Métastases pulmonaires: symptômes, stades et survie

Ostéome

Les métastases pulmonaires sont des amas de cellules cancéreuses qui se sont formées dans les poumons en raison de cancers du poumon ou d'autres organes. Ces cellules cancéreuses sont transportées par le système circulatoire à travers les vaisseaux (voie hématogène) ou à travers le liquide lymphatique à travers les ganglions lymphatiques (voie lymphogène).

Les métastases aux poumons pénètrent, en règle générale, avec des formes plus avancées de cancer, le troisième ou le quatrième. C'est le stade de la maladie cancéreuse, sa localisation et le taux de métastases qui déterminent le pronostic ultérieur de la vie..

  • Comment déterminer la présence de métastases, de symptômes
  • Projections de survie pour la détection des métastases primaires et secondaires

Causes de la maladie pulmonaire métastatique

La raison des métastases pulmonaires est le fait que le poumon est un organe composé de nombreux vaisseaux sanguins à travers lesquels le sang et la lymphe circulent. Grâce à ces fluides, les cellules cancéreuses pathogènes d'autres organes pénètrent dans les poumons..

Les statistiques montrent que le plus souvent le cancer du rein et du foie (sarcome) peut métastaser dans les poumons, mais d'autres types de cette maladie dangereuse peuvent également provoquer des métastases. Ceci, par exemple, peut être un cancer du sein, de l'ovaire, du col de l'utérus, de la vessie, de la peau, de l'estomac ou directement du poumon.

Il se trouve qu'ils surviennent à l'endroit où se trouvait la tumeur auparavant, et après son retrait, il y a eu une rechute. La présence ou l'absence de métastases peut également dépendre du tableau clinique général de la maladie, des composants immunitaires de l'histoire du patient..

Dans certains cas, une personne peut détecter des métastases pulmonaires aux premiers stades de la maladie (par exemple, dans le cancer du sein) et arrêter leur progression, et parfois elles peuvent passer inaperçues pendant une longue période.

Plus tôt les foyers de cellules cancéreuses sont diagnostiqués et le traitement démarré, plus le pronostic est favorable. Mais il n'est pas toujours possible de les diagnostiquer à un stade précoce. C'est le caractère insidieux de la maladie..

Dans les maladies oncologiques, les cellules cancéreuses forment un foyer principal dans l'organe dont le cancer est diagnostiqué. Par le sang ou la lymphe, les cellules cancéreuses peuvent être transportées vers les poumons, formant un foyer secondaire. Il existe plusieurs types de métastases:

  1. En fonction du type de métastases, les métastases focales ou infiltrantes sont distinguées.
  2. Par localisation - un et deux côtés.
  3. Grand et petit selon la taille.
  4. Par le nombre, simple (plusieurs pièces), simple focale (solitaire) et multiple.
  5. Par la nature de la propagation, médiastinale et disséminée.
  6. Les métastases pulmonaires se distinguent également par leur forme: pseudopneumatique, pleurale, nodulaire et mixte.
  7. Par sensibilité à la chimiothérapie: propice à la chimiothérapie et non susceptible.

La classification ci-dessus déterminera la stratégie de traitement ultérieure..

Étapes de la métastase

L'apparition de métastases est un processus séquentiel qui se manifeste en plusieurs étapes (étapes):

  1. La tumeur primaire atteint une certaine taille. Dans les premiers stades du cancer, la tumeur est de petite taille, il est donc fort probable que la maladie soit vaincue jusqu'à ce que la métastase commence.
  2. Si la maladie est devenue sévère et que la tumeur est répandue, certaines des cellules cancéreuses «se détachent» et pénètrent dans les poumons par le sang et la lymphe.
  3. Déjà dans les poumons, le processus de propagation secondaire des cellules cancéreuses commence, leur multiplication avec la formation d'un foyer oncologique.

Dans la pratique médicale, sa propre classification des stades du cancer, appelée TNM, est courante:

  1. Ensuite, le cancer est absent.
  2. Tis ou T1 - le cancer est présent, pas de métastases, la tumeur ne progresse pas.
  3. T2 - le cancer est détecté, des métastases sont présentes, mais dans le même organe, elles ne se propagent pas dans tout le corps.
  4. T3 - il y a un cancer, des métastases dans un organe, il y a une possibilité de foyers éloignés.
  5. T4 - il y a un cancer, des métastases répandues. Décès le plus souvent.

Conformément à cette classification, les étapes de la métastase sont déterminées - Mx, M0 et M1. Avec Mx, les métastases ne sont pas détectées, avec M1 il y a dans l'organe affecté par le cancer primaire, avec M2, des métastases à distance sont trouvées.

Le taux d'apparition des foyers dans les poumons, leur distribution et leur évolution dépendent du tableau clinique général de la maladie, de la localisation de la tumeur primaire, de son type, de l'âge du patient, des mesures de traitement prises, du degré de réponse des cellules cancéreuses à ce traitement.

Le traitement du cancer est de nature complexe, mais ses propres nuances, contrairement au type de cancer, à son stade, au degré de propagation et à la taille des métastases.

Après l'ablation chirurgicale de la tumeur primaire, la radiothérapie (radiothérapie) est largement utilisée, visant à affecter les foyers cancéreux par rayonnement. Il vise à arrêter la croissance des cellules pathogènes. La chimiothérapie est également utilisée pour combattre la maladie en arrêtant sa propagation..

La curiethérapie endobronchique a un effet direct sur les bronches - à l'aide d'un équipement spécial, des contenus radioactifs sont délivrés aux bronches. Si la tumeur est de nature hormonale, le traitement hormonal substitutif a un effet positif sur l'évolution de la maladie..

Au quatrième stade, les métastases secondaires et la tumeur primaire sont les plus difficiles à traiter, mais des techniques progressives telles que les neutrons et les rayons gamma apparaissent. Ils visent à éliminer la tumeur à l'aide du soi-disant couteau radioactif, en contournant les tissus sains.

Comment déterminer la présence de métastases, de symptômes

Au début, les métastases dans les poumons n'ont pas de manifestations prononcées. Le patient peut vivre dans l'ignorance totale. Une personne peut remarquer un essoufflement, auquel on ne prête souvent pas attention. Cependant, avec la progression de la maladie avec plusieurs ganglions métastatiques, il existe des symptômes tels qu'une toux, qui peut être sèche, persistante ou humide, avec des expectorations et des caillots sanguins..

Souvent, des douleurs thoraciques sont ressenties, non seulement lors des crises de toux, mais également pendant la respiration. L'essoufflement et la difficulté à respirer deviennent permanents, non seulement pendant l'effort physique, mais même au repos.

La conséquence des métastases peut être des manifestations fréquentes de maladies infectieuses affectant les poumons: bronchite, trachéite, pneumonie. La température corporelle peut également augmenter, une faiblesse générale du corps, une perte de poids et d'appétit peuvent être ressenties. La présence de ces symptômes indique le troisième ou quatrième stade de la maladie..

Les métastases pulmonaires peuvent présenter des symptômes similaires avec d'autres maladies bénignes et sans danger de mort: tumeurs pulmonaires bénignes, pneumonie, bronchite, tuberculose pulmonaire.

Au moindre soupçon de présence de métastases pulmonaires, une personne doit subir un examen complet, qui comprend un examen radiographique et fluorographique des poumons. La tomodensitométrie (TDM) ou l'imagerie par résonance magnétique (IRM) permet de détecter de très petites lésions.

Ces méthodes de diagnostic modernes peuvent détecter des foyers secondaires de moins de 0,3 mm. En plus des techniques matérielles, un examen cytologique des expectorations sécrétées est effectué, ainsi qu'une ponction du poumon.

Projections de survie pour la détection des métastases primaires et secondaires

L'espérance de vie d'un patient en présence de métastases dans les poumons dépend de la rapidité avec laquelle ils sont diagnostiqués. Un traitement précoce a un meilleur pronostic. Ainsi, en moyenne, une personne peut vivre 5 à 10 ans après le traitement..

La survie est également influencée par le facteur pour lequel le cancer d'organe a été diagnostiqué initialement. Pour le cancer du poumon, les prévisions sont décevantes, pas plus de trois ans. Avec des tumeurs du système génito-urinaire, beaucoup vivent jusqu'à 20 ans.

Les oncologues font des prédictions défavorables si des métastases sont apparues dans les poumons dans la première année suivant l'ablation de la tumeur primaire, si elles se propagent trop rapidement, leur nombre est très important, elles sont importantes et ont de nombreux foyers. De tels cas incluent, par exemple, le sarcome. Malheureusement, la mort dans de tels cas est probable dans les deux ans..

L'état du système immunitaire du corps affecte également la durée de vie avec des métastases dans les poumons, la réponse de la maladie au traitement. Avec une résistance élevée, les prévisions sont favorables, et vous pouvez rester en vie pendant 15 ans.

Combien de temps vivez-vous avec des métastases pulmonaires? Combien de temps y a-t-il pour vivre? Poumons - qu'est-ce que c'est?

L'organe le plus souvent touché par l'oncologie secondaire est le poumon. Les métastases pulmonaires se classent au deuxième rang des cancers secondaires après le foie. Dans 35% des cas, le cancer primitif se métastase précisément aux structures pulmonaires..

Il existe deux façons de propager des métastases vers les poumons à partir du foyer primaire - hématogène (par le sang) et lymphogène (par la lymphe). Cette localisation des métastases met la vie en danger, car elles sont détectées dans la plupart des cas aux derniers stades de l'oncologie..

  1. Causes des métastases pulmonaires
  2. Vidéo - Métastases tumorales
  3. Que peuvent être des métastases dans les poumons?
  4. Symptômes et signes de métastases pulmonaires
  5. À quoi ressemblent les métastases pulmonaires?
  6. Combien vivent avec des métastases pulmonaires?
  7. Diagnostic des métastases pulmonaires
  8. À quoi ressemblent les métastases pulmonaires? - Vidéo
  9. Méthodes de traitement des foyers secondaires d'oncologie dans les poumons
  10. Les métastases sont-elles traitées avec des remèdes populaires?

Causes des métastases pulmonaires

Les lésions cancéreuses contiennent un grand nombre de cellules anormales. En se connectant au sang et à la lymphe, les cellules cancéreuses se propagent aux organes voisins. Là, ils commencent à se diviser activement, formant un foyer secondaire de maladie oncologique - métastase.

Cliniques de premier plan en Israël

Les métastases pulmonaires peuvent se propager à partir de presque tous les cancers.

Le plus souvent trouvé dans des maladies oncologiques primaires telles que:

  • Mélanome de la peau;
  • Tumeur mammaire;
  • Cancer de l'intestin;
  • Cancer de l'estomac;
  • Cancer du foie;
  • Cancer du rein;
  • Tumeur de la vessie.

Nom abrégé des métastases - MTC (MTS - du latin. "Metastasis").

Vidéo - Métastases tumorales

Que peuvent être des métastases dans les poumons?

Des foyers secondaires peuvent survenir à la fois dans le poumon gauche et droit. Les métastases pulmonaires sont divisées selon des caractéristiques en groupes tels que:

  1. Unilatéral et bilatéral;
  2. Grand et petit;
  3. Solitaire (unique) et multiple;
  4. Focal et infiltrant;
  5. Métastases nodulaires;
  6. Sous forme de brins de tissu.

En cas de suspicion d'oncologie secondaire SUSP, un examen doit être effectué.

Symptômes et signes de métastases pulmonaires

Dans les premiers stades, les métastases dans les poumons ne se manifestent en aucune façon, la maladie est asymptomatique. Lors de leur désintégration, les cellules cancéreuses libèrent des substances toxiques qui empoisonnent le corps. Le patient demande plus souvent une aide médicale au dernier stade terminal du cancer.

La présence de foyers secondaires d'oncologie dans les poumons s'accompagne des symptômes suivants:

  • Essoufflement fréquent, apparaissant non seulement pendant l'activité physique, mais également au repos;
  • Toux sèche régulière qui se transforme en toux grasse, qui peut être confondue avec une autre maladie;
  • Expectorations mélangées avec du sang;
  • Douleur thoracique qui ne disparaît pas même avec des analgésiques. Seuls les stupéfiants peuvent réduire le syndrome douloureux;
  • Œdème du visage et des membres supérieurs avec localisation d'un foyer secondaire dans le poumon droit, maux de tête.

À quoi ressemblent les métastases pulmonaires?

Les métastases pulmonaires peuvent être identifiées par radiographie. Les foyers secondaires d'oncologie sur les images radiographiques sont présentés sous une forme nodale, mixte et diffuse.

Les métastases nodales se manifestent sous une forme unique ou multiple. Les formations simples ou solitaires ressemblent à des nodules arrondis, ressemblant à l'objectif principal de l'oncologie. Ils se forment le plus souvent dans le tissu basal..

Si la genèse secondaire est de forme pseudopneumatique, alors sur la radiographie, elle est affichée sous la forme de formations linéaires minces.

En cas de métastase à la plèvre, les images radiographiques montrent de grandes formations tubéreuses, à la suite de la progression desquelles l'état du patient cancéreux s'aggrave et une insuffisance pulmonaire se développe.

Combien vivent avec des métastases pulmonaires?

L'espérance de vie des métastases pulmonaires dépend de la rapidité avec laquelle le cancer secondaire est détecté.

Si vous identifiez au moins l'un des symptômes ci-dessus, vous devez immédiatement consulter un médecin et être examiné. Dans la pratique médicale, il y a eu des cas de détection de métastases pulmonaires bien avant la détection du foyer tumoral primaire.

La progression d'une tumeur secondaire provoque une intoxication de l'organisme dans son ensemble. Pour identifier la présence de métastases, vous devez savoir comment se manifestent les symptômes de la maladie. Les premiers signes de progression du cancer du poumon secondaire sont:

  • Diminution de l'appétit et, par conséquent, du poids corporel;
  • Malaise général, fatigue et diminution des performances;
  • Augmentation de la température corporelle, devenant chronique;
  • La toux sèche avec métastases devient permanente.

Les signes ci-dessus peuvent indiquer un cancer du poumon primaire. Cette maladie plutôt dangereuse est plus souvent observée chez les fumeurs. Les métastases dans le cancer du poumon à petites cellules se propagent rapidement, se développent rapidement et si elles ne sont pas identifiées à temps, le pronostic pour le patient sera triste. Le cancer du poumon primitif est traité par chimiothérapie. Si la procédure est effectuée en temps opportun, il y a une chance de guérir complètement l'oncologie. Mais cette forme de la maladie est généralement détectée dans les derniers stades, lorsqu'il n'est plus possible de la guérir. Prendre des analgésiques puissants peut vivre de quatre mois à un an.

Vous souhaitez obtenir un devis de traitement?

* Uniquement à condition que des données sur la maladie du patient soient reçues, un représentant de la clinique sera en mesure de calculer une estimation précise du traitement.

Il existe des formes de cancer du poumon primitif qui ne progressent pas aussi rapidement que le cancer à petites cellules. Ce sont les cellules squameuses, le carcinome à grandes cellules et l'adénocarcinome. Ces cancers sont traités par chirurgie. Avec une opération en temps opportun, le pronostic de la récupération sera bon. Si des métastases sont allées dans d'autres organes, le patient sera mortel.

Diagnostic des métastases pulmonaires

Pour détecter la présence d'une genèse secondaire dans le poumon, les méthodes de diagnostic suivantes sont utilisées:

  1. Radiographie - examine la structure du tissu pulmonaire, révèle un assombrissement, l'emplacement de la métastase et sa taille. Pour cela, deux photos sont prises - de face et de côté. Sur les images, de multiples métastases sont présentées sous forme de nodules arrondis;
  2. Tomodensitométrie - complète la radiographie. La tomodensitométrie montre les zones où se trouvent les tumeurs métastatiques, leurs tailles et leurs formes. La tomodensitométrie révèle des changements secondaires dans les poumons;
  3. Imagerie par résonance magnétique - est prescrite aux personnes qui ont déjà été exposées à des radiations, ainsi qu'aux enfants. Cette étude permet d'identifier des néoplasmes secondaires dont la taille atteint à peine 0,3 mm.

À quoi ressemblent les métastases pulmonaires? - Vidéo

Méthodes de traitement des foyers secondaires d'oncologie dans les poumons

En médecine moderne, les méthodes suivantes sont utilisées pour traiter les métastases pulmonaires:

  • Intervention chirurgicale - la zone touchée est retirée. Cette méthode de traitement n'est efficace que s'il y a une seule lésion focale, elle est donc rarement utilisée;
  • La chimiothérapie est un complément à d'autres traitements. La durée du cours de chimiothérapie dépend de la méthode principale de traitement et du bien-être du patient. Dans la pratique médicale, la chimiothérapie est utilisée en conjonction avec la radiothérapie. Pour augmenter le taux de leucocytes dans le sang après la procédure, la dexaméthasone est prescrite;
  • Radiothérapie - vous permet de ralentir la croissance active des cellules cancéreuses et de réduire la douleur. L'irradiation est effectuée dans des conditions stationnaires par une méthode à distance;
  • Hormonothérapie - utilisée en présence d'un foyer primaire sensible aux hormones dans la prostate ou le sein. Sert de complément à la thérapie de base;
  • Radiochirurgie - la procédure permet d'utiliser un cyber-couteau (faisceau de rayons) pour éliminer les tumeurs difficiles à atteindre.

L'incapacité du cancer du poumon est officialisée si un lobe est retiré.

Les métastases sont-elles traitées avec des remèdes populaires?

Le traitement de l'oncologie secondaire dans le poumon peut être effectué en utilisant des méthodes alternatives. Le remède populaire le plus courant est la chélidoine. Il est nécessaire de verser une cuillère à soupe d'herbe séchée avec de l'eau bouillante et d'insister dans un thermos pendant environ une heure et demie. Ensuite, filtrez l'infusion et prenez-la deux fois par jour, deux cuillères à soupe avant les repas.

En conclusion, on peut dire qu'il existe différentes formes de cancer du poumon. Il s'agit à la fois d'un cancer primaire et de métastases qui sont passés d'autres foyers. La maladie peut être asymptomatique, ce qui signifie que le patient peut demander de l'aide lorsque le traitement ne donne plus le résultat souhaité.

Le pronostic de survie dépend du stade de la maladie, du type, de la forme et de l'emplacement des tumeurs..

Maladie pulmonaire métastatique - signes, symptômes, traitements et pronostic

Les néoplasmes malins dans les tissus des organes respiratoires qui sont transportés par le sang ou la lymphe à partir du foyer principal du cancer sont des métastases dans les poumons. Ils sont les deuxièmes plus courants après le foie. La raison en est qu'une grande quantité de sang est pompée dans les poumons. Le développement de métastases chez eux est très souvent une conséquence du cancer d'autres organes. Le pronostic dans ce cas est déterminé par la nature de l'objectif principal. Lisez la suite pour en savoir plus sur l'apparence des métastases pulmonaires, leurs causes et leurs méthodes de traitement..

Que sont les métastases pulmonaires

Néoplasmes secondaires dans les poumons résultant de la migration de cellules malignes d'un autre organe affecté par le cancer. C'est ainsi que la médecine détermine les métastases, dont les foyers se trouvent dans le tissu pulmonaire. Parmi les tumeurs secondaires, ce sont les plus fréquentes, les plus fréquentes chez les hommes de plus de 60 ans. Avec de multiples métastases, un traitement radical pour éliminer les lésions devient impossible, le pronostic est donc défavorable. Une option alternative est la chimiothérapie, qui ne garantit pas non plus la formation de nouvelles tumeurs.

Symptômes

Dans les premiers stades, les métastases pulmonaires se manifestent par des symptômes d'intoxication générale et des rhumes fréquemment récurrents. Ensuite, ces signes sont complétés:

  • dyspnée;
  • douleur et raideur dans la poitrine;
  • toux avec mucosités et sang;
  • gonflement du haut du corps dû à la compression des principaux vaisseaux et à une altération de l'écoulement sanguin.

Au début, ces symptômes ne peuvent survenir que dans le contexte de l'activité physique, puis se manifester au repos. Ces mêmes signes sont primaires pour le cancer du poumon. Les métastases apparaissent ici immédiatement et ne sont pas transférées d'autres organes. Les symptômes ne sont pas causés par les néoplasmes eux-mêmes, mais par les infections et les inflammations qui les accompagnent. Dans le contexte de la toux et de la douleur, de la fièvre et une perte de poids sont souvent observées.

Toux

Les signes de métastases dans les poumons aux premiers stades ne sont pas très prononcés. Ils peuvent ne pas apparaître longtemps et commencer après une implication dans le processus oncologique de la plèvre: c'est déjà le stade 2 ou 3 du cancer. Pour cette raison, le phénomène se retrouve souvent dans un état très négligé. L'une des premières à se développer est une toux très différente de celle observée avec un rhume. Il se caractérise par les caractéristiques suivantes:

  1. Dans les premiers stades, le patient souffre d'une toux larmoyante et sèche, qui est plus souvent observée la nuit.
  2. De plus, il devient humide et commence à être accompagné d'un écoulement sanglant et d'expectorations purulentes-muqueuses..
  3. Peu à peu, la lumière des bronches se rétrécit. Cela rend le flegme sécrété lors de la toux purulent. Parfois, il comprend des traces de sang.
  4. Lorsque le cancer se développe dans la cavité pleurale, la toux devient insupportable et s'accompagne de douleurs dues à une forte pression sur les bronches.

Les causes

Les métastases sont divisées en primaires avec cancer des poumons eux-mêmes et secondaires, qui peuvent être détectées lorsque d'autres organes sont endommagés, tels que:

  • utérus;
  • les ovaires;
  • reins;
  • estomac;
  • œsophage;
  • thyroïde;
  • côlon ou rectum;
  • glandes laitières;
  • prostate.

Les causes peuvent être le cancer du poumon périphérique, le mélanome cutané et divers sarcomes. Les médecins pensent que presque toutes les maladies oncologiques sont à l'origine de ce type de tumeurs malignes, mais dans certains types, elles sont diagnostiquées beaucoup plus souvent. Les cellules cancéreuses se propagent par transport avec du liquide lymphatique ou du sang. Le tissu pulmonaire ayant un réseau capillaire étendu et une structure lâche, ses métastases sont l'une des premières.

  • Lumbodynie de la colonne lombaire
  • Régime alimentaire sur tomates pour perdre du poids
  • Thermomètre pour four à gaz et électrique. Comment choisir un thermomètre externe mécanique ou numérique

Classification

Il existe plusieurs signes de classification selon lesquels les métastases sont divisées en différents groupes. Ils peuvent être de type focal ou infiltrant, et de grand ou petit diamètre. Autres classifications:

  • par localisation - un ou deux côtés;
  • par quantité - simple (solitaire), unique (si pas plus de trois) et multiple (si plus de 3);
  • par les caractéristiques de la distribution - disséminée et médiastinale.

Diagnostique

Pour confirmer la présence de métastases pulmonaires, l'histoire du patient est étudiée en tenant compte des symptômes existants et des études instrumentales et de laboratoire sont utilisées. La radiographie thoracique permet d'évaluer l'état du tissu pulmonaire. L'image peut déterminer la nature et le nombre de tumeurs, la présence d'un épanchement dans la plèvre. Si vous suspectez un cancer du poumon avec métastases ou simplement la présence de néoplasmes dans ces organes, ils vous sont prescrits:

  • CT, c'est-à-dire tomodensitométrie pour déterminer les plus petites traces;
  • examen échographique ou échographie;
  • IRM, c'est-à-dire imagerie par résonance magnétique pour détecter des lésions secondaires jusqu'à 0,3 mm de taille;
  • examen cytologique des expectorations et épanchement pleural;
  • bronchoscopie pour l'examen histologique de la biopsie;
  • biopsie ouverte.

À quoi ressemblent les métastases pulmonaires sur les rayons X

À l'aide de rayons X, des images des poumons sont obtenues, qui montrent la formation. Ils peuvent apparaître sous forme de petites lésions séparées ou de nodules plus gros, qui sont moins courants. Différents types de métastases se reflètent d'une certaine manière sur une radiographie:

  1. Nodal. Les formes solitaires ou multiples apparaissent comme des nœuds avec des contours clairs. Ils sont localisés principalement dans les parties inférieures des poumons. En dehors des foyers, le tissu des organes respiratoires reste intact.
  2. Pleural. La radiographie ressemble à une image de pleurésie. L'image montre un épanchement et plusieurs strates grumeleuses.
  3. Pseudo-pneumatique. Les brins situés plus près du foyer ont des contours vagues et, à mesure que la distance du centre, les contours des néoplasmes deviennent plus précis.
  4. Mixte. Avec ce type de métastases, plusieurs foyers de ce qui précède sont observés à la fois..

Les métastases pulmonaires peuvent-elles être guéries?

La réponse à cette question dépend de l'accès rapide à l'aide médicale. Aux premiers symptômes, vous devez vous rendre à un rendez-vous avec un oncologue. Après avoir confirmé le diagnostic, enlevé la tumeur principale et détruit les lésions secondaires par radiothérapie, chimiothérapie ou chirurgie, nous pouvons parler du résultat. L'espérance de vie après la chirurgie dépend également de la période de rééducation, mais dans l'écrasante majorité des cas, le pronostic des métastases dans les tissus pulmonaires est décevant.

Traitement

La méthode de traitement spécifique est déterminée par le type et le nombre de métastases. Bien que les prévisions ne soient généralement pas très optimistes, elles ont aujourd'hui appris à éliminer ces tumeurs pulmonaires. Auparavant, les patients ne pouvaient que soulager la maladie, et souvent avec l'utilisation de stupéfiants. Les méthodes modernes de traitement des métastases sont:

  1. Chimiothérapie. L'option thérapeutique la plus courante. Il contrôle la croissance des néoplasmes.
  2. Thérapie hormonale. Il n'est utilisé que si les formations y sont sensibles. A réussi à traiter le cancer de la prostate ou du sein.
  3. Opération. Il consiste en l'ablation chirurgicale de formations, mais ne réussit qu'en l'absence de lésions dans d'autres organes et d'un petit nombre de néoplasmes.
  4. Radiothérapie, résection au laser. Utilisé uniquement pour soulager les symptômes.
  5. Radiothérapie. C'est l'opération de tumeurs difficiles à atteindre à l'aide d'un faisceau de rayonnement ionisant, c'est-à-dire Cyber ​​couteau.
  • Comment réduire la tension artérielle sans médicament à la maison
  • Comment traiter la glande thyroïde chez les femmes avec des remèdes populaires
  • Traitement avec du goudron à l'intérieur

Chimiothérapie

Le traitement des métastases pulmonaires par chimiothérapie consiste à utiliser des médicaments cytotoxiques conçus pour contrôler la croissance des cellules cancéreuses. Le cours est choisi individuellement pour chaque patient, en fonction de la thérapie contre la maladie sous-jacente et de l'état du corps dans son ensemble. La chimiothérapie des métastases pulmonaires est souvent associée à une radiothérapie pour améliorer leur efficacité. En général, il est divisé en plusieurs types:

  1. Adjuvant. Indiqué pour les patients après une chirurgie pour éviter les rechutes.
  2. Non adjuvant. Elle est réalisée avant la chirurgie afin de réduire le diamètre des néoplasmes. Il est nécessaire d'identifier la sensibilité des cellules cancéreuses aux médicaments.
  3. Thérapeutique. Il est effectué uniquement dans le but de réduire les tumeurs.

Élimination des métastases

La destruction des néoplasmes par chirurgie est le traitement le plus efficace. Après lui, le pourcentage de survie et d'espérance de vie est le plus élevé. Seule cette méthode ne peut pas être appliquée avec plusieurs formations. Il ne devrait y avoir qu'une seule lésion, et très clairement localisée, alors l'opération sera réussie. En raison du fait que les lésions solitaires sont moins fréquentes, elles ne sont pas souvent réséquées..

Remèdes populaires

Il convient de noter tout de suite qu'il ne sera pas possible de guérir à l'aide de recettes folkloriques. Ils ne peuvent que soulager la maladie, réduire la manifestation de la douleur et d'autres symptômes. Parmi les recettes les plus efficaces se distinguent:

  1. Collection de calendula, chélidoine et ortie. Vous devez prendre des proportions égales de ces herbes, mélanger, puis verser 1 cuillère à soupe de la collection avec un verre d'eau chaude. Il est recommandé d'utiliser la perfusion deux fois par jour: le matin et le soir avant les repas..
  2. Teinture de miel. Vous devez préparer quelques feuilles de bardane. Ils sont broyés en poudre, puis des parties égales de miel et d'alcool sont ajoutées. La masse est laissée pendant une semaine, puis jusqu'à 3 cuillères à café sont prises par jour.
  3. À partir de betteraves fraîchement râpées, pressez le jus dans une étamine. Ensuite, il doit être refroidi en le laissant au réfrigérateur pendant 3 heures. La réception est de 10 ml 6 fois par jour. Il vaut mieux le faire un quart d'heure avant de manger..

Nutrition pour les métastases pulmonaires

L'objectif de l'alimentation suppose l'enrichissement du corps affaibli en vitamines et micro-éléments, mais la nourriture doit être facilement digestible afin de ne pas forcer le foie à travailler dur. Pour une amélioration générale de la santé, il est important de boire suffisamment de liquide par jour - jusqu'à 2 à 2,5 litres d'eau propre. Le début du repas doit être fait avec des légumes et des fruits frais, ce qui améliorera la production de suc gastrique. De plus, cela vaut déjà la peine de passer au repas principal. Les plats doivent être préparés en faisant cuire, bouillir, cuire au four, cuire à la vapeur. La liste des produits recommandés comprend:

  • jus de fruits fraîchement pressés;
  • Choucroute;
  • caviar;
  • viandes et poissons maigres;
  • les légumineuses;
  • céréales;
  • des noisettes;
  • huile végétale;
  • lait et produits laitiers;
  • œufs de poule (pas plus de 3 morceaux par semaine);
  • pain grossier.

En cas de lésion pulmonaire, il n'est pas recommandé de manger de la malbouffe, dont la liste comprend:

  • bonbons;
  • beurre;
  • fumé;
  • gras;
  • rôti;
  • de l'alcool;
  • produits à base de farine de blé;
  • préservation;
  • marinades;
  • colorants et exhausteurs de goût.

Prévoir

En général, les métastases ont un très mauvais pronostic. Tout dépend de nombreux facteurs, tels que le degré et la localisation de l'objectif principal, c.-à-d. quel organe est affecté par le cancer. La taille des formations, leur nombre et l'opportunité du diagnostic affectent également. Lorsque le traitement est commencé à temps, l'espérance de vie augmente après. Pronostic décevant lorsque des métastases apparaissent dans l'année suivant un traitement radical contre la tumeur primaire, en particulier si les néoplasmes ont un diamètre de plus de 5 cm, se développent rapidement et les ganglions lymphatiques intrathoraciques sont hypertrophiés.

Combien vivent avec des métastases pulmonaires

Un pronostic plus positif sera après l'élimination des métastases uniques, qui sont apparues un an ou plus après le traitement radical des néoplasmes primaires. Dans ce cas, la durée de vie est beaucoup plus longue. La moitié des patients cancéreux vivent encore 5 à 10 ans en cas de chirurgie pour enlever une tumeur du système digestif. Dans le cas de la localisation du foyer primaire dans le système génito-urinaire, l'espérance de vie après traitement est de 3 à 20 ans. Les métastases multiples dans le cancer du poumon ou d'autres organes ont un pronostic décevant. La survie est définie comme suit:

  • en l'absence du traitement nécessaire, dans 90% des cas, l'issue est mortelle dans les 2 ans suivant le diagnostic;
  • Le taux de survie de 30% est assuré par l'utilisation de méthodes chirurgicales;
  • avec la radiothérapie et la thérapie chirurgicale combinées, le taux de survie augmente jusqu'à cinq ans dans 40% des cas.

Lésion focale des poumons d'origine secondaire

Cher docteur! Je vous écris avec la question suivante: Ma mère s'est fait retirer son sein droit il y a 2,5 ans, 3 stades, devenant 4. Aujourd'hui, d'après les résultats du scanner des poumons, la conclusion: de multiples lésions focales des poumons à caractère secondaire. D'après la description: un foyer pathologique du corps de la 8e vertèbre thoracique de 21 mm de taille mixte, des foyers monomorphes de 2 à 7,5 mm des deux côtés, des contours grumeleux, un épanchement modéré dans le lit droit. Conclusion Scanner du foie: multiples lésions focales de caractère secondaire. Description: dans le parenchyme du lobe droit, une formation hypodense multinodulaire de 48/58/58 mm, a une structure hétérogène, calcification des sections centrales, dans le parenchyme de la formation, des tailles plus petites similaires de 6 à 14 mm à la frontière des lobes droit et gauche. L'oncologue a dit que c'était une continuation de votre maladie et a recommandé une chimiothérapie. Peu importe combien elle l'a torturé, il n'a rien dit de plus. Et j'en doute et j'aimerais beaucoup connaître la gravité de la situation, pour une raison quelconque, il me semble que ce sont des métastases et que tout va très mal, le proto médecin n'a pas voulu tout lui dire. Pouvez-vous me dire si ce sont des métastases ou autre chose et est-ce que cela peut faire l'objet d'une chimiothérapie? ?

Les formations focales dans les poumons sont la compaction des tissus, qui peut être causée par diverses affections. De plus, un examen médical et une radiographie ne suffisent pas à établir un diagnostic précis. La conclusion finale ne peut être tirée que sur la base de méthodes d'examen spécifiques, impliquant la livraison d'un test sanguin, des expectorations, une ponction tissulaire.

Important: l'opinion selon laquelle seule la tuberculose peut être à l'origine de multiples lésions pulmonaires focales est erronée.

Nous pouvons en parler:

Néoplasmes malins; pneumonie; troubles de l'échange de liquide dans le système respiratoire.

Par conséquent, le diagnostic doit être précédé d'un examen approfondi du patient. Même si le médecin est sûr qu'une personne a une pneumonie focale, une analyse des expectorations est nécessaire. Cela permettra d'identifier l'agent pathogène qui a causé le développement de la maladie..

Maintenant, certains patients refusent de passer des tests spécifiques. La raison en est peut-être la réticence ou l'incapacité à se rendre à la clinique en raison de son éloignement du lieu de résidence, du manque de fonds. Si cela n'est pas fait, il y a une forte probabilité que la pneumonie focale devienne chronique..

Désormais, les formations focales dans les poumons sont divisées en plusieurs catégories en fonction de leur nombre:

Beaucoup de nos lecteurs pour le traitement de la toux et l'amélioration de l'état de bronchite, de pneumonie, d'asthme bronchique et de tuberculose utilisent activement

Rassemblement monastique du père George

. Il contient 16 plantes médicinales extrêmement efficaces dans le traitement de la toux chronique, de la bronchite et de la toux due au tabagisme..

Solitaire. Simple - jusqu'à 6 pièces. Syndrome de dissémination multiple.

Il y a une différence entre la définition internationalement acceptée de ce que sont les foyers dans les poumons et ce qui est accepté dans notre pays. À l'étranger, ce terme est compris comme la présence de zones de compactage dans les poumons de forme ronde et d'un diamètre ne dépassant pas 3 cm. La pratique domestique limite la taille à 1 cm et le reste des formations est appelé infiltrats, tuberculomes.

Important: l'examen informatique, en particulier la tomographie, vous permettra de déterminer avec précision la taille et la forme de la lésion tissulaire pulmonaire. Cependant, il faut comprendre que cette méthode d'enquête a également sa propre marge d'erreur..

En fait, une formation focale dans le poumon est une modification dégénérative du tissu pulmonaire ou l'accumulation de liquide (expectoration, sang) dans celui-ci. La caractérisation correcte des foyers pulmonaires uniques (LOL) est l'un des problèmes les plus importants de la médecine moderne..

L'importance du problème réside dans le fait que 60 à 70% des formations guéries mais réémergentes sont des tumeurs malignes. Parmi le nombre total d'OOL détectées lors d'un examen IRM, CT ou aux rayons X, leur part est inférieure à 50%.

Un rôle important ici est joué par la façon dont les lésions dans les poumons sont caractérisées au scanner. Avec ce type d'examen, basé sur des symptômes caractéristiques, le médecin peut faire des hypothèses sur la présence de maladies graves telles que la tuberculose ou les néoplasmes malins..

Cependant, pour clarifier le diagnostic, il est nécessaire de passer des tests supplémentaires. L'examen du matériel pour l'établissement d'un rapport médical ne suffit pas. Jusqu'à présent, la pratique clinique quotidienne ne dispose pas d'un algorithme unique pour effectuer des diagnostics différentiels pour toutes les situations possibles. Par conséquent, le médecin considère chaque cas séparément..

Examen de notre lecteur - Natalia Anisimova

J'ai récemment lu un article qui parle de l'outil Intoxic pour éliminer les PARASITES du corps humain. Avec l'aide de ce médicament, vous pouvez à jamais vous débarrasser du rhume, des problèmes respiratoires, de la fatigue chronique, des migraines, du stress, de l'irritabilité constante, des pathologies gastro-intestinales et de nombreux autres problèmes.

Je n'avais pas l'habitude de me fier à aucune information, mais j'ai décidé de vérifier et de commander l'emballage. J'ai remarqué les changements en une semaine: des vers ont littéralement commencé à voler hors de moi. J'ai ressenti une poussée de force, j'ai arrêté de tousser, j'ai été soulagée des maux de tête constants et après 2 semaines, ils ont complètement disparu. Je peux sentir mon corps se remettre d'un épuisement parasitaire débilitant. Essayez et vous, et si quelqu'un est intéressé, vous trouverez ci-dessous le lien vers l'article.

Tuberculose ou pneumonie? Qu'est-ce qui peut empêcher, au niveau de la médecine moderne, un diagnostic précis par la méthode matérielle? La réponse est simple - imperfection de l'équipement.

En fait, lors d'une fluorographie ou d'une radiographie, il est difficile d'identifier l'OOL dont la taille est inférieure à 1 cm.L'interposition de structures anatomiques peut rendre des foyers encore plus grands presque invisibles.

Par conséquent, la plupart des médecins conseillent aux patients de privilégier la tomodensitométrie, qui permet d'examiner les tissus en coupe et sous n'importe quel angle. Cela élimine complètement la possibilité que la lésion soit masquée par une ombre du cœur, des côtes ou des racines pulmonaires. Autrement dit, pour considérer le tableau dans son ensemble et sans la probabilité d'une erreur fatale, la radiographie et la fluorographie ne peuvent tout simplement pas.

Il convient de garder à l'esprit que la tomodensitométrie peut détecter non seulement l'OOL, mais également d'autres types de pathologies, telles que l'emphysème, la pneumonie. Cependant, cette méthode d'enquête a aussi ses points faibles. Même avec le passage de la tomodensitométrie, les formations focales peuvent être manquées.

Cela a les explications suivantes pour la faible sensibilité de l'appareil:

La pathologie est située dans la zone centrale - 61%. Taille jusqu'à 0,5 cm - 72%. Faible densité de tissu - 65%.

Il a été constaté qu'avec le scanner de dépistage primaire, la probabilité de manquer un changement de tissu pathologique, dont la taille ne dépasse pas 5 mm, est d'environ 50%.

Si le diamètre de la mise au point est supérieur à 1 cm, la sensibilité de l'appareil est supérieure à 95%. Pour augmenter la précision des données obtenues, un logiciel supplémentaire est utilisé pour obtenir une image 3D, un rendu volumétrique et des projections d'intensités maximales.

Pourquoi des lésions pulmonaires apparaissent-elles et pourquoi sont-elles dangereuses?

Les formations focales dans les poumons sont la compaction des tissus causée par diverses maladies. Ils sont généralement détectés à la suite d'un examen aux rayons X. Parfois, un examen spécialisé et des méthodes de diagnostic ne suffisent pas pour tirer une conclusion précise. Pour la confirmation finale, vous devez effectuer des méthodes d'examen spéciales: tests sanguins, expectorations, ponction tissulaire. Cela se produit avec des tumeurs malignes, une pneumonie et une altération des échanges de liquide dans le système respiratoire.

  • Quelles sont les lésions pulmonaires?
  • Les causes des lésions focales dans les poumons
  • Méthodes de diagnostic de base
  • Variétés de formations focales
  • Conclusion

Quelles sont les lésions pulmonaires?

Une lésion est une petite tache ronde ou de forme irrégulière qui se trouve sur la radiographie, située dans le tissu pulmonaire. Ils sont divisés en plusieurs variétés: simple, unique (jusqu'à 6 pièces) et multiple.

Il existe une certaine différence entre le concept internationalement établi de formations focales et ce qui est accepté en médecine domestique. À l'étranger, ils incluent des phoques dans les poumons d'environ 3 cm. La médecine domestique impose des restrictions jusqu'à 1 cm et désigne d'autres formations comme des infiltrats.

La tomodensitométrie est plus susceptible d'établir la taille et la forme de la compaction des tissus pulmonaires. Cette étude a également un pourcentage d'erreur..

Les formations focales dans les organes respiratoires sont présentées comme des changements dégénératifs dans les tissus des poumons ou comme une accumulation de liquide sous forme d'expectorations ou de sang. De nombreux experts considèrent leur création comme l'une des tâches importantes..

Facteurs oncologiques

Jusqu'à 70% des foyers solitaires dans les poumons sont liés à des néoplasmes malins. À l'aide de la tomodensitométrie (tomodensitométrie) et sur la base de symptômes spécifiques, un spécialiste peut suggérer l'apparition de pathologies dangereuses telles que la tuberculose ou le cancer du poumon.

Cependant, pour confirmer le diagnostic, il est nécessaire de passer les tests nécessaires. Dans certains cas, l'examen du matériel ne suffit pas pour obtenir un rapport médical. La médecine moderne ne dispose pas d'un algorithme unique pour mener des recherches dans toutes les situations possibles. Le spécialiste examine chaque cas séparément.

Un diagnostic clair de la maladie par la méthode matérielle ne permet pas l'imperfection de l'équipement. Lors du passage aux rayons X des poumons, il est difficile de détecter des changements focaux dont la taille n'atteint pas 1 cm.L'interposition des structures anatomiques rend les formations invisibles et plus grandes.

Le spécialiste propose aux patients d'être examinés par tomodensitométrie. Il vous permet de voir les tissus sous n'importe quel angle.

Les causes des lésions focales dans les poumons

Les principaux facteurs de pathologie comprennent l'apparition de phoques sur les poumons. De tels symptômes sont inhérents à des conditions dangereuses qui, si elles ne sont pas traitées correctement, peuvent être mortelles. Les maladies qui ont provoqué cette condition comprennent:

  • les maladies oncologiques, les conséquences de leur développement (métastases, néoplasmes directement, etc.);
  • tuberculose focale;
  • pneumonie;
  • gonflement causé par une mauvaise circulation ou à la suite d'une réaction allergique;
  • infarctus du myocarde;
  • saignement;
  • contusions sévères à la poitrine;

Le plus souvent, les phoques surviennent en raison de processus inflammatoires (pneumonie aiguë, tuberculose pulmonaire) ou de maladies oncologiques.

Un tiers des patients présentent des signes mineurs de lésions respiratoires. Une caractéristique de la tuberculose pulmonaire est l'absence de symptômes ou leur manifestation minimale. Fondamentalement, il est détecté lors des examens de routine. L'image principale de la tuberculose est donnée par la radiographie des poumons, mais elle diffère en fonction de la phase et de la durée du processus.

Méthodes de diagnostic de base

Pour déterminer les changements focaux, il est nécessaire de subir un examen spécial (radiographie, fluorographie ou tomodensitométrie). Ces méthodes de diagnostic ont leurs propres caractéristiques..

Lors de la réussite d'un examen sous forme de fluorographie, il est impossible d'identifier un sceau de taille inférieure à 1 cm.Analyser l'image entière complètement et sans erreurs ne fonctionnera pas.

De nombreux médecins conseillent à leurs patients de subir une tomodensitométrie. C'est une manière d'examiner le corps humain, qui permet d'identifier divers changements et pathologies dans les organes internes du patient. Il fait partie des méthodes de diagnostic les plus modernes et les plus précises. L'essence de la méthode consiste en l'effet des rayons X sur le corps du patient et, à l'avenir, après l'avoir traversé, une analyse informatique.

Il peut être utilisé pour installer:

  • dans les plus brefs délais et avec une précision particulière, la pathologie qui a frappé les poumons du patient;
  • déterminer avec précision le stade de la maladie (tuberculose);
  • établir correctement l'état des poumons (déterminer la densité des tissus, diagnostiquer l'état des alvéoles et mesurer le volume courant);
  • analyser l'état des vaisseaux pulmonaires des poumons, du cœur, de l'artère pulmonaire, de l'aorte, de la trachée, des bronches et des ganglions lymphatiques situés dans la région de la poitrine.

Inconvénients de la tomographie

Cette méthode présente également des faiblesses. Même avec un scanner, les changements focaux sont manqués. Cela est dû à la faible sensibilité de l'appareil avec une taille des lésions allant jusqu'à 0,5 cm et une faible densité tissulaire..

Les experts ont constaté qu'avec le dépistage TDM primaire, la probabilité de ne pas détecter d'anomalies pathologiques sous forme de formations focales est possible lorsque sa taille est de 5 mm dans 50% des cas. Lorsque le diamètre correspond à 1 cm, la sensibilité de l'appareil dans ce cas est égale à 95%.

Dans la conclusion, la probabilité de développer une pathologie particulière est indiquée. L'emplacement des lésions sur les poumons n'est pas critique. Une attention particulière est portée à leurs contours. S'ils sont inégaux et indistincts, avec un diamètre de plus de 1 cm, cela indique la survenue d'un processus malin. Dans le cas du diagnostic des bords clairs des changements focaux, nous pouvons parler du développement de néoplasmes bénins ou de tuberculose.

Lors de l'examen, une attention particulière est portée à la densité des tissus. Grâce à cette fonctionnalité, un spécialiste est capable de distinguer la pneumonie des changements causés par la tuberculose..

Une autre des nuances de la tomodensitométrie est la définition d'une substance qui s'accumule dans les poumons. Seuls les dépôts graisseux permettent de déterminer les processus pathologiques et le reste ne peut être classé comme des symptômes spécifiques..

Variétés de formations focales

Après avoir reçu des tomodensitogrammes des poumons, sur lesquels les phoques sont visibles, ils sont classés. La médecine moderne en distingue les types suivants, en fonction de leur taille:

  • petit, dont le diamètre varie de 1 à 2 mm;
  • moyen - taille 3-5 mm de diamètre;
  • grand, allant de 1 cm.

Les lésions focales dans les poumons sont généralement classées par densité:

  • dense;
  • densité moyenne;
  • ample.

Classement par quantité:

Joints simples. Peut être un facteur de pathologie grave (tumeur maligne) ou fait référence à des changements courants liés à l'âge qui ne constituent pas une menace pour la vie du patient.

Sceaux multiples. Ils sont principalement caractéristiques de la pneumonie et de la tuberculose, cependant, des cancers parfois nombreux et assez rarement diagnostiqués sont également causés par le développement d'un grand nombre de phoques..

Chez l'homme, les poumons sont recouverts d'une fine pellicule appelée plèvre. Les sceaux par rapport à celui-ci sont:

  • foyers pleuraux;
  • foyers sous-pleuraux.

La médecine moderne a plusieurs méthodes pour diagnostiquer la tuberculose et d'autres maladies pulmonaires. La tomodensitométrie est largement utilisée pour établir les foyers sous-pleuraux, tandis que la fluorographie et la radiographie ne sont pas des méthodes totalement efficaces pour déterminer l'état du patient. Ils sont situés sous la plèvre, leur emplacement est typique de la tuberculose et des maladies oncologiques. Seule cette méthode de diagnostic vous permet de déterminer correctement la maladie survenue..

Conclusion

Les changements focaux provoquent non seulement des maladies facilement traitables (pneumonie), mais parfois des pathologies plus graves - tuberculose, néoplasmes de nature maligne ou bénigne. Les méthodes de diagnostic modernes aideront à les détecter en temps opportun et à prescrire le traitement correct et sûr..

Métastases pulmonaires

Les métastases pulmonaires présentent un danger particulier pour les patients cancéreux. Leur apparence indique la progression de la maladie, la prévalence du processus malin. La probabilité de décès et la durée de vie du patient dépendent de nombreux facteurs qui doivent être pris en compte lors du choix d'un schéma thérapeutique efficace.

Que sont les métastases?

Les métastases sont des foyers secondaires d'une tumeur maligne. Les cellules cancéreuses se détachent du carcinome maternel et pénètrent dans les ganglions lymphatiques voisins. Un critère de pronostic défavorable pour la vie est la lésion d'organes distants. Le plus souvent, des métastases sont détectées dans les poumons. Les foyers secondaires apparaissent dans d'autres organes, où les conditions sont favorables à leur développement:

  • cerveau;
  • des os;
  • foie;
  • péritoine;
  • reins.

Les métastases peuvent apparaître n'importe où. L'endroit exact où le fragment de la tumeur maternelle est transféré, l'endroit où il persiste et commence à se développer activement, dépend de la localisation du foyer principal. La vitesse du processus est influencée par le degré de différenciation de la néoplasie.

L'apparition de métastases aggrave considérablement le pronostic de l'évolution de la maladie et, avec des lésions pulmonaires, elle devient la principale cause de décès.

Principe de développement et chemins de distribution

Le développement des métastases est un processus biologique complexe. Cela commence lorsque les cellules cancéreuses se séparent de la néoplasie primaire, pénètrent dans la circulation sanguine, la lymphe ou d'autres voies. La métastase se déroule par étapes:

  1. Les cellules tumorales malignes se divisent intensément. Ils perdent leur différenciation, cessent d'exercer leurs fonctions. Ils ont un objectif: se reproduire..
  2. La communication entre les cellules est perdue. Normalement, chaque cellule est étroitement adjacente à la cellule voisine. Avec la perte de différenciation, ces connexions s'affaiblissent, la cellule se sépare facilement.
  3. La tumeur se développe dans les vaisseaux. Les cellules cancéreuses pénètrent dans le système lymphatique ou sanguin, sont implantées dans les organes voisins et se propagent dans tout le corps. Une fois dans un autre organe, ils y sont fixés et forment un foyer secondaire.

Cela se produit lorsque le système immunitaire est gravement affaibli. Si les défenses du corps sont déclenchées, les cellules atypiques sont détruites. Quelques-uns d'entre eux atteignent d'autres organes. Les métastases aux poumons ne sont pas accidentelles. Ici, pour la propagation et le développement ultérieur des tumeurs malignes, les conditions sont les plus optimales:

  • Les cellules du tissu pulmonaire produisent des cytokines - des facteurs de croissance qui stimulent le développement de la tumeur.
  • Développement d'un réseau capillaire dense qui permet à l'embolie cancéreuse de se déplacer dans le tissu pulmonaire.
  • Système lymphatique développé.
  • Il y a des fistules artério-veineuses.

Les foyers secondaires apparaissent rapidement si, avant l'ablation de la tumeur primaire, il y avait déjà des micrométastases qui ne peuvent pas être détectées par les méthodes modernes. Parfois, des lésions pulmonaires sont initialement détectées, et ce n'est qu'alors qu'elles commencent à rechercher le foyer maternel. Même les néoplasies de petite taille, qui ne se manifestent pas encore cliniquement, peuvent se développer dans des vaisseaux sanguins et se propager à des organes distants..

Les cellules cancéreuses pénètrent dans les poumons des manières suivantes:

  • Hématogène. Les cellules tumorales sont retenues dans les plus petits capillaires, artérioles et veinules des poumons, pénètrent dans la paroi vasculaire, se fixent et forment des métastases. Habituellement, les lésions sont situées à distance les unes des autres. Parfois, des nœuds uniques se produisent.
  • Lymphogène. Avec l'écoulement de la lymphe, les cellules tumorales sont transférées vers les ganglions lymphatiques des racines des poumons, le médiastin. Ils s'y multiplient, remplacent le tissu des ganglions, conduisent à une insuffisance des valves des vaisseaux lymphatiques, et cela permet aux cellules atypiques de se disséminer dans les poumons.
  • Bronchogène. De cette façon, le cancer du larynx, de la racine de la langue, de la trachée de la bouche et du nasopharynx se propage. Les cellules malignes se détachent de la surface de la tumeur et pénètrent dans les bronches. Là, ils sont implantés dans le mur, se multiplient de manière intensive, se développent dans les poumons.
  • Métastase continue. De cette manière, les tumeurs des organes voisins (glandes mammaires et thyroïdiennes, œsophage) se propagent.

La principale raison de l'apparition de métastases dans les poumons est une immunité réduite. Normalement, même si les emboles cancéreuses pénètrent dans la circulation sanguine, elles sont détruites.

La tâche principale des oncologues est d'identifier les métastases en temps opportun et de commencer le traitement. C'est pourquoi les patients après le retrait de la tumeur primaire sont enregistrés pendant une longue période et examinés périodiquement. Des radiographies ou une tomodensitométrie des poumons sont nécessaires.

Affecte considérablement la tactique de traitement, le pronostic ultérieur, la forme, le type et le nombre de ganglions métastatiques.

Classification des métastases pulmonaires

Lors de la détermination de l'efficacité d'une méthode de traitement particulière, l'oncologue est guidé par la forme des métastases, leur nombre et à partir de quelle tumeur maternelle ils se sont développés.

Selon la structure histologique, les métastases sont classées, comme la tumeur primaire dont elles sont issues (elles ont des caractéristiques morphologiques et cytologiques similaires).

Par le nombre de métastases dans les poumons, il y a:

  • unique (un nœud identifié);
  • unique (pas plus de 3 nœuds métastatiques);
  • plusieurs.

Le pronostic est le plus favorable si une seule métastase pulmonaire est détectée. Une telle tumeur est plus facile à traiter, surtout s'il n'y a pas de contre-indications à la chirurgie. Parfois, une lésion secondaire solitaire se forme lorsque plusieurs nodules métastatiques fusionnent et ressemblent à une seule tumeur.

Par forme, les métastases pulmonaires sont classées en:

  • sphérique;
  • nodulaire (carcinose miliaire);
  • pneumatique;
  • interstitiel (lymphangite métastatique).

Sphérique. La forme la plus courante de métastases. Ils sont ronds, avec une structure uniforme. Dans certaines formations, des foyers de destruction apparaissent, entrecoupés de sels de calcium. La calcification partielle est caractéristique des métastases des cancers de la thyroïde, de la prostate et des os. S'il y a des obstacles qui empêchent une croissance uniforme, les formations deviennent ovoïdes ou de forme irrégulière. Cela se produit si une tumeur métastatique est localisée près de:

  • travers de porc;
  • diaphragme;
  • plèvre interlobaire.

Carcinose miliaire. Elle se caractérise par la présence dans les poumons de nombreux petits nodules uniformes et uniformément répartis. La description radiographique des changements ressemble à une tuberculose disséminée. L'apparition de nombreux petits nœuds est caractéristique de la propagation hématogène des métastases..

Métastases pneumatiques. Surtout multiples, se produisent plus souvent avec la propagation bronchogène des cellules cancéreuses. L'image radiographique est similaire aux manifestations d'une infiltration pulmonaire inflammatoire. Cela complique le diagnostic rapide, car dans les métastases pulmonaires, les symptômes semblent similaires à ceux de la pneumonie, de la tuberculose.

Métastases interstitielles. Typique de la propagation lymphogène des emboles tumorales. Par origine, la lymphangite est:

  • rétrograde;
  • orthograde.

La lymphangite rétrograde survient lorsque les métastases se propagent aux ganglions lymphatiques contre le flux lymphatique.

L'orthograde est associée à la dissémination d'une tumeur à partir de petits ganglions lymphatiques situés sous la pleurale jusqu'à la racine du poumon. Sur la photo, les métastases interstitielles ressemblent à des manifestations de pneumosclérose.

Symptômes (signes)

La plupart des patients (dans 70 à 80% des cas) présentant de petites métastases uniques ne présentent aucun symptôme prononcé. Les manifestations cliniques se produisent à mesure que la maladie progresse. Les patients vont chez le médecin pour se plaindre de:

  • Toux avec mucosités qui survient lorsqu'une tumeur des bronches se développe.
  • Hémoptysie, caractéristique de la désintégration des tumeurs métastatiques, lésions graves du parenchyme pulmonaire.
  • Douleur dans la poitrine, apparaissant avec l'emplacement central du foyer secondaire, germination d'une tumeur de la plèvre.

Au fur et à mesure que la maladie se propage, des symptômes généraux sont ajoutés:

  • température corporelle subfébrile;
  • fatigue;
  • anémie;
  • diminution de l'appétit;
  • perte de poids.

Avec la propagation des métastases dans les vaisseaux lymphatiques (caractéristique du cancer de l'estomac, du côlon, du pancréas, du sein), chez 15 à 20% des patients, les symptômes apparaissent avant les modifications de l'image radiographique. Pendant longtemps, ils traitent sans succès les maladies inflammatoires (bronchite, pneumonie). Cela est dû au fait que les symptômes de métastases lymphogènes aux poumons se manifestent cliniquement, comme ces maladies. Les patients se plaignent de:

  • essoufflement;
  • toux sèche;
  • augmentation de la température corporelle;
  • la faiblesse.

La toux avec métastases dans les poumons et autres symptômes ne disparaissent pas après un traitement antibiotique spécifique. Pendant 2-3 mois, l'état du patient se détériore fortement:

  • l'insuffisance respiratoire augmente;
  • l'état général s'aggrave;
  • l'anémie augmente.

En plus des manifestations typiques des métastases pulmonaires, les patients se plaignent de symptômes caractéristiques d'une tumeur primaire maligne, de lésions métastatiques d'autres organes. Par exemple:

  • ascite (avec cancer de l'ovaire, du tractus gastro-intestinal, des reins);
  • symptômes de décompression de la moelle épinière (avec lésions des vertèbres);
  • constipation, obstruction intestinale (cancer colorectal);
  • dysphagie (cancer du larynx, de l'œsophage, de la glande thyroïde);
  • et bien d'autres typiques du cancer d'une certaine localisation.

Avec un diagnostic précoce des lésions métastatiques des poumons et un traitement adéquat en temps opportun (même sans tumeur primaire détectée), la qualité de vie du patient s'améliore. Si des métastases solitaires sont traitées, le patient parvient à oublier l'existence de la maladie pendant de nombreuses années.

Si les métastases ne répondent pas au traitement par diverses méthodes, le processus se propage rapidement, l'état du patient s'aggrave. Les patients se plaignent de:

  • Toux persistante et atroce.
  • Hémoptysie. Parfois, il est si intense que les patients ont peur de mourir d'une hémorragie..
  • Douleur intense, difficile à soulager avec des analgésiques narcotiques.
  • Essoufflement. Une insuffisance respiratoire persistante provoque la panique du patient, ce qui aggrave le symptôme.

En phase terminale, le drainage de la trachée et des bronches est altéré. En raison de l'accumulation de sécrétions dans les voies respiratoires, le soi-disant râle de la mort se produit. Il se manifeste par une respiration bruyante, bouillonnante et gargouillante. Dans ce cas, la plupart des patients sont soit inconscients, soit confus..

La principale question posée par les proches et les patients ayant des métastases dans les poumons est: «Combien reste-t-il à vivre?», Surtout lorsque le patient se sent chaque jour plus mal et que le traitement n'aide pas. Avant la mort, le patient ne se lève pratiquement pas, chaque mouvement provoque une douleur, qui est éliminée avec des stupéfiants puissants. En raison de l'anémie, la peau est pâle. La condition est très grave. Pour améliorer la qualité du reste de leur vie, les patients se voient proposer d'être hospitalisés dans des hospices, où des soins médicaux appropriés seront fournis.

À quel stade apparaissent les métastases pulmonaires??

Lors du diagnostic d'une tumeur maligne, le stade de la maladie doit être indiqué. Ces informations sont importantes pour la sélection des tactiques de traitement, la prévision du succès du traitement et l'espérance de vie des patients. Les principaux critères de détermination de l'étape:

  • la taille de la néoplasie;
  • invasion des tissus environnants;
  • dommages aux ganglions lymphatiques régionaux;
  • présence de métastases à distance.

Diverses procédures de diagnostic sont effectuées, la structure histologique de la tumeur est établie. Assurez-vous d'examiner les poumons, les os et les autres organes, où les tumeurs métastasent le plus souvent. Après cela, l'étape est déterminée:

  • 0 - les cellules tumorales sont détectées par examen microscopique. Les principaux symptômes sont rares, typiques des maladies de fond et précancéreuses.
  • Je - la tumeur est petite. Pour la plupart des cancers, sa taille ne dépasse pas 2 cm et les ganglions lymphatiques régionaux ne sont pas affectés.
  • II - éducation 2-5 cm. Dans les ganglions lymphatiques les plus proches, il n'y a pas plus de 2-3 métastases.
  • III - grande néoplasie, se développe dans les organes et structures adjacents. De nombreuses lésions des ganglions lymphatiques régionaux sont révélées.
  • IV - la tumeur est soit très grande, en décomposition, envahit les organes les plus proches ou, quelle que soit sa taille, des métastases dans des organes distants sont déterminées.

L'apparition dans les poumons de ganglions métastatiques, quelle que soit la taille du foyer principal (parfois on ne le trouve pas) - stade IV. Les foyers secondaires indiquent la propagation d'un processus malin, aggrave considérablement le pronostic pour la vie.

Selon le système TNM, le stade IV, avec des lésions métastatiques des poumons, est: tout T (taille de la tumeur), tout N (lésion des ganglions régionaux) et M1pul (métastases pulmonaires).

Selon la CIM-10, la maladie pulmonaire métastatique sans tumeur maternelle détectée est désignée par le code C78.0.

Tumeur primaire avec métastases pulmonaires

Chez certains patients, des lésions métastatiques des poumons sont détectées lors d'un examen médical préventif. Des foyers secondaires sont détectés lors de l'examen radiographique du système respiratoire, lorsque les patients recherchent une aide médicale pour des plaintes de toux, de dyspnée (essoufflement). Ensuite, il est nécessaire de détecter la tumeur primaire. Lors de la prescription de procédures de diagnostic, tenez compte du fait que les carcinomes d'une certaine localisation sont le plus souvent disséminés dans les poumons..

Fréquence des lésions pulmonaires métastatiques dans les tumeurs de localisation variée

Objectif principalLa fréquence * (%)
Chorionépithéliome de l'utérus55,4
Cancer du rein35,6-70
Sarcome osseux80-100
Tumeurs testiculaires21,5
Mélanome de la peau68
Cancer du sein20-25
Tumeurs de la glande thyroïde4–70
Cancer des ovairesDix
Cancer des poumons6
Tumeurs du côlon39
Cancer de l'estomac2-32.8

* Le tableau présente des données statistiques sur les métastases pulmonaires sans foyer maternel identifié et avec un cancer primaire traité.

Des ombres arrondies, de petite taille, des nœuds à peu près de la même taille sont typiques des métastases cancéreuses:

  • Sein;
  • estomac;
  • mélanome;
  • les ostéosarcomes;
  • côlon;
  • chorionépithéliome de l'utérus.

Les métastases globulaires de différentes tailles sont typiques du cancer:

  • un rein;
  • testicules;
  • glande thyroïde;
  • sarcomes de l'utérus.

La défaite sous forme de lymphangite métastatique est détectée dans le cancer de l'estomac, du sein. Ces tumeurs sont plus susceptibles de se propager aux poumons par la voie lymphogène..

Parfois, la tumeur primaire ne peut pas être identifiée. Il peut être de petite taille, mal différencié (alors l'examen histologique ne dira pas dans quel organe la néoplasie est apparue). La recherche ne va pas plus loin, avec des métastases dans les poumons, le traitement doit être démarré immédiatement par toutes les méthodes efficaces disponibles afin de ne pas perdre un temps précieux.

La différence entre une tumeur métastatique d'un primaire

Le traitement et le pronostic pour la vie du patient avec des métastases dans les poumons et leur lésion primaire diffèrent considérablement. Un diagnostic différentiel est requis entre ces états. Considérer:

  • Image aux rayons X;
  • la structure histologique de l'éducation;
  • prévalence et localisation des foyers;
  • dommages aux ganglions lymphatiques régionaux;
  • manifestation de syndromes paranéoplasiques.

Même si le site primaire est connu, ce qui pourrait avoir des métastases, il est encore nécessaire de s'assurer que la lésion pulmonaire est secondaire. Il existe des cas de lésions cancéreuses simultanées de divers organes.

Les principales différences entre le cancer du poumon primitif et les métastases

MétastasesNéoplasie pulmonaire
La structure histologique est la même que dans la tumeur primaire.La structure histologique caractéristique du cancer du poumon (grandes cellules, petites cellules) est déterminée.
Il n'y a pas de modifications précancéreuses du parenchyme pulmonaire.Contexte révélé ou changements précancéreux:

  • cicatrices;
  • dysplasie;
  • carcinome in situ (cancer de stade 0).
Pas de métastases régionalesLes ganglions lymphatiques régionaux sont touchés (lorsqu'ils sont diagnostiqués avec un carcinome de stade 3).
Parenchyme affectéLes bronches sont affectées.
Signes radiologiques caractéristiques des métastasesImage typique aux rayons X et endoscopique de la tumeur pulmonaire primitive (selon l'emplacement).
Plus souvent, plusieurs nœuds sont détectésPrincipalement des lésions uniques
Un court laps de temps s'écoule avant l'apparition de la deuxième métastase..Plus de 2 ans s'écoulent avant le développement d'une seconde tumeur (sans traitement approprié)
Syndromes paranéoplasiques caractéristiques des cancers d'autres sites.Syndromes parnéoplasiques typiques du carcinome pulmonaire (thrombophlébite, myo-, neuropathies, syndrome de Horner; symptôme KAVA, arthrose de Marie-Bamberger).
Marqueurs tumoraux spécifiques des tumeurs non localisées dans les poumons (thyroglobuline, PSA, CA 15-3, etc.).Marqueurs tumoraux du cancer du poumon CA 125, CYFRA 21-1
Après un traitement radical, une généralisation rapide du processus se produit..Absence de généralisation du processus malin après élimination de la tumeur.
Le patient ne présente aucun risque de cancer du poumon.Facteurs de risque multiples de carcinome pulmonaire.

Diagnostique

Dans la plupart des cas, un cancer métastatique se trouve sur une radiographie du poumon. L'image des lésions pulmonaires secondaires dans les images est variée. Il est souvent nécessaire d'effectuer un diagnostic différentiel avec d'autres maladies:

  • pneumonie;
  • tuberculose;
  • cancer du poumon primaire;
  • sarcome du poumon:
  • carcinoïde;
  • tumeur bénigne.

L'examen aux rayons X est effectué dans diverses projections afin de déterminer le plus complètement la présence de foyers pathologiques, de phoques et leur localisation. Parfois, il est recommandé de mener une étude avec l'introduction de contraste. Cela vous permet d'identifier plus précisément la présence de métastases. Parfois, sans l'introduction d'un agent de contraste, les petits foyers pathologiques sur la photo ne sont pas si visibles.

Dans la plupart des cas, des examens complémentaires sont prescrits:

  • Tomodensitométrie. Méthode de recherche plus précise que la radiographie. Avec son aide, des nœuds métastatiques d'un diamètre de 3 mm ou plus sont détectés.
  • L'IRM, la TEP-TDM et l'échographie transoesophagienne sont recommandées pour déterminer le degré d'implication des vaisseaux sanguins pulmonaires, des oreillettes dans le processus malin et pour détecter les métastases dans d'autres organes..
  • Vidéothoracoscopie. Une méthode qui permet d'examiner les bronches (elles peuvent également être impliquées dans le processus métastatique). Au cours de cette procédure, il est possible de prélever un fragment de la tumeur pour une méthode histologique ultérieure. Dans le même but, une thoracoscopie est réalisée, mais cette méthode est plus traumatisante..
  • Examen histologique. Cette méthode est la plus précise. Ce n'est qu'après avoir étudié la structure du foyer pathologique qu'il est possible de déterminer avec certitude si les changements révélés sur la radiographie sont vraiment des métastases, ou s'il s'agit d'un cancer du poumon primitif, une formation bénigne..

Sur la base des résultats des méthodes de diagnostic visuel, le nombre et la localisation des lésions sont identifiés, la possibilité d'un traitement chirurgical est déterminée et des tactiques de soins palliatifs sont développées..

L'examen histologique aide non seulement à établir le type de tumeur et suggère où se trouve le foyer principal possible. Avec son aide, la résistance des métastases à:

  • chimiothérapie;
  • traitement hormonal;
  • radiothérapie.

Lors de la recherche d'une tumeur maternelle, ils ne sont pas seulement guidés par les caractéristiques radiologiques et la structure histologique. Les essais cliniques fournissent de nombreuses informations précieuses, par exemple:

  • L'anémie microcytaire est caractéristique du cancer gastro-intestinal.
  • La microhématurie accompagne le cancer du rein et de la vessie.
  • Une augmentation des protéines sanguines totales indique un myélome multiple..
  • Une augmentation du niveau de phosphatase alcaline, PSA se produit dans le cancer de la prostate.
  • La protéine Bens-Jones est détectée dans le lymphome, le myélome.
  • Augmentation du niveau de marqueurs tumoraux spécifiques dans le cancer d'une certaine localisation.

Aucun diagnostic n'est posé uniquement sur la base des études cliniques. Assurez-vous d'effectuer des procédures de diagnostic clarifiant:

  • CT;
  • IRM;
  • Ultrason;
  • endoscopie avec biopsie ciblée.

Après avoir effectué les procédures nécessaires, les tactiques de traitement optimales sont sélectionnées. Avec un pronostic favorable, il vise la rémission. Si défavorable - pour améliorer et prolonger au maximum la vie du patient.

Traitement

L'apparition de métastases à distance dans les poumons est un critère pronostique défavorable. Le succès du traitement, la durée et la qualité de vie du patient dépendent de nombreux facteurs qui sont pris en compte lors du choix d'une tactique thérapeutique. Il:

  • Nombre de métastases pulmonaires.
  • La structure histologique d'une tumeur maligne.
  • Présence de métastases dans d'autres organes.
  • Possibilité de traitement chirurgical.
  • Résistance tumorale au traitement par chimioradiothérapie, hormonothérapie.
  • Le temps qu'il a fallu aux métastases pour se former, la vitesse à laquelle elles se propagent.
  • Tolérance individuelle aux médicaments, aux radiations.
  • La présence d'un foyer primaire (il a été retiré, une rechute s'est produite, il a été détecté après la détection d'une lésion métastatique des poumons, ou il n'a pas été retrouvé).

Avec des métastases solitaires et uniques, des tumeurs sensibles à la chimioradiothérapie et au traitement hormonal, lorsqu'il existe une possibilité d'ablation chirurgicale des métastases, il est possible non seulement de prolonger la vie du patient, mais aussi de guérir un cancer de stade IV.

Le cours de la thérapie dure longtemps. Un ensemble de méthodes est utilisé:

  • chimiothérapie;
  • immunothérapie;
  • thérapie hormonale;
  • radiothérapie;
  • méthodes peu invasives;
  • chirurgie.

Les patients complètent la thérapie complexe avec diverses méthodes folkloriques. Les métastases des tumeurs hormono-dépendantes et de l'ostéosarcome peuvent être traitées avec succès. Il est plus difficile de trouver des médicaments efficaces pour le traitement d'un foyer secondaire du cancer du poumon dans les tumeurs non hormono-dépendantes des organes pelviens. Les plus résistantes au traitement sont les métastases du cancer du rein, le mélanome, le chondrosarcome.

Les facteurs suivants indiquent un pronostic défavorable et un échec du traitement:

  • Progression rapide du processus malin.
  • La tumeur primaire n'a pas été retirée.
  • Les métastases résistent à divers traitements.
  • D'autres organes sont touchés (colonne vertébrale, cerveau, foie, etc.).

Dans ce cas, ils essaient de maximiser la qualité de vie du patient en éliminant les symptômes. Un traitement palliatif est prescrit. Si le patient est dans un état grave et a besoin de soins médicaux constants, il est hospitalisé dans un hospice (parfois les parents s'occupent eux-mêmes de la personne mourante).

Un traitement symptomatique est également indiqué pour les patients au pronostic plus favorable..

Traitement symptomatique. L'élimination des symptômes n'est pas un remède contre le cancer. Avec un pronostic plus favorable, il est utilisé comme méthode complémentaire. Si défavorable, c'est le seul moyen possible de faciliter la vie d'un patient cancéreux.

  • bronchodilatateurs (pour l'essoufflement);
  • mucolytiques et autres antitussifs;
  • médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (ils réduisent la douleur, sont antipyrétiques);
  • tranquillisants (réduisent l'essoufflement, ce sont des antiémétiques et anti-anxiétés efficaces).

En cas de complications sévères (pneumonie, pleurésie, pneumothorax, obstruction bronchique), des opérations palliatives sont réalisées.

Chez la plupart des patients cancéreux, en particulier au stade terminal de la maladie, le principal symptôme est la douleur. Il est arrêté de différentes manières..

Chimiothérapie. Avec un processus malin disséminé, la principale méthode de traitement est la chimiothérapie. Dans certains cas, elle contribue à une diminution temporaire de la taille des métastases, et parfois même à leur disparition complète..

Pour le traitement de stade IV, un traitement agressif est prescrit. Les médicaments anticancéreux cytotoxiques provoquent de nombreux effets secondaires. Ils sont utilisés car dans la plupart des cas, c'est le seul moyen de prolonger la vie du patient et, avec un pronostic favorable, d'obtenir une rémission..

La chimiothérapie des métastases pulmonaires est efficace pour certains types de tumeurs et sa sensibilité à certains médicaments.

L'efficacité de la chimiothérapie dans le cancer de localisation variée

Tumeur primaireL'efficacité de la chimiothérapie (%) *
Cancer mammaire50-60
OstéosarcomeJusqu'à 30
Mélanome8–20
Carcinome épidermoïde de la peau70
Cancer médullaire de la thyroïdetrente
Cancer du poumon à grandes cellulescinq
Cancer du poumon à petites cellules70
Cancer de l'œsophage (traitement par chimioradiothérapie)27
Cancer de l'estomac30-50
Cancer colorectal20-30
Cancer du pancréas6–20
Cancer du foiejusqu'à 20
Cancer du reincinq
Cancer des organes reproducteurs20-60
Cancer de la vessie22
sarcome d'Ewing60 à 70 **

* L'efficacité est prise en compte dans la survie des patients à 5 ans. Une rémission stable avec le pronostic le plus favorable peut être obtenue dans 20 à 30% des cas.

** Les patients atteints de sarcome d'Ewing après une chimiothérapie ont un risque élevé de récidive de la maladie avec une progression plus rapide.

Pour le traitement des métastases pulmonaires, les mêmes médicaments sont prescrits que dans le traitement de la tumeur primitive. Il est recommandé de les administrer par voie intraveineuse. Attribuer:

  • cytostatiques, cytotoxines (5-fluorouracile, préparations à base de platine, dacarbazine);
  • médicaments ciblés (Trastuzumab, Rituximab, Bevacizumab, etc.).

Le succès du traitement dépend du degré de différenciation de la tumeur. Les métastases de formations indifférenciées et mal différenciées sont plus sensibles à l'action des médicaments.

Biothérapie. Le mélanome, les tumeurs rénales et certaines autres localisations sont insensibles à divers schémas de chimiothérapie. Un effet positif est observé lorsque cette méthode est associée à une immunothérapie. Attribuer:

  • Interleukine-2;
  • Interféron-ά;
  • Interféron-γ.

Pour le traitement du cancer disséminé, des doses hautement toxiques sont utilisées. Ils provoquent divers effets secondaires, mais en cas de maladie pulmonaire métastatique, ils augmentent l'efficacité du traitement de 10%. Avec des métastases solitaires de petite taille, une régression tumorale est observée dans 15% des cas.

Thérapie hormonale. Le plus souvent, des métastases pulmonaires surviennent avec des tumeurs hormono-dépendantes. La prévision dans ce cas est la plus favorable..

En fonction de l'emplacement de la tumeur, de la présence de récepteurs pour certaines hormones, les patients se voient prescrire:

  • androgènes (tétrastérone, prolotestone, méthyltestostérone);
  • les agonistes de l'hormone hypophysaire libérant des gonadotrophines (buséréline, triptoréline, léiproréline);
  • progestatifs (Gestonoronkaproate, Megestrol, Medroxyprogesterone);
  • anti-œstrogènes (tamoxifène, torémifène);
  • œstrogènes (Fosfestrol, Chlortrianisen, Sinestrol).

Ces médicaments sont recommandés pour les indications appropriées du cancer de la prostate, de l'endomètre et du sein. Avant le traitement, les facteurs indiquant le succès du traitement sont évalués:

  • apparition tardive des métastases (plus de 5 ans se sont écoulés depuis l'ablation de la tumeur primaire);
  • âge avancé;
  • métastases uniques;
  • tumeur de degré élevé et modéré de différenciation.

Si aucun effet positif n'est observé dans les 8 semaines, les patients changent de médicament hormonal ou passent à la chimiothérapie.

Traitement par rayonnement. En cas d'atteinte pulmonaire secondaire, la radiothérapie est réalisée en tant que traitement palliatif pour soulager la douleur et la régression de la tumeur. Appliqué en fonction du type de tumeur, du type de métastases pulmonaires, des objectifs du traitement:

  • thérapie gamma à distance;
  • irradiation avec des accélérateurs linéaires;
  • traitement par rayonnement endobronchique;
  • radiopharmaceutiques.

L'irradiation à distance n'est pas recommandée chez les patients présentant des saignements sévères, une hémoptysie abondante, une intoxication sévère.

Dans la plupart des cas, la radiothérapie est prescrite pour les soins palliatifs. Dans certains cancers, tels que les tumeurs thyroïdiennes, les produits radiopharmaceutiques (iode radioactif) favorisent la régression métastatique.

Interventions chirurgicales mini-invasives. Des interventions chirurgicales mineures sont recommandées pour l'ablation de petites métastases uniques, à des fins palliatives (avec obstruction bronchique, accumulation de liquide dans les poumons).

Pour influencer le focus secondaire, utilisez les méthodes suivantes:

  • Chimioembolisation intra-artérielle. Un cathéter spécial est inséré à travers lequel des doses hautement toxiques de médicaments chimiothérapeutiques sont délivrées directement au foyer pathologique.
  • Ablation tumorale par radiofréquence. L'hyperthermie a un effet destructeur sur les cellules cancéreuses. Les cellules saines sont moins sensibles aux températures élevées; de plus, la source de l'action des radiofréquences affecte directement la tumeur.
  • Coagulation laser endoscopique. Avec son aide, ils détruisent les petites métastases, empêchent le développement de saignements.
  • La thérapie photodynamique. Le patient reçoit une injection d'un photosensibilisateur, puis la métastase est exposée au rayonnement laser. L'éducation est nécrotique.

Les opérations mini-invasives sont effectuées sous le contrôle de CT, IRM, échographie. Cela vous permet d'agir directement sur le foyer pathologique.

L'efficacité de ces manipulations est élevée avec de petits nodules solitaires. Une opération mini-invasive, si plusieurs métastases dans les poumons sont détectées, est effectuée pour soulager l'état du patient avec le développement de complications (pomper le liquide accumulé, éliminer les grandes métastases qui compriment les bronches, les nerfs, les gros vaisseaux).

Traitement chirurgical radical. Le traitement radical du cancer de stade IV avec un processus commun est effectué dans un but palliatif pour éliminer les métastases uniques. En même temps, le médecin détermine la nécessité d'une intervention chirurgicale, va-t-elle vraiment améliorer la qualité de vie? Dans la plupart des cas, il est contre-indiqué, en particulier dans les lésions multiples..

Il est recommandé d'effectuer la résection des métastases si les conditions suivantes sont remplies:

  • enlevé la tumeur primaire;
  • type histologique établi de carcinome maternel;
  • seuls les poumons sont affectés par les métastases;
  • toutes les lésions secondaires des poumons sont éliminées;
  • le risque de chirurgie est faible.

Le traitement chirurgical est pratiqué chez 10 à 20% des patients. Des opérations économiques épargnantes sont utilisées comme la résection sublobaire en forme de coin ou marginale, la segmentectomie.

Les opérations palliatives sont effectuées plus souvent pour améliorer la qualité de vie et la prolonger.

Traitement alternatif. La phytothérapie et d'autres méthodes de traitement non conventionnelles sont utilisées par de nombreux patients atteints de cancer avancé, de lésions pulmonaires. Ils utilisent toutes les méthodes disponibles et incroyables. En cas de cancer du sein avec métastases dans les poumons et mélanome, il est recommandé d'appliquer une feuille de chou, enduire les zones douloureuses de miel. En principe, avec leur aide, vous pouvez un peu soulager la douleur, réduire l'inflammation (surtout si vous pensez que les méthodes sont efficaces). L'essentiel est de ne pas remplacer la thérapie principale par eux..

Parmi toutes les méthodes alternatives populaires, il y a celles que les oncologues ne recommandent catégoriquement pas. Ceci est un remplacement de la chimiothérapie, des analgésiques:

  • agarics de mouche;
  • ciguë;
  • chélidoine.

Il est très dangereux d'utiliser des champignons et des plantes vénéneux. Dans les produits pharmaceutiques, les dosages sont strictement calculés. Le médecin prescrit des médicaments en tenant compte de leur tolérance, de leur effet sur la tumeur.

Certaines méthodes alternatives peuvent être utilisées dans le cadre d'un traitement complet. Utile:

  • Décoction de rose musquée (100 g de baies pour 0,5 l d'eau). Il fournira au corps la vitamine C nécessaire, aidera à éliminer les toxines du corps, augmentera le tonus.
  • Jus de fruits et de légumes (de betteraves, carottes, tomates), sève de bouleau. Ils contiennent beaucoup de nutriments nécessaires pour combattre la maladie, récupérer après le traitement.
  • Bouillon de sureau aux noix (1 cuillère à soupe L. Fleurs de sureau, 4 noyaux de noix écrasés, 0,5 l d'eau). Boire 1 verre pour une forte toux.
  • Thé à la camomille, tilleul. Aide à lutter contre l'inflammation des voies respiratoires, accompagnant souvent l'apparition de métastases dans les poumons.
  • Citron. Il peut être ajouté aux thés, aux décoctions. Il est riche en vitamine C, a un effet tonique.
  • Ail. Il contient des substances qui ont une action antimicrobienne, augmentent l'immunité, retardent la propagation des métastases.
  • Solution de soude. Vous pouvez le boire si vous devez prendre beaucoup d'AINS, ce qui provoque des brûlures d'estomac. Il est préférable de remplacer le soda par des préparations spéciales..

En cas d'essoufflement sévère, les patients sont aidés par l'air frais (pour cela, ils utilisent un sèche-cheveux ordinaire, un ventilateur). Un concentrateur d'oxygène peut être utilisé. Il est utilisé avec des signes évidents d'hypoxie. Il doit être utilisé avec prudence chez les patients atteints de maladies pulmonaires chroniques. Dans ce cas, l'oxygénothérapie peut provoquer une insuffisance respiratoire..

Avec une forte toux, une accumulation de mucosités dans les poumons, des exercices de physiothérapie, des massages légers sont recommandés. Afin de ne pas vous blesser et de ne pas aggraver votre santé, les exercices et procédures nécessaires sont effectués sous la supervision d'un spécialiste..

Analgésique pour les métastases pulmonaires. La douleur n'interfère pas seulement avec une vie normale, elle a un effet déprimant sur le patient. Cela provoque une dépression. Parfois, il est si intolérable que le patient n'a pas la force de combattre davantage la maladie. Un analgésique pour les métastases pulmonaires est prescrit en fonction de l'intensité de la douleur. Selon les recommandations de l'OMS, un traitement en trois étapes est prescrit:

  1. AINS. Le traitement commence par des doses élevées. Prescrire Prednisolone, Dexamethasone. Ensuite, la dose est progressivement réduite jusqu'au seuil. Si les AINS ne donnent pas l'effet escompté, passez à des analgésiques plus puissants.
  2. Opiacés et opioïdes faibles. Prescrire codéine, Promedol, Tramal. Parfois, il est recommandé d'utiliser ces médicaments en association avec des AINS..
  3. Opioïdes puissants. La morphine, la buprénorphine, l'Omnopon sont prescrits pour soulager les douleurs intenses. Ils sont recommandés pour les patients comme somnifères puissants lorsque des douleurs intenses les empêchent de dormir..

Afin d'avoir un effet positif de l'utilisation d'analgésiques, ils sont pris strictement à temps. Le type de médicaments nécessaires est déterminé par l'oncologue. Les AINS et les opioïdes provoquent divers effets secondaires.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens réduisent indirectement la toux et l'essoufflement. Dans le même temps, ils provoquent des effets indésirables:

  • Empêche l'agrégation plaquettaire, altérant la coagulation sanguine.
  • Affecter négativement le tractus gastro-intestinal et provoquer le développement d'ulcères.
  • Cause des dommages au foie. L'ibuprofène a le plus faible effet hépatotoxique.
  • Fonction rénale altérée. Provoquer une oligurie, une hyperkaliémie, une hyponatrémie, avec certaines maladies concomitantes, provoquer une insuffisance rénale aiguë.

Les analgésiques non opioïdes sont prescrits en l'absence de contre-indications. Pour réduire le risque de développer des gastropathies AINS, l'oméprazole et la ranitidine sont également prescrits.

Les analgésiques narcotiques sont recommandés avec d'autres médicaments qui réduisent leurs effets secondaires. Les opioïdes provoquent:

  • nausées Vomissements;
  • obstruction intestinale;
  • constipation;
  • démangeaison;
  • dépression respiratoire.

La prise d'opioïdes et de cytotoxines est la principale raison de l'apparition de vomissements avec métastases dans les poumons et d'autres effets indésirables qui sont arrêtés à l'aide d'un traitement concomitant.

Dangereux avec maladie pulmonaire métastatique Fentanyl. Il provoque une diminution de l'excitabilité du centre respiratoire, provoque et aggrave l'essoufflement.

Tous les analgésiques narcotiques peuvent provoquer un sevrage aigu des opioïdes.

Pour réduire la douleur, soulager la toux irritante, prescrire des inhalations locales d'anesthésiques:

  • Lidocaïne;
  • Bupivacaïne.

Pour réduire le risque d'effets secondaires (engourdissement dans la gorge, violation ou perversion du goût), après leur réalisation, il n'est pas recommandé de boire et de manger pendant 1 heure.

Les méthodes de soulagement de la douleur prescrites par un oncologue dépendent de l'intensité du symptôme, de l'efficacité des analgésiques non narcotiques plus faibles, des maladies concomitantes et de la sensibilité individuelle aux médicaments..

Aide psychologique

Tous les patients atteints de cancer, en particulier ceux avec un cancer disséminé diagnostiqué, ont besoin d'un soutien psychologique. Les méthodes à utiliser dépendent:

  • caractéristiques individuelles;
  • problèmes sociaux;
  • difficultés psychologiques rencontrées.

Chaque maladie évolue différemment. Dans certains cas, lorsque le pronostic est favorable, il est nécessaire de soutenir le patient - pour l'aider à sortir de la dépression, pour diriger tous les efforts pour lutter contre la maladie. Pour cela, des méthodes sont utilisées pour détourner l'attention de la maladie et de ses manifestations, aidant à faire face à la situation. Diverses techniques psychologiques sont utilisées:

  • Thérapie de distraction (écouter de la musique, lire vos livres préférés, vos loisirs).
  • Relaxation musculaire progressive (tension et relaxation graduelles de 16 groupes musculaires).
  • Méthode d'imagerie mentale (méditation).

Les patients au pronostic défavorable ont besoin d'un soutien psychologique pour comprendre ce qui se passe, pour faire face à la situation. L'une des techniques courantes consiste à dessiner leur maladie sur papier (comme le patient l'imagine). Puis le dessin est brûlé.

La communication avec les patients qui ont déjà fait face à leur maladie aide. Favorise le traitement du désir du patient de se rétablir.

Avec des métastases dans les poumons, le pronostic est rarement favorable, mais il y a des patients qui font face à la maladie en utilisant un traitement complexe. Ils subissent un traitement difficile, surmontant tous les effets secondaires de la chimioradiothérapie, la peur de la chirurgie, la douleur après le traitement et associée à la maladie, et finalement gagnent.

Un remède contre le cancer avec une maladie pulmonaire métastatique n'est pas un miracle - c'est un travail acharné non seulement pour les oncologues, les oncopsychologues, mais aussi pour le patient lui-même.

L'évolution et le traitement de la maladie chez les enfants, les femmes enceintes et allaitantes, les personnes âgées

Les enfants. L'atteinte pulmonaire primaire est rare chez les enfants. Dans la plupart des cas, les formations malignes détectées sont des métastases. Ils surviennent lorsque:

  • Tumeur de Wilms;
  • l'ostéosarcome;
  • rhabdomyosarcome;
  • neuroblastome;
  • cancer de la thyroïde;
  • angiosarcome;
  • tératome;
  • sarcome d'Ewing.

Pour l'enfance, un cours agressif de maladies est caractéristique, une propagation rapide du processus. Le nombre d'enfants vivant avec des métastases dans les poumons dépend de la tumeur primaire, de la rapidité de la détection de la pathologie.

Des métastases pulmonaires apparaissent:

  • essoufflement;
  • toux;
  • hémoptysie;
  • difficulté à avaler;
  • douleur.

Parfois, ils sont accompagnés d'un syndrome de la veine cave supérieure ou inférieure.

Le traitement dépend du type de tumeur primaire. Si des métastases sont initialement détectées, le pronostic est plus défavorable. Toutes les méthodes disponibles sont utilisées pour le traitement:

  • chimiothérapie agressive à trois voies;
  • irradiation avec de grandes fractions;
  • les produits radiopharmaceutiques (pour le cancer de la thyroïde, l'ostéosarcome);
  • ablation chirurgicale des métastases solitaires.

La chimiothérapie est commencée. Il est complété par un traitement réparateur non spécifique (thérapie vitaminique, traitement symptomatique, thérapie hémostimulante). Le gonflement diminue progressivement, l'intensité de la douleur diminue. Ensuite, le rayonnement est prescrit.

Malheureusement, avec des lésions métastatiques des poumons avec certains types de cancer (sarcome d'Ewing), des rechutes de la maladie, sa forte progression, sont possibles. Pour les autres tumeurs (thyroïde), le pronostic est plus favorable. Néanmoins, les patients doivent subir des examens continus après le traitement et la guérison, car la maladie peut réapparaître.

Grossesse et allaitement. Chez les femmes enceintes et allaitantes, le pronostic de l'évolution de la maladie, les tactiques de traitement dépendent:

  • caractéristiques de la tumeur primaire;
  • le nombre de métastases;
  • l'âge gestationnel.

Il n'y a pas de réponse standard sur la façon de traiter les femmes enceintes ou de se faire avorter. Tout est purement individuel. Dans les trimestres II et III, une chimiothérapie peut être réalisée. Au premier trimestre, l'utilisation de produits pharmaceutiques est dangereuse pour le fœtus. Si des métastases sont détectées aux derniers stades de la grossesse, le cancer ne progresse pas rapidement, puis le traitement est effectué après l'accouchement. Attribuer:

  • les cytotoxines;
  • médicaments ciblés;
  • immunomodulateurs;
  • traitement hormonal;
  • radiopharmaceutiques.

Il faut se rappeler que pendant la grossesse, la maladie se propage plus rapidement.

Si une lésion métastatique est trouvée après l'accouchement et que l'enfant est allaité, il est alors transféré à l'artificiel. La mère doit suivre une chimiothérapie hautement toxique, une radiothérapie, une hormonothérapie.

Âge avancé. Dans la vieillesse, l'évolution et le traitement du cancer disséminé sont compliqués par des maladies concomitantes. Le choix des produits chimiques, tient compte de leur toxicité, des effets négatifs sur d'autres organes. Dans la plupart des cas, même avec des métastases solitaires, elles ne sont pas supprimées. Cela est dû au fait que le risque de chirurgie est beaucoup plus élevé que sans traitement. Parfois, une thérapie spécifique pour les lésions métastatiques fait plus de mal que la maladie elle-même. Dans ces cas, seuls les soins palliatifs sont indiqués. Des médicaments et des manipulations sont prescrits pour réduire les symptômes, améliorer la qualité de vie.

Processus de récupération après traitement

Pour le cancer disséminé, le traitement dure généralement le reste de votre vie. Pour améliorer sa qualité, vous devez suivre à plusieurs reprises des cours thérapeutiques, puis vous en remettre. Les produits pharmaceutiques, la chirurgie et les radiations perturbent le travail bien coordonné du corps, mais sans eux, le cancer ne peut pas être guéri. Pour restaurer, vous avez besoin de:

  • thérapie réparatrice;
  • physiothérapie;
  • réadaptation psychologique et sociale.

La correction des complications survenues est effectuée afin qu'à l'avenir elles ne conduisent pas à une invalidité complète.

Il est nécessaire d'observer le régime de travail et de repos, de ne pas effectuer des tâches complexes alors que le corps est affaibli par la lutte contre la maladie.

Exercices physiques (avec une charge progressivement croissante), une bonne nutrition aidera à récupérer plus rapidement.

Régime

Pour les lésions pulmonaires métastatiques, les médecins ne recommandent pas le jeûne (bien que de nombreux guérisseurs affirment que cela peut détruire la tumeur). Le corps est affaibli, il a besoin de nutriments. Le régime est choisi de manière à être riche en calories et les produits contiennent toutes les substances nécessaires. Il faut limiter la consommation:

  • viandes fumées;
  • de l'alcool;
  • Fast food;
  • salinité et autres produits cancérigènes.

Particulièrement dangereux sont ceux contenant divers conservateurs, arômes, colorants.

  • un poisson;
  • des noisettes;
  • des œufs;
  • bouillie (en particulier sarrasin);
  • viande maigre.

Traitement du cancer avec métastases pulmonaires en Russie, en Israël et en Allemagne

Dans la plupart des cas, les métastases pulmonaires ne peuvent pas être complètement guéries. Dans tous les pays, un traitement complexe est utilisé pour lutter contre la maladie. Ils utilisent des méthodes traditionnelles et expérimentales. Le type de tumeur primaire, le nombre de métastases dans les poumons et les lésions d'autres organes sont pris en compte. Combinez différentes manières:

  • cytotoxines, cytostatiques;
  • médicaments ciblés;
  • immunomodulateurs;
  • thérapie hormonale;
  • irradiation;
  • produits radiopharmaceutiques;
  • élimination des métastases.

Des essais cliniques de nouveaux traitements sont en cours dans de nombreux pays. Parfois, pour les patients présentant des métastases dans les poumons, c'est la seule chance de faire face à la maladie. Les lésions métastatiques doivent être traitées dans des cliniques spécialisées, où il existe un service d'oncologie pulmonaire, de chimiothérapie, de radiothérapie..

Traitement en Russie

Il existe de nombreuses grandes cliniques en Russie où les patients atteints d'un cancer avancé reçoivent les soins médicaux nécessaires. En fonction de la structure de la tumeur, des caractéristiques de l'évolution de la maladie, ce qui suit est prescrit:

  • traitement symptomatique;
  • thérapie par chimioradiothérapie;
  • ablation mini-invasive et chirurgicale des métastases.

Si la tumeur est sensible aux médicaments, aux traitements hormonaux, le cours commence avec ces médicaments. Avec une évolution favorable, une rémission de la maladie ou une régression des métastases est obtenue. Ensuite, une radiothérapie est effectuée.

Dans les grands centres de cancérologie, les métastases solitaires sont éliminées à l'aide de techniques peu invasives. Les opérations assistées par vidéo avec mini-accès sont effectuées par une incision. En cas de lésions multiples, selon les indications, des interventions thoracoscopiques, des opérations robotisées sont réalisées. Cyberknife pour les métastases pulmonaires est utilisé pour le traitement palliatif, l'élimination de petits foyers uniques.

Les soins palliatifs sont dispensés à la fois dans des institutions spéciales et dans les polycliniques de district. Lors du choix d'une clinique où suivre un traitement, vous devez vous concentrer sur la disponibilité des équipements, des spécialistes, le niveau d'assistance médicale et psychologique fournie.

Grands centres de cancérologie où les métastases pulmonaires sont traitées:

  • Centre national de recherche médicale en oncologie. N.N. Blokhin, Moscou. La radiothérapie est réalisée au centre. Il existe un département pour l'étude des nouveaux médicaments anticancéreux, où les patients atteints d'un cancer avancé sont sélectionnés pour une thérapie complexe et des soins palliatifs efficaces. Ils utilisent les méthodes de traitement les plus récentes et traditionnelles (cryothérapie, ablation par radiofréquence). Le centre mène des essais cliniques.
  • FSBSI "Centre scientifique russe de chirurgie nommé d'après B.V. Petrovsky ", Moscou. La clinique est équipée de technologies modernes. Il est possible de supprimer les métastases à l'aide d'opérations assistées par vidéo. Des médicaments, des médicaments ciblés sont prescrits en fonction de la sensibilité de la tumeur à eux. La chimioembolisation des artères est réalisée pour la chimiothérapie. Un cercle artificiel de circulation sanguine vers la tumeur est créé, des médicaments hautement toxiques y sont injectés qui détruisent les cellules cancéreuses.
  • MNIOI eux. PENNSYLVANIE. Herzen, Moscou. Les tactiques de traitement sont élaborées par une consultation de spécialistes. Selon les indications, les patients se voient prescrire un traitement de chimioradiothérapie, une hormonothérapie, une résection de métastases uniques, un traitement symptomatique, des opérations palliatives.

En Russie, dans la plupart des grandes villes, il existe de nombreuses cliniques où les patients reçoivent des soins médicaux appropriés pour une maladie pulmonaire métastatique. Pour les patients gravement malades en phase terminale, une hospitalisation en hospice est possible. Le traitement des quotas est gratuit. Il y a une possibilité de traitement payant.

Estimation du coût du traitement de la maladie pulmonaire métastatique

ProcédureCoût, frottez.)
Vidéothoracoscopie, biopsie du poumon, plèvre30 000
Thoracotomie, résection du lobe pulmonaire40 000
Thoracotomie, pneumectomie étendue45 000
Séance de radiothérapie fractionnée grossière3500
Chimiothérapie palliative (cours) *10 800
Immunothérapie (cours) *18 000

* Le coût est indiqué hors médicaments. Ils sont sélectionnés individuellement en fonction des contre-indications, de la réponse tumorale au traitement avec certains médicaments..

Commentaires

Traitement en Allemagne

Dans les cliniques allemandes, dans les services d'oncologie pulmonaire, les patients atteints de lésions pulmonaires secondaires sont traités de manière complexe. Utilisation:

  • médicaments ciblés;
  • immunothérapie;
  • radiothérapie;
  • résection des métastases.

Pour le traitement du mélanome avec métastases dans les poumons, le pembrolizumab est prescrit - un médicament immunitaire.

Les centres de cancérologie sont équipés de la technologie moderne nécessaire pour les opérations pulmonaires stéréotaxiques vidéo-assistées, la radiothérapie fractionnée à grande échelle.

Les patients d'autres pays doivent subir un diagnostic, examiner les résultats de la biopsie. L'analyse pathologique peut être erronée si elle est tachée à la main. Dans les grands centres de cancérologie européens, cette procédure est approuvée par des machines de précision. Après avoir déterminé les caractéristiques immunohistochimiques de la tumeur, ils choisissent une tactique de traitement efficace.

Dans les cliniques allemandes, il existe un service de soutien psychologique bien développé pour les patients et leurs proches. Une grande attention est accordée à la rééducation.

Si le pronostic est mauvais, des soins palliatifs sont fournis. Il existe de nombreux centres de cancérologie en Allemagne. Certains des plus gros cancers du poumon métastatique sont traités:

  • Clinique Bogenhausen. En cas de lésions pulmonaires multiples, une immuno-chimiothérapie est utilisée, suivie d'une radiothérapie. Pour éliminer les métastases solitaires, diverses techniques d'opérations vidéothoracoscopiques et assistées par robot sont utilisées..
  • Hôpital universitaire de Fribourg. Les métastases pulmonaires sont traitées avec des produits pharmaceutiques. Sélectionnez les médicaments auxquels le type de tumeur identifié est le plus sensible. Le traitement chirurgical est effectué avec des lésions secondaires uniques des poumons ou pour des raisons de santé. Des méthodes d'élimination peu invasives sont utilisées. L'une des méthodes modernes de destruction des foyers de cancer métastatique est la résection au laser, qui est utilisée avec succès pour les petites métastases. La radiothérapie est utilisée à des fins palliatives et pour éliminer les tumeurs.

Le traitement en Allemagne est coûteux, mais les patients atteints d'un cancer disséminé ont la possibilité de participer à des essais cliniques.

Estimation du coût du traitement de la maladie pulmonaire métastatique

ProcédureCoût (EUR)
Vidéothoracoscopie, biopsie du poumon, plèvre3 000 - 17 000
Thoracotomie, résection du lobe pulmonaireà partir de 14.000
Thoracotomie, pneumectomie étendueà partir de 17.000
Séance de radiothérapie fractionnée grossière2000 - 6000
Chimiothérapie (cours)à partir de 30.000

Commentaires

Traitement du cancer avec métastases pulmonaires en Israël

Le cancer disséminé est difficile à traiter. Toutes sortes de méthodes sont utilisées en Israël. Des diagnostics supplémentaires préliminaires sont effectués, la résistance de la tumeur à divers médicaments, la probabilité d'une irradiation réussie est déterminée. Ensuite, les tactiques optimales sont sélectionnées. Attribuer:

  • biothérapie;
  • traitement de chimioradiothérapie;
  • intervention chirurgicale.

Ces méthodes sont utilisées à la fois pour traiter un cancer avancé et pour améliorer la qualité de vie..

Lorsque la chimiothérapie a de nombreux effets secondaires, un traitement concomitant est prescrit.

L'immunothérapie est recommandée pour les métastases pulmonaires. Dans ce cas, les derniers médicaments sont utilisés (immunomodulateurs, facteurs de stimulation des colonies, anticorps monoclonaux).

Des méthodes peu invasives sont utilisées pour éliminer les métastases (s'il n'y a pas de contre-indications). Avec une progression rapide, des soins palliatifs sont fournis pour maximiser le soulagement de la souffrance du patient.

Certains des plus grands centres où la maladie pulmonaire métastatique est traitée:

  • Clinique Hadassah, Jérusalem. Au centre d'oncologie, les patients atteints d'un cancer avancé sont traités selon les mêmes principes qu'ailleurs dans le monde. Pour la chimiothérapie, les derniers médicaments sont utilisés avec des effets secondaires minimes. La radiothérapie est effectuée sur un appareil moderne Novalis Truebeam STx 2016. Elle est très précise, ce qui réduit considérablement le risque de complications post-radiologiques.
  • Clinique Ichilov, Tel Aviv. Les lésions pulmonaires secondaires sont traitées par toutes les méthodes disponibles. Si la tumeur métastasée résiste au traitement de chimioradiothérapie, une immunothérapie est prescrite. Le cancer hormono-dépendant est traité avec des médicaments hormonaux, s'ils sont inefficaces, compléter le traitement par une chimiothérapie. Les métastases uniques sont éliminées à l'aide d'un équipement de haute technologie. Des opérations palliatives sont effectuées pour soulager l'état du patient.

En Israël, de nombreuses cliniques ont installé des équipements modernes, elles utilisent les derniers schémas thérapeutiques, recherchent de nouveaux moyens.

Estimation du coût du traitement de la maladie pulmonaire métastatique

ProcédureCoût (USD)
Thoracotomie, résection du lobe pulmonaireà partir de 22.000
Thoracotomie, pneumectomie étendueà partir de 40.000
Séance de radiothérapie fractionnée grossière10 000 - 16 000
Chimiothérapie palliative (cours)25 000 - 30 000
Immunothérapie (cours)30 000 - 60 000

Commentaires

Complications

La progression de la maladie, la propagation des métastases entraînent diverses complications. Le plus souvent, il y a:

  • décomposition des tissus dans le nœud métastatique;
  • pneumothorax spontané;
  • ossification dans les tumeurs métastatiques;
  • bronchoconstriction;
  • pneumonie secondaire;
  • infarctus pulmonaire;
  • suppuration dans les foyers métastatiques;
  • atélectasie.

L'apparition de telles complications nécessite un traitement immédiat, souvent chirurgical, sinon elles provoquent la mort du patient.

La plupart des médicaments et des radiations ont des effets secondaires. Pour leur correction, un traitement spécial est prescrit..

Prévisions de vie

L'atteinte pulmonaire indique souvent une évolution défavorable de la maladie. La durée de vie du patient dépend de divers facteurs:

  • le caractère radical de l'opération;
  • le nombre de nœuds métastatiques dans les poumons;
  • histogenèse de la tumeur primaire;
  • la période allant de l'apparition de la tumeur primaire à l'apparition des métastases;
  • doublement du temps des métastases;
  • efficacité du traitement.

Sans traitement approprié, la durée de vie maximale est de 2 à 6 mois. Cela dépend de la vitesse de propagation du processus.

Avec un cancer disséminé traité, des métastases à distance, une thérapie de chimioradiation efficace, il est possible de sauver la vie du patient en atteignant la rémission. Dans la plupart des cas, des traitements répétés sont périodiquement nécessaires. Parfois, il est possible d'obtenir une régression complète des métastases (en particulier dans le cancer de la thyroïde, les tumeurs hormono-dépendantes).

Dépendance de la survie à 5 ans à divers facteurs

FacteurTaux de survie à 5 ans (%)
Élimination de toutes les métastases pulmonaires40
Résection pulmonaire non radicaledix-huit
Métastases solitaires41
8-9 métastases pulmonaires35
Plus de 9 foyers secondaires21

La durée de vie est déterminée par l'emplacement et la structure de la tumeur primaire, sa sensibilité aux médicaments et à la radiothérapie..

Taux de survie à 5 ans après un traitement complexe pour un cancer de localisation variée

Cancer primaireTaux de survie à 5 ans (%)
Cancer du testicule disséminé62
Cancer colorectal40
Hypernéfrome32
Cancer mammaire31
Ostéosarcome21
Sarcome22
Mélanome42

Avec des tumeurs résistantes au traitement par chimioradiothérapie, les patients vivent 2 à 4 mois sans traitement adéquat. Après un traitement avec des médicaments immunitaires, il est possible d'augmenter la période de 11 à 24 mois.

Avec un cancer disséminé sans traitement approprié, les patients meurent instantanément. Dans la plupart des cas, ils souffrent de douleurs intenses, d'une toux débilitante, d'un essoufflement. Le traitement améliorera considérablement leur état de santé. Avec un pronostic favorable, une guérison complète est possible (mais cela dépend de la tumeur primaire).

Obtenir un handicap

Les patients atteints d'un cancer avancé et d'un pronostic douteux se voient attribuer un groupe d'incapacité. Il s'agit généralement du 1er groupe. À l'avenir, s'il est possible d'obtenir une rémission stable, ils peuvent être transférés en II ou III.

Il est attribué après un examen médical et social. Dans la plupart des cas, le handicap ne signifie pas que le patient est désormais alité (à moins qu'il ne le soit vraiment). De nombreuses personnes atteintes d'un cancer avancé peuvent continuer à mener une vie active pendant longtemps. La chose principale:

  • Le travail ne doit pas être associé à un effort physique intense.
  • Adhérez à un régime de travail et de repos.

Pour être forts et lutter contre la maladie, les patients doivent avoir la possibilité de mener une vie épanouissante. Parfois, prendre soin de ses proches, son travail favori aide à oublier la maladie. L'essentiel est de ne pas oublier d'être examiné en temps opportun et de suivre des cours de thérapie..

La prévention

Pour éviter le développement de métastases, les patients doivent suivre des cours de chimiothérapie, de radiothérapie, de traitement hormonal (pour les tumeurs hormono-dépendantes). Parfois, ils doivent être répétés périodiquement..

Un traitement spécifique pour la prévention des métastases ne suffit pas. L'une des raisons de la propagation et de la récidive du cancer est un système immunitaire affaibli. L'affecte de manière déprimante:

  • traitement spécifique (chirurgie, chimioradiothérapie);
  • expériences nerveuses;
  • manque de nutriments, éléments essentiels.

Diverses mesures sont prises pour renforcer l'immunité. Parfois, un changement complet de style de vie est nécessaire. Besoin de:

  • mangez correctement et à l'heure;
  • exercice (effectuer des charges réalisables);
  • essayez de ne pas devenir nerveux (diverses techniques psychologiques aident).

De plus, il est recommandé de prendre des complexes de minéraux et de vitamines, des immunostimulants. Un bon remède pour renforcer l'immunité est une teinture d'échinacée, de citron avec du miel et des noix. De nombreuses substances essentielles se trouvent dans les légumes et les fruits. En hiver, des fruits secs tels que des raisins secs et des abricots secs sont ajoutés à l'alimentation..

L'essentiel est de ne pas rester accro à la maladie, de mener une vie active et saine et de subir des examens en temps opportun. Après tout, personne n'est à l'abri de l'apparition de métastases et il est préférable de les traiter au stade initial de leur apparition.

Merci d'avoir pris le temps de répondre au sondage. L'opinion de chacun est importante pour nous.