclure une surveillance de suivi constante par un médecin, des tests. Pour toute symptomatologie et suspicion de maladie, rendez-vous immédiatement chez le médecin, sans reporter le voyage en veilleuse. Après tout, la maladie revient souvent.

Support de rayonnement

La thérapie est effectuée dans la période postopératoire et est également utilisée comme moyen indépendant pour aider le patient. La technique vise à éliminer les sites métastatiques et aide également à lutter contre la lésion maligne initiale de l'organe. Après la chirurgie, la radiothérapie peut aider à éliminer les zones qui ne peuvent pas être enlevées chirurgicalement. De telles opérations sont effectuées dans un hôpital hospitalisé avec un équipement spécial. Le patient reste sous la surveillance d'un médecin pour une assistance rapide en cas de circonstances imprévues.

En utilisant la radiothérapie, les médecins allongent la durée de vie du patient même avec un mauvais pronostic.

Pour le traitement, des rayons très sensibles sont utilisés, qui sont dirigés vers la zone touchée. Agissant sur une tumeur, le faisceau détruit les cellules cancéreuses sans affecter les saines. Après le traitement, les cellules mutées arrêtent la reproduction chaotique et ne se déplacent pas dans le corps pour propager la maladie à d'autres organes. Habituellement, pour consolider le résultat, le patient subit plusieurs cours d'assistance thérapeutique. Malheureusement, comme d'autres moyens, la radiothérapie présente des inconvénients: la peau change, les cheveux commencent à tomber. De plus, la fragilité des plaques à ongles se forme et les processus métaboliques dans tout le corps échouent. Le patient perd du poids, il y a léthargie, somnolence, dépression.

Pronostic de vie dans le cancer du rein

Chaque étape est traitée et affecte l'espérance de vie du patient. Le stade 3 ou 4 réduit considérablement l'espérance de vie car elles sont reconnues comme des maladies incurables. Avec des soins appropriés et le respect des prescriptions du médecin, la vie dure jusqu'à 5 ans, cependant, le développement progressif de la maladie conduit le patient à la mort.

Lorsqu'une excroissance maligne est supprimée, le pronostic de survie du patient est le suivant: la première étape indique 90% de survie des patients opérés, dans la deuxième étape, la réduction se produit de 30%. Troisième stade - 18% des patients pourront prolonger la vie, à 4 stades pas plus de 10% survivent après la chirurgie.

Les statistiques de la maladie avec métastases indiquent l'inefficacité du traitement du premier stade de la manifestation de la maladie. Au stade précoce du traitement, les patients vivent avec des métastases pendant environ 2 ans. Une telle rémission n'est observée que chez 10% de tous les patients cancéreux. Si la chimiothérapie et les émissions radio ont été effectuées sans chirurgie, la durée de vie est augmentée de seulement 1 an. Sans l'organisation du traitement, le patient raccourcit sa vie à 3 mois.

Avec une chirurgie complète après l'ablation des métastases, un petit nombre de patients survivront pendant 5 ans. Mais un pourcentage élevé de rechutes persiste dans les statistiques médicales..

La durée de vie du patient dépend dans une large mesure de l'état de la personne touchée par le cancer. Tout affecte: l'âge, le poids, le mode de vie, les moments héréditaires, les formes chroniques d'autres maladies ou leur exacerbation, les malformations congénitales des organes.

Complications de la maladie

Le cancer du rein endommage non seulement l'organe, mais affecte de manière destructrice le fonctionnement de tous les systèmes du corps. Une liste approximative des complications de la maladie qui réduisent les performances du corps:

  • Saignement. Malheureusement, c'est une complication courante. Les cellules cancéreuses se divisent et se désintègrent de manière chaotique, après quoi des toxines sont libérées et endommagent les artères et les veines du patient. Un saignement excessif entraîne une anémie ou un choc hypovolémique chez le patient. Ces patients sont sous la surveillance étroite de réanimateurs..
  • Accompagner le cancer avec d'autres maladies. L'affaiblissement du système immunitaire et les performances rénales entraînent les maladies suivantes de cet organe: pyélonéphrite, cystite, pyélite et autres. Tout cela est associé à une fonction rénale altérée et à la manifestation de microbes pathogènes. Un corps affaibli «magnétise» littéralement les virus et les infections.
  • Le bassin et leur déformation. Les plaques tumorales réduisent le conduit de l'uretère, ce qui provoque l'accumulation d'urine dans le système calice-pelvien. Ces amas élargissent le bassin, les déformant. Les changements entraînent une insuffisance rénale, empoisonnant le corps avec des déchets métaboliques.

Le processus de métastase dans le cancer du rein et le pronostic associé

2.1 Cancer du rein - vidéo

  • 3 stades du cancer du rein métastatique
      3.1 Stades du cancer du rein - tableau
  • 4 Métastases du cancer du rein
  • 5 signes de métastases tumorales
      5.1 Symptômes des métastases du cancer du rein - tableau
  • 6 Méthodes de traitement du cancer du rein avec métastases
      6.1 Traitement médicamenteux d'une tumeur

      6.1.1 Médicaments pour le traitement du cancer métastatique du rein - galerie de photos

    • 6.2 Irradiation de la tumeur
    • 6.3 Traitement opératoire
    • 7 Prévisions et conséquences
        7.1 Survie au cancer du rein à différents stades après la chirurgie - tableau

      Les causes

      Il n'est pas possible de déterminer avec certitude la cause de l'apparition d'une tumeur maligne. Le processus principal consiste en la division incontrôlée des cellules qui perturbent l'intégrité et la fonction des organes voisins. Le cancer du rein de stade 4 est plus fréquemment diagnostiqué chez les hommes que chez les femmes. L'âge moyen des patients est de 40 à 65 ans.

      Au cours de la recherche, des facteurs de risque ont été identifiés - des situations ou des modèles qui augmentent le risque d'oncologie:

      • déséquilibre hormonal, en particulier la concentration d'oestrogène;
      • hérédité - antécédents familiaux de cancer du rein de grade 4;
      • environnement professionnel - le plus souvent, le cancer du rein de grade 4 avec métastases est diagnostiqué chez les personnes travaillant avec des amines aromatiques, de l'amiante, des fours à coke;
      • fumer des cigarettes;
      • obésité;
      • maladie rénale chronique et lente;
      • tumeurs bénignes;
      • malformations congénitales des reins.

      Après l'ablation de l'utérus chez la femme, le risque de cancer du tissu rénal double. Cela est dû à un déséquilibre des hormones féminines qui apparaît après le retrait de l'organe.

      Signes de métastases tumorales

      • sang dans l'urine;
      • syndrome douloureux d'une tumeur palpable dans la région lombaire;
      • augmentation de la température corporelle;
      • hypertension artérielle;
      • respiration rapide (chez les fumeurs);
      • varices du cordon spermatique.

      Les symptômes de métastases d'une tumeur maligne du rein ressemblent, à première vue, à une maladie commune à ces organes. Et seuls des diagnostics de haute qualité sous la direction d'un spécialiste établiront la véritable cause des problèmes dans tant de parties du corps apparemment dispersées..

      Types de cancer du rein métastatique

      Leur durée de vie dans un cancer du rein avec métastases dépend de la localisation des foyers tumoraux secondaires et des caractéristiques morphologiques du néoplasme primaire. Caractéristiques morphologiques des tumeurs rénales:

      • carcinome à cellules claires - une tumeur avec un taux de croissance élevé et un apport sanguin abondant, diagnostiqué dans plus de 55% des cas;
      • squameux - la tumeur se développe à partir de la section corticale, la maladie se trouve chez 5 à 9% des patients;
      • chromophobe - un néoplasme des cellules du bassin, se trouve dans 6-13% des cas;
      • forme oncocytaire, retrouvée chez 3 à 5% des patients;
      • cancer des canaux collecteurs - se développe à partir des tubules de Bellini, la fréquence de diagnostic est de 1 à 2%.

      Où se métastase le cancer du rein? Cela dépend de la façon dont les cellules malignes se propagent. La voie la plus courante est le flux lymphatique. Par conséquent, les métastases du cancer du rein aux ganglions lymphatiques, bloquant le flux lymphatique du site tumoral.

      Ces ganglions lymphatiques sont appelés ganglions sentinelles. Dans ce cas, ils sont situés à la porte des reins. À l'avenir, les cellules peuvent se propager aux ganglions lymphatiques situés autour de l'aorte dans la cavité abdominale, la veine inférieure qui alimente les organes pelviens. Atteint rarement les ganglions lymphatiques du cou et du médiastin.

      Le mécanisme de formation de tumeurs et de métastases

      La formation d'une tumeur peut commencer dans n'importe quel organisme, indépendamment de l'âge et du sexe. De nouvelles cellules naissent dans différents tissus et organes, pas seulement dans l'utérus de la mère avant la naissance. Tous les composants du corps doivent être mis à jour de temps en temps. Dans les gènes obtenus au moment de la conception, cet aspect de la vie cellulaire est déterminé dans tous les détails. Cependant, le renouvellement cellulaire suit souvent un scénario erroné. Les pannes génétiques provoquent des cellules mal formées.

      La formation de cellules atypiques pour cette partie du corps se produit tous les jours. Cependant, le contrôleur principal - l'immunité - joue un rôle important dans ce processus. Ses combattants calculent les cellules atypiques et les détruisent. Ainsi, le corps se débarrasse des fruits de ses propres erreurs. Cependant, avec l'âge, la vigilance de l'immunité et de ses combattants commence à s'affaiblir. À un moment donné, ils sautent la formation de cellules cancéreuses et leur permettent d'exister. À partir de ce point de départ, la formation d'une tumeur maligne commence..


      La cause de toutes les tumeurs est la dégradation des gènes et de leurs bases (molécules d'ADN)

      Le principal problème du cancer n'est pas que le corps perd tout contrôle sur la reproduction de ses cellules. Et même pas que le néoplasme malin ait un type de croissance agressif. Et enfin, pas dans le fait qu'il absorbe de plus en plus de nutriments du sang pour nourrir les cellules atypiques en croissance. Le principal problème du cancer est qu'il a tendance à se propager. Ses graines vicieuses tombent sur le sol fertile d'autres organes et tissus.

      Chaque cellule cancéreuse forme en fait un nouveau foyer de cancer - les métastases. Et il existe de nombreuses métastases de ce type dans le corps. Les cellules cancéreuses envahissent de nouveaux territoires de deux manières principales - à travers les vaisseaux lymphatiques et sanguins. Dans le premier cas, sur leur chemin, ils rencontreront des ganglions lymphatiques. Dans le second, les cellules cancéreuses peuvent s'éloigner de la tumeur primaire et donner de nouvelles croissances - métastases.


      La tumeur cancéreuse a tendance à donner des foyers secondaires - des métastases

      Étapes

      La classification pathologique définit les types de néoplasmes, mais en oncologie, les tumeurs diffèrent également par les stades de développement. La mise en scène peut être suivie à l'aide du système Robson:

      • la première étape - la tumeur ne se développe qu'à l'intérieur du rein, sans toucher la capsule;
      • la deuxième étape - le néoplasme capture également la capsule entourant le rein, mais ne quitte pas ses frontières;
      • troisième - les métastases apparaissent dans les ganglions lymphatiques sentinelles ou les tissus vasculaires alimentant les reins et les organes pelviens sont affectés;
      • quatrième - métastases vers des systèmes d'organes distants.

      L'espérance de vie avec un cancer du rein de stade 4 dépend de la localisation des métastases, de la progression de leur croissance, de la distance par rapport au foyer principal et de la réponse au traitement proposé. À partir du troisième stade, les symptômes apparaissent non seulement du foyer principal de la lésion, mais aussi des métastases, le diagnostic est donc accéléré.

      Prévention de la maladie

      Il n'existe aucune mesure préventive pour prévenir le cancer du rein. Après tout, le secret de l'apparition d'une tumeur dans le corps n'a pas encore été entièrement révélé. Cependant, les scientifiques proposent un certain nombre de mesures qui réduisent considérablement le risque de développer un cancer du rein:

      1. Pour que les produits chimiques moins dangereux passent par les reins, vous devez surveiller votre alimentation. Il faut abandonner les aliments riches en conservateurs et colorants artificiels. N'abusez pas des boissons gazeuses. Il est beaucoup plus sain d'inclure des légumes et des fruits frais, des produits laitiers, des noix et des œufs dans votre alimentation. Boire des tisanes comme la camomille ou l'églantier.
      2. Pour renforcer le système immunitaire, vous devez faire de l'exercice régulièrement. Si vous avez une vie sédentaire, vous devriez plus marcher ou faire du vélo. Ces exercices sont bons pour l'apport sanguin aux organes pelviens, y compris les reins..
      3. Les maladies infectieuses doivent être traitées à temps, elles ne doivent pas commencer à un état chronique et, pour ne pas tomber malade, habillez-vous convenablement pour la météo.
      4. Abandonnez les mauvaises habitudes, en particulier le tabagisme. La nicotine et les produits de combustion contenus dans la fumée de cigarette empoisonnent si gravement le corps que le cancer peut se développer dans presque tous les organes, à commencer par les poumons..

      Afin de ne pas manquer le stade initial de la maladie, qui est beaucoup plus facile et plus rapide à traiter, vous devez subir des examens médicaux chaque année, ou de préférence 2 fois par an..

      Symptômes

      Pendant longtemps, le cancer du rein peut ne présenter aucun symptôme et se manifester de manière latente. Les premiers symptômes n'apparaissent qu'après 2 à 4 ans, chez un patient sur trois, ce sont déjà des symptômes de métastases dans le cancer du rein.

      La symptomatologie générale est divisée en urologique et non urologique. Ce dernier se manifeste comme suit:

      • la faiblesse;
      • transpiration, surtout la nuit;
      • augmentation de la température corporelle;
      • gonflement des jambes.

      Indirectement, un processus pathologique peut être détecté par une augmentation de la durée de l'ESR dans l'analyse générale, ainsi qu'une augmentation de la concentration d'érythrocytes. Les diagnostics de laboratoire montrent également un excès de calcium, une température corporelle élevée.

      Le pronostic du cancer du rein métastatique dépend également du taux de diagnostic. Les symptômes urologiques typiques indiquent des métastases dans un tiers des cas:

      • l'apparition d'impuretés sanguines dans l'urine;
      • inclusions solides en forme de ver en forme d'uretère;
      • douleur dans la région de la projection rénale;
      • inconfort au bas du dos;
      • colique rénale - peut survenir en raison du blocage de l'uretère par un caillot sanguin;
      • détection des phoques lors de la palpation - tous les 5 patients.

      Le plus souvent, ces symptômes sont caractéristiques du cancer du rein de stade 4 ou 3 avec métastases aux ganglions sentinelles les plus proches..

      Développement de la pathologie

      Les métastases dans le cancer du rein se produisent à partir du tissu épithélial des tubules rénaux, du bassin et des calices. Il se développe chez un tiers des patients. Si une personne a subi un traitement pour un carcinome, cela ne lui donne pas l'assurance que la maladie ne se reproduira pas, même lorsque la tumeur ou le rein a été retiré..

      Les métastases se développent à la fois après 3 ans et après une douzaine. Cela dépend de la localisation primaire de la tumeur si elle peut métastaser vers d'autres organes et systèmes. Si la maladie maligne n'est pas traitée, ces patients vivront jusqu'à un maximum d'un an et environ 15% des patients pourront vivre jusqu'à deux ans..

      Propagation des métastases

      L'endroit où les métastases du cancer du rein dépendent de sa forme et de son stade, ainsi que de facteurs tels que les maladies concomitantes. Des métastases se trouvent dans de tels organes:

      • poumons;
      • os, colonne vertébrale;
      • foie;
      • cerveau.

      Le cancer du rein avec des métastases aux poumons se manifeste par des symptômes tels qu'une douleur dans la poitrine, une toux larmoyante avec des impuretés sanguines, un essoufflement et une sensation de manque d'oxygène. Si les métastases sont petites, ces symptômes locaux peuvent ne pas apparaître..

      Les métastases osseuses du cancer du rein sont retrouvées chez 20% des patients diagnostiqués avec ce type d'oncologie. Les principaux symptômes sont des douleurs intenses, des douleurs osseuses, des fissures et des fractures. Si le cancer du rein métastase dans la colonne vertébrale, une paralysie se développe en raison d'une pression sur la moelle épinière.

      Le cancer du rein avec métastases hépatiques s'accompagne de l'apparition de multiples foyers nodulaires. Symptômes: fatigue, indigestion, fièvre, douleur dans l'hypochondre droit, moins souvent jaunisse.

      Les métastases cérébrales s'accompagnent d'un large éventail de symptômes, qui dépendent de la localisation du foyer malin. Les plus courants sont les maux de tête, les convulsions, la diminution de la vision, l'engourdissement des membres, l'insomnie.

      Chemin des dommages aux organes par les métastases

      Causes et mécanisme d'occurrence

      Il existe une liste de facteurs prédisposant au développement du cancer:

      • mauvaises habitudes, les fumeurs reçoivent un diagnostic de cancer plusieurs fois plus souvent que les autres;
      • obésité;
      • hypertension artérielle;
      • Diabète;
      • maladies infectieuses;
      • travailler dans des usines chimiques, dans des ateliers de transformation;
      • dialyse prolongée;
      • prédisposition génétique.

      Les métastases du cancer du rein se forment aux derniers stades de la maladie - le 3e ou le 4e. Les cellules cancéreuses sont détachées et le flux sanguin et lymphatique est transporté dans tout le corps, elles se fixent arbitrairement à une structure saine et commencent à se développer. Selon les statistiques, le cerveau, les os et les poumons en souffrent principalement. À de rares exceptions, le cancer métastase aux stades initiaux du développement de la maladie. La thérapie est compliquée par le fait que le patient est menacé de complications graves, y compris la mort. Lorsque des métastases sont détectées, elles sont généralement divisées en 2 groupes:

      • primaire - surviennent naturellement au cours de la progression de la maladie;
      • secondaire - après la chirurgie pour enlever la tumeur.

      Au début, les cellules cancéreuses peuvent errer de manière asymptomatique dans tout le corps et ne se manifestent pas en raison de la bonne fonction protectrice du corps; si la barrière immunitaire est perturbée, des métastases se développent en quelques semaines..

      Symptômes inhérents


      L'essoufflement peut être un symptôme de tumeurs filles.
      Le tableau clinique dépend de nombreux facteurs et principalement de la localisation de l'enseignement secondaire et du développement de la maladie. Parmi les symptômes les plus courants, on trouve:

      • vider la vessie avec du sang;
      • douleur à la palpation de la tumeur dans la zone de localisation rénale;
      • augmentation constante de la pression;
      • essoufflement chez les fumeurs;
      • manifestations variqueuses du cordon spermatique.

      Diagnostique

      Photo de arsmed.lv

      Avec un diagnostic établi de néoplasme malin dans le rein, les métastases sont diagnostiquées par différentes méthodes, en fonction de leur localisation présumée:

      • radiographie pulmonaire;
      • fluorographie;
      • CT;
      • IRM;
      • PET-CT;
      • scintigraphie.

      Les foyers primaires eux-mêmes sont confirmés par des analyses du niveau de créatinine et d'urée, de l'ESR, de la concentration de calcium et d'érythrocytes. En analysant la composition de l'urine, le sang occulte est déterminé. A partir de techniques instrumentales: échographie, IRM, échographie Doppler pour déterminer la propagation de la tumeur dans les vaisseaux les plus proches.

      Que sont les tumeurs rénales??

      Les tumeurs rénales sont classées par origine:

      • primaire - surgissent à l'intérieur de l'organe;
      • métastatique - transporté avec du sang de différents tissus affectés.

      Par localisation pour les néoplasmes:

      • unilatéral (cancer du rein droit ou gauche);
      • double face;
      • rein unique.

      En ce qui concerne les structures rénales:

      • tumeurs parenchymateuses;
      • bassin.

      Par structure histologique sur:

      • bénin;
      • malin (plus fréquent).

      Parmi les néoplasmes malins du parenchyme, les plus courants:

      • carcinome rénal - le plus souvent diagnostiqué chez les adultes;
      • Tumeur de Wilms (également appelée néphroblastome) - la plupart des enfants sont malades;
      • sarcome.

      Dans le bassin se développent:

      • carcinome transitionnel et épidermoïde;
      • tumeur glandulaire muqueuse;
      • sarcome.


      Les médecins-cytologues donnent leur avis sur le type de cellule modifié

      Dans la terminologie des oncologues, le terme «différenciation des cellules tumorales» est utilisé pour caractériser le degré de malignité des signes. Les cellules malignes proviennent de cellules normales et perdent progressivement leurs fonctions:

      • les tumeurs différenciées peuvent être distinguées par type de tissu;
      • mal différencié - il est difficile de se référer à un organe ou un tissu spécifique;
      • indifférencié - caractérisé par une perte complète de fonctions, la cellule ne peut que se multiplier, c'est le type le plus dangereux, caractérisé par une croissance progressive rapide.

      Le système TNM est adopté dans la classification internationale. La combinaison de la désignation alphanumérique indique:

      • T (tumeur) - la taille de la tumeur, la germination dans les tissus environnants, les glandes surrénales, le système veineux;
      • N (nodi limphatici) - atteinte des ganglions lymphatiques;
      • M (métastase) - le processus de métastase.

      Traitement

      Si des métastases dans les poumons sont détectées, une opération de résection de la partie affectée du poumon sera recommandée. En outre, une thérapie ciblée est prescrite avec des médicaments qui détruisent les cellules malignes sans affecter l'état des cellules saines. L'immunothérapie à ce moment soutient l'immunité naturelle pour éviter un affaiblissement du corps. Une chimiothérapie est administrée pour ralentir la progression et prévenir d'autres métastases.

      Pour le traitement des foyers secondaires dans les os, la radiothérapie est utilisée, dans la colonne vertébrale - un cyber-couteau, irradiation d'une zone précisément spécifiée. Le patient prend des bisphosphonates pour prévenir la perte osseuse.

      Avec les métastases hépatiques, la chirurgie est rarement prescrite, plus souvent les médicaments hormonaux et la chimiothérapie. Les foyers secondaires dans le cerveau sont opérationnels. Sinon, prescrire une radiochirurgie ou une radiothérapie.

      informations générales

      Le néoplasme malin survient à la suite d'une tumeur maligne (dégénérescence) et d'une division incontrôlée de cellules normales. Si le système immunitaire perd sa capacité à reconnaître une telle transformation et à la niveler, le carcinome se développe activement et envahit d'autres tissus..
      La cible la plus courante de métastases est la colonne vertébrale. Les néoplasmes épiduraux représentent environ 85% de toutes les lésions métastatiques du corps, 70% des patients se développant dans la région thoracique.

      Combien de temps vivent avec un cancer du rein avec métastases?

      Le pronostic du cancer du rein avec métastases pulmonaires est très individuel. Le taux de survie moyen sur 5 ans est de 8 à 10%. Avec l'élimination des métastases, le taux de survie augmente à 11-15%.

      Le pronostic du cancer du rein avec métastases osseuses est le même - dans 8% des cas en 5 ans. Cela est dû au fait que ces foyers secondaires ne sont pratiquement pas enlevés chirurgicalement. Si des métastases hépatiques sont détectées, la survie sans traitement est inférieure à un an. En cas de lésion cérébrale, le pronostic est strictement individuel, car il dépend de la localisation de la tumeur..

      Les métastases du cancer du rein accélèrent le diagnostic, car elles donnent des symptômes plus vifs que la tumeur primaire. Localisé dans le foie, le tissu osseux, le cerveau, les poumons. Le pronostic est déterminé en fonction de la localisation des métastases et du degré de dommage. En règle générale, l'ablation et la chimiothérapie ciblée améliorent considérablement le pronostic de survie.

      Auteur: Vladislava Matveeva, médecin, spécialement pour Nefrologiya.pro

      Classification

      Le tissu osseux du corps, y compris la colonne vertébrale, se compose de deux types de cellules: les ostéoblastes et les ostéoclastes. Les premiers sont impliqués dans la formation de l'ostéoïde, la calcification de la substance intercellulaire et recouvrent le périoste. Les ostéoclastes détruisent les vieilles cellules et, en combinaison avec les ostéoblastes, contrôlent la quantité de tissu osseux.

      Selon les processus dominants, les métastases vertébrales sont divisées en deux types.

      Diagnostiqué chez 90% des patients. Le plus souvent, de telles métastases dans la colonne vertébrale se produisent dans l'adénocarcinome rénal, le cancer du poumon et du sein. Reproduit histologiquement le tissu de la tumeur d'origine. Pénétrant dans la colonne vertébrale, les métastases ostéolytiques provoquent la destruction osseuse et le développement de l'ostéosclérose.

      Au fur et à mesure que la tumeur se développe, la couche corticale devient fibreuse et prononcée, et un composant de tissu mou de cellule plasmatique apparaît. Les vertèbres perdent de la force et deviennent inutilement cassantes.

      Des métastases rachidiennes dans ce groupe sont observées chez 10% des patients, généralement atteints d'un cancer de la parathyroïde, de la thyroïde et de la prostate. Ils provoquent une formation osseuse active et une calcification de la matrice.

      Les métastases ostéoblastiques de la colonne vertébrale se développent lentement; sur les rayons X apparaissent comme un assombrissement multiple avec un contour irrégulier. La structure osseuse de la colonne vertébrale acquiert un maillage en raison du compactage de zones individuelles.

      Les types de métastases vertébrales sont classés en tenant compte des spécificités des modifications de la substance osseuse.

      1. La métastase ostéoclastique (ostéolytique) active les cellules malignes responsables de la destruction du tissu osseux. Le résultat est sa destruction. La radiographie montre une diminution de la hauteur des disques intervertébraux;
      2. Les ostéoblastes provoquent une croissance incontrôlée et une augmentation de la densité osseuse. La radiographie révèle une augmentation du volume, un changement de forme et des «taches» du tissu affecté.

      La structure morphologique des cancers de type secondaire est variable et dépend de la nature du néoplasme primaire. Les études histologiques peuvent révéler un carcinome anaplasique, une oncologie épidermoïde, etc..

      Le diagnostic est posé sur la base de la prise en compte des manifestations cliniques, des antécédents médicaux et des examens complémentaires. Dans l'anamnèse, une attention particulière doit être attirée sur la présence de tumeurs malignes capables de métastaser à la colonne vertébrale. Les oncologues tiennent compte du fait que les symptômes de métastases dans la colonne vertébrale peuvent apparaître en même temps que le néoplasme primaire ou après une certaine période après une intervention médicale radicale.

      S'il n'y a pas d'antécédents de cas oncologiques, ce n'est pas une raison pour exclure l'apparition de métastases. Souvent, la localisation du néoplasme primaire est difficile à déterminer même avec un examen complet.

      La présence de l'oncologie est mise en évidence par les résultats positifs d'un test sanguin pour les marqueurs tumoraux. Au premier soupçon de métastases dans la colonne vertébrale, une radiographie est prescrite. Mais au début de la maladie, des signes spécifiques peuvent ne pas être vus. Par conséquent, il est également recommandé de subir une IRM, un scanner et un examen scintigraphique osseux. Pour déterminer le foyer principal, une échographie de la zone abdominale est réalisée, un examen mammographique.


      Le diagnostic différentiel des métastases rachidiennes exclut les lésions vasculaires, les complications après des processus inflammatoires, la démyélinisation et la néoplasie primaire de la zone épidurale.

      Vidéo utile sur le cancer du rein

      Liste des sources:

      • Aliev MD et al.Méthodes de préservation des organes de traitement chirurgical des métastases du cancer du rein avec lésions des os tubulaires longs // Oncourology. - 2006. - Non. 1.
      • Davydov MI et al.Traitement chirurgical des métastases du cancer du rein dans les poumons // Russian Journal of Oncology. - 2003. - Non. 4. - S. 15-18.
      • Semkov AS et al.Traitement chirurgical des métastases osseuses du cancer du rein // Oncourology. - 2010. - Non. 4.
      • Veliev E.I., Bogdanov A.B. Caractéristiques des métastases du cancer du rein, traitement chirurgical des rechutes et des métastases // Pratique onkol. - 2005. - T. 6. - Non. 3.

      Traitement chirurgical des métastases pulmonaires à M0

      Résections pulmonaires (énucléation tumorale, résection atypique, lobectomie, pleuropulmonectomie) pour les métastases apparues quelque temps après un traitement radical dans la période de 6 à 242 mois (20,2 ans ). En moyenne, des métastases ont été détectées après 88,8 mois (7,4 ans).
      Sur les 10 patients de ce groupe, 8 sont vivants, 2 sont décédés des suites de la progression du processus tumoral. L'espérance de vie moyenne de 2 décès est de 34,2 mois à compter du diagnostic et de 11 mois après la résection pulmonaire.

      Chez 8 personnes vivant actuellement après une résection pulmonaire, il a fallu de 12 jours à 993 jours (32,7 mois), en moyenne 17,7 mois.

      Chez 5 patients, des résections pulmonaires ont été effectuées 2 et 3 fois avec un intervalle de 1 à 5 mois. Parmi ceux-ci, 3 sont vivants et ont vécu en moyenne 24,3 mois (2,0 ans) après la première résection pulmonaire.

      L'espérance de vie moyenne des patients qui ont reçu un diagnostic de cancer du rein (MR), qui ont reçu un traitement radical, qui ont ensuite développé des métastases aux poumons, mais aucune résection pulmonaire n'a été réalisée, était de 18,4 mois après la néphrectomie (9 patients sont décédés des suites d'une progression tumorale).

      On notera en particulier le cas du patient K., qui a subi une néphrectomie radicale pour un carcinome du rein droit T3N0M0. Après 3 ans, le patient a reçu un diagnostic de métastases dans les deux poumons. L'élimination de plusieurs métastases des deux poumons a été réalisée à son tour. Après 1 an, la métastase dans le sinus maxillaire a été retirée. Bénéficiant actuellement d'un traitement ciblé, il n'y a pas de données sur la persistance de la maladie.

      Propagation de métastases en présence d'un cancer du rein

      Les pathologies oncologiques occupent depuis longtemps une position de leader dans la structure de la morbidité générale. Diagnostiqués tôt, ils sont traités avec succès par des méthodes conservatrices ou chirurgicales. Les processus malins peuvent se développer chez les personnes indépendamment de l'âge et peuvent affecter n'importe quel organe. Mais ils ont tous une chose en commun: la propension à la propagation des cellules cancéreuses. Le taux d'apparition des foyers secondaires vous permet de déterminer le degré de malignité et de développer une tactique de traitement adéquate. Les métastases après un cancer du rein sont détectées aux derniers stades de la maladie, ce qui est dû à l'activation de la tumeur et à l'influence de facteurs externes et de changements internes.

      L'apparition de métastases après un cancer du rein

      Dans la structure des maladies oncologiques, le cancer du rein occupe la 10e place et représente 3% du nombre total de tumeurs malignes. Les caractéristiques structurelles, la charge fonctionnelle avec des facteurs défavorables augmentent le risque de dégénérescence des cellules normales en cellules cancéreuses..

      Le type de foyer de tumeur primaire joue un rôle important dans le taux de progression de la maladie et la probabilité de propagation ultérieure..

      Les causes

      Une personne peut vivre longtemps avec un cancer du rein et ne pas être au courant de la maladie jusqu'à ce qu'elle soit identifiée par un examen aléatoire ou lorsque des signes caractéristiques apparaissent. Les causes de l'oncopathologie ne sont pas entièrement comprises, mais l'hérédité joue un rôle important. Les facteurs qui peuvent augmenter le risque de développer un cancer du rein sont:

      • violations du code génétique;
      • passion excessive pour le tabagisme;
      • surpoids - obésité;
      • le développement du diabète sucré;
      • défaite par des infections virales;
      • hypertension artérielle;
      • dialyse à long terme;
      • exposition à des composés chimiques en raison de conditions de travail nocives;
      • l'influence de facteurs physiques - rayonnement ou doses élevées de rayonnement ultraviolet;
      • affaiblissement de l'immunité en raison d'une maladie, d'une surcharge nerveuse ou physique.

      La forte probabilité de développer un cancer du rein est également due à la présence d'une pathologie rénale chronique, dans laquelle l'organe apparié subit régulièrement des charges accrues.

      Symptômes

      Les caractéristiques de la propagation des métastases dépendent des organes impliqués dans le processus pathologique et de la façon dont ils sont affectés. Les symptômes ressemblent aux maladies habituelles de ces organes, mais seul un examen approfondi et l'expérience d'un spécialiste établiront la cause de la violation simultanée dans diverses parties du corps.

      Localisation des métastasesSymptômes
      Poumons et plèvre (enveloppe externe)fièvre;
      dyspnée;
      douleur thoracique lors de la respiration;
      crachats de mucosités;
      hémoptysie.
      Colonne vertébraledouleur dans le dos et le long des côtes;
      engourdissement des mains et des pieds;
      parésie et paralysie des membres;
      trouble de la miction et de la défécation.
      Os de poitrinedouleur thoracique irradiant vers le dos et la région lombaire.
      Membres supérieurs et inférieurs (bras, jambe)douleur dans les bras;
      engourdissement des membres;
      sensations douloureuses en marchant.
      Os pelviensdouleur dans la cavité abdominale, l'aine;
      violation de la miction et de la défécation.
      Foiefièvre;
      douleur dans l'hypochondre droit;
      jaunissement de la peau.
      Cerveaumigraines débilitantes;
      nausée et vomissements;
      troubles de la respiration et du rythme cardiaque;
      parésie et paralysie des membres;
      troubles de la parole et de l'intelligence;
      déficience visuelle et auditive.

      Le processus de métastase est caractérisé par une intoxication cancéreuse générale, se manifestant par des étourdissements, une faiblesse, une fatigue, une anémie, de la fièvre, un manque d'appétit et une forte diminution du poids corporel.

      Développement du processus métastatique

      Une tumeur cancéreuse primitive est une accumulation de cellules atypiques, de forme, structure, fonctionnalité différentes, mais au stade de la division active et incontrôlée. Ils peuvent être localisés dans la capsule, les néphrons, la couche musculaire. Dans un premier temps, le système immunitaire remplit régulièrement ses fonctions et inhibe l'introduction de structures pathologiques dans la circulation sanguine générale..

      En général, le processus de métastase se compose de plusieurs étapes.

      1. Angiogenèse - la germination de nouveaux vaisseaux dans la tumeur primaire.
      2. Invasion - propagation des cellules cancéreuses le long des parois vasculaires.
      3. Intravasation - la pénétration de structures atypiques dans la circulation sanguine.

      De plus, les cellules avec le flux sanguin commencent à se propager dans tout le corps. Certains d'entre eux sont détruits par le système immunitaire, tandis que les autres sont déposés dans les vaisseaux des organes régionaux ou distants. Une fois maîtrisés, ils commencent la division et la reproduction actives, formant des foyers secondaires. Risque élevé de développer une tumeur primaire d'un stade T3-T4 tardif.

      Fréquence des lésions de divers organes par cancer du rein dans les métastases hématogènes

      Poumons32%
      Des os25%
      Ganglions lymphatiques périphériques17%
      CerveauOnze%
      Foie8%

      Lésions pulmonaires

      Sur une radiographie ou un scanner, les lésions peuvent être vues comme un ou plusieurs petits nodules. En germant dans les poumons, au début, ils ne provoquent pas de symptômes, mais plus tard, ils se manifestent par une toux, un essoufflement et d'autres conditions. Dans les premiers stades, les petites lésions ne peuvent être détectées qu'avec la TDM.

      Propagation à la région du foie

      Le cancer du rein avec métastases hépatiques est assez courant. Les conditions favorables à la formation de foyers secondaires surviennent en raison de l'apport sanguin intense à l'organe. La formation de plusieurs grappes de petites tumeurs oncologiques est considérée comme caractéristique. Après une longue «accalmie», ils commencent à se développer rapidement, se manifestant par de la fièvre, une perte de poids, de la transpiration, de l'anorexie et le développement de la jaunisse.

      Métastases osseuses

      Le cancer du rein est souvent compliqué par des métastases osseuses. Pour une personne, ils sont considérés comme un cadre de support. Ils sont constitués de deux types de cellules, qui sont reliées les unes aux autres à l'aide de tissu fibreux et de minéraux, qui offrent une résistance élevée. Lorsqu'elles sont injectées dans les os, les structures atypiques agissent sélectivement sur l'un ou l'autre type de cellules, provoquant une sclérose tissulaire ou son amincissement (dissolution complète).

      Pénétration de la tumeur dans le cerveau

      Lorsque des cellules atypiques pénètrent dans le cerveau, leur reproduction accrue et la formation rapide de métastases se produisent. En cas de germination de l'un des lobes de l'organe, il y a violation de toutes les fonctions - vision, audition, mémoire, conscience, mouvement, parole, respiration et même rythme cardiaque. Les métastases cérébrales peuvent être confirmées par CT, IRM, TEP.

      Atteinte des ganglions lymphatiques

      Plus le stade de la maladie est élevé, plus le cancer du rein propage ses métastases aux ganglions lymphatiques. Ainsi, avec le processus régional, ils se retrouvent dans 46,5% des cas, avec la germination d'organes distants - dans 62%. En cas d'invasion vasculaire sur fond de foyers distants, l'implantation se produit à 66,6%. Un ganglion lymphatique affecté par des cellules atypiques grossit et devient enflammé, ce qui est une réaction protectrice du corps.

      Métastases cutanées

      Le cancer du rein à cellules claires propage des métastases sur la peau, formant de petites lésions focales sous forme de grains de beauté, d'astérisques, d'éruptions cutanées. Ils surviennent le plus souvent sur le visage, l'abdomen, la région lombaire, les membres inférieurs et le cuir chevelu. La suppression de fragments isolés est considérée comme inefficace car ils réapparaissent à intervalles réguliers..

      Le cancer du rein affecte souvent des organes tels que l'estomac, le pancréas et les glandes thyroïdiennes, les glandes surrénales et les vaisseaux lymphatiques au niveau cellulaire..

      Tests diagnostiques

      Le diagnostic de toutes les formes de cancer, y compris les métastases rénales, comprend un large éventail d'études en laboratoire et instrumentales.

      1. Analyses de sang et d'urine. Selon les résultats, des anomalies pathologiques dans la composition structurelle et biochimique sont révélées. Des tests et des tests réalisés séparément peuvent déterminer la présence de marqueurs spécifiques.
      2. Le diagnostic échographique et l'échographie Doppler aident à identifier l'objectif principal de l'oncopathologie, sa taille et sa localisation, afin de déterminer la présence de métastases.
      3. Les méthodes de recherche informatique (CT, IRM, MSCT) aident à dresser un tableau complet de l'évolution et du développement du processus malin.
      4. La vidéothoracoscopie est prescrite pour déterminer la lésion métastatique des poumons. Cette méthode permet non seulement de prélever du matériel histologique pour la recherche, mais aussi d'enlever la tumeur.
      5. En cas de suspicion de dommages aux structures osseuses, une scintigraphie osseuse est réalisée avec l'introduction dans le corps d'un isotope tropique pour les tissus osseux. Sous l'influence des rayons X, sa distribution sur les os et son accumulation en formation oncologique sont révélées.
      6. Une biopsie est effectuée pour déterminer la forme du cancer.

      Ces études permettront d'identifier la localisation de la tumeur primaire, le degré de sa croissance et les lésions du tissu rénal, ainsi que la présence de métastases. Sur la base des résultats du diagnostic, des tactiques de traitement sont sélectionnées et un plan est élaboré..

      Traitement du cancer du rein métastatique

      Le traitement du cancer du rein métastatique implique l'utilisation d'une combinaison de médicaments, d'une intervention chirurgicale et d'un rayonnement périodique de la tumeur. Le degré d'influence de ces méthodes sur la formation maligne est déterminé par son type. Il convient de noter que le traitement avec des remèdes populaires ne donne aucun effet..

      Intervention chirurgicale

      Il y a quelques années, le diagnostic de cancer était considéré comme une condamnation à mort pour le patient. Aujourd'hui, grâce aux technologies progressives et aux dernières réalisations, les possibilités de traitement chirurgical du cancer métastatique ont émergé..

      Pour le cancer du rein, effectuez les opérations suivantes:

      • néphrectomie partielle - ablation de la tumeur et de la zone du rein affecté;
      • néphrectomie radicale - ablation complète d'un organe.

      Chimiothérapie

      La méthode de traitement implique l'introduction dans le corps du patient de médicaments spécifiques qui affectent les cellules tumorales, inhibent leur développement et leur division incontrôlée.

      La métastase cancéreuse est caractéristique des dernières étapes de son développement. Par conséquent, les méthodes de chimiothérapie suivantes sont utilisées pour le traiter:

      • néoadjuvant, qui inhibe le développement de la pathologie, et en même temps, une diminution de la tumeur est observée;
      • adjuvant, utilisé après la chirurgie pour détruire les cellules restantes;
      • palliative, visant à améliorer la qualité de vie lorsque le traitement est impossible.

      Les médicaments de ce type ont souvent des effets secondaires importants. Les substances sont injectées dans une veine, par voie intramusculaire, sous-cutanée ou directement dans la tumeur. La désintégration des cellules affectées conduit à une intoxication du corps, mais l'effet thérapeutique élevé compense entièrement les conséquences et les conditions négatives. Récemment, la faction ASDA est souvent utilisée.

      Radiothérapie

      La technique implique un effet physique sur le tissu tumoral à l'aide de rayons gamma ou de rayons X à haute fréquence. Le traitement avec cette méthode vous permet d'affecter efficacement les cellules cancéreuses, en empêchant leur croissance active et en ralentissant la progression de la maladie. Pour réduire la dose reçue par les tissus sains, la procédure est réalisée à partir de différents points et sur plusieurs séances.

      Les effets des radiations peuvent être exprimés dans des conditions telles que nausées, vomissements, faiblesse, diarrhée, étourdissements, alopécie.

      Immunothérapie

      Cette méthode consiste en l'effet des médicaments anticancéreux sur les métastases, qui bloquent l'apport de cellules atypiques et bloquent le processus malin. Les vaccins sont fabriqués individuellement à l'aide d'échantillons de cellules cancéreuses ou d'un autre biomatériau présentant une pathologie similaire. Ils commencent leur action immédiatement après l'administration, mais l'effet destructeur se poursuit pendant plusieurs mois. L'immunothérapie n'a pas de contre-indications et est utilisée en association avec des vitamines et des plantes médicinales.

      Médicaments ciblés

      L'essence de la thérapie ciblée est une exposition intracellulaire ciblée à des médicaments qui empêchent la formation de nouveaux vaisseaux sanguins, réduisent la prolifération des tissus tumoraux et empêchent les cellules cancéreuses de se propager dans tout le corps. Les meilleurs moyens de thérapie ciblée sont:

      • Avastin;
      • «Nexavar»;
      • Sunilib;
      • «Torisel».

      Chacun d'eux peut être utilisé individuellement ou en combinaison avec des immunomodulateurs. L'utilisation de médicaments est effectuée strictement selon les indications uniquement sous la surveillance d'un spécialiste.

      Pronostic de survie

      Les oncologues n'aiment pas prédire le développement ultérieur du cancer du rein avec métastases et expliquer combien de temps les patients avec ce diagnostic vivent après un traitement réussi. Le taux de survie à différents stades après la chirurgie a différents indicateurs, comme le montre le tableau.

      Stade du cancer du reinTaux de survie à cinq ans
      190%
      260%
      3dix-huit%
      48 à 10%

      Le pronostic du cancer du rein avec métastases dépend du type de néoplasme, de la zone de formation des foyers secondaires et de l'opportunité d'un traitement adéquat. Il est conseillé aux patients de suivre un traitement à long terme, de suivre les instructions du médecin traitant, de stimuler leurs propres défenses et de se débarrasser des pensées négatives. Il est impératif de subir des examens de routine et d'effectuer les procédures indiquées par le médecin.

      Conclusion

      Le principe fondamental de l'oncologie moderne est le traitement du cancer à tout stade, y compris celui-ci. L'attitude à son égard doit être la même que celle envers la pathologie chronique: si elle ne peut pas être guérie, vous devez essayer de la contrôler. Il est conseillé aux gens d'être attentifs à leur santé, de subir des examens préventifs et de passer les tests nécessaires, car le cancer détecté à un stade précoce augmente l'espérance de vie et augmente de près du double les chances de guérison.