Prédictions après chirurgie pour un adénocarcinome modérément différencié (mal différencié) de l'utérus endométrial

Carcinome

L'adénocarcinome de l'utérus est un type de cancer. Cette tumeur maligne se développe à partir du tissu glandulaire de l'organe (épithélium cylindrique). Le nombre de femmes malades et l'incidence de cette tumeur maligne augmentent au fil des ans. Dans la structure de la pathologie oncologique féminine, l'adénocarcinome occupe la deuxième place, après le cancer du sein.

La maladie est diagnostiquée principalement entre 45 et 60 ans. Souvent, une tumeur est trouvée chez les jeunes filles, ce qui aggrave le pronostic. Les différences entre l'adénocarcinome et les néoplasmes bénins de l'utérus sont la possibilité de métastases et de croissance agressive.

Les causes

Les facteurs étiologiques exacts n'ont pas été établis.

Les facteurs suivants augmentent la probabilité de formation d'un adénocarcinome de l'endomètre utérin:

  1. Prédisposition héréditaire (si des parents proches ont un cancer des intestins, des ovaires, des glandes mammaires ou d'autres organes).
  2. Exposition aux rayonnements ionisants. Possible en cas d'accidents radiologiques, de radiothérapie et d'exposition régulière aux rayons X.
  3. La présence de maladies somatiques (diabète sucré, hypertension artérielle).
  4. Obésité.
  5. Antécédents d'absence d'accouchement ou de grossesse.
  6. Début tardif de la ménopause.
  7. La présence de tumeurs hormonales.
  8. L'utilisation de médicaments toxiques.
  9. Utilisation à long terme et non contrôlée de médicaments du groupe œstrogène.
  10. Troubles métaboliques et endocriniens.
  11. Hyperestrogénie (augmentation des taux d'œstrogènes).
  12. Syndrome des ovaires polykystiques.
  13. La présence de kystes endométrioïdes.
  14. La présence de polypes et de tumeurs bénignes (adénomes).
  15. Adénomatose.
  16. Maladie hépatique sévère.
  17. Impact sur le corps des substances cancérigènes.

Symptômes et stades

La maladie survient en 4 étapes. Au premier stade, seul le fond ou le corps de l'organe est impliqué dans le processus. Les tissus environnants ne sont pas affectés. Le néoplasme affecte systématiquement les couches muqueuses et musculaires. La membrane séreuse n'est pas affectée. Il n'y a pas de métastases aux ganglions lymphatiques et aux organes distants. Le pronostic avec un traitement rapide est relativement favorable.

Au deuxième stade de l'adénocarcinome, le col de l'organe est impliqué dans le processus. La troisième étape est caractérisée par l'implication de la graisse sous-cutanée dans le processus. L'apparition de foyers métastatiques secondaires dans le vagin et les ganglions lymphatiques est possible. À ce stade du développement du cancer, toutes les membranes utérines (muqueuses, musculaires et séreuses) sont touchées. Au quatrième stade, la tumeur se propage à d'autres organes (intestins, vessie). Les métastases à distance sont déterminées. Le pronostic est défavorable.

Les signes suivants peuvent indiquer une femme atteinte d'une tumeur maligne du col de l'utérus:

  1. Saignement utérin. Ils peuvent apparaître chez les femmes ménopausées, lorsque la fonction de reproduction d'une femme est en déclin. Les femmes en âge de procréer sont caractérisées par des ménorragies (saignements cycliques abondants et prolongés) et des métrorragies (saignements non liés au cycle).
  2. Spotting Spotting.
  3. Infertilité. Les femmes atteintes d'adénocarcinome ne peuvent pas tomber enceintes pendant une longue période.
  4. Douleur. Ce symptôme indique un processus tumoral étendu et des dommages à d'autres organes. La douleur est ressentie dans le bas du dos ou le bas de l'abdomen. Cela peut être douloureux, constant ou paroxystique.
  5. Violation de la miction et de la défécation. Observé avec un grand adénocarcinome et une compression des voies urinaires et du rectum. Strangurie possible (vocalisations douloureuses), envie fréquente d'aller aux toilettes, ténesme et douleur lors des selles.
  6. Leucorrhée abondante et aqueuse (écoulement muqueux).
  7. Écoulement purulent.
  8. Perte de poids.
  9. Légère montée en température. C'est la marque d'un processus malin..
  10. Symptômes d'intoxication cancéreuse (faiblesse, fatigue, diminution des performances, perte d'appétit, malaise).
  11. Une augmentation du volume de l'abdomen. Les causes peuvent être la croissance tumorale et le développement d'ascite (accumulation de liquide dans la cavité abdominale).
  12. Gonflement des membres inférieurs.

Formes

Selon la nature de la croissance tumorale, des adénocarcinomes exophytiques (se développant vers l'extérieur), endophytes (se développant plus profondément dans les tissus) et mixtes (poussant dans les deux sens) sont isolés.

En fonction de la structure des cellules et de leur état fonctionnel, on distingue les formes de tumeur suivantes:

  • hautement différencié;
  • mal différencié;
  • moyennement différencié.

Très différencié

Un tel adénocarcinome est caractérisé par un petit nombre de cellules modifiées. Ces derniers peuvent présenter des signes atypiques (allongement, présence d'un noyau allongé, de grande taille). Caractérisé par un degré minimal de polymorphisme cellulaire.

Cette forme d'adénocarcinome est la plus favorable. La probabilité de propagation aux couches profondes de l'utérus est faible.

Modérément différencié

L'adénocarcinome de l'utérus modérément différencié chez les filles de moins de 30 ans métastase rarement.

La maladie est difficile, contrairement à la forme hautement différenciée.

L'adénocarcinome de l'endomètre modérément différencié est caractérisé par un degré moyen de polymorphisme cellulaire et une division cellulaire accrue. Le tableau clinique n'a pas de traits distinctifs. Pendant longtemps, cela peut être asymptomatique.

Faible différencié

Avec cette pathologie, le pronostic est le moins favorable. Dans cette forme de cancer, un grand nombre de cellules de l'utérus présentent des signes d'atypie. Le polymorphisme est fortement exprimé.

L'adénocarcinome utérin mal différencié est caractérisé par l'évolution la plus maligne.

Diagnostic et traitement

Si vous présentez des symptômes de cancer de l'utérus, vous devriez consulter un gynécologue et être examiné. Tu auras besoin de:

  1. Entretien (recueil de l'histoire de la vie et des antécédents médicaux).
  2. Examen physique.
  3. Examen gynécologique. Elle est réalisée dans une chaise obstétricale. Le médecin utilise des miroirs pour examiner le vagin et le col de l'utérus.
  4. Biopsie par aspiration. Cette procédure est recommandée pendant 25 à 26 jours du cycle (pour les femmes en âge de procréer). Pendant la procédure, le contenu de l'utérus est prélevé à l'aide d'un cathéter et d'une seringue.
  5. Ultrason.
  6. Hystéroscopie (examen de l'utérus avec un endoscope).
  7. Analyses cliniques générales de sang et d'urine.
  8. Analyse biochimique.
  9. Etude de fluorescence.
  10. Analyses histologiques et cytologiques. Permet de détecter les cellules atypiques et d'exclure la métaplasie squameuse.
  11. Analyse des frottis.
  12. Curetage diagnostique séparé.

Le diagnostic différentiel de l'adénocarcinome du corps utérin est effectué avec les polypes, les kystes, l'endométriose, l'endométrite, la pathologie des appendices et les néoplasmes bénins - myome utérin.

Le schéma thérapeutique est déterminé individuellement. Les méthodes de traitement de l'adénocarcinome sont:

  1. Opération. Il est plus efficace aux premier et deuxième stades de la maladie, lorsqu'il n'y a pas de métastases. Les plus couramment pratiquées sont l'amputation supravaginale de l'utérus (consiste à retirer le corps de l'organe tout en préservant le col de l'utérus), la panhystérectomie (une opération prolongée impliquant l'ablation du col de l'utérus et du corps de l'organe, des trompes de Fallope et des glandes reproductrices féminines) et l'ablation de l'utérus avec annexectomie par dissection cœliaque. Souvent pendant la chirurgie, les ganglions lymphatiques affectés sont enlevés.
  2. Thérapie par faisceau externe.
  3. Chimiothérapie. Dans le cancer, les cytostatiques sont indiqués. Les plus couramment prescrits sont Vero-Mitomycin, Ifosfamide, Holoxan et 5-Fluorouracil-Ebeve.
  4. Curiethérapie (implique l'introduction d'un cylindre dans la cavité de l'organe, suivie d'une irradiation tissulaire).
  5. Hormonothérapie (utilisation de médicaments hormonaux). C'est une méthode de traitement auxiliaire. Des anti-œstrogènes et des gestagènes sont utilisés.

Combien de personnes vivront

Dans l'adénocarcinome de l'utérus, le pronostic dépend de la propagation de la tumeur, de la présence de métastases, du type de tumeur, de la qualité et de l'opportunité du traitement.

Avec une intervention chirurgicale au premier et au deuxième stade de la maladie, le taux de survie à cinq ans approche les 90%. Avec un cancer du troisième stade, 10 à 60% des patients vivent 5 ans ou plus. Le taux de survie au quatrième stade est d'environ 5%. Plus de la moitié des femmes rechutent après une chirurgie.

Adénocarcinome peu différencié et fortement différencié de l'endomètre de l'utérus: pronostic de vie, traitement

L'adénocarcinome de l'utérus est un néoplasme malin de l'endomètre, le plus souvent localisé au bas de l'utérus. La maladie peut durer longtemps sans symptômes cliniques. En règle générale, les femmes ménopausées se plaignent de saignements fréquents, les patientes plus jeunes souffrent de menstruations excessivement abondantes.

Au fur et à mesure que le processus pathologique se propage chez la femme, l'abdomen augmente, l'apparition de douleurs dans la région lombaire, des pertes vaginales et des symptômes non spécifiques de cancer (faiblesse, perte de poids, perte d'appétit) sont notés. Pour établir un diagnostic précis dans la clinique d'oncologie de l'hôpital Yusupov, le patient est examiné, des études de laboratoire et instrumentales sont prescrites. Sur la base des résultats diagnostiques de chaque patient, les spécialistes de la clinique élaborent un programme de traitement individuel, qui peut comprendre une chirurgie, une chimiothérapie, une radiothérapie, une hormonothérapie..

Causes d'occurrence

L'adénocarcinome de l'utérus est une tumeur hormono-dépendante. En raison de l'augmentation du taux d'œstrogènes, la prolifération des cellules endométrioïdes augmente, ce qui augmente considérablement le risque de développer un néoplasme malin.

La probabilité de développer un adénocarcinome de l'utérus est significativement plus élevée en présence des facteurs de provocation suivants associés à des changements hormonaux dans le corps d'une femme:

  • début précoce des menstruations;
  • début tardif de la ménopause;
  • syndrome des ovaires polykystiques;
  • tumeurs ovariennes productrices d'hormones;
  • obésité (la synthèse des œstrogènes se produit dans le tissu adipeux);
  • utilisation à long terme de médicaments contenant des œstrogènes à fortes doses.

L'adénocarcinome de l'utérus se développe plus souvent chez les femmes souffrant d'hypertension et de diabète sucré.

Cependant, la présence de troubles hormonaux et métaboliques n'est pas toujours un facteur nécessaire, ce qui précède certainement l'apparition de cette oncopathologie. Près d'un tiers des patients ne présentent pas les troubles ci-dessus.

Les autres facteurs de risque pour les oncologues comprennent l'absence de grossesse, l'accouchement, la sexualité et la prédisposition héréditaire. De plus, l'adénocarcinome de l'utérus accompagne souvent l'adénomatose et la polypose de l'utérus..

Classification

Selon la classification histologique internationale moderne, l'adénocarcinome de l'utérus est divisé en plusieurs types:

  • adénocarcinome endométrioïde de l'utérus;
  • adénocarcinome à cellules claires de l'utérus;
  • adénocarcinome épidermoïde de l'utérus;
  • carcinome épidermoïde glandulaire de l'utérus;
  • adénocarcinome séreux du corps utérin;
  • adénocarcinome mucineux du corps utérin;
  • adénocarcinome utérin indifférencié.

À ce jour, trois types de croissance de cette formation maligne sont connus:

  • exophytique (la croissance tumorale est dirigée dans la cavité utérine);
  • endophyte (on note une croissance tumorale dans les tissus adjacents);
  • mixte (combine des signes de croissance exophytique et endophyte).

Selon les statistiques médicales, la tumeur utérine affecte le plus souvent le corps et le fond de l'organe, moins souvent le segment inférieur.

Le niveau de malignité tumorale et, par conséquent, le pronostic de la vie, est déterminé en fonction du degré de différenciation du néoplasme:

  • adénocarcinome endométrioïde hautement différencié de l'utérus: le pronostic est le plus favorable, puisque cette variante de la tumeur est la moins maligne. L'adénocarcinome de l'utérus hautement efficace est plus facile à traiter, car à ce stade, la structure de la plupart des cellules tumorales n'est pas perturbée;
  • adénocarcinome endométrioïde modérément différencié de l'utérus: le pronostic est plus défavorable, car le degré de malignité est augmenté;
  • adénocarcinome mal différencié de l'utérus: le pronostic de la vie est mauvais, car cette tumeur a le plus haut degré de malignité. L'adénocarcinome de bas grade de l'utérus est un néoplasme avec un polymorphisme cellulaire prononcé et de multiples signes de changements pathologiques dans les structures cellulaires, par conséquent, le traitement est difficile.

En fonction de la prévalence du processus pathologique, on distingue 4 étapes de l'adénocarcinome utérin:

  • la première étape - lorsque la tumeur est localisée dans le corps de l'organe, sans se propager aux tissus voisins;
  • la deuxième étape - lorsque la tumeur se propage au cou de l'organe;
  • la troisième étape - le tissu environnant est impliqué dans le processus pathologique, des métastases peuvent être trouvées dans le vagin et les ganglions lymphatiques régionaux;
  • la quatrième étape - lorsque la tumeur se développe au-delà du petit bassin (vessie ou rectum et des métastases à distance apparaissent.

Symptômes

L'insidiosité de l'adénocarcinome de l'utérus réside dans le fait que pendant longtemps, il se déroule sans symptômes. Les femmes ménopausées doivent être alarmées par l'apparition de saignements utérins. En âge de procréer, cette maladie peut se manifester par des menstruations excessivement abondantes et prolongées..

Le saignement n'est pas un symptôme pathognomonique de l'adénocarcinome de l'utérus, car ce symptôme peut accompagner un certain nombre d'autres maladies de la sphère gynécologique (par exemple, l'adénomyose et les fibromes), mais ce symptôme devrait provoquer une vigilance oncologique et être la raison pour laquelle il faut contacter un médecin pour une recherche approfondie. Les saignements utérins pendant la période postménopausique sont particulièrement dangereux. En outre, chez les patients âgés atteints d'adénocarcinome utérin, une leucorrhée aqueuse abondante peut être libérée du vagin..

Les jeunes femmes atteintes d'adénocarcinome utérin se plaignent souvent d'irrégularités menstruelles, d'infertilité, d'un abdomen déraisonnablement élargi, de l'apparition de saignements menstruels prolongés et abondants, de douleurs constantes dans le bas du dos. Signe pronostiquement défavorable, qui indique que le processus malin s'est considérablement étendu ou que la tumeur a commencé à se décomposer - écoulement vaginal fétide.

Le syndrome de la douleur dans la région lombaire et le bas de l'abdomen apparaît lorsque l'adénocarcinome de l'utérus se propage. La douleur peut être persistante ou paroxystique.

Souvent, les patients, inconscients de la présence d'une maladie oncologique grave, se tournent vers le gynécologue au stade de la germination et des métastases.

Les plaintes possibles des patients atteints d'adénocarcinome de l'utérus aux stades avancés et avancés comprennent une perte d'appétit, une faiblesse, une perte de poids, un œdème dans les jambes et une hyperthermie..

Si une tumeur se développe dans les parois de la vessie ou des intestins, les patients ont des troubles de la défécation et de la miction, le volume de l'abdomen augmente considérablement, une ascite peut se développer.

Diagnostique

Lors du diagnostic, les spécialistes sont guidés par les données d'un examen gynécologique, les résultats d'études de laboratoire et instrumentales. Parmi les méthodes de diagnostic de laboratoire, on peut distinguer la biopsie par aspiration, qui peut être réalisée à plusieurs reprises en ambulatoire. Les inconvénients de cette méthode comprennent un faible contenu d'information dans les premiers stades de l'oncopathologie..

Si des symptômes suspects sont détectés lors du dépistage, un examen échographique des organes pelviens est prescrit pour détecter les processus volumétriques et les changements structurels pathologiques de l'endomètre..

L'hystéroscopie est l'une des méthodes les plus informatives pour le diagnostic de l'adénocarcinome utérin. Cette méthode instrumentale consiste non seulement à examiner la surface interne de l'organe, mais également à effectuer une biopsie ciblée des zones altérées, un curetage diagnostique séparé du canal cervical et de la cavité utérine, suivi d'un examen histologique de la biopsie.

Pour évaluer la prévalence du processus malin, pour identifier les ganglions lymphatiques affectés et les métastases à distance, il est possible d'utiliser la tomodensitométrie ou l'imagerie par résonance magnétique, qui fait partie de l'examen de dépistage d'un adénocarcinome utérin suspecté..

Traitement

Dans la clinique d'oncologie de l'hôpital Yusupov, plusieurs méthodes de traitement des patients présentant un diagnostic d '"adénocarcinome utérin hautement différencié" sont utilisées. Le pronostic d'un taux de survie à cinq ans est particulièrement réussi lors de la réalisation d'un traitement complexe - une combinaison de chirurgie, de radiothérapie et de pharmacothérapie. Le choix de la tactique de traitement, de l'intensité et du moment d'application de chacun des composants du traitement complexe, les oncologues de l'hôpital Yusupov, est effectué individuellement pour chaque patient avec un diagnostic d'adénocarcinome de l'endomètre utérin. Le pronostic après la chirurgie est favorable si la maladie a été détectée dans les premiers stades de développement.

Dans le processus de détermination de l'opportunité d'une intervention chirurgicale pour un adénocarcinome de stade III de l'utérus, des facteurs pronostiques défavorables sont pris en compte.

Le traitement chirurgical du cancer de l'endomètre utérin dans la clinique d'oncologie de l'hôpital Yusupov est effectué par hystérectomie ou panhystérectomie (ablation prolongée de l'utérus et annexectomie, ablation du tissu pelvien et des ganglions lymphatiques régionaux).

La radiothérapie (irradiation externe ou curiethérapie de l'utérus) est utilisée comme méthode préparatoire en période préopératoire, ainsi qu'après la chirurgie.

La chimiothérapie et l'hormonothérapie sont des méthodes auxiliaires qui corrigent le fond hormonal du corps de la femme et réduisent le risque de récidive d'adénocarcinome utérin, car une fois l'utérus partiellement retiré, l'adénocarcinome peut récidiver..

La chimiothérapie implique l'utilisation de cytostatiques. L'hormonothérapie est réalisée avec des médicaments qui affectent les récepteurs des œstrogènes et de la progestérone dans les néoplasmes malins.

La chirurgie ne convient pas aux patients atteints d'adénocarcinome de grade IV. Pour le traitement, des techniques modernes de chimiothérapie et de radiothérapie sont utilisées..

Métastases

Les métastases d'adénocarcinome de l'utérus se propagent à travers le système lymphatique, cependant, dans les derniers stades, la voie hématogène de leur propagation peut rejoindre.

Tout d'abord, le processus métastatique affecte les ganglions lymphatiques des groupes iliaque et interne, puis les ganglions lymphatiques du groupe hypogastrique.

Les premiers signes de métastases chez les femmes en âge de procréer sont des saignements intermenstruels, chez les femmes ménopausées - écoulement rare survenant après une surcharge physique..

Dans la vieillesse, la présence de métastases peut être mise en évidence par l'apparition de sécrétions purulentes..

L'activation du processus métastatique se manifeste par des douleurs constantes ou des crampes dans la région lombaire ou l'abdomen lombaire.

L'adénocarcinome de l'endomètre de l'utérus est beaucoup plus facile à traiter s'il est détecté dans les premiers stades de développement. Par conséquent, il est important pour chaque femme de consulter régulièrement un gynécologue pour la détection et le traitement en temps opportun de cette oncopathologie..

Un examen complet utilisant un équipement de haute technologie moderne est proposé par l'hôpital Yusupov. Les femmes avec un adénocarcinome diagnostiqué se voient prescrire un traitement utilisant les dernières techniques médicales pour surmonter une maladie aussi grave que l'adénocarcinome utérin hautement différencié. Les commentaires des patients de l'hôpital Yusupov confirment l'efficacité du traitement, qui est prescrit et surveillé par des spécialistes hautement qualifiés de la clinique d'oncologie.

Adénocarcinome du corps de l'utérus (cancer de l'endomètre)

Le cancer du corps utérin est compris comme le développement d'une lésion maligne de l'endomètre, qui tapisse la cavité utérine. Les manifestations de l'adénocarcinome du corps de l'utérus comprennent l'apparition dans le tractus génital d'écoulement sanglant, de leucorrhée aqueuse, de douleur, de saignements utérins acycliques ou atypiques. Cliniquement, le cancer de l'utérus est reconnu sur la base des données d'examen gynécologique, de l'analyse cytologique des aspirats, de l'examen échographique, de l'hystéroscopie avec curetage diagnostique séparé et des résultats histologiques. Le cancer de l'endomètre doit être traité en association, y compris des composants chirurgicaux, hormonaux, radiologiques et de chimiothérapie.

Classification de l'adénocarcinome de l'utérus

L'oncologie clinique utilise un système de classification des stades (FIGO) et TNM, avec lequel il est possible d'évaluer la prévalence de la tumeur primaire (T), l'atteinte ganglionnaire (N) et la présence de métastases à distance (M).

La classification de l'adénocarcinome de l'utérus comprend:

  • Stade 0 (Tis), lorsque la présence d'un cancer de l'utérus pré-invasif (in situ) est diagnostiquée;
  • Stade I (T1), dans lequel la tumeur est située dans le corps de l'utérus;
  • IA (T1a), lorsque moins de la moitié de l'épaisseur de l'endomètre est infiltrée par un cancer du corps utérin;
  • IB (T1b), lorsque la moitié de l'épaisseur de l'endomètre est infiltrée par un cancer de l'utérus;
  • IC (T1c), lorsque plus de la moitié de l'épaisseur de l'endomètre est infiltrée par un cancer du corps utérin;
  • Stade II (T2), lors de la détection de laquelle la tumeur se propage au col de l'utérus, mais se trouve en son sein;
  • IIA (T2a), lorsque l'endocervix est impliqué dans la tumeur;
  • IIB (T2b), dans lequel le stroma cervical est envahi par le cancer;
  • Stade III (T3), qui est caractérisé par la propagation de la tumeur localement ou régionalement;
  • IIIA (T3a), dans laquelle une tumeur se propage ou métastase à l'ovaire ou à la membrane séreuse. De plus, des cellules atypiques sont détectées dans les épanchements ascitiques ou les lavages;
  • IIIB (T3b), lorsqu'une tumeur se propage ou se métastase dans le vagin;
  • IIIC (N1), dans lequel le cancer du corps utérin métastase aux ganglions lymphatiques pelviens ou para-aortiques;
  • Stade IVA (T4), caractérisé par la propagation de la tumeur à la membrane muqueuse de la vessie ou du gros intestin;
  • Stade IVB (M1), lorsque la tumeur métastase vers des ganglions lymphatiques et des organes distants.

Différenciation du cancer de l'endomètre

Les degrés de différenciation suivants du cancer de l'endomètre sont distingués:

  • adénocarcinome hautement différencié de l'utérus, qui est l'une des variétés de néoplasmes à caractère malin. La maladie appartient à un groupe de cancers dont le développement est possible dans l'épithélium des tissus glandulaires. Il existe un degré minimal de polymorphisme, auquel les cellules affectées diffèrent très légèrement des cellules saines. Les symptômes et manifestations évidents de l'adénocarcinome utérin hautement différencié comprennent une augmentation de la taille des noyaux des cellules qui ont subi une dégénérescence pathologique et leur allongement. Le diagnostic et le diagnostic différenciés dans ce cas entraînent certaines difficultés. Avec un adénocarcinome hautement différencié de l'utérus, il se propage superficiellement dans le myomètre. La probabilité de développer des complications importantes et l'apparition de métastases d'origine lymphogène lorsqu'elles sont localisées, qui ne dépassent pas la membrane muqueuse au fond de l'utérus, est minime et ne dépasse pas 1%;
  • adénocarcinome modérément différencié de l'utérus, dont les cellules ont subi des modifications se caractérisent par un niveau élevé de polymorphisme dans l'utérus, dans sa membrane muqueuse ou dans ses tissus musculaires. Cette oncologie de l'utérus par le mécanisme d'action est très similaire au développement et à l'évolution d'un type d'adénocarcinome hautement différencié. Une différence significative est l'implication d'un nombre beaucoup plus grand de cellules dans des phénomènes pathologiques, avec lesquels il existe un cours actif de processus de mitose et de division cellulaire. Un adénocarcinome de l'utérus modérément différencié est plus susceptible de provoquer le développement de diverses complications et pathologies en cas de diagnostic tardif et d'initiation du traitement. Le cancer se propage principalement avec l'écoulement de la lymphe dans les ganglions lymphatiques du petit bassin. En présence d'adénocarcinome modérément différencié de l'utérus, des métastases, d'origine lymphatique, sont détectées chez 9% des femmes malades. Dans la très grande majorité des cas, les métastases ne sont pas détectées chez les jeunes femmes avant l'âge de 30 ans;
  • adénocarcinome utérin mal différencié, qui est le troisième degré histopathologique du cancer de l'utérus. Un néoplasme oncologique comprend un ensemble de cellules qui se présentent sous la forme de rayures ou de masses de forme irrégulière. La mucine intracellulaire n'apparaît que dans un cas sur deux.

Parfois, le cytoplasme cellulaire comprend un contenu oxyphilique, léger, mousseux avec une grande quantité de glycogène ou saturé de lipides.

Avec un adénocarcinome utérin mal différencié, un polymorphisme cellulaire prononcé est révélé. La présence d'une malignité évidente est notée, exprimée par la formation de tissus qui ont été soumis à des changements pathologiques. Dans ce cas, la prévision est la moins favorable. La probabilité de développer une invasion profonde du myomètre est 3 à 4 fois plus élevée et le risque de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux est 16 à 18 fois plus élevé par rapport à l'adénocarcinome de l'utérus d'un degré de différenciation plus élevé.

Types d'adénocarcinome non énodométrioïdes

La défaite de la couche musculaire plus profonde se produit moins souvent et son identification est difficile en raison de la difficulté à prélever des échantillons de tissus. En cas de lésions musculaires et d'autres couches du corps de l'utérus, on distingue les types d'adénocarcinome non endométrioïdes:

  • séreux, dont le développement n'a aucun rapport avec un excès d'œstrogène. Il est très agressif et cancéreux. Il capture les structures papillaires et glandulaires. Les cellules atypiques sont caractérisées par la possession d'une forme arrondie, ayant un gros ou plusieurs noyaux. On note la présence d'une tendance à une reproduction rapide;
  • cellule claire, qui affecte les glandulocytes et les structures glandulaires. Par le type de changement cellulaire, le degré de malignité est déterminé et une prédiction de l'issue possible de la maladie est faite. Le taux de survie à cinq ans varie de 34 à 75%;
  • mucineux, caractérisé par la présence d'une grande quantité de mucine dans les cellules et de multiples cavités kystiques. Se compose de nœuds avec des limites floues floues. Ce type d'adénocarcinome ne répond pas à la radiothérapie. Il existe une probabilité très élevée de rechute et de métastase aux ganglions lymphatiques régionaux;
  • cellule squameuse, rencontrée assez rarement, plus souvent dans le contexte de la présence d'un cancer du cou de l'endomètre;
  • mixte, qui est diagnostiquée lorsque plusieurs types de cellules d'une tumeur sont détectés.

Raisons du développement de l'adénocarcinome utérin

En règle générale, le développement du cancer de l'endomètre et du cancer du corps utérin survient chez les femmes ménopausées, après 50 à 65 ans.

Les raisons du développement d'un adénocarcinome utérin peuvent être:

  • la présence d'obésité;
  • identification du diabète sucré;
  • diagnostic d'hypertension;
  • la présence d'un taux accru d'œstrogènes dans le sang;
  • l'apparition de la ménopause tardive;
  • diagnostic d'infertilité;
  • détection d'un cancer de l'ovaire ou du sein chez une femme ou des parents proches;
  • traitement du cancer du sein avec le tamoxifène pendant plus de 5 ans;
  • diagnostiquer le cancer de l'endomètre chez une mère ou une sœur.

Les symptômes de l'adénocarcinome de l'utérus

Dans la plupart des cas, le développement du cancer de l'endomètre est précédé par le transfert de maladies de fond et précancéreuses de l'endomètre: polypes de l'endomètre, adénomatose de l'endomètre. Les symptômes de l'adénocarcinome utérin peuvent inclure:

  • l'apparition de saignements utérins chez la femme pendant la ménopause;
  • la survenue de saignements menstruels prolongés et abondants chez les jeunes femmes qui ne sont pas encore ménopausées;
  • l'apparition de douleurs constantes dans le bas du dos.

Pendant longtemps, le cancer du corps de l'utérus peut être asymptomatique, mais la maladie se manifeste aussi souvent par la survenue de saignements utérins, une augmentation de la taille de l'abdomen ou l'apparition de maux de dos.

Grâce à des visites préventives régulières chez le gynécologue, le cancer de l'utérus peut être détecté à un stade précoce, lorsqu'il est possible d'arrêter la maladie.

Diagnostic de l'adénocarcinome utérin

En cas de saignement utérin chez les femmes ménopausées, il est conseillé de consulter d'urgence un gynécologue qui effectuera toutes les études nécessaires et établira la cause du saignement. Les principales méthodes de diagnostic de l'adénocarcinome de l'utérus comprennent:

  • effectuer un examen gynécologique, à l'aide duquel le gynécologue est en mesure de sonder une formation volumétrique dans l'utérus. En cas de détection de tout écart par rapport à la norme, le médecin prescrit des recherches supplémentaires;
  • effectuer une échographie des organes pelviens, grâce à laquelle, dans le cancer de l'endomètre, un épaississement de la couche interne de l'utérus est révélé. Dans le cas des polypes dans la cavité utérine, l'échographie révèle la présence d'excroissances limitées de l'endomètre. Si le diagnostic de cancer de l'endomètre a déjà été établi, à l'aide de l'échographie des organes pelviens, une recherche de métastases est effectuée;
  • effectuer un curetage diagnostique de la cavité utérine, grâce auquel la muqueuse interne de l'utérus (endomètre) est grattée par le gynécologue à l'aide d'instruments spéciaux. Le matériau résultant est ensuite examiné au microscope. Dans le cas du cancer de l'endomètre, des cellules cancéreuses sont détectées;
  • effectuer une hystéroscopie avec biopsie de l'endomètre, qui est une méthode moderne de diagnostic du cancer de l'endomètre. Pour sa mise en œuvre, un dispositif optique spécial (hystéroscope) est utilisé, qui est inséré dans la cavité utérine. Au cours de l'hystéroscopie, le médecin évalue la structure de l'endomètre, puis une biopsie de la zone suspecte est effectuée (à l'aide de petites pinces, un morceau de l'endomètre est déchiré). Le matériel résultant est ensuite examiné au microscope pour identifier les cellules cancéreuses..

Traitement de l'adénocarcinome de l'utérus

Le traitement du cancer de l'utérus (endomètre) est prescrit en fonction du stade du processus.

ÉTAPE I. Le traitement de l'adénocarcinome utérin du premier stade comprend généralement une opération visant à enlever l'utérus et ses appendices.

II ÉTAPE. Au stade 2 de l'adénocarcinome de l'utérus, l'utérus, les appendices et les ganglions lymphatiques environnants, dans lesquels des métastases ont été identifiées, sont enlevés.

Le traitement du cancer de l'endomètre à un stade avancé est dans la plupart des cas effectué à l'aide d'une radiothérapie, au cours de laquelle l'utérus est irradié, ou d'une chimiothérapie, ce qui signifie un traitement médicamenteux. Dans ce cas, le cisplatine, le carboplatine, la doxorubicine et d'autres médicaments peuvent être utilisés.

Prévoir

ÉTAPE I. Si une croissance cancéreuse a été détectée et diagnostiquée au premier stade, le pronostic de l'adénocarcinome utérin est le plus favorable. Dans ce cas, il existe une possibilité de guérison complète, qui peut survenir après l'intervention chirurgicale. Dans le même temps, l'opération ne diffère pas par un degré de gravité élevé et un traitement approprié suit. Une femme peut reprendre une vie normale en moins d'un an.

II ÉTAPE. Si un adénocarcinome de l'utérus a été détecté au deuxième stade, le traitement de la maladie se heurte à des difficultés importantes, car il faut faire face à un vaste champ chirurgical et un long cours de radiologie et de chimiothérapie est nécessaire pour la période postopératoire. Souvent, avec le degré de lésion de l'utérus à ce stade, son élimination complète est nécessaire, ce qui fait que la femme perd la capacité d'avoir des enfants et provoque un fort déséquilibre hormonal. La durée du cours de récupération peut aller jusqu'à 3 ans et, par conséquent, il est impossible d'atteindre pleinement l'état de santé du corps, qui était avant la maladie..

III ÉTAPE. Le pronostic de l'adénocarcinome de l'utérus lorsque la maladie est détectée au troisième stade est aggravé par le fait qu'en cas de métastases sévères, en plus de l'ablation de l'utérus, il est nécessaire de retirer une partie du vagin ou tout le vagin. Même après 3 ans de période de récupération, une récupération complète est impossible.

ÉTAPE IV. Dans le traitement du quatrième stade de l'adénocarcinome utérin, une lutte est menée pour la vie du patient. Grâce à la mise en œuvre de mesures de récupération, il est possible d'obtenir un certain effet positif, mais à l'avenir, la vie est associée à la présence de nombreux facteurs aggravants.

La prévention

Il n'y a aucun moyen d'éviter complètement l'apparition et le développement de cancers utérins, mais si certaines mesures et certains principes sont observés, le risque de développer une oncologie utérine peut être minimisé.

Pour la prévention de l'adénocarcinome de l'utérus, il est important de maintenir un poids corporel optimal, afin de maintenir l'indice de masse dans la plage normale. Pour maintenir un poids corporel approprié, il est recommandé à une femme de maintenir un mode de vie actif, d'augmenter la teneur en fruits et légumes frais de son alimentation et d'optimiser l'apport quotidien en calories..

La probabilité de développer des maladies oncologiques diminue avec une diminution de l'intensité des facteurs cancérigènes dans l'air, dans les salles de travail.

La prévention de la survenue d'un adénocarcinome de l'utérus n'est efficace que si une femme de 30 ans et plus subit un examen préventif régulier par un gynécologue au moins 2 fois par an. Il est nécessaire de consulter systématiquement une femme médecin dès le début de l'activité sexuelle. Grâce à la mise en œuvre de tels examens, il est possible de détecter la maladie à un stade précoce, qui précède le développement d'un cancer..

Adénocarcinome de l'utérus

Dans la pratique gynécologique, une maladie telle que l'adénocarcinome de l'utérus est souvent rencontrée. Le processus oncologique commence à se développer à partir de l'épithélium glandulaire de l'organe génital. La pathologie est caractérisée par une longue période asymptomatique et un diagnostic tardif..

Description et statistiques

Le cancer glandulaire des organes reproducteurs des femmes en oncologie est représenté par un large groupe de maladies malignes. Des adénocarcinomes peuvent survenir dans l'endomètre de l'utérus, du col de l'utérus et des ovaires. Tous ces tissus ont des cellules de l'épithélium glandulaire qui produisent des sécrétions muqueuses ou d'autres liquides. Si elles deviennent malignes, les cellules commencent à se diviser de manière incontrôlable et donnent naissance à une tumeur cancéreuse..

En règle générale, la maladie utérine survient chez les femmes avant ou immédiatement après la ménopause. Si nous parlons d'un patient en âge de procréer, le principal symptôme de la pathologie est un saignement abondant pendant la menstruation. Avec le début de la ménopause, le cycle s'arrête, mais la femme peut également avoir des saignements utérins, inhabituels pour cette période..

Code CIM-10: C54.1 Tumeur maligne de l'endomètre de l'utérus.

Les causes

L'adénocarcinome utérin est une tumeur hormono-dépendante. Les cellules glandulaires de l'endomètre - la couche interne de l'organe - subissent une tumeur maligne et une prolifération pathologique s'il y a des perturbations dans la production d'œstrogènes. Avec une forte augmentation de son titre, l'épithélium se développe, dans le contexte duquel le risque de développer un processus tumoral, à la fois bénin et malin, augmente..

Listons les facteurs qui peuvent être des précurseurs ou provoquer un adénocarcinome utérin:

  • Anovulation. Une condition dans laquelle les ovaires ne fonctionnent pas bien.
  • Infertilité associée à des problèmes organiques dans le système reproducteur.
  • Début précoce des règles ou postménopause tardive. Ces phénomènes sont le résultat d'une synthèse excessive d'œstrogènes. Si les premières règles d'une fille ont commencé avant l'âge de 12 ans ou si une femme est confrontée à une ménopause tardive, nous parlons de l'effet accru des hormones sexuelles sur la couche endométriale de l'utérus. Ce fait est une condition préalable au développement de tumeurs malignes..
  • Troubles du cycle menstruel. Cette condition est généralement associée à la suppression de la fonction ovulatoire des ovaires, qui se produit dans le contexte d'un faible taux de progestérone et d'un taux accru d'œstrogènes..
  • Obésité. Les scientifiques ont prouvé que les lipides peuvent produire des hormones sexuelles.
  • Absence de travail dans l'anamnèse. Si une femme n'a jamais accouché, la probabilité de maladies oncologiques du système reproducteur augmente considérablement.
  • Thérapie hormonale. En fonction de la durée de la prise des médicaments et de leur posologie, le risque de pathologies cancéreuses est calculé.
  • Tumeurs bénignes. Si de tels changements sont présents dans les appendices ou l'utérus, ils peuvent produire des hormones, par conséquent, un traitement obligatoire est nécessaire.
  • Ovaire polykystique.
  • Hypertension.
  • Hérédité défavorable.

D'autres facteurs cancérigènes peuvent provoquer un adénocarcinome utérin, par exemple des addictions, une mauvaise alimentation, des activités professionnelles dans des industries dangereuses, etc..

Qui est à risque?

Les femmes en surpoids souffrant de troubles métaboliques sont sujettes à la maladie, selon les experts. Les patients ayant un indice de masse corporelle augmenté et une obésité du 2e et du 3e degré devraient consulter le gynécologue plus souvent pour exclure les troubles du système reproducteur. Les femmes qui n'ont jamais accouché sont également à risque.

Classification du système TNM international

En oncologie clinique, une gradation des maladies oncologiques selon le système TNM est utilisée. Il peut être utilisé pour évaluer la propagation de la tumeur primaire (T), les lésions des ganglions lymphatiques (N) et la présence ou l'absence de métastases à distance (M).

Considérez dans le tableau suivant la classification des adénocarcinomes utérins.

ÉtapesT - tumeur primaireN - ganglions lymphatiquesM - métastases à distance
0 (Tis)In situN0M0
IAT1aN0M0
IBT1bN0M0
ICT1cN0M0
IIAT1aN0M0
IIBT2bN0M0
IIIAT3aN0M0
IIIBT3bN0M0
IIICT3bN1M0
IVT4N toutM1

Voyons à quoi ressemble le décryptage pour la table.

T - tumeur primaire:

  • T0 - carcinome non invasif situé à la surface de la membrane muqueuse du corps ou dans le canal cervical du col de l'utérus, stade in situ (en substance);
  • T1a - la tumeur pénètre moins de la moitié dans l'épaisseur de l'endomètre;
  • T1b - la tumeur s'infiltre dans plus de la moitié de l'endomètre;
  • T1c - le néoplasme se développe à travers toute la couche endométrioïde, atteignant le myomètre;
  • T2a - la tumeur pénètre dans l'endocol;
  • T2b - le cancer se propage au col de l'utérus;
  • T3a - le néoplasme se développe à travers la membrane séreuse de l'organe et se métastase vers les ovaires;
  • T3b - la tumeur se propage dans le vagin;
  • T4 - la tumeur se propage aux parois de la vessie et des intestins.

N - dommages aux ganglions lymphatiques:

  • N0 - non affecté;
  • N1 - des cellules malignes se trouvent dans la structure des ganglions lymphatiques pelviens et para-aortiques.

M - métastases à distance:

  • М0 - absent;
  • M1 - différentes structures anatomiques sont affectées.

Étapes

Il existe plusieurs stades d'adénocarcinome utérin. Considérez-les dans le tableau suivant.

ÉtapesLa description
jeÀ partir de la membrane muqueuse, le carcinome se propage dans la paroi de l'organe génital. Habituellement, l'apparition d'une tumeur et son invasion se produisent au bas de l'utérus. Il n'y a aucun symptôme clinique à ce stade. Les chances d'arrêter le processus oncologique et de guérir la maladie lors du diagnostic au premier stade sont de 87%.
IIEn plus du corps de l'utérus, la tumeur se propage à sa partie cervicale. Dans ce cas, les organes voisins, en règle générale, ne sont pas affectés. Le pronostic du traitement à ce stade est de 76% favorable..
IIILa croissance invasive de la tumeur se poursuit, la pathologie capture les organes internes adjacents - les ovaires, le vagin et les ganglions lymphatiques. Les signes cliniques d'adénocarcinome augmentent. C'est à ce stade que le processus malin est le plus souvent détecté. Le pronostic estimé pour une guérison est de 63%.
IVLe néoplasme, en plus d'affecter les organes voisins, propage intensivement les métastases. Le processus oncologique se trouve dans des parties éloignées du corps, ce qui aggrave considérablement le bien-être du patient. Le pronostic de survie à ce stade a été réduit à 37%.

En fonction du stade de la maladie diagnostiqué chez une femme, la question des méthodes de traitement est décidée - conservatrice ou radicale.

Symptômes

Chez les patientes en âge de procréer, avec le développement d'un adénocarcinome de l'utérus, des menstruations pathologiquement prolongées et abondantes apparaissent, ainsi que des saignements entre elles pendant le cycle. Chez les femmes plus âgées avec le début de la ménopause, un signe d'un processus malin dans les organes génitaux est la reprise des «menstruations» après une absence prolongée.

Les symptômes courants de l'adénocarcinome utérin seront les suivants:

  • troubles du cycle menstruel;
  • douleurs constantes dans le bas de l'abdomen;
  • menstruations abondantes;
  • saignements utérins pendant la ménopause;
  • température subfébrile;
  • douleur pendant et après les rapports sexuels;
  • hypertrophie de l'abdomen;
  • fatigue accrue, faiblesse;
  • troubles du sommeil, inconfort psychologique.

Si la tumeur se propage à l'extérieur de l'utérus, les patients se plaignent de l'apparition d'un inconfort dans la région périnéale, qui s'intensifie pendant la miction, la défécation ou pendant les rapports sexuels. De plus, après un contact intime, les saignements vaginaux deviennent prononcés..

Types, types, formes

Les degrés de différenciation suivants du cancer de l'endomètre sont distingués:

  • Adénocarcinome utérin hautement différencié. La tumeur est caractérisée par un polymorphisme minimal, c'est-à-dire qu'il y a peu de cellules atypiques et qu'elles ne diffèrent pratiquement pas des cellules saines. Compte tenu de cela, le diagnostic différentiel du processus oncologique est difficile. Avec un adénocarcinome hautement différencié, le processus malin est réparti superficiellement dans l'endomètre de l'utérus. La probabilité de développer des complications et des métastases d'origine lymphogène est de 1%.
  • Adénocarcinome utérin modérément différencié. La tumeur est caractérisée par une teneur accrue en structures cellulaires anormales. Par rapport à la forme précédente, il y a beaucoup plus d'éléments atypiques dans sa structure. Le degré de malignité de l'adénocarcinome modérément différencié de l'utérus augmente et, par conséquent, le risque de complications et d'effets secondaires augmente jusqu'à 9%, par exemple sous la forme de métastases lymphogènes du processus oncologique.
  • Adénocarcinome mal différencié. Du point de vue de l'histologie, il représente le troisième stade du cancer de l'utérus. La tumeur est caractérisée par un polymorphisme prononcé des cellules cancéreuses. Ils ont une forte malignité, une absorption rapide et volumétrique des tissus sains. L'adénocarcinome d'un faible degré de différenciation est un néoplasme peu favorable, du point de vue d'une issue présomptive, car à ce stade, le fait de métastases tumorales aux ganglions lymphatiques régionaux et aux structures anatomiques distantes est inévitable.

La défaite du myomètre de l'utérus se produit moins souvent et sa détection entraîne des difficultés avec le prélèvement d'échantillons dans les couches profondes de l'organe. En ce qui concerne les dommages aux membranes musculaires, séreuses et autres, en oncologie clinique, la cytologie des adénocarcinomes est classée selon la cytologie. Considérez-les:

  • Adénocarcinome de l'endomètre de l'utérus. La maladie la plus courante survient dans 75% des cas. Le processus oncologique se développe dans le myomètre de l'utérus superficiellement, par conséquent, avec une détection rapide, il a des données pronostiques favorables.
  • Adénocarcinome séreux de l'utérus. Une forme agressive de cancer qui n'est pas associée à un excès de titre d'oestrogène dans le corps. Il est détecté dans 7 à 9% des cas. A une forte ressemblance avec le carcinome des ovaires et des trompes de Fallope. Les cellules cancéreuses sont sujettes à une division rapide. Il survient principalement chez les patients âgés.
  • Effacer la cellule. Se compose de cellules légères semblables à des ongles. Il a tendance à des métastases d'implantation précoce aux membranes séreuses de la cavité abdominale. Mauvais pronostic - le taux de survie à 5 ans chez les patients n'est pas supérieur à 35%.
  • Adénocarcinome papillaire de l'utérus. La tumeur est formée par des excroissances papillaires - papillomes, par conséquent, selon les signes externes, elle ressemble à un chou-fleur. Le pronostic est défavorable, car le processus oncologique a une croissance invasive rapide.
  • Mucineux. Elle diffère des autres tumeurs par un pourcentage important de mucine dans les cellules et de nombreuses cavités kystiques. Le néoplasme se compose de nœuds qui ont des limites floues. Ce type d'adénocarcinome ne peut pas être traité par radiothérapie. Risque élevé de récidive et de métastases lymphogènes.
  • Squamous. Ce processus malin est rare. Habituellement, le développement d'un adénocarcinome dans ce cas est précédé d'un cancer de l'endomètre du col de l'utérus..
  • Mixte. Cette tumeur comprend divers groupes de cellules cancéreuses, ce qui complique considérablement le diagnostic. À mesure que la maladie progresse, le pronostic est généralement mauvais.

Adénocarcinome du col de l'utérus. La partie cervicale de l'organe génital est tapissée d'épithélium de l'intérieur. Par conséquent, le processus oncologique peut commencer dans cette zone, puis pénétrer dans son corps. L'adénocarcinome affecte les cellules glandulaires productrices de mucus du col de l'utérus.

Il est possible de diagnostiquer un processus malin lors d'un examen gynécologique standard. Si le médecin soupçonne une tumeur, il prescrira une étude cytologique utilisant le test de Papanicolaou.

L'adénocarcinome du col de l'utérus est dangereux pour une longue évolution asymptomatique. Le cancer n'affecte pratiquement pas le bien-être du patient. Par conséquent, il est important de subir régulièrement des examens préventifs avec un gynécologue afin d'identifier en temps opportun les écarts de ce type et de commencer leur traitement..

Adénocarcinome du corps de l'utérus. Une tumeur qui affecte le corps de l'organe génital se développe dans toutes ses couches. Dans 50% des cas, le processus oncologique débute dans le fond utérin. En règle générale, l'adénocarcinome utérin se développe chez les femmes en âge de procréer entre 20 et 40 ans, lorsque la synthèse des œstrogènes est la plus élevée et que les chances de concevoir un enfant sont élevées. Pour confirmer le diagnostic, le médecin prélève un grattage de la lésion présumée pour un examen ultérieur du biomatériau pour l'atypie. Mais le diagnostic de la maladie est souvent compliqué par la localisation de la tumeur dans les couches profondes du corps de l'utérus, et par conséquent, le processus oncologique peut s'avérer non confirmé, puis commencé.

La différence entre l'adénocarcinome de l'utérus et le carcinome

Le carcinome est une tumeur maligne qui affecte les cellules épithéliales de la peau et les membranes qui tapissent les organes internes. Il peut commencer son développement dans n'importe quelle structure anatomique du corps humain où se trouve un épithélium..

Diagnostique

Lorsque des saignements utérins anormaux surviennent à la fois chez les femmes en âge de procréer et pendant la ménopause, une visite urgente chez un gynécologue est recommandée, qui prescrira l'ensemble des examens nécessaires pour découvrir la cause de cette affection..

Les principales méthodes de diagnostic pour un cancer utérin suspecté sont:

  • Examen gynécologique. Pendant ce temps, le médecin peut sentir un sceau dans la paroi de l'utérus. S'il est trouvé, des études supplémentaires sont nécessairement attribuées.
  • Ultrason. Le diagnostic par échographie de l'état des organes pelviens dans l'adénocarcinome de l'endomètre peut révéler un épaississement de la couche interne de l'utérus et la présence de polyposes limitées. Si le diagnostic a déjà été établi, au moyen d'une échographie, le médecin commence à rechercher des métastases et évalue les dommages aux structures anatomiques les plus proches.
  • Curetage diagnostique ou curetage. Elle est réalisée par un médecin à l'aide d'instruments spéciaux. Au cours de la procédure, l'endomètre de l'utérus est retiré. Ensuite, le biomatériau résultant est examiné au microscope, avec un adénocarcinome, des cellules malignes y sont détectées.
  • Hystéroscopie avec biopsie. Une méthode moderne pour le diagnostic du cancer de l'endomètre. Pour sa mise en œuvre, un dispositif spécial, un hystéroscope, est utilisé, qui doit être inséré directement dans la cavité utérine. À ce stade, le médecin évalue la structure structurelle de la muqueuse interne de l'organe et effectue une biopsie des zones les plus suspectes - un morceau d'endomètre est déchiré avec de petites pinces et placé sous verre. A l'avenir, le matériau obtenu est examiné au microscope en laboratoire, l'analyse permet d'identifier les cellules atypiques.

Traitement

La lutte contre l'adénocarcinome utérin implique l'utilisation de diverses techniques et approches thérapeutiques, dont la faisabilité est déterminée par des facteurs tels que:

  • l'âge du patient;
  • stade du processus oncologique;
  • maladies accompagnantes;
  • fait de métastases.

Première étape. Au tout début de la pathologie, le traitement est effectué à l'aide d'une opération au cours de laquelle l'organe génital est prélevé avec les appendices - les ovaires et les trompes de Fallope.

Deuxième étape. En plus de la résection de l'utérus et des structures anatomiques associées, le médecin retire les ganglions lymphatiques régionaux. Cette décision est due au fait que la probabilité d'endommagement de leurs cellules atypiques est trop élevée.

Troisième et quatrième étapes. La chirurgie n'est pas toujours utilisée dans le traitement. À ce stade, de nombreuses femmes ne le voient pas. Par conséquent, d'autres méthodes peuvent être utilisées, telles que la chimiothérapie et la radiothérapie..

Radiothérapie. Il s'agit d'un cours d'exposition à haute dose aux rayons X sur le foyer du cancer. À la suite de cette procédure, la tumeur se désintègre et les cellules malignes sont détruites jusqu'au développement de la rémission de la maladie. La méthode peut être appliquée au stade de la préparation de l'opération, car elle aide à réduire considérablement la taille du foyer oncologique, et après.

Chimiothérapie. En tant que méthode thérapeutique, il affecte délibérément l'adénocarcinome de l'utérus, contribuant à sa destruction. Dans les schémas de lutte contre cette pathologie, des agents cytotoxiques tels que la "doxorubicine", le "cisplatine", le "carboplatine" et autres sont utilisés.

Interventions chirurgicales préservant les organes. Avec cette maladie, ils ne sont pratiquement pas utilisés. Cela est possible à condition que la femme soit très jeune et n'ait pas encore d'enfants et que la tumeur en soit à son stade primaire de développement. La conisation, ou excision, d'une partie du col de l'utérus touchée par le cancer peut également être réalisée si un adénocarcinome est diagnostiqué dans l'endomètre de cette zone..

L'oncologie ne disparaît pas d'elle-même. La maladie doit être traitée et plus l'assistance est fournie tôt et de manière plus approfondie, plus le taux de mortalité des patients est faible.

Une méthode auxiliaire de thérapie est la nomination d'hormones. Il est indiqué lorsqu'il s'agit d'une tumeur œstrogéno-dépendante de l'épithélium glandulaire. En cas de métastases à distance, le traitement chirurgical devient automatiquement inefficace.

Processus de récupération après traitement

La durée de la période de rééducation après la chirurgie et les cours de chimiothérapie et de radiothérapie dépend des caractéristiques individuelles d'un patient particulier et du stade de la maladie auquel le traitement a été effectué. Comme le montre la pratique, la sortie de l'hôpital peut avoir lieu dans les 7 à 10 jours, mais une femme aura besoin d'au moins 6 à 8 semaines pour retrouver ses forces et son bien-être général..

Dans les premiers jours suivant l'opération, de nombreux patients se plaignent d'inconfort, de douleurs dans le bas de l'abdomen et d'une faiblesse sévère. Les nausées, les difficultés à uriner et les selles naturelles sont fréquentes. Tous ces phénomènes sont réversibles, ils passent rapidement après une courte période de temps..

L'ablation de l'utérus et des appendices peut provoquer des effets secondaires tels qu'une modification brutale des niveaux hormonaux dans le corps en raison d'une baisse du niveau d'hormones sexuelles. Les symptômes dans ce cas seront typiques de l'apparition de la ménopause: une femme commence à ressentir des bouffées de chaleur systématiques et des sueurs nocturnes, une sécheresse excessive du vagin, un vieillissement rapide de la peau, des problèmes de cheveux, etc. L'état psychologique en souffre également - une humeur positive est souvent remplacée par de l'irritabilité, une colère déraisonnable et dépressions nerveuses. Une thérapie de remplacement est prescrite pour optimiser l'équilibre hormonal dans le corps et éliminer les phénomènes indésirables..

Régime

Il est conseillé à toutes les personnes atteintes de pathologies cancéreuses de suivre un régime spécial pour minimiser la quantité de toxines dans le corps et normaliser le métabolisme. Pour cela, il est nécessaire d'exclure les pesticides de l'alimentation, d'abandonner les produits potentiellement dangereux (nouilles instantanées, mayonnaise, etc.), de boire de l'eau propre en quantité suffisante, d'acheter des produits auprès de fabricants de confiance et d'introduire des fibres végétales et des antioxydants qui détruisent les radicaux libres dans le menu quotidien..

Il est conseillé aux femmes atteintes d'adénocarcinome de l'endomètre de consommer 5 portions de fruits et légumes chaque jour, d'abandonner l'alcool et de trop manger.

Il est conseillé d'inclure les aliments suivants dans l'alimentation:

  • thé vert;
  • curcuma, curry;
  • les graines de soja;
  • pois, haricots;
  • tomates;
  • Ail;
  • chou;
  • gingembre;
  • framboises;
  • des fraises;
  • myrtilles;
  • les raisins;
  • des noisettes;
  • menthe;
  • poisson et fruits de mer;
  • viande diététique;
  • kéfir, fromage cottage, fromage.

Les produits énumérés ci-dessus sont à la base d'une bonne nutrition, leur effet sur le corps peut être comparé à l'option thérapeutique. Par conséquent, afin d'augmenter les chances de récupération, il est important de les inclure dans votre menu tous les jours, et il est préférable de commencer la journée avec une tasse de thé vert avec une tranche de gingembre..

L'évolution et le traitement de la maladie chez les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées

Les enfants. L'adénocarcinome de l'utérus dans l'enfance ne se produit pratiquement pas. Il n'y a que quelques cas de cancer de l'endomètre chez les filles de moins de 14 ans. Le principal symptôme de la maladie de l'enfant était le saignement utérin, qui, malheureusement, s'est produit aux derniers stades du processus oncologique et, par conséquent, le diagnostic de la pathologie a été effectué trop tard. Les principes de traitement dans ce cas restent les mêmes que pour les femmes adultes. Seuls quelques patients pédiatriques ont réussi à vivre plus de 5 ans.

Grossesse. Chez la femme enceinte, l'oncologie de l'endomètre de l'utérus et de son col utérin se produit dans 10 cas pour 100 000. La maladie est généralement détectée à un stade précoce, mais commence à progresser rapidement en raison de modifications du fond hormonal. Le principal symptôme est un écoulement vaginal sanglant. Lorsqu'un processus oncologique est détecté, les principes du traitement dépendent de la volonté de la femme de maintenir la grossesse. Si une décision est prise de donner naissance à un enfant, des tactiques dans l'expectative sont pratiquées jusqu'au troisième trimestre. L'accouchement se fait par césarienne. Ensuite, l'utérus et les ovaires sont immédiatement extirpés, ainsi que d'autres tissus affectés. Ensuite, le traitement se poursuit selon le schéma recommandé..

Âge avancé. Chez les femmes âgées, l'adénocarcinome utérin est le plus souvent détecté. Plus la patiente est âgée, plus elle est susceptible de faire face à un processus oncologique dans les organes du système reproducteur. Le principal symptôme de la maladie, comme dans d'autres groupes d'âge, est le saignement utérin. Ce n'est pas courant après la ménopause, il est donc important de consulter un médecin le plus tôt possible. Le traitement est effectué selon des principes généraux. Cela dépend du stade du processus oncologique, de la présence de contre-indications chez le patient, de la détection des métastases.

Traitement de l'adénocarcinome de l'utérus en Russie, en Israël et en Allemagne

L'adénocarcinome de l'utérus dans le monde occupe le quatrième rang en termes de prévalence parmi les autres cancers. Nous vous invitons à découvrir comment ils sont aux prises avec ce diagnostic dans différentes parties du monde.

Traitement en Russie

Dans ce pays, la médecine ne s'arrête pas, tant de cancers ne sont pas condamnés à mort, à condition qu'une personne ait demandé de l'aide à temps. Le traitement de l'adénocarcinome de l'utérus est effectué en tenant compte du stade de la maladie et de l'âge de la femme. La principale méthode de lutte contre les tumeurs malignes en Russie est l'intervention chirurgicale..

Si vous retirez le néoplasme de l'utérus à un stade précoce, vous pouvez compter en toute confiance sur un pronostic positif. L'irradiation des organes pelviens est réalisée pour la préparation préopératoire et en présence de lésions métastatiques des ganglions lymphatiques.

La chimiothérapie est largement utilisée pour inhiber la croissance et le développement des tumeurs. Malgré le fait que de nouvelles technologies sont introduites dans la pratique oncologique partout dans le monde, le traitement par chimiothérapie ne perd pas sa pertinence..

Les hormones sont une méthode d'influence auxiliaire qui augmente l'efficacité globale du traitement. Mais quel que soit le protocole de traitement, avant sa nomination dans les centres de cancérologie russes, publics et privés, un examen complet complet est effectué pour clarifier le diagnostic.

Le coût de la thérapie est calculé sur une base individuelle, tandis qu'une partie des mesures diagnostiques et thérapeutiques peut être prise dans le cadre d'un quota entièrement gratuit à la décision du patient. Sur l'exemple de la clinique de Moscou "Medis", des diagnostics complexes coûteront à une femme 35 mille roubles, une opération radicale - l'hystérectomie avec ablation de l'utérus et des appendices sera de 600 mille roubles.

Quelles institutions médicales en Russie puis-je contacter?

  • Clinique "Medis", Moscou. Basé sur l'expérience de la médecine israélienne. La qualité des services est effectuée selon les normes internationales JCI.
  • City Clinical Hospital (GKB) eux. S.P. Botkin, Moscou. La plus grande institution multidisciplinaire du pays. C'est une base moderne pour le diagnostic et le traitement de tous les types de maladies oncologiques.
  • Centre national de recherche médicale (NMRC) d'oncologie nommé d'après N. N. Petrov, Saint-Pétersbourg. Centre scientifique et médical fédéral de Russie, fournissant une assistance spécialisée et de haute technologie conformément aux normes mondiales.

Envisager des examens des établissements médicaux répertoriés.

Traitement en Allemagne

Dans les cliniques allemandes, l'adénocarcinome utérin est éliminé grâce à des techniques conservatrices et chirurgicales modernes. Les spécialistes de ce pays utilisent dans la pratique des médicaments de nouvelle génération et des échantillons de technologie, à l'aide desquels sont effectuées les manipulations médicales les plus complexes.

Avantages de la lutte contre l'adénocarcinome utérin en Allemagne:

  • 56% des femmes ont réussi à maintenir leur fertilité;
  • 72% des patients ont pu récupérer avec des méthodes non chirurgicales conservatrices;
  • 88% des femmes sont revenues à la vie après la thérapie.

La lutte contre le cancer de l'utérus dans les cliniques allemandes est menée par les méthodes suivantes:

  • l'hormonothérapie, lorsqu'il s'agit d'une production accrue d'œstrogènes;
  • radiothérapie - utilisée en association avec la chimiothérapie et la chirurgie;
  • chimiothérapie - est utilisée strictement avant la chirurgie et dans les derniers stades du processus oncologique;
  • opérations laparoscopiques et abdominales - leur objectif dépend de la propagation de la tumeur.

En outre, le traitement photodynamique et la curiethérapie peuvent être utilisés dans la lutte contre l'adénocarcinome utérin..

Le coût du diagnostic du cancer pour les femmes en Allemagne est de 4489 euros, dans certaines cliniques, la durée d'un examen complet ne dure pas plus de 24 heures. Le prix du traitement de l'adénocarcinome utérin est de 17 mille euros avec une hospitalisation de 19 jours ou plus.

Quelles cliniques en Allemagne puis-je contacter?

  • Hôpital universitaire "Rechts Der Isar", Munich. Ici, la thérapie de tous les types de maladies malignes est effectuée et les interventions chirurgicales les plus complexes sont effectuées, y compris celles de type préservant les organes..
  • Hôpital universitaire, Dusseldorf, Département d'oncologie. Le point fort de l'institution médicale est la combinaison réussie de traitements de haute qualité et de recherche scientifique. Grâce à cela, vous pouvez obtenir des résultats élevés dans la lutte contre le cancer..
  • Clinique "Helios", Düsseldorf. Une institution privée offrant un traitement ambulatoire et hospitalier complet, des soins palliatifs et de la réadaptation.

Pensez aux examens des cliniques répertoriées.

Traitement de l'adénocarcinome de l'utérus en Israël

Ce pays est considéré comme le meilleur dans la lutte contre le cancer. Cette opinion s'explique par le fait que des spécialistes hautement qualifiés y travaillent et utilisent des technologies de pointe visant à maintenir une qualité de vie élevée pour leurs patients..

Avantages de la thérapie du cancer de l'utérus dans les cliniques israéliennes:

  • Diagnostics précis. La plupart des hôpitaux et centres de cancérologie sont équipés d'équipements modernes. Les erreurs de recherche sont exclues ici.
  • Préservation de la fonction reproductrice. À un stade précoce de l'adénocarcinome de l'utérus, les spécialistes israéliens peuvent prescrire une hormonothérapie, qui vous permet de reporter le traitement chirurgical et de donner à une femme le temps de concevoir et de donner naissance à un bébé. Ceci est possible dans des conditions favorables..
  • Intervention chirurgicale mini-invasive. Fondamentalement, les opérations sur l'utérus sont effectuées par voie laparoscopique. L'organe génital est retiré par des perforations dans l'abdomen, ce qui raccourcit considérablement la période de récupération pour une femme.

Le diagnostic et le traitement productifs de l'adénocarcinome utérin sont dus au fait que les technologies médicales en Israël ne s'arrêtent pas - elles sont constamment améliorées. En moyenne, il faut 4 jours pour établir un diagnostic précis. Pendant ce temps, la femme subit le complexe d'examens nécessaires sous la forme d'un examen gynécologique, d'une biopsie tumorale, d'une hystéroscopie, d'une IRM et d'un scanner. Le quatrième jour, si le diagnostic est confirmé, le médecin sélectionne un traitement individuel, en tenant compte des facteurs de risque possibles et de l'âge du patient.

Le traitement de l'adénocarcinome repose principalement sur le fait que les conséquences de toute intervention n'affectent pas l'avenir du patient. Au stade précoce du processus oncologique, un séjour à l'hôpital ne prend pas plus de 2 jours. A ce stade, des techniques non chirurgicales sont utilisées, à savoir la radiothérapie, la chimiothérapie, la curiethérapie et le traitement hormonal. Ce dernier est utilisé si la tumeur est d'origine œstrogéno-dépendante et que la femme prévoit une grossesse et un accouchement dans un proche avenir..

À partir de la deuxième étape, les spécialistes ont recours à un traitement chirurgical. Le volume de l'intervention chirurgicale dépend de la propagation du processus oncologique, mais dans tous les cas, les chirurgiens israéliens essaient d'infliger moins de dommages au corps et d'effectuer l'opération de la manière la plus douce..

Le coût du traitement de l'adénocarcinome de l'utérus en Israël dépend du statut de l'institution médicale et du nombre d'interventions thérapeutiques requises. Par exemple, dans la plus grande clinique privée "Assuta", le diagnostic de la maladie coûtera à un patient de 6 mille dollars, une opération pour enlever l'utérus et les appendices - de 15 mille dollars, un cours de chimiothérapie à l'exclusion des médicaments - de 800 dollars.

Quelles institutions médicales en Israël puis-je contacter?

  • Clinique Assuta, Tel Aviv. Grand centre médical privé dans le pays. Le diagnostic et le traitement des maladies oncologiques sont effectués ici de manière flexible, ce qui réduit le temps passé en Israël et, par conséquent, les frais de service..
  • Clinique "Elisha", Haïfa. Un hôpital privé multidisciplinaire fournissant une assistance qualifiée dans tous les domaines de l'oncologie aux résidents locaux et aux citoyens étrangers.
  • Centre médical "Shaare Zedek", Jérusalem. Spécialisé dans le traitement des maladies oncologiques du sein, de l'utérus, des poumons, etc. Fournit une assistance appropriée aux patientes appliquées à un niveau élevé.

Envisager des examens des établissements médicaux répertoriés.

Complications

Si la maladie oncologique a été détectée en temps opportun, après un traitement adéquat, correspondant au stade de l'adénocarcinome, une période de rémission et de récupération du patient commence. Après environ un an, une femme peut commencer à mener une vie normale. Dans les derniers stades de la maladie, la guérison prend beaucoup plus de temps, mais il ne sera toujours pas possible de restaurer complètement la santé perdue.

Nous listons les principales complications de l'adénocarcinome endométrial:

  • inconfort constant et douleur dans le bas-ventre;
  • problèmes avec les intestins et la miction;
  • troubles hormonaux;
  • faiblesse générale, perte de force;
  • manque de libido et vie intime pleine;
  • infertilité.

Toutes ces conséquences sont difficiles à éliminer dans la mesure où une femme voudrait.

Rechutes

Le moment de survenue des rechutes après le traitement de l'adénocarcinome utérin est de 6 mois à 6 ans. Mais chez 60% des patients, le diagnostic secondaire d'oncopathologie intervient dans les 2 premières années. Après la résection de l'utérus, des rechutes se développent généralement dans le moignon vaginal et les ganglions lymphatiques du petit bassin.

En cas de rechute unique, l'hormonothérapie est prescrite en association avec la chirurgie et la radiothérapie, à condition qu'il n'y ait pas de contre-indications. Si nous parlons de métastases multiples ou de foyers de cancer secondaires, il est seulement recommandé de prendre des médicaments de substitution - progestatifs - à des doses accrues. L'efficacité de la thérapie est évaluée après 6-8 semaines. En cas de rémission ou de stabilisation du processus oncologique, le traitement hormonal est poursuivi dans le futur. La chimiothérapie est prescrite si les progestatifs sont inefficaces.

Prévoir

La prédiction de l'adénocarcinome de l'endomètre est considérée comme favorable si le processus malin a été diagnostiqué à un stade précoce, ainsi qu'en l'absence de métastases dans les ganglions lymphatiques et les organes distants. Considérez dans le tableau suivant quel est le taux de survie à 5 ans à différents stades de cette maladie..

ÉtapesPrévisions estimées
je90,00%
II75,00%
III50,00%
IV10,00%

Bien entendu, les chances que le patient vive plus longtemps sont plus élevées avec des tumeurs hautement différenciées que dans le cas de néoplasmes de bas grade..

La prévention

Il n'y a pas de mesures spéciales pour prévenir le développement d'un adénocarcinome de l'endomètre. Mais les chances de faire face à ce diagnostic sont considérablement réduites si une femme adhère aux recommandations suivantes tout au long de sa vie:

  • subir un examen gynécologique une fois tous les 6 mois;
  • échographie périodique des organes pelviens;
  • diagnostic et correction rapides de tout trouble endocrinien;
  • traitement obligatoire de toutes les conditions précancéreuses de l'utérus et de sa partie cervicale - dysplasie, fibromes, etc.
  • alimentation saine, rejet conscient des cancérogènes, additifs artificiels, etc.;
  • contrôle du poids, activité physique modérée;
  • un traitement adéquat des affections chroniques telles que l'hypertension, le diabète, etc..

Si la famille d'une femme a des cas de maladies oncologiques des glandes mammaires ou des organes reproducteurs, vous devez faire plus attention à votre propre santé, car le risque de tumeurs malignes dans ce cas est accru. Autrement dit, quel sera le pronostic de l'adénocarcinome utérin dépend en grande partie de la patiente elle-même..

Merci d'avoir pris le temps de répondre au sondage. L'opinion de chacun est importante pour nous.